bible-ouverte - accueil ligne

  Imprimer E-mail

Le point de vue biblique
LE LÉGALISME: CANCER DE L’ÉGLISE?

L’un des grands défis que tout chrétien sérieux rencontrera dans sa marche avec Dieu est celui d’arriver à bien se positionner dans son rapport avec la Parole de Dieu et l’amour de Dieu. Un jour ou l’autre, il lui arrivera de ne pas savoir exactement comment réagir devant une situation délicate où son jugement pourrait avoir des conséquences périlleuses pour les gens concernés. Que fera-t-il?

Confusion

Nous vivons dans une génération qui aime redéfinir les fondements sur lesquels elle s’appuie. Ainsi, la signification de l’amour n’a plus tout à fait la même saveur que celle qui provient de la Parole de Dieu. Selon Dieu, l’amour est avant tout un acte aux conséquences sacrificielles alors que notre monde le considère plutôt comme un jeu de consommation mutuelle. Aimer, ce n’est plus donner sa vie pour l’autre, c’est consommer l’autre pour assouvir ses propres appétits. Voilà pourquoi tant de chrétiens sont actuellement très confus quant à la définition qu’ils ont de l’amour. Pour certains, l’application littérale de la Parole de Dieu manifeste un manque d’amour flagrant. Et pour les autres, aimer les gens d’une manière un peu plus inconditionnelle leur semble un compromis douteux avec la Parole de Dieu.

La Parole de Dieu ou l’amour?

Dans bien des cas où notre jugement est requis, nous nous retrouvons dans un dilemme éthique où nous croyons avoir à choisir entre l’application de la Parole de Dieu et l’amour. En fait, nous opposons ces deux notions, pourtant autant bibliques l’une que l’autre. Tout cela parce que nous ne savons plus ce qu’est l’amour selon Dieu. Voici une définition venant de Jésus: «Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.» Jean 13:34. En lisant attentivement ce verset, on réalise que Jésus nous donne la recette à suivre: «…comme je vous ai aimés…». Donc, pour découvrir ce qu’est l’amour, il nous suffit seulement d’observer Jésus aimer les gens et ce, en lisant les quatre Évangiles. Nous ne devons pas aimer selon notre manière adamique, mais selon le modèle de Jésus. Et croyez-moi, on ne parle pas ici de la même chose.

Une simple question de symbiose

En Jésus, l’amour et la Parole de Dieu sont unis dans une symbiose parfaite. Jamais Jésus ne fera de compromis avec Sa Parole, mais toujours il aimera les gens avec générosité. Et Son amour est encore plus manifeste envers les pécheurs qu’il est envers les religieux de Son temps. Curieusement, ce ne sont pas ceux qui semblaient mériter davantage son approbation qui ont été l’objet de Son amour, mais ceux qui ne la méritaient pas.

Les légalistes

Les pharisiens faisaient parti de l’élite spirituelle et sociale de l’époque. Leur principal cheval de bataille était l’application stricte de la doctrine biblique telle que reconnu par le rabbinat du temps. Ils se tenaient éloignés du mal et des gens de mauvaises vie, ils payaient scrupuleusement leur dîme et sondaient les écritures avec minutie. Or, l’Évangile de Jean nous rapporte ce que Jésus pensait d’eux: «Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père.» Jean 8:44a. Il n’est pas certain que nous aurions été du même avis que Jésus si nous avions vécu à son époque. Je dis cela parce que les pharisiens étaient ce genre de personne à qui on ne trouvait rien à reprocher. Ils étaient les hommes les plus en règle avec Dieu, du moins à la vue. Mais dans les faits, nous dit Jésus, ils étaient fils du diable.

Pourquoi?

Parce qu’ils portaient des fruits dignes du diable. Leur approche de l’étude de la Parole de Dieu ne produisait pas le fruit recherché par le Seigneur, c’est à dire: aimer les gens. Au contraire, ils méprisaient ouvertement tout ceux qui ne leur ressemblaient pas. Or, le fruit de l’Esprit est: «l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance;». Si la Parole de Dieu ne produit pas ses fruits dans nos vies, il se peut que nous soyons légalistes, c’est à dire trop attachés à la doctrine et trop peu concernés par les gens.

Conclusion

Par soucis d’équilibre, souvenons-nous seulement que la doctrine biblique sans l’amour conduit à des excès de légalismes peu féconds, alors que l’amour sans la doctrine biblique conduit à une attitude sentimentale tout aussi peu féconde sur le plan spirituel. L’idéal est de bien mélanger ces deux notions.

Jean 13:34-35
«Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.»

Réal Gaudreault, pasteur de l’Assemblée Chrétienne La Bible Parle, Saguenay.

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris