accueil hiver ligne  bible-ouverte

  Imprimer E-mail

Le point de vue biblique
DAVID, UN MODÈLE DE FOI

La Bible nous présente une panoplie d’hommes et de femmes de Dieu dont nous lisons les exploits avec grand plaisir. Qu’il s’agisse d’Abraham, de Moise, de Josué ou de David, chacun révèle un ou plusieurs aspects du caractère de Dieu. Même si le Dieu d’Abraham est le même que celui de David, il se manifeste de manière différente avec l’un et avec l’autre.

Un homme complet

Personnellement, je m’intéresse beaucoup à la vie du roi David. Non seulement pour ses exploits héroïques, mais également parce qu’il est un homme d’une extrême fragilité. En David, nous sommes témoins du meilleur autant que du pire. Mais dans un cas comme dans l’autre, nous savons que nous avons affaire à un homme d’une très grande humilité, doublée d’un sens aigu pour la justice. Mais la plus grande qualité de David est d’être capable de faire abstraction de lui-même, de ses propres intérêts lorsqu’il se trouve en situation conflictuelle.

1 Samuel 24:3-8

«Saül prit trois mille hommes d’élite sur tout Israël, et il alla chercher David et ses gens jusque sur les rochers des boucs sauvages. Il arriva à des parcs de brebis, qui étaient près du chemin; et là se trouvait une caverne, où il entra pour se couvrir les pieds. David et ses gens étaient au fond de la caverne. Les gens de David lui dirent: Voici le jour où l’Eternel te dit: Je livre ton ennemi entre tes mains; traite-le comme bon te semblera. David se leva, et coupa doucement le pan du manteau de Saül. Après cela le coeur lui battit, parce qu’il avait coupé le pan du manteau de Saül. Et il dit à ses gens: Que l’Eternel me garde de commettre contre mon seigneur, l’oint de l’Eternel, une action telle que de porter ma main sur lui! car il est l’oint de l’Eternel. Par ces paroles David arrêta ses gens, et les empêcha de se jeter sur Saül. Puis Saül se leva pour sortir de la caverne, et continua son chemin.»

Passion, émotion et vérité

Cette histoire est très particulière en ce qu’elle ne se termine pas comme elle le devrait habituellement. Nous le savons, le roi Saül était à la poursuite de David. Son but avoué était d’éliminer ce jeune rival qui lui causait des maux de tête. Pour David, la situation est délicate dans la mesure où il n’a rien fait pour s’attirer les foudres du roi. Toute l’affaire repose sur un problème d’insécurité ressentie par le roi Saül qui craint de perdre son trône. C’est un conflit humain comme il y en a tant d’autres parmi les hommes. Là où c’est différent, c’est dans la réaction de David.

«Que l’Éternel me garde»

Dans tous les cas semblables, la victime (David) se serait fait justice en tuant celui qui en veut à sa vie. C’est de la légitime défense, sans plus. Selon les conseillers de David, c’est Dieu qui lui livre Saül pour le tuer. La lecture des faits que font les gens qui entourent David, les amène vraiment à être convaincus que Dieu est derrière cette coïncidence. Or, si ce n’est pas pour se venger, à quoi bon être là, dans cette caverne, se disent-il.

David, un homme d’exception

Mais David est un homme capable de faire une lecture différente des faits troublants qui sont devant lui. Oui, c’est bel et bien Dieu qui a provoqué ce rendez-vous, mais pas pour des raisons vengeresses. David y voit plutôt un test pour sa propre vie. Va-t-il, ou non, obéir aux passions adamiques en lui et qui lui dictent de tuer Saül, ou bien, va-t-il plutôt préserver sa conscience et sa justice devant Dieu? Devrait-il provoquer lui-même sa propre délivrance contre ce roi fou, ou ne devrait-il pas plutôt se garder de poser un geste dont il aurait à regretter les conséquences le reste de sa vie?
Marcher par la foi, c’est de voir plus loin que les circonstances immédiates.

Réal Gaudreault, pasteur de l’Assemblée Chrétienne La Bible Parle, Saguenay.

 

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris