npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Mars 2016


Notre Pain Quotidien - Mars 2016 - Paisible rivière dans une plaine verte, au loin montagnes

1 mars • Lisez > Exode 3.1-12 Psaume 119.18

Lever du soleil

Moïse dit: Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision.
Exode 3.3

Ce matin, le lever du soleil était magnifique, mais j'étais trop pris pour le savourer. Je m'en suis donc détourné pour m'intéresser à autre chose. Or, en repensant à ce lever du soleil, il y a quelques instants, je me suis rendu compte que j'avais manqué une occasion d'adorer Dieu ce matin.

Au cœur de toutes les activités et sources de stress de nos journées, la beauté nous entoure. Ici et là, nous captons des reflets de la bonté de Dieu. Ce sont des moments où les cieux se font voir à nous en perçant les murs de l'univers, à condition que nous prenions le temps de nous arrêter pour réfléchir à l'amour que Dieu nous porte.

Que se serait-il passé si Moïse n'avait jeté qu'un regard furtif au buisson ardent qui «ne se consumait pas» (Ex 3.2) ? Et s'il n'en avait fait aucun cas et était passé immédiatement à autre chose ? (Il avait ses brebis à faire paître, vous savez, et des tâches importantes à accomplir.) Il se serait privé d'une rencontre extraordinaire avec le Dieu vivant, qui allait transformer sa vie (v. 4-12).

Il arrive parfois dans la vie que l'on doive se presser. En général, par contre, on devrait moins courir et remarquer plus de choses. La vie, c'est le présent. Vivre, c'est avoir conscience des choses qui comptent et voir les percées de l'amour de Dieu. C'est se tourner vers un miracle, comme un lever du soleil. Quelque chose de transitoire, mais symbolisant l'éternité nous étant réservée. —D.H.R.

Seigneur, ouvre nos yeux pour que nous puissions voir.

*****

2 mars • Lisez > Jean 19.17-24

L'amour de pour tous

Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne [...]. C'est là qu'il fut crucifié.
Jean 19.17,18

Curieusement, j'ai entendu la même chanson trois fois le même jour. En début d'après-midi, j'assistais à des chants participatifs dans une maison, pour personnes âgées. En priant à la fin de nos instants passés ensemble, Willie, une des résidentes, a demandé: «Chantez avec moi 'Jésus m'aime'» En soirée, j'ai assisté à une rencontre de jeunes qui l'ont chantée en tapant des mains et des pieds pour s'accompagner. Plus tard ce soir-là, j'ai reçu un texto auquel était joint un enregistrement audio de mon arrière-petite-nièce de deux ans et demi en train de chanter de sa petite voix: «Je suis faible, mais il est fort.» Des nonagénaires, des adolescents et un jeune enfant ont tous chanté cette chanson ce jour-là.

Après avoir ainsi entendu cette simple chanson à trois reprises, je me suis mise à penser que le Seigneur cherchait peut-être à me dire quelque chose. En fait, il nous a jadis donné à tous le même message «Je t'aime.» Nous lisons dans Jean 19 qu'il a permis à des gens de le couronner d'épines, de se moquer de lui, de le frapper, de le dénuder et de le crucifier (v. 1-6). Même s'il avait le pouvoir de les en empêcher, il n'a pas dit grand-chose (v. 11). Il a tout fait par amour, afin d'expier nos péchés et de nous épargner le châtiment que ceux-ci nous auraient valu.

Combien Dieu nous aime-t-il ? Jésus a étendu les bras et s'est laissé clouer à la croix. Il y est mort pour nous, puis il est revenu à la vie. Voilà une réalité précieuse pour les gens de tous âges. —A.M.C.

L'amour inégalé de Dieu est sans borne. —Bernard de Clairvaux

*****

3 mars • Lisez > Psaume 27.4-14

Gratification instantanée

Espère en l'Éternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s'affermisse !
Psaume 27.14

Lorsque l'appareil-photo SX-70 de Polaroid est apparu sur le marché en 1972, il a révolutionné l'industrie de la photographie. Dans un article du magazine Smithsonian, Owen Edward décrivait cet appareil comme un «miracle de la physique, de l'optique et de l'électronique». Lorsque l'on prenait une photo, «un carré noir sortait par le devant de l'appareil et se développait sous nos yeux». Ces résultats rapides et immédiats ont alors conquis les gens.

Oswald Chambers a fait remarquer le lien solide qui existe entre le désir d'instantané et la convoitise: «La convoitise se résume au fait de se dire: «Je dois l'obtenir tout de suite»; il peut s'agir d'un appétit physique ou d'un désir de possession spirituelle. [...] Je ne peux pas attendre le temps de Dieu, Dieu est trop indifférent, voilà comment fonctionne la convoitise.»

Dans le Psaume 27, David a dit qu'il s'était attendu à Dieu pendant une période très éprouvante où il n'entrevoyait aucune solution à ses problèmes. Au lieu de s'abandonner au désespoir, il a continué de croire qu'il allait «voir la bonté de l'Éternel sur la terre des vivants» (v. 13).

Nous vivons dans un monde qui adore l'immédiat. Le psalmiste nous exhorte à nous appuyer sur le Dieu de toute éternité lorsqu'il semble que nos désirs les plus profonds ne seront pas assouvis: «Espère en l'Eternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s'affermisse ! Espère en l'Éternel !» (v. 14.) —D.C.M.

Pour contrer l'attrait de l'instantané, il faut se concentrer sur l'éternité.

*****

4 mars • Lisez > Jacques 2.1-10

À bas les préjugés !

Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit exempte de tout favoritisme.
Jacques 2.1

Un sondage effectué par Newsweek en 2010 nous révélait des statistiques surprenantes: 57 p. cent des gestionnaires responsables de l'embauche croient qu'un postulant peu attrayant (mais qualifié) aura plus de difficulté à se faire engager; 84 p. cent des gestionnaires disent que leur patron hésiterait à engager un postulant qualifié plus âgé; 64 p. cent des gestionnaires responsables de l'embauche sont d'avis que les entreprises devraient être autorisées à engager des postulants selon leur apparence. Voilà tous des exemples de préjugés inadmissibles.

Les préjugés n'ont rien de nouveau. Ils s'étaient introduits dans l'Église primitive, et Jacques s'y est attaqué directement. Mu par son don prophétique audacieux et son cœur de pasteur, il a écrit: «Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ soit exempte de tout favoritisme» (Ja 2.1). Jacques a donné un exemple de ce type de préjugé, qui consiste à favoriser le riche et à ne tenir aucun compte du pauvre (v. 2-4). Cela allait à l'encontre du désir de Jésus que notre foi soit impartiale (v. 1), s'opposait à la grâce de Dieu (v. 5-7), transgressait la loi de l'amour (v. 8) et constituait un péché (v. 9). La solution à la partialité consiste à imiter Jésus : aimer son prochain comme soi-même.

Nous combattons le péché du préjugé en permettant à l'amour que Dieu nous porte de s'exprimer pleinement par notre façon d'aimer et de traiter les autres. —M.L.W.

Garder les yeux fixés sur le Dieu Très-Haut nous empêche de regarder les autres de haut.

*****

5 mars • Lisez > Matthieu 9.35 -10.1

Moi et papa

L'Éternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Éden pour le cultiver et pour le garder.
Genèse 2.15

Un jour, un ami a installé un grand escalier de pierres dans sa cour arrière. Lorsque sa fillette de 5 ans l'a supplié de la laisser l'aider, il lui a suggéré de chanter pour l'encourager dans son travail. Elle s'y est opposée, car elle tenait à lui venir en aide. En s'assurant qu'elle ne se blesserait pas, il l'a donc prudemment laissée poser ses mains sur les pierres qu'il déplaçait.

Il aurait pu construire l'escalier plus rapidement sans elle. Par contre, à la fin de la journée, il avait non seulement un nouvel escalier, mais encore une fillette exultant de fierté. «Moi et papa, on a fait des marches», a-t-elle annoncé au repas le soir même.

Depuis le commencement, Dieu compte sur ses enfants pour faire progresser son œuvre. Après avoir enseigné à Adam à cultiver la terre et à superviser les animaux, Dieu lui a confié l'entretien du jardin (Ge 2.15-20).

Le schéma s'est poursuivi. Lorsque Dieu a voulu se doter d'une demeure sur la terre, ni tabernacle ni temple ne sont descendus du ciel; ce sont des milliers d'artistes et d'artisans qui y ont travaillé (Ex 35 - 38; 1 R 6). Lorsque Jésus a proclamé le nouveau règne du royaume de Dieu sur la terre, il a invité les êtres humains à mettre la main à la pâte, en disant à ses disciples « Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson » (Mt 9.38). Comme un père le fait avec ses enfants, Dieu nous accueille comme ses partenaires du royaume. —P.D.Y.

Dieu utilise d'humbles serviteurs pour accomplir sa grande oeuvre.

*****

6 mars • Lisez > Ésaïe 30.1-5,18,19

Coucou !

Il [Dieu] te fera grâce, quand tu crieras; dès qu'il aura entendu, il t'exaucera.
Ésaïe 30.19

Un des premiers jeux auxquels de nombreux parents jouent avec leurs enfants implique de leur faire une fausse peur. Papa se cache le visage derrière les mains et le découvre soudain en s'exclamant «Coucou !» Ce petit truc amusant fait bien rire l'enfant.

La fausse peur amuse l'enfant jusqu'au jour où il vit une vraie peur. La peur cesse alors de le faire rire. La première vraie peur implique souvent la séparation d'avec un parent. L'enfant s'éloigne innocemment, allant d'un attrait à un autre. Dès qu'il comprend qu'il s'est perdu, il cède à la panique et pousse un grand cri d'alarme. Le parent arrive alors immédiatement au pas de course pour rassurer l'enfant quant au fait qu'il n'est pas seul.

En vieillissant, nos fausses peurs se raffinent: livres affolants, films d'horreur, manèges de parc d'attractions. La peur nous stimule au point de nous pousser à courir de plus grands risques afin d'éprouver des sensations toujours plus fortes.

Lorsqu'une vraie peur survient, il se peut toutefois que nous découvrions qu'à l'instar des Israélites de l'Antiquité (Es 30), nous nous sommes éloignés de celui qui nous aime et se préoccupe de nous. Nous sachant en danger, nous paniquons. Il nous suffit alors de pousser un cri de désespoir. Comme un parent aimant. Dieu vole aussitôt à notre secours, car il désire que nous vivions sous son aile protectrice, où son amour bannit toute crainte. —J.A.L.

Compter sur la fidélité de Dieu contribue à dissiper nos craintes.

*****

7 mars • Lisez > Romains 8.19-27

Jamais perdu dans la traduction

[C'est] selon Dieu qu'il [l'Esprit] intercède en faveur des saints.
Romains 8.27

Au fil des ans, j'ai eu l'occasion d'enseigner la Bible à beaucoup de gens partout dans le monde. Comme je ne parle que l'anglais, je travaille souvent avec des interprètes capables de prendre les mots qui viennent de mon cœur et de les exprimer dans la langue des gens à qui je m'adresse. Ma bonne communication dépend donc directement de la compétence de ces interprètes. Qu'il s'agisse d'Inawaty en Indonésie, d'Annie en Malaisie ou de Jean au Brésil, ces interprètent veillent à ce que le sens de mes propos soit clairement rendu.

Ce travail d'interprétariat ressemble à une facette de l'œuvre que le Saint-Esprit accomplit dans la vie des enfants de Dieu. Durant nos instants de prière, nous ne savons pas toujours comment il convient de prier (Ro 8.26), et le verset 27 nous encourage ainsi . «[Et] celui qui sonde les cœurs connaît la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints.» Lorsque nous nous présentons à notre Père céleste dans la prière, le Saint-Esprit vient à notre secours en traduisant nos prières selon les desseins bienveillants que Dieu entretient pour notre vie.

Quelle générosité ! Non seulement Dieu désire que nous nous ouvrions à lui, mais il va même jusqu'à nous fournir les services du plus grand des interprètes pour nous aider à prier. Nous avons donc l'assurance que nos prières ne se perdront jamais dans la traduction. —W.E.C.

La participation de l'Esprit veille à ce que mes prières soient conformes à la volonté de Dieu.

*****

8 mars • Lisez > Deutéronome 6.4-9

Une puissance transformatrice

Et ces commandements, que je te donne aujourd'hui, seront dans ton cœur.
Deutéronome 6.6

Beaucoup de gens aiment jouer à des jeux qui testent leurs connaissances. Dernièrement, un collègue et moi vérifiions l'exactitude d'un jeu testant nos connaissances bibliques. Comme nous étions assis dans une aire ouverte de notre bureau, les gens se trouvant à proximité pouvaient nous entendre converser. Certains d'entre eux n'ont pas tardé à répondre à des questions allant de l'arche de Noé à la femme au puits. C'était très agréable d'entendre divers membres du personnel suggérer des réponses aux questions bibliques.

Il importe de connaître la Bible, mais Dieu désire que nous nous imprégnions de sa Parole et que nous l'assimilions de manière à nous rapprocher de lui. Le Saint-Esprit utilise la Parole pour nous rendre plus semblables à Christ (Ép 4.20-24). Considérez les avantages qu'il y a à assimiler la Bible, la joie et l'allégresse (Jé 15.16), la réussite spirituelle (Jos 1.8), une arme dans le combat spirituel (Mt 4.1-11) , la correction (2 Ti 3.15,16), la lumière sur notre sentier (Ps 119.105) , la sagesse nécessaire pour résoudre les problèmes (Pr 1.2,3), et une foi stimulante (Ro 10.17).

Apprendre la Bible simplement dans le but d'accroître nos connaissances peut nous mener à l'orgueil spirituel (1 Co 8.1). Permettre au Saint-Esprit de nous transformer par la Parole nous aide cependant à naviguer dans les méandres de la vie et à agir avec amour envers Dieu et les autres. —H.D.F.

Beaucoup de livres peuvent informer, mais seule la Bible peut transformer.

*****

9 mars • Lisez > 2 Pierre 2.1-3,12-19

Vêtu pour tromper

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs.
Matthieu 7.1

En faisant une randonnée dans les montagnes de l'Utah, Coty Creighton a repéré une chèvre qui ne ressemblait pas au reste du troupeau. En la regardant de plus près, il s'est aperçu qu'il s'agissait en réalité d'un homme déguisé en chèvre. Lorsque les autorités sont entrées en communication avec cet homme, celui-ci leur a indiqué qu'il s'était costumé d'une salopette de peintre couverte d'une toison pour tester son camouflage en vue d'un voyage de chasse.

Le leurre de ce chasseur m'a rappelé les paroles de Jésus «Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs»
(Mt 7.15). Les faux enseignants ne supportent pas le fruit de l'Esprit de Dieu (Ga 5.22,23), car ils « courent après la chair [...] et [...] méprisent l'autorité » (2 Pi 2.10). Ils sont audacieux, égocentriques et avares (v. 10,14). Amorcés par leur propre convoitise, ils exploitent les gens au moyen de «paroles trompeuses» (v. 3). La Bible dit que ces chefs spirituels fourbes, qui sont destinés à la ruine, entraîneront avec eux beaucoup de gens sans méfiance et dépourvus de discernement (v. 1,2).

Jésus, le bon Berger, a donné sa vie pour ses brebis plutôt que de veiller à ses propres intérêts. Dieu veut que personne ne se laisse induire en erreur par de faux enseignements. Il veut que nous reconnaissions les hypocrites et que nous le suivions, lui, le véritable Berger de notre âme. —J.B.S.

Les substituts abondent, mais il n'y a qu'un seul Christ.

*****

10 mars • Lisez > 2 Chroniques 24.1,2,15-22

Prenez-le personnellement

Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.
Galates 5.16

Lorsque j'étais professeur et entraîneur dans un lycée chrétien, j'aimais vraiment interagir avec les adolescents pour les amener à adopter une vie chargée de sens et semblable à celle de Christ, une vie caractérisée par l'amour de Dieu et l'amour envers les autres. Je m'étais donné pour objectif de les préparer à vivre pour Dieu jusqu'à la fin de leurs jours. Cela n'allait se produire que s'ils faisaient de leur foi un élément primordial de leur vie grâce à l'aide du Saint-Esprit. Ceux qui ne suivaient pas Christ se sont enlisés après s'être soustraits à l'influence de leurs professeurs et parents chrétiens.

La même chose s'est produite dans l'histoire du roi Joas de Juda et de Jéhojada, son oncle. Jéhojada, un sage conseiller, a influencé Joas en l'amenant à vivre une vie qui honorait Dieu (2 Ch 24.11,14).

L'ennui, c'est que Joas n'a pas opté pour une vie honorable. Après la mort de Jéhojada, le roi Joas «[abandonna] la maison de l'Éternel» (v. 18) pour s'adonner au paganisme. Il s'est détourné de Dieu et s'est enfoncé dans le mal au point de faire mourir le fils de Jéhojada
(v. 20-22).

Il peut nous être avantageux et utile d'avoir dans notre vie quelqu'un pour nous guider vers la foi et la ressemblance avec Christ. Il vaut toutefois encore mieux connaître nous-mêmes le Seigneur et apprendre à compter sur le Saint-Esprit pour nous diriger (Ga 5.16). En agissant de la sorte, nous nous approprions véritablement la foi. —J.D.B.

La foi des autres nous encourage; notre propre foi nous transforme.

*****

11 mars • Lisez > Jacques 3.1-12

Le stylo silencieux

Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix
Jacques 3.18

Harry Truman, ancien président des États-Unis, s'était donné une règle de conduite: toute lettre qu'il écrivait sous le coup de la colère devait rester sur son bureau pendant vingt-quatre heures avant d'être postée. Si, au terme de cette «période de recul», ses sentiments n'avaient pas changé, il expédiait la lettre. À la fin de sa vie, Truman avait un grand tiroir de son bureau rempli de lettres jamais postées.

Si, en cette ère de la communication instantanée, nous usions d'une sage retenue ne serait-ce que vingt-quatre minutes, combien d'embarras nous nous éviterions ! Dans son épître, Jacques aborde un thème universel de l'histoire de l'humanité en parlant des torts qu'une langue débridée peut causer: «[Mais] la langue, aucun homme ne peut la dompter, c'est un mal qu'on ne peut réprimer, elle est pleine d'un venin mortel» (3.8).

En commérant et en exprimant de la colère, nous déplaisons à Dieu. Notre langue, notre stylo et même notre clavier devraient garder plus souvent le silence, avec gratitude pour la retenue que Dieu nous donne. Il nous arrive trop souvent, lorsque nous parlons, de rappeler à tout le monde notre cassure intérieure.

Lorsque nous désirons étonner les autres par la différence que Christ fait, il nous suffit peut-être de tenir notre langue. Les gens ne peuvent alors s'empêcher de remarquer que nous honorons Dieu par ce que nous disons, mais aussi par ce que nous taisons. —R.K.

Celui qui veille sur sa bouche et sur sa langue préserve son âme des angoisses.
—Proverbes 21.23

*****

12 mars • Lisez > Matthieu 7.7-12

La règle d'or

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux.
Matthieu 7.12

Le concept de la règle d'or : traite les autres comme tu voudrais être traité, apparaît dans de nombreuses religions. Qu'est-ce qui en rend donc la version de Jésus aussi exceptionnelle ? Son caractère unique réside dans certaines paroles de Jésus témoignant de la générosité de notre Père céleste «Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (Mt 7. 11,12).

Nous négligeons tous d'accorder foi à la vérité nous n'aimons pas les autres comme Dieu nous aime. Jésus a vécu à la perfection cette admirable règle de conduite en vivant et en mourant pour expier tous nos péchés.

Nous avons un Père aimant et généreux qui a mis de côté ses propres intérêts pour révéler la pleine mesure de son amour en la personne de son Fils Jésus. La générosité de Dieu constitue la dynamique par laquelle nous traitons les autres comme nous aimerions qu'ils nous traitent. Nous offrons notre amour et notre générosité aux autres parce que Dieu nous a aimés le premier (1 Jn 4.19).

Notre Père céleste nous demande de faire honneur à ses commandements, mais il nous accorde également sa puissance et son amour pour y parvenir. Il nous suffit de les lui demander. —D.H.R.

Une fois la règle d'or mise en mémoire, il reste à la mettre en pratique. —E. Markham

*****

13 mars • Lisez > Esaie 40.27-31; 41.10

Sans force

«Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance»
És 40.29.

Vers le mois d'octobre 2012, une terrible tempête issue d'un ouragan a frappé la région très populeuse du nord-est des États-Unis, causant de grandes inondations et d'énormes dommages sur son passage. Au cours de cette tempête, plus de huit millions de clients se sont retrouvés sans électricité. Les pannes d'électricité ont, à elles seules, entraîné une pénurie de nourriture, d'essence et d'eau, ainsi que le chaos résultant de la saturation du réseau routier. Les grands vents et les fortes vagues ont créé des montagnes de sable qui ont anéanti, inondé et traumatisé un grand nombre de voisins. Les médias couvrant l'événement ont décrit la situation comme ceci: «Des millions de gens privés d'électricité».

Comme une tempête naturelle, une tragédie personnelle peut nous plonger dans un sentiment d'impuissance et les ténèbres. La Parole nous garantit alors l'aide de Dieu: «Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance»
(És 40.29).

Si nous sommes au plus mal, sans ressources émotionnelles, nous pouvons mettre notre espoir dans le Seigneur et puiser notre force en lui. Il nous promet que, chaque jour, «ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent leur vol comme les aigles, ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point» (v. 31).

Dieu est notre source d'électricité spirituelle durant toutes les tempêtes de la vie. —D.C.M.

Il faut la tempête pour prouver que l'abri est réel. Il donne de la force à celui qui est fatigué,
et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. —Ésaïe 40.29

*****

14 mars • Lisez > Psaume 119.9-16

Enclin à s'engager

Je te cherche de tout mon coeur; ne me laisse pas m'égarer loin de tes commandements !
Psaume 119.10

Un de mes cantiques classiques préférés est «Viens à moi, toi la Source de toute bénédiction», que Robert Robinson a écrit en 1757, à l'âge de 22 ans. Il y a dans ses paroles un vers qui capte toujours mon attention et m'oblige à m'examiner: "Puisse ta bonté, comme une chaîne, lier à toi mon coeur vagabond!» Il m'arrive, à moi aussi, de me sentir le coeur vagabond. Trop souvent, je me laisse distraire et éloigner, au lieu de concentrer mon cœur et mon esprit sur le Sauveur qui m'aime et s'est donné pour moi. Robert Robinson et moi ne sommes d'ailleurs pas les seuls dans ce cas.

Lorsqu'il nous arrive de vagabonder ainsi, au fond, nous ne voulons pas nous égarer loin de Dieu. C'est que, comme Paul, nous faisons souvent ce que nous ne voulons pas faire
(Ro 7.19) et nous devons désespérément revenir au Berger de notre cœur qui peut nous attirer à lui. Dans son grand hymne dédié aux Écritures, le Psaume 119, David a indiqué au sujet de ce combat «Je te cherche de tout mon cœur; ne me laisse pas m'égarer loin de tes commandements !» (v. 10.)

Il arrive parfois que, même si notre cœur veut chercher la face de Dieu, les distractions de la vie nous éloignent de lui et de sa Parole. Combien nous devrions être reconnaissants d'avoir un Père céleste qui est patient et compatissant, et dont la grâce nous suffit toujours - même si nous sommes enclins à nous égarer ! —W.E.C.

Notre tendance à nous égarer n'a d'égale que la volonté qu'a Dieu de nous poursuivre.

*****

15 mars • Lisez > Éphésiens 4.11-16

Titres de Postes

[Pour] le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi.
Éphésiens 4.12,13

Lorsque la British Broadcasting Corporation a sollicité des exemples de titres de postes semblant importants, obscurs et même bizarres, une répondante a suggéré le sien: "technicienne en céramique sous-marine". Elle était plongeuse dans un restaurant. Il arrive parfois que l'on utilise un certain titre pour faire croire à un poste important.

En énumérant certains des dons que Dieu a faits à l'Église dans Éphésiens 4.11, l'apôtre Paul ne cherchait pas à les associer à des postes particulièrement importants. Tous les membres du corps sont nécessaires au bon fonctionnement de ce dernier. Aucun membre ne vaut plus qu'un autre.

La grande importance de ces dons tenait à leur raison d'être. Ils servaient au «perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi " (v. 12,13).

Peu importe le titre que nous portons. Ce qui compte, c'est que nous affermissions la foi des enfants de Dieu. En mesurant notre efficacité selon les normes bibliques, le fait de passer à un autre rôle ou de perdre un certain titre nous laissera indifférents. Par amour pour Dieu, nous le servons en édifiant les autres croyants et nous laissons Dieu récompenser au ciel qui il veut et comme il l'entend (Mt 25.21). —C.P.H.

Les cadeaux que Dieu nous fait ne sont pas pour nous, mais pour les autres.

*****

16 mars • Lisez > Jérémie 15.15-21

Nourriture pour le coeur

J'ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées.
Jérémie 15.16

J'aime beaucoup la nourriture ! J'aime qu'elle soit bien présentée et savoureuse. Si cela dépendait de moi, je mangerais souvent plus qu'à ma faim, même si ma silhouette devait en pâtir ! C'est donc une bonne chose que ma femme, Martie, sache me rappeler avec amour de manger sainement et avec modération.

La pensée intéressante de Jérémie qui, en trouvant les paroles de Dieu (même ses paroles de jugement), les a «dévorées» (Jé 15.16)- m'incite à me demander si je dévore la Parole de Dieu avec autant d'empressement et d'amour que le prophète, et aussi souvent que lui.

Il est clair que Jérémie n'a pas dévoré littéralement la Parole de Dieu. C'était sa façon de dire qu'il la lisait et la savourait de tout son être. Or, c'est précisément à notre for intérieur que la Parole de Dieu est destinée. La Parole est la nourriture du cœur ! Lorsque nous l'ingérons, le Saint-Esprit nous rend capables de ressembler davantage à Jésus. Sa Parole transforme notre perception de Dieu, de l'argent, de nos ennemis, de notre carrière et de notre famille. Autrement dit, elle est excellente pour nous.

Ainsi, «mangez» la Parole de Dieu jusqu'à rassasier votre cœur ! Il ne fait aucun doute que vous en viendrez à partager l'avis du prophète Jérémie, qui a dit «[Tes] paroles ont fait la joie et l'allégresse de mon cœur» (15.16). —J.M.S.

Plus vous savourerez la Parole de Dieu, meilleure sera votre santé spirituelle.

*****

17 mars • Lisez > Job 3.3-5; 42.5,6

La perspective des nuages

Mon oreille avait entendu parler de toi; mais maintenant mon œil t'a vu.
Job 42.5

En 1927, on a décerné le premier Oscar du meilleur film à Wings, un film muet relatant l'histoire de deux aviateurs américains durant la Première Guerre mondiale. Au cours du tournage, le directeur en a interrompu la production pendant plusieurs jours. À des producteurs contrariés lui ayant demandé pourquoi, il a répondu «Nous n'avons que du ciel bleu. Le conflit aérien ne sera pas aussi visible sans nuages. Les nuages donnent de la perspective.» Il avait raison. Ce n'est que contre un arrière-plan nuageux que le spectateur pouvait réellement voir se livrer les combats aériens.

Nous souhaitons souvent avoir un ciel d'azur plutôt que des nuages annonçant l'orage. Pourtant, un ciel nuageux peut nous révéler la fidélité de Dieu. Le rappel des nuages de notre vie nous permet de voir que Dieu se montre fidèle dans nos épreuves.

Au début de ses terribles souffrances, Job s'est plaint ainsi: «Périsse le jour où je suis né [...] que des nuées établissent leur demeure au-dessus de lui» (Job 3.3-5). Son désespoir a persisté longtemps, jusqu'à ce que Dieu s'adresse à lui. Job s'est alors écrié «Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t'a vu» (42.5). Job a rencontré le Créateur souverain, ce qui a changé sa perspective sur les desseins de Dieu.

Le ciel de votre vie est-il nuageux aujourd'hui ? Plus tôt que vous ne l'imaginez, il se peut que Dieu utilise ces nuages pour vous faire voir sa fidélité. —H.D.F.

Les nuages du chagrin révèlent souvent le soleil éclatant de la face de Dieu. —Jasper

*****

18 mars • Lisez > 2 Corinthiens 2.12-17

Doux parfum

Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent.
2 Corinthiens 2.15

Il y a des parfums qui sont inoubliables. Dernièrement, mon mari m'a fait savoir qu'il ne lui restait presque plus crème à raser. «Je vais t'en acheter», lui ai-je offert. «Pourrais-tu acheter cette marque ? Son parfum me plaît beaucoup. C'est celle-là que mon père utilisait toujours», m'a-t-il demandé, en me montrant la bombe. J'ai souri en me remémorant la fois où un effluve du même shampoing que ma mère utilisait pour me laver les cheveux m'a ramenée en enfance. Chez Tom et moi, ces parfums suscitaient une réaction émotionnelle et évoquaient l'agréable souvenir de gens que nous aimions et qui avaient disparu.

Oliver Wendell Holmes a dit «L'odorat éveille plus facilement les souvenirs, l'imagination, les vieux sentiments et les associations que tout autre moyen.»

Et si de notre vie émanait un parfum qui attirait les gens à Dieu ? Dans 2 Corinthiens 2.15, il est écrit que «[nous] sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent». Notre parfum plaît à Dieu, mais il en attire également d'autres à lui ou les repousse. Nous qui comprenons le sacrifice de Jésus avons l'occasion d'être le «parfum de Christ» - un rappel de sa personne - auprès des autres.

Le doux parfum de la ressemblance avec Christ peut irrésistiblement attirer les gens au Sauveur. —C.H.K.

Lorsque nous marchons avec Dieu, de nous s'exhale un doux parfum incitant les autres à le suivre.

*****

19 mars • Lisez > Lisez: Luc 15.1-10

Cieux réjouissez vous !

[II] y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.
Luc 15.10

Joanne avait grandi au sein d'un foyer chrétien. Lorsqu'elle est entrée à l'université, elle s'est toutefois mise à douter de ses croyances et à s'éloigner de Dieu. Après avoir reçu son diplôme, elle a visité un certain nombre de pays, toujours à la poursuite du bonheur, mais sans jamais éprouver de satisfaction. Au cœur des difficultés, elle a reconnu que Dieu la poursuivait et qu'elle avait besoin de lui.

Depuis l'Allemagne, Joanne a téléphoné à ses parents aux Etats-Unis pour leur dire: «J'ai donné ma vie à Christ, et il est en train de me transformer ! Je regrette les soucis que je vous ai causés.» Ses parents en ont été si heureux qu'ils ont demandé à ses frères et à ses belles-sœurs de venir tout de suite. Ils voulaient leur annoncer la merveilleuse nouvelle en personne. «Votre sœur a reçu Christ !» leur ont-ils déclaré, émus aux larmes.

La femme dans Luc 15 qui a retrouvé la drachme perdue a appelé ses amis et ses voisins pour qu'ils se réjouissent avec elle (v. 9). Jésus a raconté cette histoire, ainsi que celles d'une brebis perdue et d'un fils perdu, aux chefs religieux de son époque pour leur montrer qu'il était venu sur la terre y chercher les pécheurs perdus. Lorsque nous acceptons le cadeau du salut de Dieu, on s'en réjouit tant sur la terre que dans le ciel, comme Jésus l'a dit: «[II] y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent» (v. 10). Comme il est merveilleux que Jésus soit venu nous sauver et que le ciel se réjouisse de notre réponse ! —A.M.C.

Lorsque l'on se repent, les anges s'en réjouissent.

*****

20 mars • Lisez > Psaume 115

Un amour mal placé

Leurs idoles sont de l'argent et de l'or, elles sont l'ouvrage de la main des hommes.
Psaume 115.4

Martin Lindstrom, auteur et conférencier, est d'avis que les téléphones cellulaires sont devenus à l'égal du meilleur ami d'un grand nombre de leurs propriétaires. Une expérience qu'il a menée au moyen d'une IRM lui a permis d'en découvrir la raison. Lorsque les participants voyaient ou entendaient leur téléphone sonner, leur cerveau propulsait des neurones dans la région associée aux sentiments d'amour et de compassion. À ce sujet, Lindstrom a dit: «C'était comme s'ils étaient en présence d'une petite amie, d'un petit ami ou d'un proche.»

Beaucoup de choses rivalisent pour gagner notre affection, notre temps et notre attention, si bien que nous devons toujours évaluer sur quoi nous centrons notre vie. Josué a dit aux Israélites qu'ils devaient aimer et adorer Dieu seul (Jos 24.14). Ce n'était pas rien, quand on considère les idoles qu'adoraient les nations voisines. Ces idoles étaient faites de métal et simplement l'ouvrage de mains d'hommes (Ps 115.4). Comparées au Seigneur, elles étaient tout à fait impuissantes. Par conséquent, on a exhorté les enfants de Dieu à trouver leur sécurité en lui et non en d'autres dieux (Jg 10.13-16). Jésus a d'ailleurs répété cette exhortation en parlant des commandements «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée» (Mt 22.37).

Dieu seul est notre secours et notre bouclier (Ps 115.9). Puissions-nous lui réserver notre adoration. —M.L.W.

Dieu est le plus digne de notre affection.

*****

21 mars • Lisez > Matthieu 25.14-21

Travaillant encore

C'est bien, bon et fidèle serviteur.
Matthieu 25.23

Presque centenaires, Vivian et Don sont mariés depuis plus de soixante-dix ans. Dernièrement, Vivian a perdu de sa vitalité en se fracturant la hanche. Le fait que depuis plusieurs années Don et Vivian s'attristent de constater qu'ils n'ont plus la force de participer activement à la vie et à l'œuvre de leur Église n'arrange d'ailleurs pas les choses.

Vivian et Don continuent néanmoins de travailler avec cœur pour le Seigneur, car ce sont des guerriers dans la prière. Même s'il se peut qu'ils ne soient pas toujours là en personne pour participer de manière visible à la vie de leur Église, reste qu'ils demeurent fidèles à Dieu en le servant «dans les coulisses».

Dans Matthieu 25, la parabole des talents nous rappelle que nous devons employer avec sagesse les «talents» que Dieu nous a donnés. Nous avons tous reçu de Dieu des aptitudes et des capacités à divers degrés. Or, nous ne devons ni enterrer ni sous-employer ce que Dieu nous a confié.

Dieu ne nous utilisera pas uniquement durant les années où nous serons au meilleur de notre forme, car nous pouvons lui être utiles tant dans notre vieillesse que dans notre jeunesse, tant dans la maladie que dans la faiblesse. Vivian et Don continuent de servir Dieu par la prière. Et comme eux, nous honorons notre Sauveur en employant nos aptitudes, «chacun selon sa capacité» (v. 15), au service de celui qui en est digne. —J.D.B.

Dieu peut se servir de vous à tout âge, si vous le lui permettez.

*****

22 mars • Lisez > Apocalypse 22.7-21

Bientôt !

Oui, je viens bientôt.
Apocalypse 22.20

L'annonce «BIENTÔT !» précède souvent les événements à venir dans l'industrie des spectacles et des sports, ou encore le lancement de la toute dernière technologie. Cela a pour but de créer de l'anticipation et de l'enthousiasme par rapport à ce qui se prépare, même s'il reste encore plusieurs mois avant que la chose ne se concrétise.

En lisant le livre de l'Apocalypse, j'ai été impressionné de constater le sentiment d'imminence dont le mot «bientôt» imprègne tout le livre. Au lieu de dire . «un jour, dans un futur lointain, Jésus-Christ reviendra sur la terre», le texte abonde en expressions comme «les choses qui doivent arriver bientôt» ( 1.1 ) et «le temps est proche» (v. 3). Trois fois dans le dernier chapitre, le Seigneur dit «[Je] viens bientôt» (Ap 22.7,12,20). D'autres traductions utilisent l'adverbe «promptement».

Comment cela est-il possible, puisque deux mille ans se sont écoulés depuis que ces paroles ont été écrites ? Le mot «bientôt» ne semble pas convenir à notre notion temporelle.

Au lieu de nous concentrer sur une date à donner à son retour, le Seigneur nous exhorte à nous en tenir à sa promesse, qui s'accomplira. Nous sommes appelés à vivre pour lui ici-bas, «en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ» (Tit 2.13). —D.C.M.

Vivez comme si Christ revenait aujourd'hui.

*****

23 mars • Lisez > Proverbes 6.16-19

Promouvoir l'unité

Il y a six choses que hait l'Éternel [...] et celui qui excite des querelles entre frères.
Proverbes 6.16-19

Le langage employé dans Proverbes 6.16-19 est fort. Parmi les sept choses que le Seigneur a en horreur se trouve celle qui consiste à exciter «des querelles entre frères». Si la Bible mentionne ce péché, c'est parce qu'il gâche l'unité que Christ désire pour ses disciples
(Jn 17.21,22).

Ceux qui excitent des querelles n'ont pas forcément l'intention de créer des divisions. Il se peut qu'ils se préoccupent plutôt de leurs besoins personnels ou des intérêts d'un groupe auquel ils appartiennent (Ja 4.1-10). Considérez le fait que les bergers de Lot se sont querellés avec ceux d'Abraham (Ge 13.1-18), les disciples de Christ se sont querellés entre eux au sujet de la prééminence de chacun (Lu 9.46), et les groupes semant la discorde au sein de l'Église de Corinthe ont élevé les factions sectaires au-dessus de l'unité de l'Esprit (1 Co 3.1-7).

Quel est donc le meilleur moyen de promouvoir l'unité ? Il commence par la transformation du cœur. En adoptant la pensée de Christ, nous adoptons une attitude empreinte d'humilité et de serviabilité (Ph 2.5-11). En lui seul, nous parvenons à considérer aussi les intérêts des autres, et non uniquement nos propres intérêts (v. 4). Ce faisant, les besoins et les espoirs d'autrui ne tardent pas à compter plus à nos yeux que les nôtres. En resserrant les liens d'amour qui nous unissent les uns aux autres, nous voyons les querelles faire place à la joie et à l'unité (voir Ps 133.1). —H.D.F.

Nous pouvons accomplir davantage ensemble que chacun à lui seul.

*****

24 mars • Lisez > Actes 1.1-11

Doux Témoin

[Et] vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.
Actes 1.8

Il y a plusieurs années, j'ai été hospitalisé après être tombé d'un pont haut de près de 12 m, une chute qui aurait pu me coûter la vie. Durant mon hospitalisation, la femme de mon compagnon de chambre s'est arrêtée pour me dire «Mon mari vient de m'expliquer ce qui vous est arrivé. Nous croyons que Dieu vous a épargné la vie parce qu'il veut vous utiliser. Nous prions pour vous.»

J'en ai été stupéfait. J'avais grandi en allant à l'église, mais je ne m'étais jamais imaginé que Dieu pouvait désirer faire partie de ma vie. Par ses propos, elle m'a rappelé un Sauveur dont j'avais entendu parler, mais que je ne connaissais pas - ce qui a marqué le début de ma conversion à Christ. Je chéris le souvenir de ces paroles provenant d'un doux témoin qui s'est donné la peine de dire quelque chose à un inconnu au sujet du Dieu dont l'amour est réel. Ses paroles m'ont transmis de l'amour et de l'intérêt, en m'offrant un sens à la vie et une promesse.

Jésus a mis ses disciples - et nous - au défi de parler aux autres de l'amour de Dieu «[Et] vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre» (Ac 1.8).

Par l'intervention du Saint-Esprit, nos paroles et notre témoignage peuvent faire une différence éternelle dans la vie des autres. —W.E.C.

Une parole douce peut faire plus que ce que l'on pourrait imaginer.

*****

25 mars • Lisez > Psaume 33.6-19

Qui est au centre ?

Les desseins de l'Éternel subsistent à toujours, et les projets de son cœur, de génération en génération.
Psaume 33.11

Dernièrement, j'ai vécu ce que je considère être un «moment copernicien». Je ne suis pas au centre de l'univers. Le monde ne tourne pas autour de moi. Il ne tourne ni à mon rythme, ni à mes conditions, ni selon mes préférences.

Même si nous souhaitions peut-être qu'il en soit autrement, la vie ne se résume pas à notre petite personne. Tout tourne autour du Seigneur. Dans le Psaume 33, nous lisons que toute la nature tourne autour de lui et de sa souveraineté (v. 6-9). C'est lui qui a délimité les mers et qui a enfermé les océans dans de vastes réservoirs. Tout dans la nature fonctionne selon les lois qu'il a établies.

Les nations tournent également autour du Seigneur (v. 10-12). Aucun dessein ni projet ne saurait se mesurer à celui de Dieu. En définitive, c'est le plan du Seigneur qui subsistera éternellement. Ses intentions ne pourront jamais être ébranlées.

Pour terminer, toutes les vies composant l'humanité tournent autour du Seigneur (v. 13-19). Dieu voit toute la race humaine. Ayant créé notre cœur, il comprend tout ce que nous faisons. Or, il a le pouvoir d'intervenir dans notre vie et de nous libérer de situations échappant à notre volonté.

Notre vie a été créée de manière à être centrée sur Dieu, et non sur nous-mêmes. Combien nous devrions être reconnaissants de servir un Dieu aussi puissant, qui est maître de toutes les sphères de notre vie ! —P.F.C.

Quand on meurt à tout ce qui est en soi, on vit pour le Dieu qui est supérieur à soi.

*****

26 mars • Lisez > Exode 8.1-15

Hors du chaos

[De] ne médire de personne, d'être pacifiques, modérés, pleins de douceur envers tous les hommes.
Tite 3.2

Tout ce que j'observe me pousse à croire à la véracité d'un certain fait : l'ordre n'est pas naturel. Quand je considère mon bureau, je m'étonne de la rapidité avec laquelle il sombre dans le chaos et de tout le temps qu'il me faut pour le ranger. L'ordre exige une intervention , il ne se produit pas naturellement.

Cela ne devrait pas m'étonner. Le rôle que Dieu joue en suscitant l'ordre à partir du chaos constitue un thème important de la Bible. C'est ce qu'il a fait en créant la nation d'Israël
(Ex 7 - 14). Lorsque Dieu a dit que le temps était venu de faire sortir le peuple hébreu d'Égypte, Pharaon s'y est opposé. Comme l'économie de sa nation dépendait des ouvriers hébreux, Pharaon refusait de les perdre. Pour convaincre Pharaon de changer d'avis, Dieu l'a frappé de dix fléaux. Les magiciens de Pharaon sont parvenus à reproduire les deux premiers fléaux, mais sans parvenir à en éliminer un seul. C'est donc dire qu'ils étaient capables de créer le chaos, mais incapables de restaurer l'ordre. Dieu seul en est capable.

Au prix de grands efforts, nous pouvons mettre de l'ordre dans nos espaces de vie, mais aucun de nous n'est capable de mettre de l'ordre dans le chaos émotionnel et spirituel de notre vie. Dieu seul le peut. Il remet de l'ordre dans nos situations chaotiques lorsque nous vivons conformément à sa volonté divine: en ne médisant de personne, et en étant pacifiques, modérés et pleins de douceur envers tous les hommes (Tit 3.2). —J.A.L

Si nous mettons nos problèmes entre ses mains,
Dieu mettra sa paix dans notre cœur.

*****

27 mars • Lisez > Tite 3.1-11

Relié à la vie

[II] nous a sauvés [...] selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit.
Tite 3.5

À l'âge de 16 ans, Morris Frank (1908-1980) avait déjà entièrement perdu la vue. Plusieurs années après, il s'est rendu en Suisse, où il a rencontré Buddy, le chien qui allait contribuer à convaincre Frank de s'engager envers Seeing Eye, une école de chiens qui guident les aveugles.

Avec Buddy pour lui montrer la voie, Frank a appris à emprunter des intersections et des trottoirs achalandés. Pour décrire la liberté que son guide canin lui procurait, Frank a déclaré «C'était glorieux juste [Buddy] et une lanière de cuir pour me relier à la vie". Buddy a procuré à Morris Frank un nouvel accès au monde qui l'entourait.

Le Saint-Esprit de Dieu nous donne accès à une vie spirituelle abondante en Christ. Lorsque nous acceptons Christ comme Seigneur, Dieu nous lave de nos péchés et nous restaure grâce au «Saint-Esprit», qu'il «a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur» (Tit 3.5,6). Une fois que nous avons fait la connaissance de Christ, le Saint-Esprit nous aide à faire l'expérience de l'amour de Dieu (Ro 5.5), à comprendre la Parole de Dieu (Jn 14.26), à prier (Ro 8.26) et à être remplis d'espérance (Ro 15.13).

Aujourd'hui, tandis que vous réfléchissez à votre relation avec Dieu, rappelez-vous que l'Esprit est votre guide vers la vie en Christ (Ro 8.14). —J.B.S.

Le Saint-Esprit nous guide vers la connaissance et la croissance spirituelle.

*****

28 mars • Lisez > Psaume 130

En attente...

Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.
Romains 12.12

Jour après jour, pendant des années, Harry a parlé au Seigneur du souci qu'il se faisait pour John, son gendre qui s'était détourné de Dieu. Puis Harry est mort. Quelques mois plus tard, John est retourné à Dieu. Lorsque Marsha, sa belle-mère, lui a fait savoir que Harry avait prié pour lui chaque jour, John lui a affirmé «J'ai trop attendu.» À cela, Marsha a toutefois répondu avec joie «Le Seigneur exauce encore les prières que Harry a faites durant sa vie ici-bas.»

L'histoire de Harry est une source d'encouragement pour nous qui prions et attendons. Il a continué de «[persévérer] dans la prière» et de patienter (Ro 12.12).

L'auteur du Psaume 130 a vécu ce que c'est que d'attendre en priant. Il a dit: «J'espère en l'Éternel, mon âme espère» (v. 5). Il a trouvé l'espoir en Dieu parce qu'il savait que «la miséricorde est auprès de l'Éternel, et la rédemption est auprès de lui en abondance» (v. 7).

L'auteur Samuel Enyia a écrit ce qui suit au sujet du temps de Dieu «Dieu ne dépend pas de notre temps. Notre temps est chronologique et linéaire, mais Dieu [...] est atemporel. Il agira lorsque son temps sera pleinement venu. Notre prière [. .] ne pousse pas forcément Dieu à agir, mais [...] nous place devant lui et en communion avec lui.»

Quel privilège nous avons de communier avec Dieu dans la prière et d'attendre qu'il nous réponde en son temps ! —A.M.C.

Il se peut que Dieu tarde à exaucer notre requête, mais il ne trahira jamais notre confiance.

*****

29 mars • Lisez > 1 Pierre 2.9-12

Un monde meilleur

Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que [...] ils remarquent vos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera.
1 Pierre 2.12

Dans une des bandes dessinées de Peanuts que je préfère, dans laquelle Charlie Brown apparaît, une Lucy toujours très sûre d'elle déclare: «Comment le monde pourrait-il empirer avec moi dedans ? Depuis le jour de ma naissance, le monde s'est nettement amélioré !»

Bien entendu, Lucy émet une opinion irréaliste et très haute d'elle-même, mais elle soulève une idée intéressante. Que se passerait-il si nous tentions de faire du monde un meilleur endroit en manifestant l'amour de Christ partout où Dieu nous place ?

En écrivant à des croyants persécutés, Pierre leur a conseillé ceci: «Ayez [...] une bonne conduite» (1 Pi 2.12), en faisant de bonnes œuvres qui en viendront à glorifier Dieu." Autrement dit, nous pouvons faire de notre monde un meilleur endroit par nos actions. Réfléchissez à la différence que des œuvres empreintes de l'amour, de la miséricorde, du pardon, de la justice et de la paix de Christ feraient dans notre monde. Je me suis toujours dit que, si nous mettions ce verset en pratique, les gens diraient peut-être «Notre bureau est un meilleur endroit parce que _________________ travaille ici.» Ou encore «Notre quartier est un meilleur milieu de vie.» Ou bien «Notre école est une meilleure école.»

Nous ne pouvons changer le monde entier par nous-mêmes, mais par la grâce de Dieu, nous pouvons laisser la différence que Christ a faite en nous faire une différence dans le monde qui nous entoure. —J.M.S.

Chacun peut faire quelque chose pour laisser Christ briller par lui.

*****

30 mars • Lisez > Matthieu 5.1-10

Heureux les débonnaires

Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre !
Matthieu 5.5

L'ennui avec le mot débonnaire, c'est qu'il fait penser à bonasse. Un certain dictionnaire offre pour définition secondaire au mot débonnaire: «trop soumis; qui s'en laisse facilement imposer; mou; lâche». Cela amène d'ailleurs certaines personnes à se demander pourquoi Jésus a dit «Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre !» (Mt 5.5.)

L'érudit du grec W. E. Vine dit que, dans la Bible, la bonté constitue une attitude à l'égard de Dieu «par laquelle nous acceptons sa façon d'agir envers nous comme étant bonne, et ne méritant donc pas que nous nous y opposions ou que nous y résistions.» Elle se voit en Jésus, en ce sens qu'il se plaisait à faire la volonté de son Père.

Vine ajoute que «la bonté que le Seigneur a manifestée et a demandé aux croyants de manifester constitue le fruit de la puissance. [...] Le Seigneur était «bon» parce que les ressources infinies de Dieu étaient sous ses ordres». Il aurait pu faire descendre les anges du ciel pour lui éviter la Crucifixion.

Jésus a dit à ses disciples fatigués et chargés . «Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos pour vos âmes» (Mt 11.29). Il était l'exemple parfait de la bonté.

Lorsque nous sommes fatigués et inquiets, Jésus nous invite à découvrir la paix que procure le fait de compter humblement sur lui. —D.C.M.

Dieu a deux résidences: le ciel, et puis le cœur doux et reconnaissant. —Walton

*****

31 mars • Lisez > Romains 5.12-21

Trop d'eau embouteillée

[Comme] par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes.
Romains 5.18

Ici, aux États-Unis, nous buvons énormément d'eau embouteillée depuis de nombreuses années. Même si la plupart des gens ont accès à une source d'eau potable sûre, qui est gratuite et qu'ils peuvent obtenir des robinets et des buvettes, ils achètent quand même de l'eau embouteillée. Choisir de payer pour quelque chose dont je peux jouir gratuitement n'a aucun sens à mon avis, mais il y a des gens qui croient qu'un produit acheté est supérieur à tout ce qu'ils reçoivent gratuitement.

Ce principe déborde parfois dans notre vie spirituelle. Il y en a qui ont du mal à accepter que le salut soit offert gratuitement. Ils veulent faire quelque chose pour le mériter. L'ennui, c'est que personne n'en a les moyens. Le salut a pour prix la perfection (Mt 19.21), et Jésus est le seul à avoir pu en payer le prix (Ro 5.18). À quiconque a soif, il promet de «[donner] de la source de l'eau de la vie, gratuitement» (Ap 21.6).

Il y a des gens qui cherchent à acheter l'eau vive du salut en faisant de bonnes œuvres et des dons de bienfaisance. Or, même s'il s'agit de formes de service spirituel auxquelles Dieu accorde de la valeur, elles ne sont pas ce que Dieu exige pour le pardon de nos péchés. Jésus a déjà payé le prix en mourant à notre place, et il nous offre d'étancher notre soif spirituelle lorsque nous buvons gratuitement à même la source d'eau de Dieu, qui ne tarira jamais. —J.A.L.

Jésus est la seule source d'eau pouvant étancher la soif de l'âme.

*****

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris