npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

 

Notre Pain Quotidien - Décembre 2018 


 Notre Pain Quotidien - Décembre 2018 - Des Chênes en hiver, givre et brouillard

1er Décembre • Lisez > Jean 1.1-14

La vue à distance de 460 km

Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
Jean 1.9

«Ma perspective de la terre a changé du tout au tout la première fois que je suis allé dans l’espace», a déclaré l’astronaute Charles Frank Bolden Jr, de la navette spatiale américaine. À distance de 460 km de la Terre, tout y semblait paisible et magnifique. Après avoir survolé le Moyen-Orient, Bolden s’est toutefois rappelé s’être senti «brusquement ramené à la réalité» par le souvenir du conflit qui ne cessait de ravager cette région du monde. Lors d’une entrevue accordée au cinéaste Jared Leto, Bolden a dit avoir alors vu la Terre telle qu’à son avis elle devrait être, puis s’être senti poussé à faire tout en son pouvoir afin d’améliorer le sort du monde.

Lorsque Jésus est né, à Bethléhem, le monde n’était pas tel qu’il l’avait voulu. Dans toutes ces ténèbres morales et spirituelles, Jésus est venu apporter la vie et la lumière à tous (Jn 1.4). Même si le monde ne l’a pas reconnue, «à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu» (v. 12).

Quand la vie ne se déroule pas comme elle le devrait, nous en éprouvons une grande tristesse - une famille éclate, des enfants souffrent de malnutrition et la guerre sévit un peu partout dans le monde. Reste que Dieu promet que, par la foi en Christ, il est permis à n’importe qui de donner une nouvelle direction à sa vie.

Noël nous rappelle que Jésus, le Sauveur, accorde le don de la vie et de la lumière à quiconque le recevra et suivra Christ. — David Mccasland

Nul n’est tel qu’il doit être, mais Dieu transforme chacun à son gré.

*****

2 Décembre • Lisez > Psaume 116.5-9

Des conversations intimes

Mon âme, bénis l’Éternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom !

Psaume 103.1

Vous arrive-t-il de vous parler à vous-même ? Parfois, quand je travaille à un projet - généralement sous le capot d’une voiture -, je trouve utile de me parler à voix haute pour passer en revue mes options quant au meilleur moyen d’effectuer une certaine réparation. Si quelqu’un me surprend en pleine «conversation», il peut arriver que j’en éprouve un léger embarras - même si la plupart d’entre nous se parlent à eux-mêmes tous les jours.

Les psalmistes se sont souvent parlé à eux-mêmes. L’auteur du Psaume 116 n’y fait d’ailleurs pas exception. Dans le verset 7, il écrit: «Mon âme, retourne à ton repos, car l’Éternel t’a fait du bien.» Se remémorer la bonté et la fidélité passées de Dieu constitue pour lui une source pratique de consolation et d’aide présentes. Or, ces «conversations» ponctuent souvent le livre des Psaumes. Dans le Psaume 103.1, David se dit d’ailleurs: «Mon âme, bénis l’Éternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom !» Et dans le Psaume 62.6, il affirme ceci: «Oui, mon âme, confie-toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance.» Il est bien de nous rappeler la fidélité de Dieu et l’espoir que nous avons en lui, en nous inspirant de l’exemple du psalmiste qui s’emploie à nommer les nombreuses façons dont Dieu use de bonté envers nous. Ce faisant, nous en tirerons un encouragement. Le même Dieu qui s’est montré fidèle par le passé continuera à l’avenir de nous prodiguer son amour. — James Banks

Nous remémorer la bonté de Dieu peut nous garder dans la paix.

*****

3 Décembre • Lisez > Jacques 1.22-27

Écouter ou agir ?

[Visitez] les orphelins et les veuves dans leurs afflictions.
Jacques 1. 27

Une nuit, le téléphone a sonné. On informait mon mari, qui est pasteur, que l’on conduisait à l’hôpital une septuagénaire de notre assemblée. Il s’agissait d’une guerrière de la prière qui vivait seule et était devenue malade au point de ne plus pouvoir manger, boire, voir et marcher. Ignorant si elle survivrait ou mourrait, nous avons demandé à Dieu de lui venir en aide et de lui faire miséricorde, car nous nous préoccupions beaucoup de son bien, L’Église est passée immédiatement à l’action en instaurant un échéancier de visites jour et nuit qui a eu pour effet non seulement d’œuvrer auprès de notre être cher, mais encore de témoigner de l’amour de Christ à d’autres patients, à des visiteurs et au personnel médical.

L’épître que Jacques a adressée aux premiers chrétiens juifs a encouragé l’Église à prendre soin des gens démunis. Jacques tenait à ce que les croyants ne se bornent pas à écouter la Parole de Dieu, mais mettent aussi leur foi en action (1.22-25). En évoquant la nécessité de veiller au bien des orphelins et des veuves (v. 27), il a nommé un groupe de gens vulnérables, car la famille en avait la charge dans l’Antiquité.

Comment nous comporter envers les gens vulnérables de notre Église et de notre
communauté ? Percevons-nous les soins à apporter aux veuves et aux orphelins comme étant primordiaux dans l’exercice de notre foi ? Puisse Dieu ouvrir nos yeux sur les occasions qui s’offrent à nous de servir partout les gens démunis. — Amy Boucher Pye

La vraie foi exige non seulement nos paroles, mais aussi nos actions.

*****

4 Décembre • Lisez > Psaume 119.161-168

Le trésor du tombeau 7

Je me réjouis de ta parole, comme celui qui trouve un grand butin.
Psaume 119.162

En 1932, l’archéologue mexicain Antonio Caso a découvert le tombeau 7 à Monte Alban, dans l’État de l’Oaxaca. Il y a trouvé plus de quatre cents objets manufacturés y compris des centaines de bijoux de l’époque préhispanique qu’il appelle «Le trésor de Monte Alban». Il s’agit d’ailleurs de l’une des découvertes majeures de l’archéologie mexicaine. On ne peut qu’imaginer l’exaltation de Caso tenant une tasse d’un jade de la plus grande pureté.

Des siècles auparavant, le psalmiste a écrit au sujet d’un trésor plus précieux que l’or et que le cristal: «Je me réjouis de ta parole, comme celui qui trouve un grand butin» (Ps 119.162). L’auteur du Psaume 119 reconnaît que les instructions et les promesses de Dieu sont si précieuses qu’il les compare au butin exceptionnel d’un conquérant.

On se rappelle aujourd’hui le nom de Caso grâce à sa découverte du tombeau 7, qu’il nous est possible de visiter dans un musée de l’Oaxaca. Nous avons cependant le trésor du psalmiste sous la main. Jour après jour, nous pouvons fouiller dans la Bible pour y trouver des diamants de promesses, des rubis d’espoir et des émeraudes de sagesse. Reste que le plus précieux des trésors que nous pouvons y découvrir est la personne même qu’elle nous présente: Jésus. Après tout, c’est lui qui en est l’auteur.

Consultons-la avec l’assurance d’y trouver le trésor qui nous enrichira, comme le psalmiste l’a dit: «Tes préceptes sont pour toujours mon héritage, car ils sont la joie de mon coeur»
(v. 111 ). — Keila Ochoa

La Parole de Dieu est un bien précieux et un guide de vie.

*****

5 Décembre • Lisez > Jean 8.12-20

Les lumières de Noël

Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.
Jean 8.12

Chaque année, pendant plusieurs semaines avant Noël, la ceinture touristique de Singapour, l’Orchard Road, se transforme en féerie de lumières et de couleurs. Ce festival des lumières vise à attirer les touristes afin qu’ils dépensent leur argent dans les nombreux magasins qui longent cette rue durant le «mois des affaires en or». Les gens y viennent pour jouir des festivités, entendre les chorales chanter des cantiques de Noël bien connus et assister à des spectacles divertissants.
Le tout premier «festival des lumières» n'a d’ailleurs pas été créé grâce à l’utilisation de câbles électriques, de paillettes ou de néons, mais grâce à celle de «la gloire du Seigneur [resplendissant] autour d’eux» (Lu 2.9). Aucun touriste ne l’a vu, seuls quelques simples bergers dans les champs, et il a été suivi d’une interprétation inattendue par une chorale d’anges du chant «Gloire à Dieu au plus haut des deux» (v. 14).

Les bergers se sont rendus à Bethléhem pour voir si les anges avaient dit vrai (v. 15). Après en avoir obtenu la confirmation, ils n’ont pu garder secret ce qu’ils avaient vu et entendu. «Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant» (v. 17).

Nous sommes très nombreux à avoir déjà entendu l’histoire de la Nativité. Ce Noël, pourquoi ne pas répandre la bonne nouvelle que Christ - «la lumière du monde» - est venu parmi nous (Jn 8.12) ? — C.P. Hia

Le don de l’amour de Dieu en nous peut illuminer toutes ténèbres.

*****

6 Décembre • Lisez > Psaume 141.1-3

Une bonté incessante

Soyez bons les uns envers les autres, compatissants.
Éphésiens 4.32

Enfant, je dévorais les livres du pays d’Oz, de L. Frank Baum. Je suis tombé dernièrement sur un exemplaire de Rinkitink in Oz comportant toutes les illustrations originales. J’ai alors bien ri en revoyant les bouffonneries irrépressibles que Baum prêtait au bon roi Rinkitink, ce pragmatique. Le jeune prince Inga l’a d’ailleurs parfaitement bien décrit: «Il a bon cœur et il est doux, ce qui vaut beaucoup mieux que d’être sage.»

Quelle description simple et empreinte d’une grande sensibilité ! Pourtant, qui n’a jamais heurté personne d’une parole blessante ? Ce faisant, nous troublons la paix et le silence, risquant du même coup d’éliminer une grande partie du bien que nous avons fait envers nos êtres chers. «Un soupçon de méchanceté équivaut à une grande offense», nous dit Hannah More, une écrivaine anglaise du XVIIIe siècle.

La bonne nouvelle: bien qu’il soit impossible à tous de prêcher un sermon inspirant, de répondre à des questions pointues ou d’évangéliser en masse, il nous est possible à tous d’user de bonté.

Comment ? Par la prière, le seul moyen d’adoucir notre cœur: «Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres ! N’entraîne pas mon cœur à des choses mauvaises [ou à la dureté] !» (Ps 141.3,-4.)

Dans un monde où l’amour s’est refroidi, la bonté de Dieu est l’une des choses les plus utiles à la guérison que nous puissions offrir aux autres. — David Roper

Savoir que Dieu m’aime plus que tout me pousse à aimer. O. Chambers

*****

7 Décembre • Lisez > Éphésiens 4.1-6

Une merveilleuse unité

[Vous] efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix.
Éphésiens 4.3

Il est extrêmement rare de voir trois grands prédateurs se câliner et jouer ensemble. Pourtant, c’est précisément ce qui se produit chaque jour dans un sanctuaire animalier de la Géorgie. En 2001, après avoir été négligés et maltraités pendant des mois, un lion, un tigre du Bengale et un ours noir ont été secourus par le Noah’s Ark Animal Sanctuary. À leur sujet, le directeur adjoint a déclaré: «Nous aurions pu les séparer, mais puisqu’ils nous sont arrivés comme un genre de famille, nous avons décidé de les garder ensemble.» Ces trois amis avaient trouvé du réconfort les uns dans les autres durant leur période de mauvais traitements, et, malgré leurs différences, ils vivaient en paix ensemble.

L’unité est une merveilleuse chose. Par contre, l’unité au sujet de laquelle Paul a écrit dans son épître aux croyants d’Éphèse est unique. Paul a encouragé les Éphésiens chrétiens à vivre conformément à leur vocation de membres du corps de Christ (Ep 4.4-5). Par la puissance du Saint-Esprit, ils parviendraient ainsi à vivre dans l’unité en acquérant humilité, douceur et patience. Ces attitudes nous permettent également de nous «supporter les uns les autres avec amour» (v. 2).
En dépit de nos différences au sein de la famille de Dieu, nous avons été réconciliés en lui par la mort de notre Sauveur et les uns avec les autres par l’œuvre continue du Saint-Esprit dans notre vie. — Marvin Williams

Nous préservons notre unité en étant unis par l’Esprit.

*****

8 Décembre • Lisez > Néhémie 12.27-43

Le son multicanal

[Les] cris de joie de Jérusalem furent entendus au loin.
Néhémie 12.43

Les studios Walt Disney ont été les premiers à présenter un nouveau concept d’écoute cinématographique. On l’appelait «son stéréophonique» ou «son multicanal», et on l’a développé parce que des producteurs désiraient que les cinéphiles entendent la musique d’une nouvelle façon.
Ce n’est toutefois pas la première utilisation ayant été faite du «son multicanal». Des milliers d’années auparavant, Néhémie en avait présenté l’idée de lors de la dédicace de la muraille de Jérusalem: «Je fis monter sur la muraille, les chefs de Juda, et je formai deux grands chœurs. Le premier se mit en marche du côté droit sur la muraille." A la porte du fumier , au sud, (et) les chœurs sont allés chacun de son côté, pour entourer Jérusalem de louanges en direction du Temple (v. 31,37-40).

Ils ont amené les Juifs à se réjouir, car «Dieu avait donné au peuple un grand sujet de joie»
(v. 43), dont les cris «furent entendus au loin» (v.43).

Leurs louanges étaient issues de l’aide que Dieu leur avait procurée pour vaincre leurs ennemis, comme Sanballat, et pour rebâtir la muraille. Qu’est-ce que Dieu nous a donné pour que nous éclations de joie en louanges ? Une direction claire pour notre vie ? Le réconfort que lui seul peut nous apporter dans la tempête ? Ou encore, notre don ultime: le salut ?

Il se peut que nous ne puissions pas produire de «son multicanal» par nos louanges, mais nous avons «un grand sujet de joie» de la part de Dieu, témoignant ainsi de l’œuvre que Dieu accomplit en nous. Dave Branon

Nous ne saurions jamais trop louer Jésus.

*****

9 Décembre • Lisez > Actes. 4 32-37; 9.26-27

Le don d’encourager

Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d’exhortation [...] vendit un champ qu’il possédait, apporta l’argent, et le déposa aux pieds des apôtres.
Actes 4.36-37

Une vieille chanson de Merle Haggard, «If We Make It Through December» (Si nous survivons au mois de décembre), raconte l’histoire d’un ouvrier d’usine qui, ayant été mis à pied, n’a pas de quoi acheter de cadeau de Noël à sa fillette. Bien que le mois de décembre soit censé être une période joyeuse de l’année, sa vie semble être sombre et froide.

Bien qu’il ne soit pas unique au mois de décembre, le découragement est susceptible de s’aggraver en cette période. Or, un petit encouragement peut être d’une grande aide.

Joseph comptait parmi les premiers disciples de Jésus. Les apôtres l’appelaient Barnabas, qui signifie «fils d’exhortation». Nous faisons sa connaissance dans Actes 4.36-37, où il vend un terrain et en donne l’argent afin qu’il serve au soutien financier de croyants démunis. Plus tard, nous lisons que les disciples redoutaient Saul (Ac 9.26), mais que «Barnabas, l’ayant pris avec lui, le conduisit vers les apôtres» (v. 27). Saul, ultérieurement appelé Paul, avait auparavant cherché à tuer les croyants, mais Barnabas a pris sa défense, car Christ l’avait transformé.

Partout, des gens ont soif d’encouragement. Une parole, un appel téléphonique ou une prière à propos peut augmenter leur foi en Jésus.

Il se pourrait que la générosité et le soutien que Barnabas a manifestés soient le plus beau cadeau à offrir ce Noël. — David Mccasland

Un encouragement pourrait être le meilleur cadeau à offrir ce Noël.

*****

10 Décembre • Lisez > Proverbes 27

Les blessures d’un ami

Les blessures ami prouvent sa fidélité.
Proverbes 27.6

Charles Lowery s’est plaint à un ami de douleurs aux reins. Or, au lieu de la sympathie escomptée, il a reçu une évaluation franche du problème: «Je ne crois pas que ton mal de dos soit le problème; c’est ton ventre qui l’est. Tu as le ventre tellement gros qu’il presse contre ton dos. »

Dans sa chronique du REV! Magazine, Charles dit avoir résisté au désir de s’en offusquer. Il a maigri et son problème de dos a disparu, donnant ainsi raison à la Bible: «Mieux vaut une réprimande ouverte qu’une amitié cachée. Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité»
(Pr 27.5-6).

L’ennui, c’est que nous préférons souvent permettre aux éloges de nous perdre plutôt qu’à la critique de nous sauver, car la vérité fait mal. Elle meurtrit notre ego, nous met mal à l’aise et exige un changement.

Les véritables amis n’éprouvent aucun plaisir à nous blesser. C’est qu’ils nous aiment trop pour nous tromper. Ce sont des gens qui, armés d’un courage empreint d’amour, nous signalent ce que nous savons peut-être déjà, mais que nous avons du mal à vraiment accepter et auquel nous trouvons difficile de conformer notre vie. Ils nous disent à la fois ce que nous aimerions entendre et ce qu’il nous faut entendre.

Salomon a d’ailleurs honoré une telle amitié dans le livre des Proverbes. Jésus est allé encore plus loin, en subissant les blessures de notre rejet non seulement pour nous avoir dit la vérité à notre propre sujet, mais encore pour nous avoir dit à quel point il nous aime.

Le véritable ami est celui qui vous dit la vérité avec amour.

*****

11 Décembre • Lisez > 1 Rois 18.41-45

Servir Dieu par nos prières

La prière fervente du juste a une grande efficacité.
Jacques 5.16

Dieu choisit souvent d’agir au moyen de nos prières pour accomplir son œuvre. Nous le constatons dans l’exhortation à prier «jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison» que Dieu a adressée au prophète Élie (Ja 5.7). Même si Dieu avait promis la pluie, peu après «Élie monta au sommet du Carmel; et, se penchant contre terre, il mit son visage entre ses genoux» (1 R 18.42). Puis, tout en continuant de prier, Élie a envoyé son serviteur «sept fois» afin qu’il monte regarder vers la, mer pour guetter l’arrivée de la pluie
(v. 43).

Élie a bien compris que Dieu désire que nous nous joignions à son œuvre au moyen de prières empreintes d’humilité et de persévérance. Il se peut effectivement que Dieu choisisse d’accomplir des exploits au moyen de nos prières, et cela, malgré nos limites humaines. Voilà d’ailleurs pourquoi l’épître de Jacques nous dit que «[la] prière fervente du juste a une grande efficacité», tout en nous rappelant qu’Élie était «de la même nature que nous» (Ja 5.16-17).

Si nous nous donnons pour mission de servir Dieu en priant avec fidélité, comme l’a fait Élie, nous prenons part à un merveilleux privilège: la possibilité de nous retrouver à tout moment aux premières loges d’un miracle ! — James Banks

Nous honorons Dieu en nourrissant de grandes attentes.

*****

12 Décembre • Lisez > Matthieu 6.24-34

Mammon, le dieu de l’argent

Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon
Matthieu 6.24

Tôt dans ma carrière, que je considérais d’ailleurs davantage comme une mission de vie qu’un emploi, une autre entreprise m’a offert un poste beaucoup mieux rémunéré. Notre famille aurait certainement pu financièrement bénéficier d’un tel changement. Il y avait toutefois un problème. Je ne cherchais pas d’autre emploi parce que j’aimais vraiment mon rôle actuel, qui était en train de se transformer en vocation.

Mais l’argent...

J’ai téléphoné à mon père, qui était alors septuagénaire, pour lui expliquer la situation. Or, bien que des thromboses et le poids des années aient ralenti son esprit jadis vif, il m’a répondu du tac au tac avec une grande lucidité: «Ne pense même pas à l’argent. Que ferais-tu ?»

Ma décision s’est alors imposée d’elle-même, car j’aurais quitté l’emploi que j’aimais tant uniquement pour une question financière ! Merci, papa.

Jésus a consacré une grande partie de son sermon sur la montagne à nous enseigner à prier non pour des richesses, mais pour «notre pain quotidien» (Mt 6.11). Il nous a mis en garde contre le désir d’amasser des trésors sur la terre en citant en exemple les oiseaux et les fleurs pour nous indiquer que Dieu se préoccupe profondément de sa création (v. 19-31).

Même si l’argent compte, il ne devrait pas nous dicter notre processus décisionnel. Les grandes épreuves et décisions sont des occasions de grandir dans la foi. Notre Père céleste se préoccupe de nous. — Timothy Gustafson

Il ne faut jamais confondre la tentation avec l’opportunité.

*****

13 Décembre • Lisez > Nahum 1.8- 2.1

Annoncer la paix !

Voici sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix ! 

Nahum 2.1

Les actualités internationales nous bombardent via Internet, la télévision, la radio et les appareils mobiles, décrivant le plus souvent ce qui ne va pas - crime, terrorisme, guerre et difficultés économiques. Par contre, de bonnes nouvelles envahissent parfois les heures sombres du désespoir - l’histoire de gestes altruistes, une percée médicale ou des pas vers la paix dans des endroits ravagés par la guerre.

Les paroles de deux hommes rapportées dans l’Ancien Testament ont procuré de grands espoirs aux gens las d’être captifs de conflits.

En annonçant le jugement divin à venir contre une nation impitoyable et puissante: «Voici sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix !» (Na 2.1), Nahum a ainsi donné de l’espoir à tous les opprimés.

Or, le livre d’Ésaïe y fait écho: «Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut !» (És 52.7.)

Les paroles prophétiques de Nahum et d’Ésaïe, porteuses d’espoir, se sont accomplies lorsque l’ange a déclaré aux bergers: «Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie: C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur» (Lu 2.10-11).

La une de notre vie quotidienne comporte la meilleure nouvelle jamais annoncée: Christ le Sauveur est né ! — David Mccasland

L’annonce de la naissance de Jésus est la meilleure jamais reçue !

*****

14 Décembre • Lisez > 1 Jean 2.3-11

Vivre dans la Lumière

[Les] ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà
1 Jean 2.8

Par une sombre matinée, des nuages bas et couleur acier remplissaient le ciel et tout était si diffus que j’ai dû allumer pour lire un livre. Or, je venais de m’installer lorsque la pièce s’est soudain remplie de lumière. Levant les yeux, j’ai vu que le vent chassait les nuages vers l’est, dégageant le ciel et laissant apparaître le soleil.

Tandis que je me rendais à la fenêtre pour mieux voir la scène, une pensée m’est venue à l’esprit « [Les] ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà » (1 Jn 2.8). L’apôtre Jean l’a écrit aux croyants pour les encourager. Puis il a ajouté «Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui» (v. 10). Pour les mettre en contraste, il a fait l’équation entre le fait de haïr des gens et celui de rôder dans les ténèbres. La haine est déconcertante; elle nous prive de notre boussole morale.

Il n’est pas toujours facile d’aimer. Je me suis souvenu, en regardant par la fenêtre, que la contrariété, le pardon et la fidélité font cependant tous partie du maintien d’un lien profond avec l’amour et la lumière de Dieu. Lorsque nous choisissons l’amour au lieu de la haine, nous démontrons notre relation avec Dieu, qui irradie sur notre entourage. «[C’est] que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres» (1 Jn 1.5). — Jennifer Benson Schuldt

L'amour vrai d’autrui montre au monde à quoi ressemble Dieu.

*****

15 Décembre • Lisez > 1 Thessaloniciens 4.13-18

Le temps d’une courte sieste

[Nous] sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.
Corinthiens 5.8

Henry Durbanville, un pasteur écossais d’une autre région, raconte l’histoire d’une aînée de sa paroisse qui vivait dans un lieu éloigné de l’Ecosse. Elle désirait ardemment voir la ville d’Édimbourg, mais elle redoutait de faire le trajet, car le train qui l’y conduirait devait emprunter un long tunnel sombre.

Or, un jour, une certaine situation l’a contrainte à se rendre à Édimbourg, et tandis que le train filait à vive allure vers la ville, son agitation croissait. Avant que le train n’atteigne le tunnel, cette dame, que l’inquiétude avait épuisée, a sombré dans un profond sommeil. À son réveil, elle était déjà arrivée dans la ville.

Il est possible que certains d’entre nous ne meurent pas. Si nous sommes vivants à l’arrivée de Jésus, «nous serons [...] enlevés [...] à la rencontre du Seigneur dans les airs» (1 Th 4.13-18). Reste que parmi les nombreuses personnes qui accéderont au ciel par la mort, certaines redoutent énormément cette dernière. Elles craignent que le processus de la mort soit trop difficile à supporter.
Grâce à l’assurance de Jésus notre Sauveur, nous pouvons avoir la certitude réconfortante qu’au moment de fermer les yeux ici-bas et de passer à travers la mort, nous les rouvrirons en présence de Dieu. « Le temps d’une courte sieste, et nous nous réveillerons dans l’éternité », nous dit John Donne. — David H. Roper

[Nous] sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur. 2 Corinthiens 5.8

Voir Jésus constituera la plus grande des joies célestes.

*****

16 Décembre • Lisez > Jérémie 7.1-11

L’envers de la consolation

Écoutez la parole de l’Éternel.
Jérémie 7.2

Le thème de notre camp pour adultes: «Console mon peuple». À tour de rôle, les conférenciers ont prononcé des paroles d’assurance. Le dernier a toutefois changé de ton du tout au tout. S’inspirant de Jérémie 7.1-11, il a choisi le sujet: «Sortez du sommeil !» Sans mâcher ses mots, mais avec amour, il nous a mis au défi de nous réveiller et de tourner le dos au péché.

Comme le prophète Jérémie, il nous a exhortés ainsi: «Ne vous cachez pas derrière la grâce divine pour continuer de vivre en secret dans le péché. Nous nous targuons en disant «Je suis chrétien; Dieu m’aime, je ne crains aucun mal.» Pourtant, nous nous livrons à toutes sortes de péchés.»

Sachant qu’il voulait notre bien, nous avons surmonté notre malaise pour écouter notre Jérémie: «[Notre] Dieu est amour, certes, mais il est aussi un feu dévorant» (voir Hé 12.29) ! Il ne tolérera jamais le péché !»

Jérémie a questionné le peuple: «Quoi ! dérober, tuer, commettre des adultères, jurer faussement [...] aller après d’autres dieux que vous ne connaissez pas ! Puis vous venez vous présenter devant moi, dans cette maison sur laquelle mon nom est invoqué, et vous dites: Nous sommes délivrés ! Et c’est afin de commettre toutes ces abominations» (7.9-10).

Ce conférencier voyait l’envers de la consolation divine. Comme une herbe amère qui guérit le paludisme, ses paroles étaient curatives. Lorsque nous recevons des paroles dures, au lieu de nous en aller, puissions-nous accueillir leur effet curatif. — Lawrence Darmani

La discipline de Dieu vise à nous rendre semblables à son Fils.

*****

17 Décembre • Lisez > Romains 3.21-26

Couvert par le sang

Heureux celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné !
Psaume 32.1

Pour parler de la foi en Jésus, nous utilisons parfois des mots que nous ne comprenons pas ou n’expliquons pas. L’un d’eux est le mot juste. Nous disons que Dieu possède la justice et qu’il justifie les gens, mais il peut s’agir ici d’un concept difficile à saisir.

En langue chinoise, on rend le mot justice de manière très pratique. Il s’agit de la combinaison de deux sinogrammes. Celui du dessus désigne un agneau, alors que celui du bas signifie moi. L’agneau couvre donc la personne ou se trouve au-dessus d’elle.

Lorsque Jésus est venu dans le monde, Jean-Baptiste l’a présenté ainsi: «l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde» (Jn 1.29) . Il faut que nos péchés soient éliminés parce qu’ils nous séparent de Dieu, dont la personne et les voies sont toujours parfaites et justes. Comme son amour pour nous est merveilleux, Dieu a fait en sorte que son Fils Jésus, «qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu» (2 Co 5.21). Jésus, l’Agneau, s’est sacrifié et a répandu son sang. Il nous en a couverts, nous protégeant ainsi du péché. Il nous justifie, nous faisant entrer dans une relation juste avec Dieu.

Être en règle avec Dieu est un don de sa part. Jésus, l’Agneau, est la protection dont Dieu nous couvre. — Anne Cetas

Le sang de Christ est seul à pouvoir couvrir le péché pour de bon.

*****

18 Décembre • Lisez > Matthieu 16.13-20

Qui dites-vous qu’il est ?

Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ?
Matthieu 16.15

Lors d’une entrevue accordée au journal The Saturday Evening Post en 1929, Albert Einstein a dit: «Enfant, j’ai reçu une éducation tant dans la Bible que dans le Talmud. Je suis juif, mais le personnage lumineux du Nazaréen m’enchante. [...] Personne ne peut lire les Évangiles sans ressentir la présence même de Jésus. Sa personnalité transparaît dans chacune de ses paroles. Aucun mythe n’est rempli d’une telle vie.»

Les écrits néotestamentaires nous procurent d’autres exemples de compatriotes de Jésus qui ont discerné eux aussi quelque chose d’exceptionnel en lui. Lorsque Jésus a demandé à ses disciples: «Qui suis-je au dire des hommes ?», ils lui ont répondu que certains disaient qu’il était Jean-Baptiste, d’autres disaient qu’il était Élie et d’autres encore croyaient qu’il était Jérémie ou l’un des prophètes (Mt 16.14). D’être compté parmi les grands prophètes était assurément un compliment, mais Jésus ne recherchait pas leurs éloges. Il désirait leur compréhension et leur foi. Il leur a donc reposé la question « Et vous [...] qui dites-vous que je suis ? » (16.15)

La déclaration de Pierre exprime pleinement la vérité quant à l’identité de Jésus: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant» (v. 16).

Jésus désire ardemment que nous le connaissions, lui et son amour salvateur. Voilà pourquoi nous devons tous en venir à répondre à la question « Qui dis-tu que Jésus est ? » — Bill Crowder

L’identité de Jésus réside au cœur même de la question de l’éternité.

*****

19 Décembre • Lisez > Jonas 3.10 -4.11

L'amour de l’ennemi

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ?
Luc 6.32

Lorsque la guerre a éclaté en 1950, le jeune Kim Chin-Kyung de 15 ans s’est joint à l’armée sud-coréenne pour défendre son pays. Il n’a alors pas tardé à découvrir qu’il n’était pas prêt à vivre les horreurs du combat. Tandis que de jeunes amis mouraient autour de lui, il a supplié Dieu d’épargner la sienne en lui promettant que, s’il lui permettait de vivre, il apprendrait à aimer ses ennemis.

Soixante-cinq ans plus tard, Dr Kim a réfléchi à cette prière exaucée. Après avoir passé des décennies à s’occuper d’orphelins et à contribuer à l’éducation de jeunes Nord-Coréens et Chinois, il s’est lié d’amitié avec un grand nombre de ceux qu’il avait déjà considérés comme des ennemis. Aujourd’hui, il fuit les étiquettes politiques. Il préfère s’appeler amouriste, pour refléter sa foi en Jésus.

Le prophète Jonas a laissé un héritage différent. D’avoir été tiré du ventre d’un gros poisson n’a pas transformé son cœur. Bien qu’il ait fini par obéir à Dieu, Jonas a déclaré qu’il préférerait mourir plutôt que de regarder le Seigneur user de miséricorde envers ses ennemis (Jon 4.1-2,8).
Qui saurait dire si Jonas en est venu à aimer les Ninivites ? Il ne nous reste qu’une seule possibilité: nous demander si nous adopterons son attitude envers ceux que nous redoutons et haïssons ou demander à Dieu de nous accorder la force d’aimer nos ennemis comme il s’est lui-même montré miséricordieux envers nous. — Mart Dehaan

L'amour triomphe de tout.

*****

20 Décembre • Lisez > Jean 16.16-24

Répandre la joie

Mais l’ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie.
Luc 2.10

Lorsque Janet est allée enseigner l’anglais dans une école outre-mer, elle y a trouvé l’atmosphère sombre et déprimante. Les gens faisaient leur travail, mais personne ne semblait heureux. Ils ne s’entraidaient ni ne s’encourageaient. Reconnaissante de tout ce que Dieu avait fait pour elle, Janet exprimait sa gratitude dans tout ce qu’elle accomplissait. Elle souriait. Elle était amicale. Elle se démenait pour venir en aide aux gens. Elle fredonnait des chansons et des cantiques.

Petit à petit, à mesure que Janet répandait sa joie, l’atmosphère de l’école a changé. Un à un, les gens se sont mis à sourire et à s’entraider. Lorsqu’un administrateur est venu en visite et a demandé au directeur pourquoi l’école était si différente, celui-ci, un non-croyant, lui a répondu: «Jésus apporte la joie.» La joie du Seigneur chez Janet rejaillissait sur son entourage.

L’Évangile selon Luc nous dit que Dieu a envoyé un ange vers des bergers ordinaires pour leur confier l’annonce d’une naissance extraordinaire. L’ange a alors fait une proclamation étonnante selon laquelle le bébé à naître «[serait] pour tout le peuple le sujet d’une grande joie» (Lu 2.10), ce qui a d’ailleurs été le cas.

Depuis, ce message a traversé les siècles pour se répandre jusqu’à nous, si bien que nous sommes maintenant pour Christ les messagers de sa joie. Par la présence du Saint-Esprit en nous, nous continuons de répandre la joie de Jésus en suivant son exemple au service d’autrui. — Julie Ackerman Link

Emportez la joie de Noël partout chaque jour.

*****

21 Décembre • Lisez > Exode 1.22- 2.10

Une histoire personnelle

Car mon père et ma mère m’abandonnent, mais l’Éternel me recueillera.
Psaume 27.10

Une jeune mère désespérée a déposé un jour son bébé d’à peine quelques heures dans la crèche de la Nativité devant une église de New York. Elle l’avait enveloppé chaudement avant de le placer là où on le découvrirait. Si nous sommes tentés de la juger, nous devrions plutôt être reconnaissants de ce que ce bébé aura maintenant une chance de vivre.

C’est ici que l’histoire devient personnelle pour moi. En tant qu’enfant adopté, je n’ai moi-même aucune idée de la situation entourant ma naissance.

Je ne me suis néanmoins jamais senti abandonné. Je suis certain d’une chose: j’ai deux mères qui ont voulu que j’aie une chance de vivre. L’une d’elles m’a donné la vie; l’autre a investi sa vie en moi.

Dans le livre de l’Exode, nous lisons l’histoire d’une mère bienveillante s’étant retrouvée dans une situation désespérée. Pharaon avait ordonné le meurtre de tous les enfants mâles nés de parents juifs (1.22). La mère de Moïse l’a alors caché aussi longtemps qu’elle a pu. Lorsque Moïse avait trois mois, elle l’a couché dans un panier étanche, qu’elle a mis sur le Nil. Si son projet visait à voir son enfant être secouru par une princesse, grandir dans le palais de Pharaon et finir par délivrer son peuple de l’esclavage, alors il a réussi à la perfection.

Lorsqu’une mère désespérée donne une chance à son enfant, Dieu peut prendre la relève. Il en a d’ailleurs l’habitude, et cela, de façon la plus imaginative possible. — Timothy Gustafson

Partagez l’amour de Christ.

*****

22 Décembre • Lisez > 1 Pierre 3.8-16

Le meilleur cadeau de tous

[Soyez] toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous.
1 Pierre 3.15

Lors d’une retraite d’hiver en Nouvelle-Angleterre, un des hommes a demandé: «Quel a été votre plus beau cadeau de Noël entre tous ?»

Un athlète semblait impatient de répondre. «C’est facile», a-t-il dit, en regardant son ami assis à côté de lui. « Il y a quelques années, j’ai terminé mes études au collège, certain de jouer au football professionnel, mais j’ai été fâché de ne pas voir mes espoirs se réaliser. L’amertume me rongeait l’intérieur, et j’en éclaboussais quiconque cherchait à me venir en aide. »

«La deuxième saison sans jouer au football, j’ai assisté à une pièce de Noël à l’église de ce gars-là», dit-il, en faisant un geste vers son ami. «C’était pas parce que je voulais Jésus, mais juste pour voir ma nièce dans son spectacle. C’est difficile de décrire ce qui s’est passé ensuite, parce que ça semble insensé, mais au beau milieu de cette pièce de jeunes, j’ai éprouvé le besoin de me retrouver parmi les bergers et les anges qui rencontraient Jésus. Lorsque la foule a eu terminé de chanter «Sainte nuit», je suis resté là à pleurer. Et ce soir-là, j’ai reçu mon meilleur cadeau de Noël d’entre tous quand ce gars-là a laissé sa famille rentrer à la maison sans lui pour me conduire à la rencontre de Jésus.»

Son ami s’est alors écrié: «Et c’est ça, les gars, qui a été mon meilleur cadeau de Noël d’entre tous !»

Puissions-nous, ce Noël, choisir de raconter l’histoire de la naissance de Jésus avec simplicité et joie. — Randy Kilgore

Le meilleur cadeau de Noël: Jésus nous apportant paix et pardon.

*****

23 Décembre • Lisez > Psaume 103.1-18

Que puis-je lui donner ?

Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits !
Psaume 103.2

Une année, les gens responsables de décorer leur église pour Noël ont décidé d’opter pour le thème «listes de Noël». Au lieu de la décorer comme d’habitude avec des ornements scintillants, dorés et argentés, ils ont remis à chaque personne qui la fréquentait une étiquette rouge ou verte. D’un côté, chacune devait écrire le cadeau qu’elle souhaitait recevoir de Jésus et de l’autre, le cadeau qu’elle désirait offrir à celui dont on célébrait l’anniversaire de naissance.

Et vous, quel cadeau demanderiez-vous et lequel offririez-vous ? La Bible nous suggère de nombreuses idées de cadeaux. Comme Dieu nous promet de pourvoir à tous nos besoins, nous pourrions demander un nouvel emploi, une aide financière, une guérison physique pour nous-mêmes ou d’autres personnes, ou encore la restauration d’une relation. Peut-être cherchons-nous à savoir quel don spirituel nous permettrait de servir Dieu. De nombreux dons sont mentionnés dans Romains 12 et 1 Corinthiens 12. Il se peut aussi que nous désirions ardemment produire plus de fruits spirituels: amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur et maîtrise de soi (Ga 5.22-23).

Le cadeau suprême à recevoir est le Fils de Dieu, notre Sauveur, et par lui le pardon, la restauration et la promesse de la vie spirituelle qui s’amorce dès maintenant et qui durera l’éternité. Le cadeau le plus précieux que nous puissions offrir à Jésus, c’est notre coeur. — Marion Stroud

Je lui donne ce que j’ai à donner: mon cœur. Christina G. Rossetti

*****

24 Décembre • Lisez > Ésaïe 8.23- 9.1-6

Noël en captivité

Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière.
Ésaïe 9.1

Le révérend Martin Niemöller, un éminent pasteur allemand, a passé près de huit ans dans des camps de concentration nazis pour s’être ouvertement opposé à Hitler. Or, la veille de Noël 1944, Niemöller a prononcé les paroles d’espoir suivantes à ses compagnons de captivité à Dachau: «Chers amis, ce Noël... cherchons chez l’Enfant de Bethléhem qui est venu jusqu’à nous pour nous aider à porter tout ce qui nous accable. [...] Dieu a lui-même bâti un pont entre nous et lui ! Une aube céleste est descendue nous baigner de lumière ! »

À Noël, nous accueillons la bonne nouvelle selon laquelle Dieu, en la personne de Christ, vient à nous où que nous soyons et comble l’écart entre lui et nous. Il envahit de sa lumière notre prison ténébreuse et nous délivre du fardeau écrasant de la tristesse, de la culpabilité et de la solitude.

Par cette lugubre veille de Noël en prison, Niemöller a propagé cette bonne nouvelle: «De la lumière éclatante qui entourait les bergers, un rayon viendra illuminer nos ténèbres." Ses paroles nous rappellent d’ailleurs celles du prophète Ésaïe: «Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière resplendit» (És 9.2).

Peu importe où Dieu nous trouve, Jésus a pénétré notre monde ténébreux de sa joie et de sa lumière ! — David Mccasland

La joie de Noël, c’est Jésus.

*****

25 Décembre • Lisez > Luc 2.8-14

La joie pour tous

Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie.
Luc.2.10

Le dernier jour d’un congrès du monde de l’édition chrétienne se tenant à Singapour, 280 participants provenant de 50 pays différents se sont réunis sur la place extérieure d’un hôtel pour une photo de groupe. Juché sur un balcon du premier étage, le photographe nous a pris en photo sous divers angles avant de finir par déclarer: «C’est fait.» Une voix dans la foule a alors crié de soulagement: «Well, Joy to the world !» (Alors monde, réjouis-toi !)

Immédiatement, quelqu’un a enchaîné en chantant . «The Lord has come» (Le Seigneur est venu). D’autres se sont joints à eux, et tout le groupe a vite entonné ce cantique bien connu dans une merveilleuse harmonie. Je n’oublierai jamais cette scène émouvante d’unité et de joie.

Dans le récit que fait Luc de l’histoire de Noël, un ange a annoncé la naissance de Jésus à un groupe de bergers: «Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie: c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur» (Lu 2.10-11).

Or, ce sujet de joie n’est pas destiné à quelques personnes, mais à tous: «Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique» (Jn 3.16).

En communiquant le message transformateur de vie de Jésus aux autres, nous nous joignons à la chorale mondiale qui proclame «les gloires de sa justice et les merveilles de son amour», comme le dit le cantique.

Monde, réjouis-toi, le Seigneur est venu. — David Mccasland

La bonne nouvelle de la naissance de Jésus procure de la joie à tous.

*****

26 Décembre • Lisez > Luc 2.25-38

À l’heure

[Lorsque] les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé Fils. 

Galates 4.4

Je dis parfois en blaguant que j’écrirai un livre intitulé «À l’heure». Ceux qui me connaissent sourient alors, car ils savent que je suis souvent en retard. J’attribue toutefois mes retards à mon optimisme, et non à faute d’essayer. Je m’accroche à la fausse croyance que «cette fois-ci» je parviendrai à en accomplir plus en moins de temps que jamais auparavant; mais j’en suis incapable, alors je finis toujours par devoir m’excuser une fois de plus de ne pas être arrivée à l’heure.

Par contraste, Dieu est toujours à l’heure. Il se peut que nous croyions qu’il est en retard, mais ce n’est pas le cas. Dans toute la Bible, nous découvrons des gens que l’horaire de Dieu impatiente. Les Israélites ont attendu et attendent encore la venue du Messie leur ayant été promis. Certains ont perdu espoir, mais pas Siméon ni Anne. Tous les jours, ils priaient et attendaient dans le Temple (Lu 2 .25-26,37). Et ils ont été récompensés pour leur foi. Ils ont pu voir l’Enfant Jésus lorsque Marie et Joseph l’y ont amené afin de le consacrer au Seigneur (v. 27-32,38).

Lorsque le découragement nous gagne parce que Dieu ne nous répond pas au moment où nous le voudrions, Noël nous rappelle que, «lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils [...] afin que nous recevions l’adoption» (Ga 4.4-5). Le temps de Dieu est toujours parfait, et il en vaut l’attente. — Julie Ackerman Link

Le temps de Dieu est toujours le bon, alors attendez-le avec patience.

*****

27 Décembre • Lisez > 2 Pierre 1.12-21

Le pouvoir de paroles simples

Ce n’est pas [...] en suivant des fables habilement conçues que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ [...].
2 Pierre 1.16

Les visiteurs de mon père hospitalisé ont éclaté d’un rire gras. Il y avait dans la chambre deux vieux camionneurs, un ancien chanteur country, un artisan, deux fermières des environs et moi.
«... et puis il s’est levé et m’a cassé la bouteille sur la tête», a ajouté l’artisan pour finir son histoire à propos d’une rixe dans un bar.

Tout le monde a pouffé de rire à l’évocation de ce souvenir devenu humoristique. Papa, qui arrachait chaque respiration au cancer, leur a rappelé en toussant: «Randy est prédicateur», pour les inciter à faire attention à ce qu’ils disaient. Tous se sont alors tus pendant environ deux secondes, puis toute la chambrée a éclaté de rire encore plus fort.

Après une quarantaine de minutes, l’artisan s’est soudain éclairci la voix, s’est tourné vers mon père et est redevenu sérieux: «Fini la boisson et les bagarres de bar pour moi, Howard. Ces jours-là sont derrière moi. J’ai maintenant une autre raison de vivre, je veux te parler de mon Sauveur.» Puis il est passé à l’action, malgré les objections étonnamment faibles de mon père. Or, s’il existe un moyen plus gentil et plus doux de présenter le message de l’Évangile, je ne l’ai jamais entendu. Mon père a écouté et regardé, et quelques années après, il a cru en Jésus.

C’était le témoignage simple d’un vieil ami menant une vie simple qui me rappelait que simple n’équivaut pas à naïf ou à stupide, mais à direct et à sans prétention. — Randy Kilgore

Allez, faites de toutes les nations des disciples. Matthieu 28.19

*****

28 Décembre • Lisez > Romains 8.31-39

Cadenassé par L’amour

Louez l’Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours !
Psaume 106.1

En juin 2015, la ville de Paris a retiré de la grille du Pont pédestre des Arts des cadenas pesant au total quarante-cinq tonnes. En guise de geste romantique, les couples inscrivaient leurs initiales sur un cadenas, l’attachaient à la grille, le verrouillaient et en jetaient la clé dans la Seine.

Après que ce rituel se soit répété des milliers de fois, le pont n’a plus été en mesure de supporter autant « d’amour ». Craignant pour l’intégrité du pont, la ville a fini par retirer les
« cadenas d’amour».

Les cadenas étaient censés symboliser l’amour éternel, mais l’amour humain ne dure pas toujours. Même les amis les plus intimes peuvent se blesser et ne jamais résoudre leur différend. Des proches peuvent se quereller et refuser de se pardonner. Un mari et une femme peuvent s’éloigner l’un de l’autre au point de ne plus se rappeler pourquoi ils ont même décidé jadis de se marier. L’amour humain vacille parfois.

Il existe toutefois un amour constant et durable, celui de Dieu. «Louez l’Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours !» (Ps 106.1.) Les promesses de l’amour de Dieu, de nature infaillible et éternelle, se trouvent partout dans la Bible. Et la plus grande preuve de cet amour, c’est la mort de son Fils afin que ceux qui mettent leur foi en lui puissent vivre éternellement. Or, personne ne nous séparera de son amour (Ro 8.38-39).

Nous sommes cadenassés pour toujours par l’amour de Dieu.— Cindy Hess Kasper

La mort et la résurrection de Christ reflètent son amour pour nous.

*****

29 Décembre • Lisez > Aggée 2.15-23

Comme un sceau

[Je] te garderai comme un sceau; car je t’ai choisi, dit l’Éternel des armées.
Aggée 2.23

Lorsque je me suis fait un nouvel ami à l’étranger, j’ai remarqué son bel accent anglais et la bague qu’il portait à son auriculaire. Or, j’ai appris plus tard qu’il ne s’agissait pas d’un simple bijou; cette bague révélait l’histoire de sa famille par le monogramme familial y étant gravé.

C’était un peu comme un sceau, peut-être comme celui d’Aggée. Dans ce court livre vétérotestamentaire, le prophète Aggée appelle le peuple de Dieu à reprendre la reconstruction du Temple. Maintenant rentrés d’exil, les Israélites commençaient à le rebâtir, mais leurs ennemis qui s’opposaient à ce projet les retardaient. Le message d’Aggée inclut la promesse que Dieu a faite à Zorobabel, gouverneur de Juda, lui confirmant qu’il avait été choisi et mis à part à titre de chef du peuple, comme un sceau.

Dans l’Antiquité, on utilisait un sceau comme moyen d’identification. Au lieu de signer de leur nom, les gens trempaient leur bague dans de la cire chaude ou de l’argile molle pour faire leur marque. En tant qu’enfants de Dieu, nous faisons nous aussi notre marque sur le monde en propageant l’Évangile, en répandant sa grâce par l’amour de notre prochain et en travaillant à mettre fin à l’oppression.

Chacun de nous porte son propre sceau unique qui révèle que nous avons tous été créés à l’image de Dieu selon l’unicité de nos dons, de nos passions et de notre sagesse. Nous avons donc la tâche et le privilège d’agir comme ce sceau dans le monde de Dieu. — Amy Boucher Pye

Héritiers et ambassadeurs de Dieu, nous partageons son amour.

*****

30 Décembre • Lisez > Matthieu 14.13-23

À l’écart avec Dieu

[Jésus] monta sur la montagne, pour prier à l’écart.
Matthieu 14.23

La pièce de l’église où j’apportais mon aide bourdonnait ce matin-là. Plus d’une dizaine de petits enfants conversaient et jouaient. L’activité y était telle que la pièce s’est réchauffée et que j’ai dû entrouvrir la porte. Or, y voyant la chance de prendre la poudre d’escampette sans que personne ne le voie faire, croyait-il, un petit s’est esquivé sur la pointe des pieds. Le suivant à la trace, je ne me suis pas étonnée de le voir se diriger tout droit vers les bras de son père.

Ce petit a fait ce que nous devons faire lorsque nous devenons trop occupés et que la vie nous dépasse, il s’est échappé pour se retrouver avec son père. Jésus recherchait des occasions de passer du temps en prière avec son Père céleste. Certains pourraient dire que c’était sa façon de surmonter les exigences qui sapaient son énergie humaine. D’après l’Évangile selon Mathieu, Jésus se rendait dans un lieu désert lorsqu’une foule l’a suivi. Remarquant les besoins de tous, Jésus les a miraculeusement guéris et nourris. Par la suite, cependant, «il monta sur la montagne, pour prier à l’écart» (Mt 14.23).

Jésus est venu en aide à une multitude de gens maintes fois; pourtant, il ne s’est jamais laissé ni épuiser ni brusquer. Il a entretenu sa relation avec Dieu au moyen de la prière. Qu’en est-il de vous ? Prendrez-vous du temps à l’écart avec Dieu pour vous remplir de sa force et de son pouvoir ? — Jennifer Benson Schuldt

Au contact de Dieu, notre esprit et nos forces se renouvellent.

*****

31 Décembre • Lisez > 2 Corinthiens 5.18- 6.2

Voici maintenant le jour

Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.
2 Corinthiens 6.2

Notre petite-fille Maggie, d’âge préscolaire, et sa sœur Katie, qui est en maternelle, ont emporté plusieurs couvertures dans le jardin, où elles se sont confectionné une tente pour y jouer. Il y avait un certain temps qu’elles s’y trouvaient lorsque leur mère a entendu Maggie l’appeler.

«Maman, viens vite ! cria Maggie. Je veux demander à Jésus de venir dans mon cœur, et j’ai besoin de ton aide !»

De toute évidence, son besoin de Jésus lui est apparu clairement à ce moment-là, et elle était prête à mettre sa foi en lui.

L’appel urgent à l’aide de Maggie pour mettre sa foi en Jésus rappelle les paroles de Paul dans 2 Corinthiens 6 au sujet du salut. Il parlait de la réalité selon laquelle la venue de Jésus-Christ -incluant sa mort et sa résurrection - avait instauré l’ère qu’il appelait «le temps favorable». Or, nous vivons à cette ère, et le salut nous est offert à tous. Paul a dit: «Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut» (v. 2). À tous ceux qui n’ont pas encore mis leur foi en Jésus pour le pardon de leurs péchés, sachez que l’heure en est venue. C’est urgent.

Il se peut que le Saint-Esprit vous ait alerté de la nécessité de mettre votre foi en Jésus. Comme Maggie, ne remettez pas la chose à plus tard. Courez vers Jésus. Voici maintenant le jour ! — David Branon

II n’y a pas mieux qu’aujourd’hui pour entrer dans la famille de Dieu.

*****

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris