npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

 

Notre Pain Quotidien - Septembre 2018 


 Notre Pain Quotidien - Septembre 2018 - Fleurs de couleur pourpre dans un marais vert

 

1er septembre • Lisez > Ésaïe 37.9-22,33

La prière que tu m’as adressée

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Philippiens 4.6

Comment gérez-vous vos inquiétudes ? Les tournez-vous vers l’intérieur ou vers le ciel ?
Lorsque Sanchérib, roi brutal d’Assyrie, s’apprêtait à détruire Jérusalem, il a envoyé un message au roi Ézéchias pour lui dire que Juda ne ferait pas exception aux autres nations qu’il avait conquises.
Ézéchias a apporté ce message au Temple de Jérusalem, où il le «déploya devant l’Éternel» (Es 37.14). Puis il a prié pour demander l’aide du Tout-Puissant.

Peu après, le prophète Ésaïe a livré ce message à Ézéchias de la part du Seigneur: «J’ai entendu la prière que tu m’as adressée au sujet de Sanchérib [...]Voici la parole que l’Éternel a prononcée» (És 37.21-22). La Bible nous fait savoir que la prière d’Ézéchias a été exaucée le soir même, car l’armée assyrienne «n’y lança point de traits» (v. 33). Sanchérib allait quitter Jérusalem sans jamais y retourner.

Quelques mots tirés du message de Dieu à Ézéchias - «la prière que tu m’as adressée» - suffisent à nous indiquer quelle est la meilleure chose à faire de nos inquiétudes. Comme Ézéchias s’est tourné vers Dieu, celui-ci les a secourus, lui et son peuple. Le fait de transformer nos inquiétudes en prières nous permet de découvrir que Dieu manifeste sa fidélité de façon inattendue ! — James Banks

La prière fait bouger la main qui fait bouger le monde. E.M. Bounds

*****

2 septembre • Lisez > Psaumes 138.7-8 Éphésiens 2.6-10

Comment sculpter un canard

Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de
son Fils.
Romains 8.29

Ma femme, Carolyn, et moi avons rencontré Phipps Festus Boume en 1995 dans son atelier de Mabry Hill, en Virginie. Boume, qui est mort en 2002, était un grand artiste dont les sculptures sont presque des répliques exactes de véritables objets.
«C’est facile de sculpter un canard, disait-il, il suffit de regarder un bout de bois en imaginant à quoi ressemble un canard, puis d’éliminer tout ce qui n’y ressemble pas.»
Ainsi en va-t-il de Dieu. Il nous regarde vous et moi - de simples bouts de bois - en se représentant la femme ou l’homme de Dieu sous l’écorce et les brindilles, puis se met à retirer tout ce qui ne correspond pas en nous à cette image. Si nous pouvions nous voir en tant que «canards» achevés !
Nous devons d’abord accepter d’être un bout de bois et permettre à l’Artiste suprême de nous tailler, façonner et polir à sa guise. Il nous faut donc voir les différentes circonstances de notre vie - qu’elles soient agréables ou non - comme les outils qu’emploie Dieu pour nous façonner. Il nous forme, une partie à la fois, à devenir la créature merveilleuse qu’il a discernée dans le bout de bois disgracieux que nous sommes.

Or, ce processus est parfois merveilleux et d’autres fois, douloureux. Reste qu’en définitive, par tous ses outils, Dieu nous rend conformes «à l’image de son Fils» (Ro 8.29). Désirez-vous ardemment ressembler à Jésus ? Remettez-vous entre les mains du Sculpteur suprême. — David H. Roper

Pour lui ressembler, abandonnez-vous aux mains du grand Sculpteur.

*****

3 septembre • Lisez > 1 Thessaloniciens 1.1-10

Une bonne imitation

[Vous] avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur.
1 Thessaloniciens 1. 6

«Aujourd’hui, nous allons jouer à un jeu appelé Imitation», a annoncé notre pasteur des enfants aux tout-petits rassemblés autour de lui. «Je vais nommer quelque chose et vous allez l’imiter. Prêts ? Poulet !» Les enfants se sont alors fait aller les bras, en caquetant et en croassant. Puis il y a eu l’éléphant, le footballeur et la ballerine, en terminant par Jésus. Même si de nombreux enfants ont hésité, un tout-petit de six ans a néanmoins immédiatement jeté les bras grands ouverts avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Toute l’assemblée l’a applaudi.

Il est si facile d’oublier que nous avons pour vocation d’imiter Jésus dans les situations de notre vie quotidienne. «Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés; et marchez dans l’amour, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur» (Ép 5.1,2).

L’apôtre Paul a félicité les disciples de Jésus à Thessalonique d’avoir manifesté leur foi dans des situations pénibles. Paul a écrit: «Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur [...] en sorte que vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de la Macédoine et de l’Achaïe» (1 Th 1.6,7).

C’est la vie de Jésus en nous qui nous permet de traverser la vie ici-bas comme il l’a fait, avec la bonne nouvelle de l’amour de Dieu et les bras grands ouverts pour accueillir tout le monde. — David Mccasland

Les bras accueillants de Jésus sont toujours ouverts.

*****

4 septembre • Lisez > Deutéronome 5.28-33

Faire ce qu’il demande

Vous suivrez entièrement la voie que l’Éternel, votre Dieu, vous a prescrite.
Deutéronome 5.33

Comme j’avais besoin d’un réservoir souterrain et que je savais très bien comment je voulais qu’il soit fabriqué, j’ai donné des instructions claires à son fabricant. Le lendemain, en l’inspectant, j’ai constaté avec contrariété qu’il n’avait pas suivi mes directives. Il avait modifié le plan de travail, qui avait donc changé le résultat escompté. Or, le prétexte qu’il m’a fourni s’est avéré aussi contrariant que ce constat.

En le regardant refaire la partie bétonnée et en me calmant, j’ai senti la culpabilité me gagner. Combien m’est-il arrivé souvent de devoir refaire les choses moi aussi selon les directives du Seigneur ?

Comme les Israélites, qui ont si souvent négligé de faire ce que Dieu leur demandait, nous aussi en faisons à notre tête. Pourtant, le fait d’approfondir notre relation avec Dieu devrait produire l’obéissance en nous. Moïse a dit au peuple: «Vous ferez avec soin ce que l’Éternel, votre Dieu, vous a ordonné [...] Vous suivrez entièrement la voie que l’Éternel, votre Dieu, vous a prescrite» (De 5.32-33). Bien longtemps après l’époque de Moïse, Jésus a exhorté ses disciples à lui faire confiance et à s’aimer entre eux.

Or, il s’agit encore du genre de renonciation de notre cœur qui conduit à notre bien-être. Tandis que l’Esprit vous aide à obéir à Christ, il convient que vous vous rappeliez que c’est lui qui «produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir» (Ph 2.13). — Lawrence Darmani

Plus on marche près de Dieu, mieux on voit sa direction.

*****

5 septembre • Lisez > 2 Corinthiens 4.7-18

La bulle éclate

[Nous] regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles,
2 Corinthiens 4.18

En passant à côté de nous sur la promenade de bois d’Atlantic City, un jeune garçon nous a arrosés de bulles. Mon mari, Cari, et moi étions venus dans cette ville pour rendre visite à notre beau-frère hospitalisé et pour conduire la sœur de Cari chez le médecin lorsque nécessaire. En marchant le long de la côte ce jour-là, nous nous sentions un peu dépassés par les besoins de notre famille.
C’est alors que les bulles ont surgi.Ce n’étaient que les bulles d’un petit garçon que la brise de l’océan avait fait éclater sur nous, mais qui revêtaient un sens particulier pour nous. J’aime beaucoup les bulles, si bien que je garde toujours une bouteille dans mon bureau pour en faire chaque fois que j’ai besoin du sourire qu’elles me procurent en éclatant. En fait, ces bulles et le vaste océan Atlantique me rappellent ce sur quoi je peux compter: Dieu est toujours là, à mes côtés. Il est puissant. Il s’intéresse constamment à nous. Et il peut même se servir des moindres expériences et instants pour nous aider à ne pas oublier que sa présence est comme un océan de grâce au cœur de nos moments de lourdeur.

Il se peut qu’un jour, à la lumière de l’éternité, nos problèmes ressemblent à des bulles éphémères, car «les choses visibles sont passagères, et les choses invisibles sont éternelles»
(2 Co 4.18). — Anne Cetas

Jésus nous procure une oasis de grâce au cœur du désert des épreuves.

*****

6 septembre • Lisez > Romains 5.6-15

La note de la grâce

[Lorsque] nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
Romains 5.8

Avec ses yeux bleus illuminés de joie, mon fils m’a montré un papier qu’il avait rapporté de l’école. C’était un test de mathématiques portant une étoile rouge et la note 100 %. En regardant sa feuille d’examen avec moi, il m’a dit qu’il avait encore trois questions auxquelles répondre lorsque son institutrice avait indiqué qu’il ne lui restait plus de temps. Perplexe, je lui ai demandé comment il avait pu alors recevoir une note parfaite.
Il m’a répondu: «Mon institutrice m’a donné la note de la grâce. Elle m’a laissé finir le test même si je manquais de temps.»

Tandis que mon fils et moi discutions de la signification de la grâce, je lui ai précisé que Dieu nous a donné en la personne de Christ plus que ce que nous méritions d’obtenir. À cause de nos péchés, nous méritons plutôt la mort (Ro 3.23). Pourtant, «lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (5.8). Nous en étions indignes, mais Jésus - qui est sans péché et saint - nous a donné sa vie afin que nous puissions échapper au châtiment de nos péchés et vivre au ciel pour toujours.

La vie éternelle est un cadeau de Dieu. Il ne s’agit pas de quelque chose que nous pouvons obtenir en y travaillant. Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, par la foi en Christ.
(Ép 2.8-9). — Jennifer Benson Schuldt

La grâce et la miséricorde sont des bénédictions imméritées.

*****

7 septembre • Lisez > Marc 14.3-9

Elle a fait ce qu’elle a pu

Elle a fait ce qu’elle a pu.
Marc 14.8

Lorsque ses amis disent des choses blessantes ou grotesques sur les médias sociaux, Charlotte s’y oppose avec douceur, mais aussi avec fermeté. Elle respecte tout le monde, et ses paroles sont toujours positives.

Il y a quelques années, elle s’est liée d’amitié sur Facebook avec un homme qui nourrissait de la colère envers les chrétiens. Il a beaucoup aimé l’honnêteté et la grâce rares de Charlotte. Au fil du temps, son hostilité s’est atténuée. Puis Charlotte a fait une terrible chute, l’obligeant à rester à la maison et à se demander quoi faire. Vers la même époque, son ami Facebook est mort, puis la sœur de cet homme a envoyé le message suivant: «[En raison de votre témoignage], je sais qu’il jouit maintenant de l’amour entier et éternel que Dieu a pour lui.»

Durant la semaine où Christ allait être crucifié, Marie de Béthanie lui a oint les pieds d’un parfum de nard pur de grand prix (Jn 12.3; Mc 14.3). Certaines des personnes présentes s’en sont offusquées, mais Jésus l’en a félicitée: «Elle a fait une bonne action à mon égard [...] Elle a fait ce qu’elle a pu; elle a d’avance embaumé mon corps pour la sépulture»
(Mc 14.6-8).

«Elle a fait ce qu’elle a pu.» Les paroles de Christ nous enlèvent de la pression. Notre monde est bondé de gens blessés qui souffrent. Nous n’avons toutefois pas à nous soucier de ce qu’il nous est impossible d’accomplir. Charlotte a fait ce qu’elle a pu. Il en va de même pour nous. Le reste est entre les mains bienveillantes de Dieu. — Tim Gustafson

Faites de votre mieux, et laissez le reste à Dieu. Henry W. Longfeellow

*****

8 septembre • Lisez > 1 Chroniques 29.14-19

Tout nous vient de Dieu

[C’est] à toi que tout appartient.
1 Chroniques 29.16

J’avais 18 ans lorsque j’ai obtenu mon premier emploi à temps plein. J’ai alors appris une importante leçon au sujet de la discipline consistant à faire des économies. J’ai travaillé et économisé jusqu’à avoir assez d’argent pour toute une année d’école. Puis ma mère a dû se faire opérer d’urgence, et j’ai compris que j’avais à la banque de quoi payer son opération.

Mon amour pour ma mère a soudain pris le pas sur mes projets d’avenir. Des paroles du livre d’Elisabeth Elliot intitulé Passion and Purity (Passion et pureté) ont alors revêtu un autre sens pour moi: «Si nous retenons quoi que ce soit qui nous est donné, en refusant d’y renoncer le moment venu ou de laisser le grand Pourvoyeur l’utiliser comme il l’entend, nous freinons la croissance de notre âme. Il est facile de nous tenir à tort le raisonnement suivant: «Si Dieu me l’a donnée, cette chose m’appartient. Je peux en faire ce que je veux.» Non. La vérité, c’est qu’il nous revient d’en remercier Dieu et de lui rendre ses bontés [...] de renoncer à cette chose.»

l’ai compris que mon emploi et ma discipline m’ont été donnés par Dieu ! le pouvais user de générosité envers ma famille parce que j’étais certaine que Dieu pourvoirait à mes études autrement, ce qu’il a fait.

De quelle façon pourrions-nous plaire à Dieu aujourd’hui en concrétisant la prière que David fait dans 1 Chroniques 29.14. «[C’est] de ta main que viennent toutes ces richesses [...] et c’est à toi que tout appartient»? — Keila Ochoa

Tout appartient à Dieu.

*****

9 septembre • Lisez > 1 Jean 4.7-19

Ce qui compte le plus

Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.
1 Jean 4.9

En vieillissant, Jean, le disciple que Jésus aimait, en est venu à centrer de plus en plus ses enseignements sur l’amour divin dans ses trois épîtres. Dans son livre intitulé Knowing the Truth of God’s Love (Connaître la véracité de l’amour divin), Peter Kreeft cite une vieille légende selon laquelle un des jeunes disciples de Jean serait venu un jour se plaindre ainsi à lui: «Pourquoi ne parles-tu de rien d’autre ?» Ce à quoi Jean aurait répondu: «Parce qu’il n’y a rien d’autre.»

L’amour de Dieu réside au cœur de la mission et du message de Jésus. Dans son évangile éponyme, Jean a rapporté les paroles suivantes: «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle»
(Jn 3.16).

L’apôtre Paul nous dit clairement que l’amour de Dieu réside au centre de notre mode de vie. De plus, il nous rappelle que «ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur» (Ro 8.38-39).

L’amour de Dieu est si fort, si accessible et si réconfortant que nous pouvons amorcer chaque jour en sachant que les bonnes choses sont des présents venant de sa main et que nous pouvons surmonter les défis par sa force, car c’est son amour qui compte le plus dans la vie. — Bill Crowder

L’amour de Dieu demeure lorsque tout le reste est parti.

*****

10 septembre • Lisez > Actes 1.1-8

La décision d’Evie

Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.
Marc 16.15

Evie était du nombre des 25 adolescents américains d’une chorale de lycée à se rendre en Jamaïque pour y chanter, évangéliser et témoigner de l’amour de Dieu à des gens issus d’une culture et d’une génération différentes des leurs.

Ce jour-là, la chorale s’est rendue dans une maison de convalescence afin de chanter pour les résidents et de leur tenir compagnie. Après avoir chanté, Evie s’est assise avec une jeune résidente dans la trentaine. Tandis qu’elles amorçaient une conversation, Evie s’est sentie poussée à lui parler de Jésus - lui précisant qui il était et ce qu’il avait fait pour nous. Evie lui a montré des versets dans la Bible qui expliquaient le salut. Or, cette femme n’a pas tardé à désirer mettre sa foi en Jésus comme son Sauveur. Et c’est précisément ce qu’elle a fait.

Grâce à la décision qu’a prise Evie de lui parler de Jésus, notre groupe a célébré le jour même une nouvelle naissance dans la famille de Dieu.

Marc 16.15 nous dit que ce qu’Evie a fait est ce que Dieu s’attend à ce que fassent tous les croyants. Voici comment The Message (Le message) paraphrase ce verset: «Allez partout annoncer la bonne nouvelle de Dieu à tout un chacun.»

Puissions-nous ne jamais sous-estimer ce qu’il y a de merveilleux dans la possibilité que tout le monde, partout, entende la Bonne Nouvelle et accepte notre Sauveur. — David Branon

II est bien d’avoir la foi, mais encore faut-il la démontrer.

*****

11 septembre • Lisez > Psaume 71.1-12

Prière urgente

Sois pour moi un rocher qui me serve d’asile.
Psaume 71.3

Le 11 septembre 2001, Stanley Praimnath travaillait au 81e étage de la tour sud du World Trade Center lorsqu’il a vu un avion se diriger tout droit sur lui. Stanley a vite prié en plongeant pour s’abriter sous un bureau «Seigneur, je ne le peux pas ! Prends les commandes !» L’impact terrible de l’écrasement de l’avion a emprisonné Stanley derrière un mur de débris. Or, tandis qu’il priait et criait à l’aide, quelqu’un d’un autre bureau, Brian Clark, l’a entendu et lui a répondu. En se frayant un chemin sur 80 étages à travers les décombres et l’obscurité d’un escalier, les deux hommes ont trouvé le moyen d’atteindre le rez-de-chaussée et de sortir de l’immeuble.

Devant de terribles menaces, David a demandé à Dieu de lui venir en aide. Il voulait avoir l’assurance de la proximité de Dieu alors qu’il affrontait ses ennemis dans le combat. Par une requête sincère, David l’a supplié ainsi: «Sois pour moi un rocher qui me serve d’asile [...] Ô Dieu, ne t’éloigne pas de moi ! Mon Dieu, viens en hâte à mon secours !» (Ps 71.3,12.)

Dieu ne nous promet pas de nous délivrer de toute situation difficile que nous avons à affronter, mais nous pouvons avoir l’assurance qu’il entend nos prières et marche à nos côtés à travers tout. — Dennis Fisher

Auprès de Dieu, on est conscient de sa protection. C.H. Spurgeon

*****

12 septembre • Lisez > Matthieu 25.1-13

Prête pour Le mariage

Veillez donc puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.
Matthieu 25.13

«J’ai faim !» m’a dit ma fille de huit ans. «Je suis désolée, mais je n’ai rien pour toi. Jouons donc au tic-tac-toe», lui ai-je répondu. Il y avait une bonne heure que nous attendions l’arrivée de la mariée à l’église en vue de ce qui devait être la célébration d’un mariage censée commencer à midi. En me demandant combien de temps encore nous allions devoir attendre, j’espérais pouvoir tenir ma fille occupée jusqu’au commencement du mariage.

Durant notre attente, j’ai eu l’impression que nous étions en train de jouer une parabole. Bien que notre presbytère soit situé à un jet de pierre de l’église, je savais que, si je m’y rendais pour aller chercher des craquelins, la mariée risquait de faire son entrée à tout moment et je la manquerais. Ayant recours à de nombreuses tactiques pour distraire ma fillette affamée, j’ai aussi réfléchi à la parabole de Jésus au sujet des dix vierges (Mt 25.1-13). Cinq d’entre elles avaient veillé à remplir leur lampe pour que celles-ci restent allumées tandis qu’elles attendaient l’époux, mais pas les cinq autres. Comme c’était trop tard pour que je retourne vite au presbytère, c’était également trop tard pour que les jeunes femmes aillent vite acheter plus d’huile pour leurs lampes.

Jésus a raconté cette parabole afin d’insister sur la nécessité de nous tenir prêts pour qu’à son retour nous lui rendions compte de l’état de notre cœur. Sommes-nous dans l’expectative et prêts ? — Amy Boucher Pye

Nous devons nous tenir prêts pour le retour de Christ.

*****

13 septembre • Lisez > Galates 5.16-25

Prêt au changement ?

Mais le fruit de l’Esprit, c’est [...] la maîtrise de soi.
Galates 5.22-23

La maîtrise de soi est probablement l’un des fruits de l’Esprit les plus difficiles à acquérir. Combien de fois nous arrive-t-il de céder à une mauvaise habitude, à une attitude répréhensible ou à une fausse perception de la réalité ? Nous faisons la promesse de nous améliorer. Nous nous engageons à rendre des comptes à quelqu’un. En notre for intérieur, nous savons très bien n’avoir ni la volonté ni la capacité de changer. Nous aurons beau en parler, échafauder des plans, lire des livres de perfectionnement personnel, reste que nous aurons toujours du mal à surmonter beaucoup de choses qui nous habitent et à demeurer maîtres de nous-mêmes.

Heureusement, Dieu connaît notre faiblesse, ainsi que le moyen d’y remédier ! La Bible dit: «Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi» (Ga 5.22-23). Le seul moyen d’acquérir la maîtrise de soi consiste à permettre au Saint-Esprit d’exercer sa maîtrise en nous et sur nous.

Autrement dit, nous devons nous concentrer sur l’abandon de soi plutôt que sur l’effort à fournir - vivre un instant à la fois dans la confiance en Dieu empreinte de soumission plutôt que dans la confiance en soi. Paul nous dit que c’est ce que signifie «Marchez selon l’Esprit» (v. 16).
Êtes-vous prêts à changer ? Vous le pouvez, puisque vous avez Dieu en vous. Si vous lui confiez les commandes de votre vie, il vous aidera à porter du fruit spirituel à son image. — Jaime Fernândez Garrido, auteur invité

Dieu s’intéresse plus à notre renoncement à soi qu’à nos aptitudes.

*****

14 septembre • Lisez > Jean 6.53-69

Au-delà du temps

Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.
Jean 6.68-69

Au cours de 2016, des troupes de théâtre en Grande-Bretagne et partout dans le monde ont mis en scène des productions spéciales pour souligner le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare. Des concerts, des conférences et des festivals ont attiré des foules désireuses de célébrer l’œuvre impérissable de l’homme que l’on considère en général comme le plus grand des dramaturges de langue anglaise. Ben Jonson, l’un des contemporains de Shakespeare, a écrit à son sujet: «Il n’appartenait pas à son époque, mais à tous les temps.»

Bien que l’influence de certains artistes, auteurs et penseurs puisse s’exercer pendant des siècles, Jésus-Christ est le seul dont la vie et l’œuvre transcenderont le temps. Il a déclaré: «C’est ici le pain qui est descendu du ciel [...] celui qui mange ce pain vivra éternellement» (Jn 6.58).

Lorsque de nombreuses personnes ayant entendu les enseignements de Jésus s’en sont offusquées et ont cessé de le suivre (v.61-66), le Seigneur a demandé à ses disciples s’ils voulaient partir eux aussi (v. 67). Pierre lui a alors répondu: «Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu» (v. 68-69).
En accueillant Jésus en soi comme Seigneur et Sauveur, on joint les rangs de ses premiers disciples et de tous ceux qui le suivent depuis dans une nouvelle vie qui transcendera le temps. — David Mccasland

Jésus, le Fils de Dieu, transcende le temps et donne la vie éternelle.

*****

15 septembre • Lisez > 2 Corinthiens 1.3-7

S’entraider

[Dieu] nous console [...] afin que [...] nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction !
2 Corinthiens 1.4

«Le corps de Christ» est une expression mystérieuse employée plus de trente fois dans le Nouveau Testament. L’apôtre Paul s’est particulièrement attaché à cette expression à titre d’image représentant l’Église. Après son ascension au ciel, Jésus a confié sa mission à des hommes et à des femmes imparfaits et maladroits. Il a assumé son rôle à la tête de l’Église, déléguant celui des bras, des jambes, des oreilles, des yeux et de la voix à ses disciples inconstants - ainsi qu’à vous et moi.

La décision qu’a prise Jésus de servir de tête invisible à un immense corps aux multiples membres indique qu’il compte souvent sur nous pour que nous nous entraidions en périodes difficiles. L'apôtre Paul a dû entretenir la même pensée en écrivant: « [Dieu] nous console [...] afin que [...] nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction ! Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ» (2 Co 1.4-5). Et tout au long de son ministère, Paul a mis ce principe en pratique en faisant une collecte pour les victimes de la famine, en envoyant des gens apporter leur aide dans des régions éprouvées, en reconnaissant que les dons des croyants proviennent directement de Dieu.

L’expression «le corps de Christ» décrit bien ce que nous sommes appelés à faire: incarner la ressemblance avec Christ, surtout auprès des gens dans le besoin. — Philip Yancey

La présence de Dieu nous console; la nôtre console les autres.

*****

16 septembre • Lisez > 2 Corinthiens 2.12-17

Un véritable parfum

Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ.
2 Corinthiens 2.15

Une parfumeuse new-yorkaise se dit capable de reconnaître certaines combinaisons de senteurs et de deviner ainsi l’identité du parfumeur ayant créé la fragrance en question. Il lui suffit d’une seule respiration pour déclarer: «C’est l’œuvre de Jenny.»

En écrivant aux disciples de Christ à Corinthe, Paul s’est servi un jour d’un exemple qui a dû évoquer pour eux une armée romaine victorieuse qui brûle des parfums en traversant une ville conquise (2 Co 2.14). Le général passait le premier, suivi de ses troupes, puis de l’armée vaincue. Pour les Romains, le parfum d’encens était synonyme de victoire; pour les prisonniers, il annonçait leur mort.

Paul a dit que nous sommes pour Dieu le parfum de la victoire de Christ sur le péché. Dieu nous a donné la fragrance même de Christ, afin que nous devenions un sacrifice parfumé de louanges, mais comment vivre de manière à étendre ce parfum aux autres ? Nous pouvons user de générosité et d’amour, et leur transmettre l’Évangile pour les conduire au salut. Nous pouvons aussi permettre à l’Esprit de manifester par nous son fruit d’amour, de joie et de bonté (Ga 5.22-23).

En nous regardant vivre, des gens se disent-ils: «C’est l’œuvre de Jésus ?» Lui permettons-nous de répandre son parfum en nous, pour ensuite le faire découvrir à d’autres ? Christ est le Parfumeur suprême, la fragrance la plus exquise qui puisse exister. — Keila Ochoa

Une vie de piété est un parfum qui attire les gens à Christ.

*****

17 septembre • Lisez > Psaume 55.5-24

La flotte de survie

Remets ton sort à l’Éternel, et il te soutiendra.
Psaume 55.23

Le soleil faisait miroiter l’eau de la piscine devant moi. J’ai entendu un moniteur parler à un élève qui était dans l’eau depuis assez longtemps: «Tu sembles commencer à être fatigué. Quand tu es en eau profonde et épuisé, essaie la flotte de survie.»

Certaines situations dans la vie exigent que nous dépensions plus d’énergie mentale, physique et émotionnelle que nous n’en possédons. David a décrit une époque où il a dû supporter le poids émotionnel de la colère des ennemis qui menaçaient sa vie. Il éprouvait le besoin d’échapper à la détresse qui en résultait.

En cherchant à dominer ses sentiments, il est parvenu à trouver le repos en dépit de son esprit agité et à affirmer: «Remets ton sort à l’Éternel, et il te soutiendra» (Ps 55.23). Il a ainsi reconnu que, si nous veillons à remettre nos problèmes entre ses mains, Dieu nous soutiendra. Nul besoin de prendre sur vous toutes les situations en vous efforçant d’y trouver une issue favorable, car ce serait épuisant à la longue ! Sachez que Dieu est aux commandes de chaque sphère de notre vie.
Au lieu de chercher à tout faire par nos propres forces, nous pouvons trouver le repos en Dieu. Il suffit parfois de lui demander de régler nos problèmes, pour ensuite nous arrêter, nous reposer et jouir du fait de savoir qu’il nous soutient. — Jennifer Benson Schuldt

Dieu est un refuge sûr en qui se reposer.

*****

18 septembre • Lisez > Jean 14.1-6

Faire des préparatifs

Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.
Jean 14.3

En voyant le corps de mon beau-père dans son cercueil aux pompes funèbres, un de ses fils a pris le marteau de son père et l’a déposé à côté de ses mains jointes. Des années plus tard, lorsque ma belle-mère est morte, un de ses enfants a glissé un ensemble d’aiguilles à tricoter sous ses doigts. Ces gestes de gentillesse nous ont réconfortés en nous remémorant combien de fois tous les deux avaient utilisé ces outils au cours de leur vie.

Nous savions, bien entendu, qu’ils n’auraient pas besoin de ces articles dans l’éternité. Contrairement aux Égyptiens, nous ne nous bercions pas d’illusions en croyant que des outils, de l’argent ou des armes aideraient quelqu’un à mieux se préparer à la vie d’après. On ne peut rien emporter ! (Ps 49.17-18, 1 Ti 6.-7)

Quelques préparatifs en vue de l’éternité s’étaient toutefois imposés dans le cas de mes beaux-parents. Ils s’y étaient préparés des années auparavant, en mettant leur foi en Jésus comme leur Sauveur.

La planification en vue de la vie à venir ne peut s’amorcer au moment de notre mort. Chacun de nous doit préparer son coeur en acceptant le don du salut rendu possible par les sacrifices de Jésus sur la croix.

Dieu a d’ailleurs lui aussi fait des préparatifs . «Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jn 14.3). Il a promis de nous préparer une place où passer l’éternité avec lui. — Cindy Hess Kasper

Dieu nous accorde du temps, pour nous préparer à l’éternité.

*****

19 septembre • Lisez > Philippiens 4.4-9

Des calories justifiées ?

Du reste, frères, que tout ce qui est [...] digne de louange [...] soit l’objet de vos pensées.
Philippiens 4.8

Je raffole de l’œuf roti prata, une crêpe prisée chez moi à Singapour. J’ai donc été intriguée de lire que, pour brûler 240 calories, une personne de 57 kg doit courir 8 km/h en 30 minutes. Or, cette quantité calorifique équivaut à un seul œuf roti prata.

Depuis que je me suis mise à m’entraîner à la gym, ces statistiques ont revêtu un nouveau sens pour moi. Je me pose souvent la même question: «L’apport calorifique de ces aliments est-il justifié ?»

Bien qu’il soit sage de surveiller notre consommation alimentaire, il importe encore plus de surveiller notre consommation médiatique. Des recherches ont démontré que ce que nous voyons est susceptible d’occuper notre esprit et d’influencer notre conduite pendant longtemps. Ces images ont un «effet adhésif» aussi fort que la graisse si difficile à éliminer.

Le vaste contenu des médias nous oblige à être des consommateurs avertis. Cela ne nous restreint toutefois pas aux seuls écrits ou films chrétiens, mais à la nécessité d’user de prudence dans ce que nous permettons à nos yeux de voir. Il se peut que nous nous demandions si ces aliments visuels justifient le temps que je leur consacre.

Philippiens 4.8 revient à dire: «Nourrissez vos yeux de tout ce qui est vrai, honorable, juste, pur, aimable, méritoire, vertueux et digne de louange.» C’est un «régime» digne de ce que Christ a accompli et accomplit encore en nous. — Poh Fang Chia

L'esprit se façonne à l’aide de ce qu’il ingère. Will Durant

*****

20 septembre • Lisez > Luc 24.13-32

Relier les points entre eux

Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.
Luc. 24. 27

Dans les années 1880, le Français Georges Seurat a inventé une forme artistique: «le pointillisme». Par de petits points de couleur, plutôt que des coups de pinceau aux pigments mélangés, Seurat créait une image artistique. De près, ses œuvres ressemblent à des regroupements de points individuels. Pourtant, si l’observateur s’en éloigne, ses yeux en viendront à amalgamer les points en un portrait ou un paysage aux couleurs éclatantes.

Vue de près, l’image d’ensemble complexe de la Bible peut donner l’impression de ne voir que des points sur une toile. En la lisant, on peut s’identifier à Clopas et à ses amis sur le chemin d’Emmaüs, qui ne voyaient pas la «ligne pointillée» reliant entre eux les événements tragiques de la semaine pascale. Ils avaient espéré que «ce serait lui [Jésus] qui délivrerait Israël» (Lu 24.21), alors qu’ils venaient tout juste d’assister à sa mort.

Soudain, un homme leur semblant inconnu s’est joint à leur marche. S’étant intéressé à leur conversation, il les a aidés à relier entre eux les points de la souffrance et de la mort de leur Messie tant attendu. Plus tard, tandis qu’il mangeait avec eux, Jésus leur a permis de le reconnaître, avant de disparaître aussi mystérieusement qu’il était venu.

Étaient-ce les points de ses cicatrices aux mains qui ont retenu leur attention ? Nul ne saurait le dire. Ce que nous savons toutefois: si nous relions les points scripturaires aux souffrances de Jésus (v. 27, 44), un Dieu qui nous aime plus que tout nous apparaît. — Mart Dehaan

Jésus a donné sa vie afin de nous manifester tout son amour pour nous.

*****

21 septembre • Lisez > Jacques 1.2-12

De redoutables épreuves

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés.
Jacques 1.2

Le feu peut être l’un des pires ennemis des arbres. Il peut aussi s’avérer utile. Des spécialistes disent que de petits feux fréquents nommés feux «cool» ont pour effet de nettoyer le sol d’une forêt en éliminant les feuilles mortes sans détruire les arbres. Ces feux laissent derrière eux des cendres qui conviennent parfaitement à la croissance des graines.

Étonnamment, les feux de faible intensité sont nécessaires à la bonne croissance des arbres.
De même, les épreuves - représentées par le feu dans la Bible - sont nécessaires à notre santé et à notre croissance spirituelles (1 Pi 1.7; 4.12). Jacques a écrit .

«Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien» (Ja 1.2-4).

C’est souvent dans une période éprouvante que les desseins de Dieu s’accomplissent, car elles se prêtent bien à notre croissance vers la maturité spirituelle. Cette croissance non seulement nous trace la voie à suivre dans la vie, mais encore elle nous permet de mieux refléter Jésus auprès d’un monde ayant désespérément besoin de lui.

Entre les mains du Père, nos épreuves peuvent accomplir ses desseins concourant à notre bien et à son honneur. Elles sont également susceptibles de nous façonner à la ressemblance de son Fils. — Bill Crowder

La foi consiste à voir Dieu dans les ténèbres comme dans la lumière.

*****

22 septembre • Lisez > Psaume 100

Les portes de l’adoration

Entrez dans ses portes avec des louanges, dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom !
Psaume 100.4

En entrant dans certaines des plus grandes villes du monde, on peut trouver de célèbres portes comme la porte Brandebourg (Berlin), la porte de Jaffa (Jérusalem) et les Downing Street (Londres). Or, que ces portes aient été construites dans un but défensif ou cérémoniel, elles représentent toutes la différence entre se trouver dans ou hors de certains quartiers. Certaines sont ouvertes; d’autres sont fermées à tous, sauf à quelques personnes.

Les portes donnant sur la présence de Dieu sont toujours ouvertes. Le cantique bien connu du Psaume 100 est d’ailleurs une invitation aux Israélites à entrer dans cette présence par les portes du Temple. On leur disait: «Poussez vers l’Éternel des cris de joie» et: « [Venez] avec allégresse en sa présence » (v. 1,2).

Dans l’Antiquité, c’était la coutume d’acclamer un monarque par des cris de joie. À plus forte raison, la terre entière devrait-elle chanter joyeusement à la gloire de Dieu, puisqu’il en est le Roi des rois (v. 3). Les Israélites entraient donc dans ses portes avec des louanges et des actions de grâces envers la bonté de Dieu, ainsi que sa fidélité et son amour éternel qui se perpétuent de génération en génération (v. 4,5). Même lorsqu’ils oubliaient leur identité de peuple de Dieu et s’égaraient loin de lui, Dieu leur demeurait fidèle et continuait de les inviter à entrer en sa présence.

Les portes donnant sur la présence de Dieu nous sont encore ouvertes, nous invitant à venir à lui pour l’adorer. — Marvin Williams

Les portes donnant sur la présence de Dieu sont toujours ouvertes.

*****

23 septembre • Lisez > Ésaïe 50.4-10

Des paroles d’encouragement

Le Seigneur, l’Éternel, m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu.
Ésaïe 50.4

Peu de temps après la mort de son père, C. S. Lewis, alors âgé de 30 ans, a reçu une lettre d’une femme qui avait pris soin de la mère de celui-ci durant sa maladie l’ayant conduite à sa mort plus de deux décennies auparavant. La femme lui offrait ses condoléances et se demandait s’il se souvenait d’elle. Il lui a alors répondu: «Chère infirmière Davison, si je me souviens de vous ? Et comment !»

Lewis se rappelait combien sa présence sous leur toit avait compté pour son père, son frère et lui-même au cours d’une période difficile. Il l’a donc remerciée de ses condoléances et lui a écrit «C’est vraiment réconfortant d’être ramené en ce temps-là. Comme j’étais alors enfant, le temps que vous avez passé auprès de ma mère m’a semblé très long et m’a amené à vous considérer comme un membre de la famille.»

Lorsque nous traversons une période éprouvante, on peut nous redonner le moral par une parole encourageante et nous faire lever les yeux sur le Seigneur. Dans l’Ancien Testament, le prophète Ésaïe a écrit: «Le Seigneur, l’Éternel, m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu» (50.4). Or, lorsque nous fixons le regard sur le Seigneur, il nous offre des paroles pour nous redonner espoir et éclairer nos ténèbres. — David Mccasland

Les paroles douces ont le pouvoir de relever un cœur abattu.

*****

24 septembre • Lisez > Psaume 78.1-8

Donnez au suivant

[Nous] dirons à la génération future les louanges de l’Éternel, et sa puissance, et les prodiges qu’il a opérés.
Psaume 78.4

Je me plais à regarder des courses à relais. La force physique, la vitesse, l’aptitude et l’endurance requises des athlètes me remplissent d’admiration. Reste qu’un point crucial de la course capte toujours mon attention en particulier et m’angoisse un peu. C’est le moment où le témoin est remis à l’athlète suivant. Il suffit d’un instant de retard ou d’un simple manque de synchronisme pour vouer la course à une défaite.

Or, les chrétiens participent aussi à un genre de course à relais, en ce sens qu’ils transportent le témoin de la foi, ainsi que de la connaissance du Seigneur et de sa Parole. Et la Bible nous parle de la nécessité de se remettre ce témoin génération en génération. Dans le Psaume 78, Asaph déclare: «J’ouvre la bouche par des sentences [...] des temps anciens. Ce que nous avons entendu, ce que nous savons, ce que nos pères nous ont raconté [...] nous dirons à la génération future les louanges de l’Éternel, ainsi que sa puissance et les prodiges qu’il a opérés» (v. 2-4).

Moïse a dit quelque chose de semblable aux Israélites: «[Veille] attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n’oublies les choses que tes yeux ont vues, et qu’elles ne sortent de ton cœur; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants» (De 4.9).

Nous sommes appelés à tout faire pour transmettre aux générations à venir, avec amour et courage, «les vertus de celui qui [nous] a appelés des ténèbres à son admirable lumière»
(1 Pi 2.9). — Lawrence Darmani

On influence les générations à venir en vivant déjà pour Christ.

*****

25 septembre • Lisez > 1 Jean 1.1-4

Des paroles qui ont du poids

Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux [...] concernant la parole de vie. 1 Jean 1.1

À mes débuts dans l’équipe de la rédaction du Notre Pain Quotidien, je choisissais le verset de la couverture des méditations de chaque mois. Après quelque temps, je me suis mis à me demander si cela était utile.

Peu après, une lectrice m’a écrit qu’elle avait prié pour son fils pendant plus de vingt ans, sans qu’il s’intéresse à Jésus. Puis un jour, il était passé lui rendre visite chez elle et avait lu le verset apparaissant sur la couverture du NPQ posé sur la table. Or, l’Esprit s’était servi de ce verset pour le convaincre, si bien qu’il a donné sa vie à Jésus à l’instant même.

Je ne me rappelle ni le verset ni le nom de cette femme, mais je n’oublierai jamais avec quelle clarté Dieu m’a parlé ce jour-là. Il avait choisi d’exaucer les prières d’une femme par un verset choisi près d’un an auparavant. Avant même le début des temps, il a illuminé mon travail et ses paroles de sa merveilleuse présence.

Jean a appelé Jésus «la parole de vie» (1 Jn 1.1) et voulait que tous sachent pourquoi: «[Nous] vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée», a-t-il écrit au sujet de Jésus (v.2). «[Ce] que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous» (v.3).

Il n’y a aucune magie dans le fait de coucher des mots par écrit, mais les paroles scripturaires ont le pouvoir de transformer notre vie, car elles nous tournent vers Jésus, la parole de vie. — Timothy Gustafson

Les paroles qui nous tournent vers Christ ont toujours du poids.

*****

26 septembre • Lisez > Matthieu 11.25-30

Apaiser son âme

Arrêtez et sachez que je suis Djeu.
Psaume 46.11

Tandis que j’attendais le début d’un concert, mon esprit est retourné à un problème harcelant. Heureusement, cette distraction n’a pas tardé à se dissiper alors qu’un magnifique cantique se traçait un chemin jusqu’au fond de mon être. Une chorale masculine chantait a cappella
«Be Still, My Soul» (Sois apaisée, mon âme). Des larmes me sont montées aux yeux pendant que j’écoutais les paroles de cette chanson et que je sentais m’envahir la paix reposante que seul Dieu peut donner:
Quel repos céleste ! Mon fardeau n’est plus, libre par le sang du Calvaire, tous mes ennemis, Jésus les a vaincus, gloire et louange à Dieu notre Père !

Lorsque Jésus a dénoncé l’incrédulité des villes où il avait accompli le plus de miracles
(Mt 11.20-24), il a malgré tout réservé des paroles de réconfort à ceux qui viendraient à lui: «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés (...) recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos pour vos âmes» (v. 28-29).

Cette déclaration est frappante ! Immédiatement après avoir adressé des paroles percutantes à ceux qui le rejetaient, Jésus a invité tout le monde à s’approcher de lui afin de trouver la paix que nous désirons tous. Jésus est le seul à pouvoir apaiser notre âme fatiguée. — Joe Stowell

Gardons l’esprit fixé sur Jésus, et il nous gardera l’esprit en paix.

*****

27 septembre • Lisez > Luc 12.22-34

De véritables richesses

Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
Luc.12.34

Aux funérailles du père de mon amie, quelqu’un lui a dit: «Avant de rencontrer votre père, j’ignorais qu’il était possible de s’amuser autant en aidant les autres.» Son père a contribué à bâtir le royaume de Dieu en servant, en riant, en aimant et en se liant d’amitié avec des inconnus. À sa mort, il a laissé l’amour en héritage. Par contraste, la sœur aînée de son père considérait ses biens matériels comme son héritage, ce qui l’a amenée à passer les dernières années de sa vie à s’inquiéter de savoir qui allait protéger son héritage familial et ses livres rares.

Par ses enseignements et son exemple, Jésus a mis en garde ses disciples contre la tentation de s’amasser des richesses, pour donner plutôt aux pauvres et accorder de la valeur à ce que ni la rouille ni la teigne ne peuvent altérer. Puis il leur a expliqué ceci: «Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur» (Lu 12.34).

Il se peut que nous croyions que nos biens donnent un sens à notre vie. Reste que, lorsque nous cassons, égarons ou perdons notre tout dernier gadget, nous en venons à comprendre que c’est notre relation avec Dieu qui nous satisfait et qui dure toujours. C’est notre amour et notre tendresse pour les autres qui ne s’émoussent jamais.

Demandons donc au Seigneur de nous aider à voir avec lucidité ce à quoi nous accordons de la valeur et où est notre cœur, ainsi qu’à chercher d’abord le royaume de Dieu (12.31).
Amy Boucher Pye

Ce à quoi nous accordons de la valeur révèle l’état de notre cœur.

*****

28 septembre • Lisez > Romains 8.22-34

On prie pour vous aujourd’hui

[L’Esprit] nous aide dans notre faiblesse [...] et [Christ] intercède pour nous !
Romains 8. 26, 34

Devant une situation qui nous laisse perplexes ou un problème grave, nous demandons souvent à nos frères et sœurs en Christ de prier pour nous. Il est très encourageant de savoir que des gens qui se soucient de nous nous élèvent à Dieu en prière. Que faire, par contre, si vous n’avez pas d’amis chrétiens intimes ? Il se peut que vous viviez dans un endroit où l’on s’oppose à l’Évangile de Christ. Qui priera alors pour vous ?

Romains 8, l’un des grands chapitres empreints de victoire de la Bible, déclare « [Nous] ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède [...] parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints» (Ro 8.26-27). Il prie donc pour vous aujourd’hui.

De plus, «Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !» (v. 34.) C’est donc dire que le Seigneur Jésus-Christ, qui est vivant, prie pour vous aujourd’hui.

Réfléchissez-y un instant ! Le Saint-Esprit et le Seigneur Jésus-Christ mentionnent votre nom et vos besoins à Dieu le Père, qui les entend et agit en votre faveur.

Peu importe où vous vous trouvez et à quel point vous êtes dans la confusion, sachez que vous n’avez pas à affronter la vie seul. L’Esprit et le Fils prient pour vous aujourd’hui !
David Mccasland

Le Saint-Esprit et Jésus prient continuellement pour vous.

*****

29 septembre • Lisez > Jean 7.53 - 8.11

À un jet de pierre

Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.
Jean 8.7

En amenant de force une femme adultère à Jésus, les chefs religieux ne pouvaient savoir qu’ils l’amenaient ainsi à s’approcher à un jet de pierre de la grâce. Ils espéraient discréditer le Seigneur. Si Jésus leur disait de laisser aller cette femme, ils pourraient prétendre qu’il transgressait la loi mosaïque. Par contre, s’il la condamnait à mort, la multitude qui le suivait perdrait foi en ses paroles empreintes de miséricorde et de grâce.

Jésus a cependant retourné la situation contre ses accusateurs. La Bible dit que plutôt que de leur répondre directement, il s’est mis à écrire sur le sol. Comme les chefs religieux continuaient de mettre sa parole en doute, il a invité quiconque n’ayant jamais péché à jeter la première pierre à la femme, puis il a recommencé à écrire au sol. Lorsqu’il a relevé les yeux, tous ses détracteurs étaient partis.

La seule personne qui aurait pu jeter une pierre - Jésus, le seul innocent - a regardé la femme et lui a accordé sa miséricorde en lui affirmant: «Je ne te condamne pas non plus; va, et ne pèche plus» (Jn 8.11).

Qu’aujourd’hui vous ayez besoin d’être pardonné pour avoir jugé les autres ou que vous désiriez avoir l’assurance qu’aucun péché n’est hors d’atteinte de la grâce divine, puisez un encouragement en ceci: il n’y a personne aujourd’hui pour jeter des pierres; alors, allez et soyez transformé par la miséricorde de Dieu. — Randy K. Kilgore

Nous servons un Sauveur qui est toujours prêt à pardonner.

*****

30 septembre • Lisez > Romains 4.18-25

Mauvaise foi, bonne foi

[Abraham] ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu.
Romains 4.20

«Il faut avoir la foi», disent certaines personnes, mais que veulent-ils dire par là, au juste ? Est-ce que toute foi est bonne ?

Il y a un siècle de cela, un certain penseur positif a écrit: «Croyez en vous-même et en tout ce que vous êtes. Sachez que vous avez en vous quelque chose de supérieur à tout obstacle.»
Aussi belle que cette parole puisse sembler, elle vole en éclats lorsqu’elle percute la réalité. Il nous faut, en fait, croire en quelque chose nous étant supérieur.

Dieu a promis à Abram qu’il aurait d’innombrables descendants (Ge 15.4-5), et cet homme s’est heurté à un obstacle de taille. Il était vieux et toujours sans enfant. Lorsque Saraï et lui se sont lassés d’attendre que Dieu tienne promesse, ils ont tenté de surmonter cet obstacle par eux-mêmes. Résultat: ils ont causé l’éclatement de leur famille et ont créé une grande discorde inutile (voir Ge 16; 21. 8-21).

Or, rien de ce qu’Abraham a fait par ses propres moyens n’a fonctionné. En définitive, il en est toutefois venu à être connu comme un homme à la foi inégalée. Paul a écrit à son sujet: «Espérant contre toute espérance, il [Abraham] crut et devint ainsi le père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit: Telle sera ta postérité» (Ro 4.18). Or, cette foi, nous dit Paul, «lui fut [imputée] à justice» (v. 22).

Abraham a mis sa foi en quelque chose lui étant de beaucoup supérieur, le seul vrai Dieu. C’est l’objet de notre foi qui change tout. — Timothy Gustafson

Notre foi est bonne si nous la mettons dans la bonne Personne.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris