npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Avril 2018 


 Notre Pain Quotidien - Avril 2018 - Branche d'arbre en fleur, rose

1er Avril • Lisez > Psaume 100

La galerie de Dieu

Car l’Éternel est bon; sa bonté dure toujours.
Psaume 100.5

Le Psaume 100 est comme une œuvre d’art qui nous aide à célébrer notre Seigneur invisible. Bien que l’objet de notre adoration échappe à notre vue, le peuple de Dieu nous le fait connaître.

Imaginez l’artiste muni de son pinceau et de sa palette en train de reproduire sur une toile les paroles colorées de ce psaume. Sous nos yeux émerge alors tout un monde - «la terre» - qui pousse des cris de joie vers l’Éternel (v. 1), car notre Dieu se réjouit de nous avoir rachetés de la mort. Jésus a souffert la croix «en échange de la joie qui lui était réservée» (Hé 12.2).

Tandis que notre regard parcourt la toile, nous y voyons la chorale du monde entier, formée d’innombrables membres, chantant «avec allégresse» (Ps 100.2). Le cœur de notre Père céleste se réjouit lorsque son peuple l’adore en raison de qui il est et de ce qu’il a accompli.

Puis nous voyons paraître des images de nous-mêmes, façonnés de la poussière par les mains de notre Créateur et conduits comme des brebis dans de verts pâturages (v. 3). Nous, son peuple, avons un bon Berger.

Pour terminer, nous voyons se dessiner la maison magnifique et glorieuse de Dieu - et les portes par lesquelles son peuple racheté entre en sa présence invisible, en lui offrant des louanges (v. 4).

Quel splendide tableau inspiré de notre Dieu ! Ce Dieu bon, bienveillant et fidèle qu’est le nôtre. Rien d’étonnant à ce que nous allions mettre l’éternité à jouir de sa magnificence ! — David Branon

Rien n’est plus merveilleux que de connaître Dieu.

*****

2 Avril • Lisez > Poverbes 3.1-18

Trop près

Reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers.
Proverbes 3.6

J’ai grandi en Oklahoma, où de fortes intempéries sont monnaie courante du début du printemps jusqu’à la fin de l’été. Je me rappelle un soir où le ciel bouillonnait de sombres nuages, le météorologue à la télé nous a prévenus qu’une tornade approchait, puis il y a eu une panne d’électricité. Mes parents, ma sœur et moi nous sommes alors empressés de descendre l’escalier de bois menant à l’abri aménagé derrière la maison, où nous avons attendu que passe la tempête.

De nos jours, «la chasse aux tornades» est devenue un loisir pour bon nombre de gens et un commerce lucratif pour d’autres. Le but consiste à s’approcher autant que possible d’une tornade sans se faire happer. Même si les chasseurs de tempêtes sont souvent d’excellents météorologues, loin de moi l’idée de faire la tournée des tornades de si tôt.

Dans les sphères morale et spirituelle de ma vie, par contre, il m’arrive de me dire que je ne risque rien en allant à la chasse insensée de dangers que Dieu me demande d’éviter par amour pour moi. Il serait plus sage de lire le livre des Proverbes, qui renferme de nombreux moyens efficaces d’échapper aux pièges de la vie, dont le conseil suivant de Salomon: «Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse; reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers» (Pr 3.5.6).

Notre Seigneur est le maître de l’aventure de la vie, et le fait de respecter sa sagesse nous conduit à la plénitude de la vie. — David Mccasland

Toute tentation est l’occasion de faire confiance à Dieu.

*****

3 Avril • Lisez > Exode 31.1-11

Le forgeron et le roi

Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes.
Colossiens 3.23

En 1878, l’Écossais Alexander Mackay est arrivé comme missionnaire dans le pays connu aujourd’hui sous le nom d’Ouganda. Il a d’abord mis sur pied une forge parmi la tribu du roi Mutesa. Les villageois se sont réunis autour de cet étranger qui travaillait de ses mains, perplexes, car tout le monde «savait» que le travail était réservé aux femmes.

À l’époque, les hommes ougandais ne travaillaient jamais de leurs mains. Ils faisaient des raids dans d’autres villages pour y capturer des esclaves, qu’ils vendaient à des étrangers. Et voilà que cet étranger venait forger des outils agricoles.

L’éthique de travail et de vie de Mackay lui a permis de tisser des liens avec les villageois et d’obtenir une audience auprès du roi. Il a alors mis le roi Mutesa au défi d’abolir la traite des esclaves, ce que ce dernier a fait.

Dans la Parole, nous lisons au sujet de Betsaleel et d’Oholiab, que Dieu les a choisis et qu’il leur a donné du savoir-faire pour créer de leurs mains la tente d’assignation et tout son ameublement, destiné à l’adoration (Ex 31.1-11). Comme Mackay, ils ont honoré et servi Dieu par leurs talents et leur travail.

Nous avons tendance à classer notre travail comme spirituel ou séculier. En réalité, il n’existe aucune distinction à faire. Dieu nous a créés de sorte que chacun apporte sa contribution unique et significative au royaume de Dieu. Même si notre choix de travail ou de milieu de travail est limité, Dieu nous appelle à mieux le connaître - et il nous montrera comment le servir - le moment venu. — Randy K. Kilgore

Dieu nous montrera comment le servir, où que nous soyons.

*****

4 Avril • Lisez > Jacques 1.1-8

Sagesse et grâce

Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. 
Jacques 1.5

Le 4 avril 1968, Dr Martin Luther King, fils, le grand défenseur des droits civils américains est mort assassiné, laissant des millions de gens en colère et désillusionnés. À Indianapolis, une grande foule d’Afro-Américains s’était réunie pour entendre le discours de Robert F. Kennedy. Comme ils étaient nombreux à ignorer cette nouvelle tragique, Kennedy s’est retrouvé dans l’obligation de la leur annoncer. Il a alors fait un appel au calme en validant non seulement leur douleur, mais aussi en rappelant le deuil de son propre frère assassiné, le président John F. Kennedy, puis a cité une version d’un poème ancien d’Eschyle (526-456 av. J.-C.).

Même dans notre sommeil, la douleur qu’on ne peut oublier tombe goutte à goutte sur le cœur, jusqu’à ce que, dans notre propre désespoir, contre notre volonté, vienne la sagesse par la grâce sublime de Dieu.

« La sagesse par la grâce sublime de Dieu » est un énoncé remarquable. II signifie que la grâce divine nous éblouit et nous procure l’occasion de croître en sagesse durant les moments de la vie les plus pénibles.

Jacques a écrit: «Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée» (Ja 1.5). Il précise que cette sagesse pousse dans le sol de l’épreuve (v. 2-4), d'où nous tirons des leçons de la sagesse de Dieu et nous nous reposons dans la grâce de Dieu (2 Co 12.9). Durant les périodes les plus sombres de la vie, nous trouvons le nécessaire en Christ. — Bill Crowder

Les ténèbres des épreuves font briller la grâce avec plus d’éclat.

*****

5 Avril • Lisez > Jérémie 1.4-9

Ne renonce pas

Avant que [...] tu sois sorti de son sein, je t’avais consacré.
Jérémie 1.5

En 1986, John Piper a passé à un cheveu de quitter le ministère d’une grande Église. À l’époque, il a avoué ceci dans son journal personnel. «Je suis tellement découragé. le ne vois plus rien devant moi. On dirait que l’on s’oppose à moi de tout bord, tout côté.» Piper n’a toutefois pas renoncé, et Dieu s’est servi de lui pour diriger un ministère exceptionnel qui allait en venir à transcender considérablement les frontières de son Église.

Bien que «réussite» soit un mot au sens facile à déformer, on peut dire que John Piper l’a connue. Mais si son ministère ne s’était jamais épanoui ?

Dieu a confié au prophète Jérémie un appel direct. «Avant que je t’aie formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu sois sorti de son sein, je t’avais consacré» (Jé 1.5). Dieu l’a encouragé à ne pas redouter ses ennemis: «[Car] je suis avec toi pour te délivrer»
(v. 8). .
Jérémie a fini par se plaindre de sa mission avec ironie pour un homme ayant reçu un appel prénatal: «Malheur à moi, ma mère, de ce que tu m’as fait naître, homme de dispute et de querelle pour tout le pays !» (15.10.)

Son ministère n’a jamais fleuri. Jérémie a vu son peuple impénitent se faire massacrer, asservir et disperser. Pourtant, en dépit d’une vie faite de découragement et de rejet, il n’a jamais baissé les bras, se sachant appelé non à la réussite, mais à la fidélité. Il comptait sur le Dieu de son appel. La compassion empreinte de résilience de Jérémie illustre le cœur du Père, qui désire que tous se tournent vers lui. — Timothy Gustafson

Évitez de renoncer trop tôt en suivant à tort vos émotions. John Piper

*****

6 Avril • Lisez > 1 Corinthiens 1.18-31

La croix à Hollywood

[Loin] de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ.
Galates 6.14

Le panneau «HOLLYWOOD», se trouvant dans le sud de la Californie, est une des images parmi les plus faciles à reconnaître aux États-Unis. Des gens du monde entier viennent à «Tinseltown» pour contempler les empreintes de pas que des vedettes ont laissées dans le béton et peut-être apercevoir une célébrité passant par là.

Il serait difficile pour les visiteurs de manquer le panneau géant ancré dans le contrefort situé à proximité.

Il se trouve dans les collines de Hollywood un autre symbole facile à reconnaître, bien qu’il soit moins connu.

Un symbole à la signification pourtant éternelle. Connue sous le nom de Hollywood Pilgrimage Memorial Monument (Monument du souvenir du pèlerinage à Hollywood), une croix de près de dix mètres de hauteur fait face à la ville située en contrebas. Cette croix y a été installée en souvenir de Christine Wetherill Stevenson, une riche héritière qui a établi le Pilgrimage Theatre (aujourd’hui connu sous le nom de John Anson Ford Theatre) dans les années 1920. Ce site a servi de scène à The Pilgrimage Play, un drame portant sur Christ.

Ces deux icônes illustrent un contraste intéressant. Bons et mauvais films passent. Leur valeur de divertissement, leur contribution artistique et leur pertinence sont temporaires, tout au plus. La croix nous rappelle toutefois un drame d’une portée éternelle. L’œuvre de Christ, qui ne perdra jamais son sens et sa puissance, nous raconte que le Dieu bienveillant nous attire à lui et nous invite à accepter son offre d’un pardon total. — Denis Fischer

Connaître le sens de la croix exige de connaître celui qui y est mort.

*****

7 Avril • Lisez > 1 Chroniques 17.1-20

Ses projets ou Les nôtres ?

Qui suis-je, Éternel Dieu [...] pour que tu m’aies fait parvenir où je suis ?
1 Chroniques 17.16

Lorsqu’il avait 18 ans, mon mari a démarré une entreprise de nettoyage de voitures. Il a loué un garage, embauché des aides et créé des dépliants publicitaires. Son entreprise a prospéré. Il avait l’intention ensuite de la vendre et d’utiliser le produit de cette vente pour se payer des études universitaires, si bien qu’il était ravi qu’un acheteur s’y montre intéressé.

Après quelques négociations, la transaction semblait être sur le point de se conclure, mais à la dernière minute l’affaire a tourné en queue de poisson. Ce n’est que quelques mois plus tard que son projet de vente allait réussir.

Il est normal d’être déçu quand le temps et les desseins de Dieu pour notre vie contrarient nos attentes. Pour bâtir le Temple, David avait les bons motifs, les aptitudes au leadership et les ressources nécessaires. Pourtant, Dieu lui a annoncé qu’il ne pourrait pas réaliser ce projet parce qu’il avait tué trop de gens sur le champ de bataille (1 Ch 22.8).

David aurait pu alors brandir un poing rageur vers le ciel. Il aurait pu faire la moue ou mettre ses projets à exécution malgré tout. Au lieu de cela, il a répondu avec humilité: «Qui suis-je, Éternel Dieu [...] pour que tu m’aies fait parvenir où je suis ?» (17.16.) David s’est ensuite mis à louer Dieu et à lui affirmer sa consécration. Il accordait plus de prix à sa relation avec Dieu qu’à ses ambitions.
Qu’est-ce qui importe le plus: réaliser nos espoirs et nos rêves ou manifester notre amour pour Dieu ? — Jennifer Benson Schuldt

La vraie satisfaction réside dans l’obéissance à la volonté de Dieu.

*****

8 Avril • Lisez > Jean 11.17-27

En transition

[Nous] serons toujours avec le Seigneur.
1 Thessaloniciens 4.17

Au Ghana, il est fréquent que des gens affichent des faire-part de décès sur les babillards et des murs de parpaing. Des gros titres comme Parti trop tôt, Célébration de vie et Quel choc ! (en version anglaise) annoncent le décès d’êtres chers et l’approche de leurs funérailles. Un certain faire-part que j’ai lu, En transition, évoquait la vie au-delà de la tombe.

Lorsque meurt un proche ou un ami, nous le pleurons comme Marie et Marthe l’ont fait pour leur frère Lazare (Jn 11.17-27). Ceux qui nous ont quittés nous manquent à tel point que nous en avons le cœur brisé et que nous les pleurons, comme Jésus a pleuré le décès de son ami
(v. 35).

C’est pourtant en ce triste instant que Jésus a déclaré une chose merveilleuse au sujet de la vie après la mort: « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt, et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (v. 25).

En ce sens, l’au revoir que nous réservons aux croyants qui nous quittent n’est que temporaire. En effet, comme Paul insiste pour le dire, ils seront désormais « toujours avec le Seigneur » (1 Th 4.17). Bien entendu, il nous est douloureux d’être séparés d’eux, mais nous avons néanmoins l’assurance qu’ils sont dorénavant dans la sûre main de Dieu.

En transition indique que l’on ne fait que passer d’une situation à une autre, de la vie ici-bas à une vie éternelle et meilleure là où Jésus se trouve. « Consolez-vous donc [...] par ces paroles » (v. 18). — Lawrence Darmani

Grâce à Jésus, il nous est possible de vivre éternellement.

*****

9 Avril • Lisez > 2 Corinthiens 4.8-18

Prenez courage !

Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.
Jean 16.33

Je me plais à regarder les oiseaux s’amuser, si bien qu’il y a des années, j’ai bâti un petit sanctuaire dans notre jardin pour les y attirer. Pendant plusieurs mois, j’ai joui de la vue de mes amis à plumes en train de se nourrir et de voleter - jusqu’à ce qu’un épervier de Cooper vienne faire de mon refuge pour oiseaux son territoire de chasse privé.

C’est la vie ! Alors même que nous nous apprêtons à nous installer à notre aise, quelque chose ou quelqu’un vient déranger notre nid. Pourquoi, nous demandons-nous, tant de choses doivent-elles nous faire pleurer ?

Parmi les nombreuses réponses à cette vieille question, une seule me satisfait maintenant: «Toute la discipline du monde vise à faire [de nous] des enfants, afin que Dieu se révèle à [nous]» (George MacDonald, Life Essentiel [L’Essentiel de la vie]). Devenus comme des enfants, nous accorderons notre confiance et nous nous appuierons uniquement sur l’amour de notre Père céleste, cherchant à le connaître. et à lui ressembler.

Soucis et chagrins sont susceptibles de nous suivre tous les jours de notre vie, mais «nous ne perdons pas courage. [...] Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles» (2 Co 4.16-18).

Comment ne pas nous réjouir en pensant à un tel avenir ? — David H. Roper

Les récompenses célestes dépasseront de loin les épreuves terrestres.

*****

10 Avril • Lisez > Exode 3.7-17

D’agréables rappels

Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps.
Proverbes 16.24

Lors de sa découverte en 1922, le tombeau du roi Toutankhamon était rempli de choses que les Égyptiens de l’Antiquité croyaient nécessaires à la vie après la mort. Parmi des articles comme des autels en or, des bijoux, des vêtements, des meubles et des armes se trouvait un pot rempli de miel - encore comestible après 3200 ans !

De nos jours, nous considérons le miel surtout comme un édulcorant, mais dans l’Antiquité, il avait beaucoup d’autres usages. Le miel est un des seuls aliments connus à renfermer tous les nutriments nécessaires à la vie, si bien qu’on le consommait pour s’alimenter.

De plus, le miel comporte des vertus médicinales. En raison de ses propriétés anti-infectieuses, il s’agit de l’un des baumes les plus anciens favorisant la guérison des blessures.

Lorsque Dieu a sorti les enfants d’Israël d’Égypte, où ils avaient vécu en captivité, il leur a promis de les conduire «dans un pays où coulent le lait et le miel» (Ex 3.8,17), une métaphore illustrant l’abondance. Comme leur voyage se prolongeait à cause de leurs péchés, Dieu les a nourris de pain (manne) au goût de miel (16.31). Les Israélites se sont alors plaints d’avoir à manger la même nourriture pendant si longtemps, mais il est probable que Dieu leur rappelait ainsi ce dont ils allaient jouir en Terre promise.

Dieu utilise encore le miel pour nous rappeler que ses voies et ses paroles sont plus douces encore (Ps 19.11). Nos paroles devraient donc elles aussi être comme le miel, douces et réconfortantes. — Julie Ackerman Link

Comptez vos bénédictions plutôt que d’exprimer vos griefs.

*****

11 Avril • Lisez > Ecclésiaste 4.4-16

Pour qui est-ce que je travaille ?

Pour qui donc est-ce que je travaille, et que je prive mon âme de jouissances ?
Ecclésiaste 4.8

Henry travaillait soixante-dix heures par semaine. Son travail lui plaisait énormément et il gagnait suffisamment pour procurer de bonnes choses à sa famille. Il a toujours envisagé de ralentir, mais sans jamais le faire. Un soir, il est rentré à la maison avec une grande nouvelle: il était promu au poste le plus élevé de l’entreprise. La maison était toutefois déserte. Au fil des ans, ses enfants avaient grandi et avaient quitté le nid, sa femme s’était bâti une carrière bien à elle, si bien que la maison était maintenant vide. Il ne s’y trouvait personne à qui communiquer la bonne nouvelle.

Salomon a parlé de la nécessité d’équilibrer vie privée et vie professionnelle: «L’insensé se croise les mains, et mange sa propre chair» (Ec 4.5). Nous ne voulons pas aller jusqu’à la paresse, mais nous ne voulons pas non plus tomber dans le piège du surmenage: «Mieux vaut une main pleine avec repos, que les deux mains pleines avec travail et poursuite du vent»
(v. 6). Autrement dit, il est préférable d’en avoir moins et d’en jouir plus. Sacrifier les relations sur l’autel de la réussite est contre-indiqué. La réalisation de soi est éphémère, alors que les relations sont ce qui donne un sens à notre vie, et la rend gratifiante et agréable
(v. 7-12).

Nous pouvons apprendre à travailler pour vivre au lieu de vivre pour travailler en choisissant de répartir notre temps avec sagesse. Le Seigneur peut nous procurer cette sagesse si nous le recherchons et nous comptons sur lui comme notre pourvoyeur. — Poh Fang Chia

Pour utiliser votre temps avec sagesse, investissez-le dans l’éternité.

*****

12 Avril • Lisez > Genèse 4.1-8

Éviter le piège

[Le] péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi; mais toi, domine sur lui.
Genèse 4.7

Une plante carnivore peut digérer un insecte en une dizaine de jours. Le processus s’amorce quand, ayant senti le nectar sur les feuilles qui composent son piège, une mouche s’en approche pour l’examiner et entre sans se méfier dans les mâchoires de la plante. Les feuilles se referment alors sur elle comme un étau en une demi-seconde et des sucs digestifs l’y dissolvent.

Cette plante carnivore me rappelle la façon dont le péché s’y prend pour nous dévorer, si nous le laissons nous leurrer. Le péché a faim de nous: [Si] tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi» (Ge 4.7). Dieu a parlé ainsi à Caïn juste avant que celui-ci tue son frère, Abel.

Il se peut que le péché essaie de nous séduire en nous tentant par une nouvelle expérience, en cherchant à nous convaincre qu’il ne sert à rien de vivre avec droiture ou en faisant appel à nos sens physiques. Par contre, il existe un moyen pour nous de surmonter le péché au lieu de le laisser consumer notre vie. À ce sujet, la Bible dit: «Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair» (Ga 5.16). Devant la tentation, nous ne sommes pas seuls. Nous pouvons compter sur une aide surnaturelle. Le fait de nous appuyer sur l’Esprit de Dieu nous procure le pouvoir de vivre pour lui et les autres. — Jennifer Benson Schuldt

Si l’on ne fuit pas la tentation, on finira par y céder.

*****

13 Avril • Lisez > Luc 12.22-34

Sondage du cœur

Car là où est votre trésor, là aussi sera votre coeur.
Luc 12.34

A bord du métro à Chicago, je respecte toujours «les codes de conduite non écrits», comme ne jamais converser avec ses voisins de siège si l’on ne les connaît pas. Or, ce code n’est pas fait pour un gars comme moi qui n’ai jamais établi de contact avec un inconnu. Ce qui ne m’empêche pas d’aimer m’entretenir avec de nouvelles personnes ! Même si j’observais le code du silence, j’ai découvert que l’on pouvait malgré tout apprendre des choses au sujet des gens selon la section du journal qu’ils lisaient. Alors je regardais pour voir à quelle page ils l’ouvraient en premier. La section Affaires ? Sports ? Politique ? Actualités ? Leurs choix me révélaient leurs intérêts.

Nos choix sont toujours révélateurs. Bien entendu, Dieu n’a pas besoin d’attendre de voir les choix que nous ferons pour savoir ce que nous avons dans le cœur. Reste que les choses qui occupent notre temps et notre attention en disent long, selon Jésus «Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur» (Lu 12.34). Peu importe ce que nous désirons que Jésus pense de nous, le véritable état de notre cœur devient apparent selon l’emploi que nous faisons de notre temps, de notre argent et de nos talents. Si nous investissons ces ressources dans les choses qui lui tiennent à cœur, cela révèle que notre cœur est au même diapason que le sien.

Le cœur de Dieu est axé sur les besoins des gens et l’avancement de son royaume. Que lui révèlent, à lui et aux autres, vos choix quant à ce qui a du prix à vos yeux ? — Joe Stowell

Où se trouve votre trésor ?

*****

14 Avril • Lisez > Psaume 118.19-29

Voici le jour que Dieu a fait

C’est ici la journée que l’Éternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie ! 

Psaume 118.24

En 1940, à 27 ans, Virginia Connally est devenue la première doctoresse en physique à Abilene, au Texas. Quelques mois avant son centenaire, en 2012, on lui a décerné son Distinguished Service Award, le prix de physique le plus prestigieux du Texas. Entre ces deux grands événements, Dr Connally s’est passionnée pour la propagation de l’Évangile dans le monde entier par ses nombreux voyages missionnaires à caractère médical tout en menant une vie au service de Dieu et des autres.

Le pasteur de DreConnally, Phil Christopher, a dit: «Pour elle, chaque jour est un cadeau.» Il se rappelle une lettre dans laquelle elle écrivait: «Je me demande chaque fois si ce sera ma dernière tournée, mon dernier voyage ou mon dernier effort. Dieu seul le sait. Et cela me suffit.» «C’est ici la journée que l’Éternel a faite qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie !» (Ps 118.24) Or, il nous arrive si souvent de rester figés dans les déceptions du passé ou les incertitudes de l’avenir, manquant ainsi le don incomparable que Dieu nous fait: la journée d’aujourd’hui !

Dr Connally a dit de son parcours avec Christ: «En menant une vie de foi, on ne recherche pas les résultats. Je me suis contentée de faire les choses que Dieu a semées dans ma vie et dans mon cœur.»

Dieu a fait le jour actuel. Célébrons-le et tirons profit de chaque occasion que nous avons de servir les autres en son nom. — David Mccasland

Accueillez chaque journée comme un don de Dieu.

*****

15 Avril • Lisez > Hébreux 10.5-18

Un sacrifice énorme

[Notre] Seigneur Jésus-Christ [...] s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher au présent siècle mauvais.
Galates 1.3-4

W. T. Stead, un journaliste anglais novateur ayant vécu au tournant du XXe siècle, s’est fait connaître pour ses écrits au sujet de questions sociales controversées. Deux des articles qu’il a publiés abordaient le danger de naviguer sans avoir à son bord de canots de sauvetage en nombre suffisant. Ironiquement, Stead était sur le Titanic lorsque celui-ci a heurté un iceberg en Atlantique nord le 15 avril 1912. Selon un certain rapport, après avoir porté secours à des femmes et à des enfants dans des canots de sauvetage, Stead a sacrifié sa propre vie en cédant son gilet de sauvetage et sa place à bord d’un canot afin que d’autres puissent être secourus.

Il y a quelque chose de très émouvant dans le sacrifice de soi. On ne saurait en trouver meilleur exemple que Christ lui-même. L’auteur de l’épître aux Hébreux dit: «[Lui], après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu [...] Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (Hé 10.12,14). Paul commence sa lettre aux croyants de la Galatie en décrivant d’ailleurs ce sacrifice exceptionnel: «[Notre] Seigneur Jésus-Christ [...] s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais» (Ga 1.3,4).

L’amour que Jésus nous porte se mesure au sacrifice qu’il a consenti pour nous. Or, ce sacrifice intentionnel continue de sauver hommes et femmes et de procurer l’assurance de l’éternité avec lui. — Bill Crowder

Jésus a donné sa vie afin de nous démontrer son amour pour nous.

*****

16 Avril • Lisez > Zacharie 2

La prunelle de son œil

[Car] celui qui vous touche touche la prunelle de son œil.
Zacharie 2.8

Le bébé d’une amie souffrait de crises, si bien qu’elle a vite emmené à l’hôpital sa fillette par ambulance, le coeur battant la chamade tandis qu’elle priait pour son enfant. L’amour profond qu’elle vouait à ce poupon s’est imposé de nouveau à elle tandis qu’elle tenait les doigts minuscules dans sa main, se remémorant aussi combien plus le Seigneur nous aime et que nous sommes «la prunelle de son œil».

Le prophète Zacharie emploie cette expression dans la parole qu’il adresse au peuple de Dieu, retourné à Jérusalem après sa captivité à Babylone. Il appelle les Israélites à se repentir, à rebâtir le Temple et à retrouver leur amour pour le Dieu véritable. Étant donné qu’il l’aime incommensurablement, le Seigneur considère son peuple comme la prunelle de son œil.

Des érudits de l’hébreu laissent entendre que cette expression tirée de Zacharie 2 illustre le reflet d’une personne dans la pupille d’une autre personne. Or, comme l’œil est précieux et fragile, il est nécessaire de le protéger. Voilà qui démontre que le Seigneur désire aimer et protéger son peuple, et ce, en le gardant près de son cœur.

Le Seigneur, qui habite parmi nous, déverse son amour sur nous - et même, étonnamment, bien plus qu’une mère aimante faisant tout son possible pour son enfant malade. Nous sommes la prunelle de son œil, sa bien-aimée. — Amy Boucher Pye

L’amour d’un parent pour son enfant reflète l’amour du Père pour nous.

*****

17 Avril • Lisez > Actes 2.42-47

La progression du caméléon

Ils étaient chaque jour tous ensemble.
Actes 2.46

En évoquant le caméléon, on pense probablement à sa capacité à changer de couleur selon son environnement, mais ce lézard possède une autre caractéristique intéressante. À plusieurs occasions, j’ai pu observer un caméléon en train de marcher le long d’un sentier en me demandant comment il pouvait bien finir par atteindre sa destination. À contrecœur, le caméléon s’étire une patte, semble changer d’idée, tente le coup de nouveau, puis la dépose avec hésitation et soin, comme s’il craignait que le sol se dérobe sous lui. Voilà pourquoi je n’ai pu m’empêcher de rire en entendant dire: «Ne soyez pas un membre d’Église du genre caméléon qui se dit: Je vais aller à l’église aujourd’hui; non, je vais y aller la semaine prochaine; non, je crois que je vais attendre un moment !»

«La maison de l’Éternel », à Jérusalem, était le lieu d’adoration du roi David. N’ayant rien de l’adorateur de type caméléon, il a déclaré . «Je suis dans la joie quand on me dit: Allons à la maison de l’Éternel !» (Ps 122.1.) C’était aussi le cas des croyants de l’Église primitive, car on dit d’eux: «Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. [...] Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple» (Ac 2.42,46).

Quelle joie que de se réunir pour adorer et communier ! Prier, adorer et étudier la Parole ensemble et prendre soin les uns des autres sont essentiels à notre croissance spirituelle et à notre unité. — Lawrence Darmani

Le fait d’adorer collectivement nous procure force et joie.

*****

18 Avril • Lisez > 2 Chroniques 20.1-13

Tactiques non conventionnelles

[Nous] ne savons que faire, mais nos yeux sont sur toi »
2 Chroniques 20.12

En 1980, une femme a pris le métro durant le Marathon de Boston. Ce n’était rien en soi, à l’exception d’un petit détail. Elle était censée courir le marathon ! Plus tard, des témoins l’ont vue se joindre à la course à environ un kilomètre de la ligne d’arrivée. Elle a terminé bien avant les autres participants féminins et, curieusement, sans être à bout de souffle ou en nage. Pendant un instant, elle a ressemblé à une coureuse.

Lors d’un conflit très ancien, un peuple a trouvé un moyen honorable de remporter la bataille. À l’annonce: «Une multitude nombreuse s’avance contre toi depuis l’autre côté de la mer», le roi Josaphat en a été terrifié (2 Ch 20.2.3). Par contre, au lieu d’avoir recours aux tactiques militaires habituelles, Josaphat s’est tourné vers Dieu. Il a reconnu la suprématie de Dieu et a avoué ses propres peur et confusion « [Nous] ne savons que faire, mais nos yeux sont sur toi » (v. 12). Puis le roi a choisi des chanteurs pour conduire l’armée au front qui, au lieu de pousser un cri de guerre, ont chanté l’amour de Dieu (v.21). Fait incroyable, leurs ennemis se sont alors retournés les uns contre les autres (v. 22-24), puis «le royaume de Josaphat fut tranquille, et son Dieu lui donna du repos de tous côtés» (v. 30).

La vie peut nous tendre une embuscade sous forme de défis semblant insurmontables. Nos craintes et nos incertitudes nous procurent cependant l’occasion de nous tourner vers notre Dieu tout-puissant, qui se spécialise dans les solutions non conventionnelles. — Timothy Gustafson

Dieu est à la fois imprévisible et infaillible.

*****

19 Avril • Lisez > Psaume 42

Le Dieu peintre

[Ainsi] mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant.
Psaume 42.2

Il se peut que Nezahualcoyotl (1402-1472) ait eu un nom difficile à prononcer, mais ce nom était riche en signification. Les écrits de ce «Coyote Affamé» démontrent d’ailleurs une faim spirituelle. Ce poète et souverain du Mexique avant l’arrivée des Européens a écrit: «Vraiment, les dieux que j’adore sont des idoles de pierre qui ne parlent pas et ne ressentent rien. [...] Un certain dieu très puissant, caché et inconnu, est le créateur de tout l’univers. Il est le seul à pouvoir me consoler dans mon affliction et à venir à mon secours dans toute l’angoisse que mon cœur éprouve; je veux qu’il soit mon aide et ma protection.»

Nul ne sait si Nezahualcoyotl a trouvé celui qui donne la vie, mais durant son règne, il a fait construire une pyramide dédiée au «Dieu qui peint les choses avec beauté » et il a interdit tout sacrifice humain dans sa ville.

Les auteurs du Psaume 42 se sont écriés: «Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant» (v. 3). Tout être humain aspire au Dieu véritable, comme «la biche soupire après des courants d’eau» (v. 2).
De nos jours, il y a de nombreux Coyotes Affamés qui savent que les idoles de la célébrité, de la richesse et des relations ne sauraient combler le vide de leur âme. Le Dieu vivant s’est révélé par l’intermédiaire de Jésus, le seul à procurer un sens à notre vie et le contentement. Voilà une bonne nouvelle pour ceux qui ont faim du Dieu qui peint les choses avec beauté. — Keila Ochoa

Une soif ardente de Dieu sous-tend tous nos désirs.

*****

20 Avril • Lisez > Nombres 7.1-9

La façon de faire de Dieu

[Selon] leurs fonctions, ils devaient porter les choses saintes sur les épaules.
Nombres 7.9

Nous avions grand besoin d’entendre Dieu. On venait de nous demander d’ouvrir d’urgence notre foyer à deux jeunes enfants pendant trois mois, car une décision devait être prise au sujet de leur avenir. Avec déjà nos trois enfants plus âgés, l’idée de servir de parents à des enfants d’âge préscolaire semblait contrer nos projets de vie et exiger d’énormes efforts. Notre méditation quotidienne, d’un recueil de Amy Carmichael, ancienne missionnaire, nous a guidés vers des versets méconnus de Nombres 7.

Amy a écrit: «Je me demande ce que les fils de Kehath ont ressenti. Tous les autres sacrificateurs avaient des chars tirés par des bœufs pour transporter leurs éléments de la tente d’assignation à travers le désert, mais eux devaient accomplir leur devoir en parcourant les sentiers pierreux et les sables brûlants, transportant les choses saintes leur ayant été confiées, sur leurs épaules. Ont-ils murmuré en eux-mêmes, ayant le sentiment que pour les autres sacrificateurs c'était plus facile ? Peut-être ! Reste que Dieu sait que certaines choses sont trop précieuses pour être transportées sur des chars à bœufs, alors il nous demande de les transporter sur nos épaules. »

Mon mari et moi y avons vu la réponse à notre question. Nous avions souvent envisagé de parrainer un enfant d’un pays en voie de développement, mais sans jamais le faire. Cela aurait été plus facile que de transporter « sur nos épaules » ces deux enfants précieux, mais qui étions-nous pour reprocher à Dieu de nous confier cette noble tâche ? — Marion Stroud

Dieu accomplit ses projets extraordinaires par des gens ordinaires.

*****

21 Avril • Lisez > Jean 11.1-4, 38-44

Jésus pleura

L’aiguillon de la mort, c’est le péché [...] Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ.
1 Corinthiens 15.56-57

J’étais plongée dans un livre lorsqu’une amie s’est penchée sur moi pour voir ce que je lisais. Presque immédiatement, elle s’est reculée pour me lancer un regard ahuri. « Quel titre
lugubre ! » m’a-t-elle déclaré.

Je lisais Le Cercueil de verre, un conte des frères Grimm, et le mot cercueil la dérangeait. Rares sont ceux qui aiment se faire rappeler leur mortalité, mais la réalité reste que sur mille personnes, mille mourront.

La mort suscite toujours une grande réaction émotionnelle. À la vue de Marie, dont le frère venait de mourir, Jésus a manifesté des émotions vives, car il est écrit qu’il «fut tout ému»
(Jn 11.33). Selon une autre traduction de la Bible: «Jésus fut profondément indigné et ému» (Semeur).

Jésus a donc été troublé, voire en colère -, mais par quoi ? Peut-être est-ce le péché et ses conséquences qui l’indignaient. Dieu n’a pas créé un monde rempli de maladie, de souffrance et de mort, mais le péché est entré dans le monde et a gâché le merveilleux plan de Dieu.
Le Seigneur nous accompagne dans notre chagrin, pleurant avec nous (v. 35). Plus encore, Christ a triomphé du péché et de la mort en donnant sa vie à notre place et en ressuscitant des morts(1 Co 15.56-57).

Jésus nous promet ceci: «Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt» (Jn 11.25). Comme chrétiens, nous aimons suivre notre Sauveur maintenant, sachant que nous passerons l’éternité avec lui là où larmes, maladie et mort ne seront plus. — Poh Fang Chia

Le tombeau vide de Christ garantit notre victoire sur la mort.

*****

22 Avril • Lisez > Romains 8.19-27

L’Esprit livre le message

De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables.
Romains 8.26

Jusqu’à tout récemment, bon nombre de petites villes rurales d’Irlande n’avaient pas de numéros de porte ni de codes postaux. Si bien que, s’il y avait trois Patrick Murphy en ville, le dernier arrivé portant ce nom ne recevait son courrier qu’après que celui-ci avait été livré aux deux autres Patrick Murphy qui y vivaient depuis plus longtemps. Dans le but de mettre fin à toute cette confusion postale, le gouvernement irlandais a dernièrement mis sur pied son premier système de codes postaux, qui assurera dorénavant la bonne livraison du courrier.

Parfois, lorsque nous prions, nous avons le sentiment d’avoir besoin d’aide pour livrer correctement à Dieu ce que nous avons sur le cœur. Il se peut que les bonnes paroles nous échappent pour exprimer nos désirs profonds. L’apôtre Paul dit dans Romains 8 que le Saint-Esprit nous y aide et intercède pour nous en prenant nos «soupirs» sans mots qu’il présente au Père: «[Car] nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables» (v. 26). L’Esprit prie toujours selon la volonté de Dieu, et le Père connaît la pensée de l’Esprit.

Prenez courage, sachant que Dieu vous entend lorsque vous priez et qu’il connaît vos besoins les plus profonds.— Marvin Williams

Même si nos prières sont inexprimables, Dieu entend notre cœur.

*****

23 Avril • Lisez > Romains 119.89-96

La Parole éternelle de Dieu

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Matthieu 24.35

Au commencement de la Seconde Guerre mondiale, les bombardements aériens ont rasé une grande partie de la ville de Varsovie, en Pologne. Blocs de béton, plomberie cassée et éclats de verre recouvraient cette merveilleuse ville. Au coeur de Varsovie, toutefois, la majeure partie d’un certain édifice endommagé est obstinément restée debout. Il s’agissait des quartiers généraux polonais de la Société biblique britannique et étrangère. On pouvait encore lire sur le mur ayant subsisté: «Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles, ne passeront point» (Mt 24.35).

Jésus a fait cette déclaration dans le but d’encourager ses disciples lorsqu’ils l’ont interrogé au sujet de «la fin du monde» (v. 3). Ses paroles nous encouragent toutefois également au cœur de notre situation actuelle difficile. Nous tenant dans les décombres de nos rêves ayant volé en éclats, nous pouvons quand même trouver l’assurance dans les attributs, la souveraineté et les promesses indestructibles de Dieu.

Le psalmiste a écrit: «À toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux» (Ps 119.89). Il ne s’agit cependant pas ici que de la Parole de Dieu, mais aussi de ses attributs mêmes. Voilà qui explique que le psalmiste puisse ajouter: «De génération en génération, ta fidélité subsiste» (v.90).

Toute situation terrible peut servir à désespérer ou à espérer. Comme Dieu n’abandonne personne à son sort, on peut choisir l’espoir avec certitude, car sa Parole est garante de son amour infaillible. — Denis Fischer

La Parole immuable de Dieu est digne de confiance.

*****

24 Avril • Lisez > 2 Thessaloniciens 1.3-12

Du repos pour les affligés

[Dieu veut] vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos.
2 Thessaloniciens 1.7

Une de mes scènes préférées de la littérature met en vedette une tante bagarreuse qui affronte un mauvais beau-père au sujet des sévices qu’il inflige à son neveu, David Copperfield. Cette scène se déroule dans le roman de Charles Dickens intitulé d’après son personnage principal.
Lorsque David Copperfield se présente à la maison de sa tante, son beau-père le suit de près. Contrariée de voir le méchant M. Murdstone venir chez elle, Tante Betsey Trotwood se met à énumérer toutes ses offenses sans jamais le laisser se disculper du moindre acte de cruauté. Ses accusations sont d’une telle énergie et d’une telle véracité que M. Murdstone - normalement agressif - finit par quitter les lieux sans dire un mot. Grâce à la force et à la bonté du caractère de Tante Betsey, David en vient à obtenir justice.

Il y a Quelqu’un d’autre de fort et de bon, qui un jour redressera les torts de notre monde. Lorsque Jésus reviendra, il descendra du ciel avec un groupe d’anges puissants. Il désire «vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos», et cela, sans innocenter ceux qui auront créé des ennuis à ses enfants (2 Th 1.6-7). D’ici là, Jésus souhaite que nous tenions le coup avec fermeté et courage, sachant que peu importe ce que nous aurons à supporter sur la terre, notre sécurité est assurée pour l’éternité. — Jennifer Benson Schuldt

Un jour, Dieu redressera tous les toits.

*****

25 Avril • Lisez > 2 Samuel 22.26-37

Dieu transcende la mêlée

Oui, tu es ma lumière, ô Éternel ! L’Éternel éclaire mes ténèbres.
2 Samuel 22.29

Qn pourrait facilement reconnaître pour thème principal «La vie est une mêlée !» au livre de
2 Samuel, dans l’Ancien Testament. Il comporte tous les éléments nécessaires à une mini-série télévisée à grand succès. Tandis que David cherche à asseoir son règne en tant que roi d’Israël, il doit affronter défis militaires, intrigues politiques et trahisons par des amis et des membres de sa famille. Par ailleurs, David n’était lui-même certainement pas innocent de toute faute, comme le démontre clairement sa relation avec Bath-Schéba (Chapitres 11-12).

Reste qu’à la fin de 2 Samuel, David offre à Dieu un cantique de louange pour solliciter sa miséricorde, son amour et sa délivrance: «Oui, tu es ma lumière, ô Éternel ! L’Éternel éclaire mes ténèbres» (22.29).

Au cœur de nombreuses difficultés, David s’est tourné vers le Seigneur «Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, avec mon Dieu je franchis une muraille» (v.30).

Il se peut que nous nous identifiions aux combats de David parce que, comme nous, il était loin d’être parfait. Il savait malgré tout que Dieu transcendait les dimensions de sa vie les plus chaotiques.

Avec David, nous pouvons déclarer: «Les voies de Dieu sont parfaites, la parole de l’Éternel est éprouvée; il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui» (v. 31). Et cela nous inclut, nous !
La vie est une mêlée, mais que Dieu transcende. — David Mccasland

Il n’est pas trop tard pour recommencer à neuf avec Dieu.

*****

26 Avril • Lisez > Romains 15.1-6

Visant à être compris

Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction.
Romains 15.4

Je me plais à visiter des musées comme la National Gallery de Londres et la galerie d’État Tretyakov de Moscou. Bien que la plupart des œuvres y étant exposées soient à couper le souffle, certaines me laissent perplexe. Je regarde des éclaboussures de couleurs qui me semblent apparaître au hasard sur des toiles et je me rends compte que je n’ai pas la moindre idée de ce que je contemple, même si l’artiste est passé maître dans son art. II arrive parfois que nous ayons le même sentiment devant certains passages bibliques. Nous nous demandons: Est-ce même possible de les comprendre ?
Par où commencer ? Les paroles de Paul pourraient peut-être nous venir en aide: «Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance» (Ro 15.4).

Dieu nous a fait don de la Bible pour nous instruire et nous encourager, et de l’Esprit pour nous aider à connaître sa pensée. Jésus a dit qu’il nous envoyait l’Esprit pour nous «[conduire] dans toute la vérité» (Jn 16.13). Un fait que Paul confirme: «Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce» (1 Co 2.12).
Avec l’aide de l’Esprit, nous pouvons aborder la Bible avec assurance, en sachant que dans ses pages Dieu veut que nous apprenions à les découvrir, lui et ses voies. — Bill Crowder

Pour connaître l’Auteur de la Bible, il faut la lire.

*****

27 Avril • Lisez > Matthieu 8.23-28

Tempêtes à l’horizon

Quel est celui-ci, disaient-ils, à qui obéissent même les vents et la mer ?
Matthieu 8.27

Notre fils, Josh, est pêcheur de saumon commercial à Kodiak, en Alaska. Il y a un certain temps, il m’a envoyé une photo qu’il avait prise d’un minuscule bateau précédant le sien de quelques centaines de mètres dans un passage étroit. Des nuages menaçants annonçaient une tempête à l’horizon. Par contre, un arc-en-ciel, signe de la providence et des soins bienveillants de Dieu, se déployait d’un côté du passage à l’autre, encerclant ainsi le petit bateau.

Or, cette photo reflète notre voyage sur la terre: nous naviguons vers un avenir incertain, mais nous sommes entourés de la fidélité de Dieu !

Une tempête cernait les disciples de Jésus, et il s’est servi de cette expérience affolante pour leur enseigner une leçon au sujet de la puissance et de la fidélité de Dieu (Mt 8.23-27). Nous cherchons des réponses aux incertitudes de la vie. Nous regardons l’avenir approcher en nous demandant ce qu’il nous réserve. Le poète puritain John Keble a capturé cette pensée dans l’un de ses poèmes, où il raconte qu’il regarde l’avenir approcher, mais en «attendant de voir ce que Dieu fera».
Jeunes et vieux, nous contemplons tous un avenir incertain. Le ciel nous répond: L’amour et la bonté de Dieu nous environnent, peu importe ce qui nous guette. Nous attendons donc de voir ce que Dieu fera ! — David H. Roper

Sur la mer incertaine de l’avenir, la fidélité de Dieu nous entoure !

*****

28 Avril • Lisez > Malachie 1.1-10 : 4.5-6

Un amour infini

Je vous ai aimés, dit l’Éternel.
Malachie 1.2

Les derniers actes historiques que rapporte l’Ancien Testament sont décrits dans les livres d’Esdras et de Néhémie, alors que Dieu permet au peuple d’Israël de rentrer d’exil à Jérusalem pour s’y établir de nouveau. La cité de David s’est alors repeuplée de familles hébraïques, un nouveau Temple y a été construit et les murailles en ont été réparées.

Cela nous amène à Malachie. Ce prophète, qui était fort probablement le contemporain de Néhémie, apporte la partie qui clôt l’Ancien Testament. Remarquez la première chose qu’il dit au peuple d’Israël: «Je vous ai aimés, dit l’Éternel. Et vous dites: En quoi nous as-tu aimés ? » (Ma 1.2)

Étonnant, n’est-ce pas ? L’histoire de ce peuple est la preuve même de la fidélité de Dieu. Pourtant, après l’avoir vu combler sans cesse de façon miraculeuse et naturelle tous ses besoins, ce peuple élu s’est demandé en quoi Dieu lui avait démontré son amour. Au fil de son livre, Malachie rappelle aux Israélites leur infidélité (voir v. 6-8). Habitués depuis fort longtemps à la générosité de Dieu, ils lui ont néanmoins désobéi par la suite, ce qui leur a ultérieurement valu d’être réprimandés par Dieu.

L’heure approchait où une nouvelle voie s’ouvrirait. Le prophète y fait allusion dans Malachie 4.5,6 en parlant du Messie, ce Sauveur qui nous prouverait son amour en payant le prix de nos péchés une fois pour toutes.

Ce Messie est réellement venu ! L’espoir de Malachie est maintenant une réalité en la personne de Jésus. — David Branon

Ceux qui mettent leur foi en Jésus reçoivent la vie éternelle.

*****

29 Avril • Lisez > 2 Corinthiens 2.14-17

Le parfum de Christ

Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ.
2 Corinthiens 2.15

Lequel de vos cinq sens vous rappelle vos souvenirs de la manière la plus vivace ? Dans mon cas, c’est assurément mon odorat. Une certaine sorte de lotion solaire me ramène instantanément à une plage de France. La senteur de la purée au poulet évoque des visites chez ma grand-mère lorsque j’étais enfant. Des effluves de pin me parlent de «Noël» et un certain après-rasage me remémore l’adolescence de mon fils.

Paul a rappelé aux croyants de Corinthe qu’ils étaient le parfum de Christ. «Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ» (2 Co 2.15). Il se peut qu’il ait fait allusion aux défilés des conquérants romains. Ceux-ci veillaient à faire savoir à tous qu’ils avaient remporté la victoire en faisant brûler de l’encens sur des autels dans toute la ville. Pour les vainqueurs, le parfum était agréable; pour les prisonniers, il signifiait assurément l’esclavage ou la mort. En tant que croyants, nous sommes donc des soldats victorieux. Et lorsque l’Évangile de Christ est prêché, un parfum de bonne odeur monte vers Dieu.

Comme le parfum de Christ, quels parfums les chrétiens font-ils entrer dans une pièce avec eux ? Il ne s’agit pas de quelque chose qu’il est possible d’acheter en flacon ou en bouteille. Lorsque nous passons beaucoup de temps en compagnie d’une personne, nous en venons à penser et à agir comme elle. Passer du temps avec Jésus nous aidera donc à exhaler un parfum agréable à ceux qui nous entourent. — Marion Stroud

Si nous marchons avec Dieu, les gens le remarqueront

*****

30 Avril • Lisez > 2 Rois 12.1-15

Bien agir aux yeux de Dieu

Joas fit ce qui est droit [...] tout le temps qu’il suivit les directives du sacrificateur Jehojada.
2 Rois 12.2

«Constructeurs cowboys » est un terme que bon nombre de propriétaires britanniques utilisent pour désigner de mauvais travailleurs de la construction. Ce terme se répand avec crainte ou regret, souvent en raison d’expériences fâcheuses.

Il ne fait aucun doute qu’il y avait aussi de mauvais menuisiers, maçons et tailleurs de pierre dans les temps bibliques. Par contre, bien enfoui dans l’histoire du roi Joas en train de réparer le Temple se trouve un verset attestant l’entière honnêteté de ceux qui supervisaient et accomplissaient le travail (2 R 12.15).

Précisons cependant que le roi Joas «fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel» (v. 2) seulement lorsque le sacrificateur Jehojada lui en donnait la directive. Comme nous le voyons dans 2 Chroniques 24.17-27, après la mort de Jehojada, Joas s’est détourné du Seigneur en se laissant persuader d’adorer d’autres dieux.

Le legs mitigé d’un roi n’ayant joui d’une période fructueuse que sous la direction spirituelle d’un sacrificateur pieux me force à m’arrêter pour réfléchir. Quels seront nos legs ? Continuerons-nous de grandir et de nous épanouir dans la foi tout au long de notre vie, en produisant du bon fruit ? Ou encore, nous laisserons-nous distraire par les choses de ce monde au profit des idoles des temps modernes - comme le confort, le matérialisme et l’auto promotion ? — Amy Boucher Pye

Vivre en faisant le bien exige persévérance et direction spirituelle.

*****

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris