accueil hiver ligne  bible-ouverte

  Imprimer E-mail

Le point de vue biblique
«DES FABLES»

Comme nous l’avons vu la semaine dernière, notre époque est dominée par des intellectuels dont les paroles font autorité en toute matière. Selon les scientifiques, l’homme moderne a su s’affranchir de la grande noirceur du Moyen âge pour se doter de systèmes d’études objectifs. Merci à vous, grands intellectuels car sans vous, nous serions encore dans les ténèbres et la confusion.

Mémoire sélective

Toutes les fois que des intellectuels s’expriment au sujet de la religion, ils nous récitent cette ennuyeuse liste des mauvais coups perpétrés par l’Église à travers les siècles. À les entendre, l’Église n’a rien fait de bon. Ne leur demandez donc pas de vous citer un exemple positif à propos de l’Église, car ils n’en savent rien. C’est ce que j’appelle la mémoire sélective. Autrement dit, on se souvient que des choses qui font notre affaire. Pour eux, l’Église n’a été qu’un élément visant à empêcher l’évolution de l’homme moderne. Or, c’est faux! Ceux qui récitent ce vieux cantique sont des ignorants profonds de la réalité historique de ce qu’a été l’Église au cours des 2000 dernières années.

Les premiers érudits

Les premiers hommes de sciences étaient tous des croyants et des hommes impliqués dans leur Église. La liste de ces grands penseurs et philosophes chrétiens est si importante que je manquerais d’espace pour les mentionner tous ici. Néanmoins, Saint Augustin qui passe pour un des plus grands génies de l’histoire humaine en fait partie. Que dire aussi du moine Abélard qui au XIIe siècle, fondait à Paris, ce qui est devenu aujourd’hui l’une des universités les plus prestigieuses au monde. L’essor pour le développement de la science a été stimulé par la connaissance de la Parole de Dieu.

Maintenir dans l’ignorance

Il est vrai que l’Église catholique romaine s’est bien souvent dressée devant ces hommes pour freiner leur ardeur à la recherche. Cependant, il ne faut pas oublier que cette Église était souvent éloignée de la Parole de Dieu. Si elle avait gardé ce dépôt, elle n’aurait probablement pas agi de la sorte. Contrairement à ce que bien des gens croient, la Bible n’est pas un livre qui freine la connaissance, mais plutôt qui la stimule. L’Église catholique maintenait ses fidèles dans l’ignorance, phénomène qu’on ne peut imputer à la Bible qui enseigne le contraire. Comme je le disais plus haut, l’Église a bien sûr ses torts, mais attention, elle a aussi été la première institution occidentale à étudier les phénomènes naturels d’un point de vue plus scientifique.

Pourquoi donc?

La Bible elle-même déclare: «La crainte de l’Éternel est le commencement de la science; les insensés méprisent la sagesse et l’instruction.» Proverbes 1:7. «Toutes les paroles de ma bouche sont justes, elles n’ont rien de faux ni de détourné; toutes sont claires pour celui qui est intelligent, et droites pour ceux qui ont trouvé la science. Préférez mes instructions à l’argent, et la science à l’or le plus précieux; car la sagesse vaut mieux que les perles, elle a plus de valeur que tous les objets de prix.» Proverbes 8:8-10.

Ces deux textes traitent de l’origine de la science. Le mot hébreux pour science est «dah’ath» et il fait référence à l’habileté à saisir la connaissance. Non, la Bible n’a jamais été contre la science. Au contraire, elle est à l’origine des premiers grands esprits scientifiques du monde.

À la semaine prochaine.

Réal Gaudreault, pasteur de l’Assemblée Chrétienne La Bible Parle, Saguenay.

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris