npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Août 2016


Notre Pain Quotidien - Août 2016 - Des herbes folles dans une lumière dorée

1er août • Lisez > Psaume 59.11-18

Ville de refuge

Et moi, je chanterai ta force; dès le matin, je célébrerai ta bonté. Car tu es pour moi une haute retraite, un refuge au jour de ma détresse.
Psaume 59.17

En entrant dans une ville d'Australie, nous nous sommes fait accueillir par un panneau sur lequel on pouvait lire: «Bienvenue à tous ceux qui recherchent un refuge et un asile.» Ce genre de mot de bienvenue semble faire écho au concept de l' Ancien Testament relatif aux villes de refuge. À l'époque de ce dernier, les villes de refuge (No 35.6) ont été établies afin de servir de havre aux gens qui avaient accidentellement tué quelqu'un et qui avaient besoin de protection. Dieu avait donc chargé le peuple de bâtir de telles villes afin de procurer un refuge à ces gens.

Pour l'Israël de l'Antiquité, ces villes de refuge ne devaient toutefois pas constituer un simple concept. Elles étaient destinées avant tout à refléter l'amour de Dieu envers toute l'humanité. Il désire ardemment être lui-même notre havre et notre ville de refuge lorsque nous subissons des échecs, des épreuves et des deuils «Et moi, je chanterai ta force; dès le matin, je célébrerai ta bonté. Car tu es pour moi une haute retraite, un refuge au jour de ma détresse. Ô ma force ! c'est toi que je célébrerai, car Dieu, mon Dieu tout bon, est ma haute retraite» (Ps 59.17,18).

Pour les cœurs brisés de toutes les générations, notre «ville de refuge» ne correspond pas à un lieu, mais à une Personne - le Dieu qui nous voue un amour éternel. Puissions-nous trouver en lui notre refuge et notre repos. — W.E.C.

On peut trouver refuge auprès du Rocher des siècles.

*****

2 août • Lisez > Romains 5.15-21

Graceland

La grâce de Dieu et le don de la grâce [...] répandus sur beaucoup.
Romains 5.15

La Graceland Mansion à Memphis, Tennessee, compte parmi les maisons les plus visitées aux États-Unis. Elle a été bâtie dans les années 1930 et nommée d'après la grand-tante du propriétaire ,Grace. C'est lorsque Elvis Presley l'a ultérieurement acquise qu'elle est devenue célèbre.

Le nom Graceland me plaît beaucoup parce qu'il décrit la merveilleuse patrie dans laquelle Dieu m'a fait entrer lorsqu'il m'a pardonné mes péchés et m'a fait sien. Il m'a tiré des ténèbres et m'a racheté en m'accueillant dans sa propre «Graceland».

L'apôtre Paul dit que «[la] grâce de Dieu et le don de la grâce venant d'un seul homme, Jésus-Christ, ont [...] été abondamment répandus sur beaucoup» (Ro 5.15). Je lui serai éternellement reconnaissant de m'avoir inclus dans ce «beaucoup» et de ce que l'amour de Dieu m'a fait entrer dans la patrie de sa grâce extraordinaire, infinie et inégalée !

Réfléchissez à la bénédiction que constitue le fait d'appartenir à la graceland de Dieu. 1l s'agit d'un royaume dans lequel Dieu nous a accordé accès auprès de lui et où cette même grâce continue de rejaillir sur notre vie au quotidien. Paul nous dit à ce sujet que, même en période de désespoir. Dieu répand richement sur nous sa grâce, qui suffit à nous faire surmonter le désespoir (voir 2 Co 12.9). Peu importe ce que la vie nous apporte, rien ne saurait nous arracher au royaume de la grâce de Dieu. — J.M.S.

Rappelez-vous où vous vivez et réjouissez-vous de la grâce de Dieu.

*****

3 août • Lisez > Éphésiens 2.11-18

Un lien commun

[Tous] vous êtes un en Jésus-Christ.
Galates 3.28

Lorsque j'ai dû recourir aux services d'un serrurier pour entrer dans ma voiture, j'ai eu droit à une agréable surprise. À peine arrivé, il a commencé à ouvrir la portière de ma petite Ford, et nous nous sommes mis à discuter. J'ai alors reconnu son accent chaleureux qui m'était familier.

En fait, celui qui me prêtait secours était originaire de la Jamaïque - un pays où je m'étais souvent rendu et que j'en étais venu à beaucoup aimer. Or, cette rencontre a eu pour effet de transformer un événement négatif en événement positif. Nous étions un peu des âmes sœurs en raison de l'amour que nous éprouvions tous les deux pour cette splendide nation insulaire.

Cette réalité m'a frappé, en évoquant chez moi une camaraderie encore plus grande, la joie de rencontrer une nouvelle personne et de découvrir qu'elle croit également à Christ.

Il y a des endroits où cela est courant, car les croyants y sont nombreux. Par contre, là où ces derniers sont rares, la joie de rencontrer quelqu'un qui lui aussi aime Jésus doit être encore plus grande. C'est formidable de partager avec d'autres la merveilleuse réalité consistant à être affranchis du péché en la personne de Christ !

Entre tous les gens qui connaissent Jésus, il existe un lien commun, une fusion avec Christ (Ga 3.28), une joyeuse communion capable d'illuminer même la journée la plus sombre. Louons Dieu de ce qu'il tisse des liens d'unité entre tous ceux qui le connaissent comme leur Sauveur. — J.D.B.

La communion fraternelle nous édifie et nous lie ensemble.

*****

4 août • Lisez > Romains 7.18-25

Tout ce que l'on a à savoir

Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair.
Romains 7.18

Dans une certaine interprétation de la chanson «Just As I Am» (Tel que je suis) par Fernando Ortega, il est possible d'entendre légèrement la voix de Billy Graham à l'arrière-plan. M. Graham se rappelle une maladie durant laquelle il a cru qu'il allait mourir. Tandis qu'il se remémorait alors son passé, il s'est rendu compte à quel point il était pécheur et combien il avait encore besoin que Dieu lui accorde son pardon chaque jour.

Billy Graham mettait fin à la notion selon laquelle nous pouvons bien vivre sans Dieu. Il se peut que nous soyons satisfaits de nous-mêmes, mais cette assurance doit découler du fait de savoir que Dieu nous aime profondément comme ses enfants (Jn 3.16), et non de l'illusion que nous sommes de très bons enfants
(Ro 7.18).

Le premier pas à faire pour devenir un vrai «bon» disciple de Christ consiste à cesser de nous prétendre bons par nos propres forces et à demander à Dieu de nous rendre aussi bons que nous puissions l'être. Nous y échouerons très souvent, mais il continuera de nous faire grandir et de nous transformer. Dieu est fidèle et - en son temps et à sa façon - il le fera.

Dans les dernières années de sa vie, l'auteur de «Grâce infinie», John Newton, était atteint de démence et se plaignait de la perte de sa mémoire. Il a néanmoins avoué . «Je me rappelle deux choses: je suis un grand pécheur et Jésus est un grand Sauveur.» En matière de foi, voilà les deux seules choses à savoir. — D.H.R.

Accepter la grâce de Dieu revient à faire l'expérience de la paix de Dieu.

*****

5 août • Lisez > Romains 8.1-11

Se libérer

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.
Romains 8.1

L'éléphant est le plus grand des animaux terrestres, et l'un des plus puissants. Il suffit néanmoins d'une corde solide pour le restreindre. Voici comment faire. Lorsque l'éléphant est jeune, on l'attache à un gros arbre. Pendant des semaines, il tire en vain sur sa corde, qui le retient fermement. Puis il finit par renoncer à se dégager.

Ensuite, lorsque l'éléphanteau atteint sa maturité, en taille et en force, il ne tente plus de se libérer, car dès qu'il sent de la résistance, il arrête. Il se croit encore captif et dans l'impossibilité de s'en aller.

Satan est capable de nous jouer le même tour afin de nous garder en captivité. La Bible nous assure qu'il «n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ» (Ro 8.1), car il nous «a [affranchis] de la loi du péché et de la mort» (v. 2). L'ennemi de notre âme tente néanmoins de nous faire croire que nous sommes encore sous la domination du péché.

Que ferons-nous donc ? Réfléchir à ce que Christ a accompli. Il est mort afin d'expier nos péchés et de mettre fin à l'emprise que le péché exerçait sur nous (v. 3). Christ est revenu à la vie et nous a envoyé le Saint-Esprit. Nous pouvons donc maintenant vivre victorieusement en lui, puisque «l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en [nous]» (v. 11). En Christ, nous avons la liberté. — P.F.C.

Vivez la véritable liberté, en rendant toute pensée captive à l'obéissance de Christ.

*****

6 août • Lisez > Jérémie 18.1-6

Brisé, mais magnifique

Le vase qu'il faisait ne réussit pas [...] il [...] refit un autre vase, tel qu'il trouva bon de le faire.
Jérémie 18.4

Dernièrement, ma fille m'a montré sa collection de verre de mer. Ces tessons aux diverses couleurs sont parfois des morceaux de poterie, mais sont souvent aussi des éclats de bouteilles de verre. À l'origine, ce verre servait à quelque chose, mais on en est venu à le jeter et il a fini par se briser.

Si l'objet de verre jeté aboutit dans l'océan, son voyage ne fait que commencer. Étant donné que les courants et les marées l'y font tournoyer sans relâche, le sable et les vagues en émoussent les bords tranchants qui se polissent et s'arrondissent au fil du temps. Il en résulte quelque chose de magnifique. Obtenant ainsi une nouvelle vie, le verre de mer aux apparences de joyaux ravit les collectionneurs et les artisans.

De façon comparable, la grâce et l'amour divins ont au contact de Dieu le pouvoir de renouveler une vie brisée. Dans l' Ancien Testament, nous lisons qu'en regardant un potier à l'œuvre, le prophète Jérémie a remarqué que, si un objet en fabrication s'effondrait, le potier se contentait de le remodeler (Jé 18.1-6). Dieu explique qu'entre ses mains, le peuple d'Israël de l 'Antiquité était comme de l'argile qu'il pouvait façonner à sa guise.

Or, nous ne sommes jamais trop brisés pour que Dieu ne puisse nous remodeler. Il nous aime malgré nos imperfections et nos erreurs du passé, et il désire nous rendre magnifiques. — C.H.K.

Le vase qu'il faisait ne réussit pas [...] il [...] refit un autre vase, tel qu'il trouva bon de le faire. — Jérémie 18.4

Lorsque nous fondons dans le creuset de l'épreuve,
le Potier peut alors pleinement nous façonner.

*****

7 août • Lisez > Éphésiens 4.1-12

Gens difficiles

[Marchez] d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée [...] vous supportant les uns les autres avec amour.
Éphésiens 4.1,2

Dans le livre intitulé «God in the Dock», l'auteur C. S. Lewis décrit le genre de personnes avec qui nous avons du mal à nous entendre. L'égoïsme, la colère, la jalousie ou d'autres travers minent souvent notre relation avec elles. Nous nous disons parfois: La vie serait beaucoup plus facile si on n'avait pas affaire à des gens aussi pénibles.

Lewis nous signale ensuite que Dieu doit justement supporter tous les jours ces travers en chacun de nous «Vous êtes précisément ce genre de personne. Vous avez vous aussi une faille dans votre caractère. Tous les espoirs et tous les projets des autres se sont fracassés à maintes reprises contre votre caractère comme vos espoirs et vos projets se sont fracassés contre le leur (Traduction libre).» Cette conscience de soi-même devrait d'ailleurs nous motiver à tenter d'user de la même patience et de la même acceptation envers autrui dont Dieu use envers nous chaque jour.

Dans l'épître aux Éphésiens, Paul nous exhorte à agir «en toute humilité et douceur, avec patience, [nous] supportant les uns les autres avec amour» (4.2). La personne patiente est plus en mesure d'interagir avec une autre qui est difficile sans céder à la colère et au désir de se venger. Elle parvient plutôt à supporter l'autre, en faisant preuve de grâce malgré le comportement dérangeant de celle-ci.

Y a-t-il des gens difficiles dans votre entourage ? Demandez à Dieu de manifester son amour par votre intermédiaire. — H.D.F.

Voyez les autres comme Dieu vous voit.

*****

8 août • Lisez > Genèse 6.11-22

Le pouce levé

Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel.
Genèse 6.8

Selon une fable africaine, quatre doigts et un pouce vivaient ensemble dans une main. C'étaient des amis inséparables. Un jour, ayant remarqué qu'une bague en or se trouvait juste à côté d'eux, ils se sont mis à comploter pour se l'approprier. Le pouce a déclaré qu'ils auraient tort de voler la bague, mais les quatre doigts l'ont traité de moraliste lâche et ont refusé d'être ses amis. Le pouce en fut bien heureux, car il ne voulait avoir aucune part dans leurs manigances. Voilà pourquoi, selon la légende, le pouce se tient encore à l'écart des autres doigts.

Cette fable me rappelle qu'il nous arrive parfois d'avoir le sentiment d'être seul au monde lorsque le mal nous entoure. À l'époque de Noé, la terre était remplie de violence , toutes les pensées du cœur des hommes «se portaient chaque jour uniquement vers le mal» (Ge 6.5,11). Reste que «Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel» (v. 8). Entièrement consacré à Dieu, Noé lui a obéi et a bâti l'arche. Dans sa grâce, le Seigneur les a épargnés, lui et sa famille.

Dieu nous a également manifesté sa grâce par la vie, la mort et la résurrection de son Fils Jésus. Nous avons toutes les raisons de lui rendre honneur et de lui rester fidèles dans notre vie de tous les jours. Il est toujours à proximité, allant même jusqu'à habiter en nous, si bien que nous ne sommes jamais véritablement seuls. Ses «oreilles sont attentives à [nos] cris» (Ps 34.16). — J.B.S.

Il est facile de se tenir dans la foule; il faut du courage pour se tenir seul.

*****

9 août • Lisez > Psaume 77.11-21

Trouver la voie de Dieu

Tu te frayas un chemin par la mer, un sentier par les grandes eaux.
Psaume 77.20

On a ouvert le tunnel sous la Manche le 6 mai 1994, presque deux siècles après que l'ingénieur de Napoléon, Albert Mathieu, en a proposé la construction pour la toute première fois en 1802. De nos jours, le passage de 50 km sous la Manche permet à des milliers de personnes, de voitures et de camions de voyager en train chaque jour entre l'Angleterre et la France. Il y avait des siècles que les gens traversaient la Manche en bateau quand les travaux de construction du tunnel, cette nouvelle façon étonnante de la traverser en passant dessous, ont été achevés.

Dieu a prévu également une voie inattendue à faire emprunter à son peuple - qui nous est décrite dans Exode 14.10-22. Confrontés à une mort certaine, aux mains de l'armée de Pharaon ou par noyade, les Israélites étaient au bord de la panique. Dieu a toutefois ouvert la mer Rouge devant eux et ils l'ont traversée à sec. Des années plus tard, le psalmiste Asaph s'est servi de cet événement comme preuve de l'immense puissance de Dieu «Tu te frayas un chemin par la mer, un sentier par les grandes eaux, et tes traces ne furent plus reconnues. Tu as conduit ton peuple comme un troupeau, par la main de Moïse et
d 'Aaron» (Ps 77.20,21).

Dieu peut créer des routes là où nous ne voyons que des obstacles. Lorsque la voie devant nous semble incertaine, il convient de nous rappeler ce que Dieu a accompli par le passé. Il se spécialise dans l'ouverture de voies, en toute situation, vers son amour et sa puissance. — D.C.M.

Le Dieu qui nous a ouvert la voie du salut peut nous faire surmonter nos épreuves quotidiennes.

 

*****

10 août • Lisez > Apocalypse 4

Saint, saint, saint

Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient!
Apocalypse 4.8

«Le temps passe à toute allure quand on s'amuse.» Ce cliché ne repose sur aucun fait, en réalité, mais notre vécu nous le fait sembler vrai.

Lorsque la vie est agréable, le temps passe trop vite. Donnez-moi une tâche qui me plaît ou une personne que je trouve d'agréable compagnie, et le temps me semblera sans importance.

Mon expérience de cette «réalité» m'a fait mieux comprendre la scène décrite dans Apocalypse 4. Par le passé, lorsque je réfléchissais aux quatre créatures vivantes qui siégeaient autour du trône de Dieu et qui ne cessaient de répéter les mêmes mots, je me disais: Quelle existence ennuyeuse !

Ce n'est plus le cas. Je pense plutôt aux scènes qu'elles ont vues de leurs nombreux yeux (v. 8). Je considère maintenant la perspective que leur procure la proximité du trône de Dieu (v. 6). Je réfléchis à l'émerveillement que leur procure l'engagement de Dieu, empreint de sagesse et d'amour, envers des êtres errants. Puis je me dis: Quelle meilleure réponse trouver ? Quoi dire de mieux, sinon: «Saint, saint, saint» ?

Est-ce ennuyeux de toujours répéter les mêmes mots ? Pas si l'on est en présence de l'être aimé. Pas quand on fait exactement ce pour quoi on a été créé.

Comme les quatre créatures, Dieu nous a créés pour que nous le glorifiions. Notre vie ne sera jamais ennuyeuse si nous nous concentrons sur lui et nous accomplissons notre destinée. — J.A.L.

Le cœur en accord avec Dieu ne peut que chanter ses louanges.

*****

11 août • Lisez > Marc 12.28-34

Le pouvoir de la simplicité

Un des scribes [...] s'approcha, et lui demanda: Quel est le premier de tous les commandements ?
Marc 12.28

Peu d'Américains prennent le temps d'étudier les règles fiscales de l'Internal Revenue Service, et pour cause. Selon le magazine Forbes, en 2013, les codes fiscaux ont dépassé la barre des quatre millions de mots. En fait, les lois fiscales américaines se sont complexifiées à tel point que même les spécialistes ont beaucoup de mal à assimiler toutes ces règles. Elles sont d'une complexité pénible.

Dans l'Antiquité, les chefs religieux d'Israël en faisaient autant dans leur relation avec Dieu. Ils la compliquaient à outrance par leurs lois. Le fardeau grandissant des règles religieuses s'était accru au point que même les spécialistes de la loi de Moïse avaient du mal à en comprendre les fondements. Un jour que l'un de ces chefs religieux a demandé à Jésus lequel des commandements comptait le plus, ce dernier lui a répondu: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là» (Mc 12.30,31).

La loi de Moïse était lourde à porter, mais la foi en Christ est simple et son «fardeau léger» (Mt 11.30). Il est léger parce Dieu a accepté de nous pardonner et de nous aimer. Il nous permet maintenant de l'aimer, ainsi que notre prochain. — W.E.C.

L'amour de Dieu en nous nous les fait aimer, lui et les autres.

*****

12 août • Lisez > 2 Timothée 2.1-7

Un exemple encourageant

Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître [...] je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.
Jean 13.14,15

On raconte que, vers la fin des années 1800, un groupe de pasteurs européens a assisté à la conférence que D. L. Moody a donnée au Massachusetts. Conformément à leur coutume, ces pasteurs ont placé leurs souliers en dehors de leur chambre avant de se coucher, s'attendant à ce que le personnel de l'hôtel les nettoie. À leur vue, Moody a mentionné à d'autres personnes la nécessité de les nettoyer parce qu'il était au courant de cette coutume. Celles-ci ont toutefois gardé le silence. Moody a donc ramassé tous les souliers et les a nettoyés lui-même. Ayant rendu visite au conférencier à l'improviste, un ami a constaté ce que ce dernier venait de faire. Le mot s'est alors répandu, et les soirs suivants d'autres personnes ont nettoyé les souliers en question chacune son tour.

Le style de leadership de Moody, empreint d'humilité, a ainsi servi d'exemple. L'apôtre Paul a rappelé ceci à Timothée: «[Fortifie-toi] dans la grâce qui est en Jésus-Christ. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres» (2 Ti 2.1,2). Lorsque nous nous rappelons que notre force découle de la grâce de Dieu, cela nous rend humbles. Ensuite, avec humilité, nous transmettons la vérité de Dieu en étant un exemple qui encourage et qui inspire.

Jésus est lui-même notre exemple de service. Il a donné sa propre vie pour nous. — A.L.

L'humilité résulte du fait de connaître Dieu et de se connaître soi-même.

*****

13 août • Lisez > Actes 6.1-10

Une pluie vivifiante

Ils ne pouvaient résister à sa sagesse et à l'Esprit par lequel il parlait.
Actes 6.10

Durant les grandes chaleurs du mois d'août 1891, R. G. Dyrenforth est arrivé à Midland, Texas, déterminé à faire tomber la pluie. Connu en tant que « faiseur de pluie », lui et son équipe ont lancé et fait éclater d'immenses ballons remplis de gaz explosif, déchargé des canons et fait exploser des piles de bâtons de dynamite au sol - faisant trembler la terre et le ciel. Certains ont cru qu'il était parvenu à faire pleuvoir un peu, mais la plupart ont dit que tout ce qu'il avait fait, c'était du bruit. La puissance explosive était impressionnante, mais inefficace.

Lorsque l'Église primitive a eu besoin de diacres, elle a recherché des gens dotés d'un autre genre de puissance. Elle s'est choisi «sept hommes, de qui l'on [rendait] un bon témoignage , qui [étaient] pleins d'Esprit Saint et de sagesse» (Ac 6.3) pour leur faire gérer la distribution quotidienne de nourriture. Parmi eux se trouvait Étienne, un homme «plein de grâce et de puissance, [qui] faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple» (v. 8). Lorsque des querelles ont éclaté, ceux qui s'opposaient à lui «ne pouvaient résister à sa sagesse et à l'Esprit par lequel il parlait» (v. 10).

La Bible indique clairement qu'Étienne tenait son efficacité spirituelle du fait d'être rempli du Saint-Esprit, qui lui procurait le bon équilibre de foi, de sagesse et de puissance.

L'Esprit de Dieu qui habite en nous aujourd'hui remplace le grand bruit de l'égocentrisme par sa douce pluie qui procure la vie. — D.C.M.

En vivant pour Christ, nous n'accomplissons rien sans la puissance de l'Esprit.

*****

14 août • Lisez > 1 Pierre 2.9-12

La parabole de la piqûre

[Afin... qu'ils] remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera.
1 Pierre 2.12

Je me rappelle encore l'air choqué de Jay Elliott lorsque, il y a près de cinquante ans, je suis entré chez lui en coup de vent par la porte avant, poursuivi par un essaim d'abeilles. En ressortant aussitôt par la porte arrière, j'ai constaté que j'avais semé les abeilles... dans la maison de Jay ! Peu après, celui-ci en est sorti à son tour au pas de course par la porte arrière, avec à ses trousses l'essaim que je lui avais apporté.

J'avais reçu plus d'une douzaine de piqûres, sans trop d'effets, mais pour Jay, les choses ont été différentes. Même si «mes» abeilles ne l'avaient piqué qu'une ou deux fois, ses yeux et sa gorge ont douloureusement enflé. Par mon geste, j'ai ainsi causé de grandes souffrances à mon ami.

Voilà qui illustre aussi un fait concernant nos relations personnelles. Lorsque nos actions ne sont pas conformes à Christ, nous blessons les autres. Même après une demande de pardon, la «piqûre» fait encore mal.

Les gens auraient raison de s'attendre du disciple de Christ qu'il ne leur cause aucun tort et use de patience envers eux. Nous oublions parfois que ceux qui ont du mal à avoir la foi, ou à vivre, ou les deux, observent les chrétiens en nourrissant des attentes. Ils espèrent voir en nous moins de colère et plus de miséricorde, moins de jugement et plus de compassion, moins de critiques et plus d'encouragements. Comme Jésus et Pierre nous ont exhortés à vivre de manière à glorifier Dieu (Mt 5.16; 1 Pi 2.12), puissent nos actions et nos réactions les mener à notre Père aimant. — R.K.

Puissent les gens voir moins ma personne et plus celle de Jésus.

*****

15 août • Lisez > Matthieu 28.1-10

Y a-t-il lieu d'espérer ?

Il n'est point ici; il est ressuscité, comme il l'avait dit.
Matthieu 28.6

Je me suis assise en silence près de la tombe de mon père, attendant que commence l'enterrement privé de ma mère, en famille. Le directeur des funérailles a apporté l'urne cinéraire. J'avais le cœur en charpie et la tête embrumée. Comment vais-je bien pouvoir surmonter leur perte à tous les deux à seulement trois mois d'intervalle ? Dans mon deuil, j'éprouvais de la solitude et un peu de désespoir devant un avenir sans eux.

C'est alors que le pasteur a lu quelque chose au sujet d'une autre tombe. Le premier jour de la semaine, tôt le matin, des femmes se sont rendues au tombeau de Jésus, apportant des épices pour la sépulture de son corps (Mt 28.1 , Lu 24.1). À leur grande surprise, elles y ont trouvé un tombeau ouvert et vide, ainsi qu'un ange. «Pour vous, ne craignez pas», leur a-t-il dit (Mt 28.5). Il leur était inutile de craindre le tombeau vide ou cet ange, car celui-ci avait une bonne nouvelle à leur annoncer.

L'espoir m'est revenu en entendant les paroles suivantes: «Il n'est point ici, il est ressuscité, comme il l'avait dit» (v. 6). Puisque Jésus était revenu à la vie, il avait vaincu la mort ! Jésus avait d'ailleurs rappelé ceci à ses disciples, quelques jours à peine avant de mourir «[Car] je vis, et vous vivrez aussi» (Jn 14.19). Même si nous pleurons la mort de nos êtres chers, nous puisons de l'espoir dans la résurrection de Jésus et sa promesse de vie après la mort. — A.M.C.

Parce qu'il vit, nous vivons nous aussi.

*****

16 août • Lisez > 2 Corinthiens 5.16-21

Des bulletins ambulants

Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ.
2 Corinthiens 5.20

Le premier contact que Pete Peterson a eu avec le Vietnam s'est produit durant la guerre. Lors d'un bombardement survenu en 1966, son avion s'y est fait abattre et il s'y est fait capturer. Plus de trente ans après, il est retourné là-bas à titre d'ambassadeur des États-Unis. Dans un certain article de presse, on disait de lui qu'il était «un panneau de réconciliation ambulant». Ayant bien compris depuis longtemps que Dieu ne lui avait pas sauvé la vie pour qu'il vive dans la colère, il a employé le reste de ses jours et son rang social pour mieux protéger les enfants vietnamiens en insistant pour que l'on crée de meilleures normes de sécurité à cette fin.

Être nommé pour représenter son pays auprès d'un autre est une grande responsabilité et un grand honneur. En tant que ses disciples, nous sommes les «ambassadeurs [de] Christ» (2 Co 5.20). Comme Dieu nous a envoyé Christ pour nous réconcilier avec lui-même (v. 18), nous avons maintenant pour ministère celui de la «réconciliation» (v. 19). Notre message: tous peuvent être rachetés en Christ parce que Dieu a fait une chose. «Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu» (v. 21). En réponse à l'amour conciliant que Jésus nous offre, nous pouvons le partager avec les autres. Prenons notre rôle au sérieux. Peu importe où Dieu nous place ici-bas, il peut se servir de nous comme de panneaux de réconciliation ambulants pour Jésus-Christ. — C.P.H.

Taire de bonnes nouvelles revient à n'avoir aucune nouvelle à donner.

*****

17 août • Lisez > Jean 17.20-26

Quelqu'un chante-t-il ?

[Supportez-vous] les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l'unité de l'Esprit par le lien de la paix.
Éphésiens 4.2,3

A 322 km au-dessus de la Terre, Chris Hadfield, astronaute et commandant canadien de la Station spatiale internationale s'est joint à un groupe d'étudiants se trouvant dans un studio sur la Terre pour chanter une chanson. Ensemble, ils ont interprété «Is Somebody Singing» (Quelqu'un chante-t-il ?), une chanson que Hadfield et Ed Robertson ont coécrite.

Un vers a capté mon attention, dont voici la traduction «On ne peut pas tracer de frontières depuis
là-haut.» Bien que nous, les êtres humains, tracions de nombreuses lignes - nationales, ethniques, idéologiques - pour nous séparer les uns des autres, cette chanson m'a rappelé que Dieu ne fait pas ce genre de distinctions. Pour Dieu, le plus important, c'est que nous l'aimions et que nous nous aimions les uns les autres (Mc 12.30,31).

Tel un père aimant, Dieu veut que sa famille soit unie. Nous ne saurions accomplir ce que Dieu a prévu que nous fassions si nous refusons de nous réconcilier les uns avec les autres. Dans sa prière la plus passionnée, qu'il a faite la veille de sa crucifixion, Jésus a supplié Dieu d'unifier ses disciples «[Afin] que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous» (Jn 17.21).

Le chant illustre l'unité en ce sens que nous convenons des paroles, des accords et des rythmes. Il peut également promouvoir l'unité en ce sens qu'il nous unit dans la paix, il proclame la puissance de Dieu par la louange et il démontre la gloire divine au monde. — J.A.L.

Chanter les louanges de Dieu ne se démodera jamais.

*****

18 août • Lisez > Apocalypse 22.12-21

Croire d'avance

Oui, je viens bientôt.
Apocalypse 22.20

Lors de la Seconde Guerre mondiale, des prisonniers américains se sont fabriqué une radio à l'insu des gardiens de leur camp. Par elle, ils ont appris un jour que le haut commandement de l'armée allemande s'était rendu, mettant fin à la guerre. En raison d'une rupture des communications, les gardiens l'ignoraient toutefois encore. Tandis que le mot se répandait parmi les prisonniers, des cris de joie ont éclaté. Pendant trois jours, ils ont chanté, ils ont salué les gardiens de la main et ont échangé des plaisanteries en prenant leurs repas. Le quatrième jour, à leur réveil, ils ont constaté que tous les Allemands avaient pris la fuite. Leur attente était enfin terminée.

Certains récits bibliques sont axés sur l'attente : Abraham a attendu que son enfant naisse ( Ge 12 - 21); les Israélites, d'être délivrés de l'Egypte ; les prophètes, que leurs propres prédictions s'accomplissent; les disciples, que Jésus agisse comme le puissant Messie tant espéré. Le livre de l'Apocalypse se termine sur les dernières paroles de Jésus: «Oui, je viens bientôt», suivies d'une prière urgente leur faisant écho:
«Amen ! Viens, Seigneur Jésus !» (22.20.) Cela, nous l'attendons encore.

Je me demande: Pourquoi notre attente nous rend-elle si craintifs et angoissés ? Comme les prisonniers alliés, nous pouvons agir selon la Bonne Nouvelle à laquelle nous disons croire. Après tout, qu'est-ce que la foi en Dieu, sinon le fait de croire d'avance ce qui n'aura de sens que vu avec le recul ? — P.D.Y.

L'attente éprouve notre foi, afin que nous patientions avec espoir.

*****

19 août • Lisez > Nombres 9.15-23

Suivre le Maître

Ils campaient sur l'ordre de l'Éternel, et ils partaient sur l'ordre de l'Éternel.
Nombres 9.23

Lors d'une exposition canine tenue près de chez moi, j'ai regardé parader un corgi du Cardiganshire nommé Trevor. Au commandement de son maître, il s'éloignait de plusieurs mètres à la course et revenait immédiatement, il sautait des clôtures et il identifiait des objets au seul moyen de son odorat. Au terme de chaque exercice, il s'assoyait aux pieds de son maître pour attendre d'y recevoir d'autres instructions.

L'attention intense que Trevor prêtait aux instructions de son maître m'a rappelé la consécration que Dieu désirait obtenir de son peuple tandis qu'il le suivait dans le désert. Dieu le conduisait de manière unique. Il se présentait à son peuple sous forme de nuée. Si celle-ci s'élevait, il signifiait à son peuple que l'heure était venue pour un autre endroit. Si la nuée descendait, son peuple devait s'arrêter: «Ils campaient sur l'ordre de l'Éternel, et ils partaient sur l'ordre de l'Éternel» (No 9.23). Les Israélites respectaient cette façon de faire jour et nuit, peu importe combien de temps ils devaient rester au même endroit.

Dieu ne faisait pas que mettre les Israélites à l'épreuve, il les conduisait en Terre promise (10.29). Il désirait les mener dans un meilleur endroit. Ainsi en va-t-il pour nous lorsque Dieu nous demande de le suivre. Il souhaite nous conduire à une communion plus étroite avec lui. Sa Parole nous assure qu'il guide avec amour et fidélité ceux qui le suivent avec humilité. — J.B.S.

Dieu demande à ses enfants de suivre le Chef.

*****

20 août • Lisez > 1 Corinthiens 3.1-11

Notre fondement

Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.
1 Corinthiens 3.11

La ville bavaroise de Nördlingen est unique. Elle se trouve au cœur du cratère de Ries, une grande dépression circulaire causée par l'impact d'un énorme météorite ayant percuté la Terre il y a longtemps. L'immense pression de l'impact a eu pour effet de créer un rocher inhabituellement cristallisé et des millions de diamants de taille microscopique. Au XIIIe siècle, on s'est servi de ces pierres mouchetées pour bâtir l'église Saint-Georges. Les visiteurs peuvent voir les splendides dépôts de cristaux dans ses fondations et ses murs. Certains pourraient dire que cette église a des fondations célestes.

La Bible nous parle de fondations célestes d'un autre genre. Le Seigneur Jésus est venu du ciel parmi nous (Jn 3.13). Lorsqu'il est retourné au ciel après sa mort et sa résurrection, il a quitté ses disciples, qui sont devenus le «temple vivant» de Dieu, dont il est le fondement. À ce sujet, l'apôtre Paul a dit «Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ» (1 Co 3.11).

L'église bavaroise dont il est question ici repose sur un fondement constitué de morceaux de pierre provenant des cieux physiques. L'Église spirituelle - tous les croyants en Christ - repose par contre sur l'ultime fondement céleste, Jésus-Christ (És 28.16, 1 Co 10.3,4). Dieu soit loué de ce que le salut nous est assuré en raison de ce que Jésus a accompli. — H.D.F.

Christ, le Rocher, est notre espérance sûre.

*****

21 août • Lisez > Hébreux 10.32-39

Tenez bon !

N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.
Hébreux 10.35

Il y a un vieux dicton qui dit «Qui trop embrasse mal étreint.» Il vaut mieux ne pas assumer plus de responsabilités que ce que nos capacités permettent. Il nous arrivera cependant de nous sentir parfois dépassés par la taille et le degré de difficulté d'une tâche que nous avons acceptée.

Cela peut se produire même dans notre marche de foi en Christ, alors que notre engagement envers lui nous semble trop lourd à porter. Dieu a toutefois un mot encourageant à nous dire lorsque notre assurance faiblit.

L'auteur de l'épître aux Hébreux a exhorté ses lecteurs à se rappeler le courage dont ils avaient fait preuve durant les premiers jours de leur foi (10.32,33). Malgré les insultes et les persécutions publiques, ils étaient venus en aide aux croyants emprisonnés et ils avaient accepté avec joie qu'on leur confisque leurs biens
(v. 33,34). Avec ce fait présent à l'esprit, il a dit. « N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu'après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis » (v. 35,36).

Notre assurance ne réside pas en nous-mêmes, mais en Jésus et en sa promesse de revenir au moment opportun (v. 37).

C'est la puissance de Dieu qui nous permet de poursuivre notre voyage de foi. Le fait de nous remémorer la fidélité du Seigneur par le passé a pour effet de stimuler notre confiance en lui aujourd'hui. — D.C.M.

Compter sur la fidélité de Dieu a pour effet de stimuler notre assurance.

*****

22 août • Lisez > Psaume 112

Vivez dans l'amour

La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits, pour celui qui est miséricordieux, compatissant et juste.
Psaume 112.4

Dans le pays d' Afrique où mon amie Roxanne vit, l'eau est une marchandise précieuse. Les gens doivent souvent parcourir de longues distances pour puiser de l'eau dans de petits ruisseaux contaminés, ce qui entraîne des maladies et la mort. Les organisations comme les orphelinats et les Églises ont du mal à servir les gens à cause d'un manque d'eau. Par contre, cette situation est en train de changer.

Grâce au leadership de Roxanne et aux dons altruistes de certains membres très aimants d'Églises bien établies, on creuse actuellement des puits d'eau potable. Au moins six nouveaux puits sont maintenant en fonction, ce qui permet aux Églises d'offrir espoir et encouragement. On pourra également ouvrir une maison de santé et une demeure pour 700 orphelins grâce à cet accès à de l'eau potable.

Voilà le genre d'amour qui peut jaillir des croyants en Christ, car ils ont goûté à l'amour et à la générosité de Dieu. Paul dit dans 1 Corinthiens 13 que, si nous n'avons pas l'amour, nos voix sont comme un airain qui résonne et notre foi ne signifie rien. L'apôtre Jean dit que, si nous avons des biens et que nous venons en aide aux gens dans le besoin, cela prouve que l'amour de Dieu demeure en nous (1 Jn 3.16,17). Dieu désire que nous exercions «la miséricorde» (Ps 112.5) envers ceux qui sont dans le besoin, car il se montre lui-même miséricordieux envers nous. — J.D.B.

La bonté, c'est le christianisme portant ses vêtements de travail.

*****

23 août • Lisez > Matthieu 5.11-16

Garder les ténèbres loin

Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et qu'ils glorifient votre Père.
Matthieu 5.16

Dans le livre de J. R. R. Tolkien intitulé «Le Hobbit», le magicien Gandalf explique pourquoi il a choisi de donner un petit hobbit comme Bilbo pour combattre l'ennemi au côté des nains. Il dit «Saruman croit que seule une grande puissance peut dominer le mal, mais ce n'est pas ce que j'ai pu constater. J'ai pu voir que ce sont les petits gestes quotidiens des gens ordinaires qui gardent les ténèbres à distance. De petits gestes de bonté et d'amour» (Traduction libre).

C'est également ce que Jésus nous enseigne. Nous prévenant que nous allions traverser des temps sombres, il nous a rappelé que grâce à lui nous sommes «la lumière du monde» (Mt 5.14) et que nos bonnes actions serviront de puissance repoussant les ténèbres à la gloire de Dieu (v. 16). En écrivant aux croyants en Christ qui subissaient une grande persécution, Pierre les a exhortés à vivre de manière à ce que ceux qui les accusaient «remarquent [leurs] bonnes œuvres, et glorifient Dieu» (1 Pi 2.12).

Il y a une force dont les ténèbres ne peuvent triompher, celle des gens qui agissent avec bonté au nom de Jésus. Ce sont les enfants de Dieu qui tendent l'autre joue, qui redoublent d'efforts et qui pardonnent à leurs ennemis en allant même jusqu'à les aimer, qui ont le pouvoir de vaincre le mal. Recherchons donc des occasions privilégiées de faire aujourd'hui des gestes de bonté afin d'apporter la lumière de Christ aux autres. — J.M.S

Illuminez votre monde par un geste de bonté.

*****

24 août • Lisez > Psaume 118.1-14

Amnésie

Louez l'Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours !
Psaume 118.1

Lorsque nous naviguons en eaux troubles, il nous arrive parfois de sombrer dans une amnésie spirituelle et d'oublier la grâce de Dieu. Par contre, un bon moyen de retrouver notre gratitude consiste à mettre de côté des moments sans distraction pour nous rappeler intentionnellement la générosité dont Dieu a fait preuve envers nous par le passé et l'en remercier.

Lorsque les enfants d'Israël se sont retrouvés en plein désert aride et torride, l'amnésie s'est emparée d'eux par rapport à la grâce de Dieu. Ils se sont mis à regretter l'Égypte et toute sa nourriture (Ex 16.2,3), et plus tard à se plaindre de manquer d'eau (17.2). Ils avaient oublié les actes puissants que Dieu avait faits en les délivrant et toute la richesse qu'il avait déversée sur eux (12.36). Ils ruminaient leur situation actuelle, oubliant toute la générosité et toute la grâce dont Dieu avait fait preuve à leur égard par le passé.

Le psalmiste nous exhorte ainsi «Louez l'Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours !»
(Ps 118.1.) Le mot miséricorde signifie «amour constant». Il désigne la fidélité de Dieu. Il a promis d'être toujours là pour prendre soin de ses enfants.

En nous rappelant des façons précises dont Dieu a répondu à nos besoins par le passé, nous pouvons transformer notre perception des choses pour le mieux. L'amour constant de Dieu durera toujours ! — H.D.F.

Le rappel de ce que Dieu nous a procuré hier nous procure espoir et force aujourd'hui.

*****

25 août • Lisez > Actes 1.1-11

Plus qu'une attente

Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père.
Jean 16.16

J'ignore comment les choses se font par chez vous, mais lorsque je dois téléphoner à quelqu'un pour qu'il vienne réparer un de mes appareils, l'entreprise me répond quelque chose comme «Le réparateur se présentera chez vous entre 13 h et 17 h.» Comme j'ignore quand le réparateur sera là, tout ce que je peux faire, c'est l'attendre. Jésus a dit à ses disciples qu'il les quitterait sous peu et qu'il leur faudrait attendre son retour, prévu dans «[encore] un peu de temps» (Jn 16.16). Après sa résurrection, ils l'ont revu et ils espéraient le voir établir son royaume sur la terre à ce moment-là. Il leur a toutefois dit «Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité» (Ac 1.7). Ils allaient donc devoir attendre encore.

Ils allaient toutefois devoir faire plus qu'attendre. Jésus a dit à ses disciples qu'ils devaient être «[ses] témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre» (v. 8). Puis il leur a donné le Saint-Esprit afin de leur en donner la force.

Nous attendons encore le retour de Jésus. Entre-temps, nous avons l'immense joie, par la puissance du Saint-Esprit, de parler de lui aux autres, de leur montrer qui il est, ainsi que ce qu'il a fait pour nous tous par sa mort et sa résurrection, et de leur dire qu'il a promis de revenir ici-bas. — A.M.C.

Attendez le retour de Jésus en témoignant de lui.

*****

26 août • Lisez > Psaume 119.97-106

Navigation spirituelle

Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.
Psaume 119.105

Le livre prisé de Dava Sobel intitulé Longitude décrit un dilemme que les marins d'autrefois devaient affronter. Il leur était toujours possible de calculer leur latitude au nord ou au sud de l'équateur selon la longueur du jour ou la hauteur du soleil. Le calcul de la longitude est ou ouest est resté toutefois compliqué et peu fiable jusqu'à ce que John Harrison, horloger anglais, invente le chronomètre marin. Il s'agissait d'une horloge pouvant indiquer l'heure exacte dans n'importe quel coin reculé du monde depuis le port d'attache, ce qui permettait aux marins de déterminer leur longitude.

En naviguant sur les mers de la vie, nous profitons nous aussi d'une source fiable de direction spirituelle: la Bible. Le psalmiste écrit «Combien j'aime ta loi ! Elle est tout le jour l'objet de ma méditation» (Ps 119.97). Il nous exhorte à méditer les directives du Seigneur toute la journée plutôt que de jeter un coup d'œil occasionnel à la Parole de Dieu: «[Tes] préceptes sont l'objet de ma méditation» (v. 99). Cette exhortation s'accompagne d'un engagement à obéir à l'Auteur « Je jure, et je le tiendrai, d'observer les lois de ta
justice » (v. 106).

Comme les marins d'autrefois, nous avons besoin d'un guide constant pour nous aider à retrouver notre chemin et à garder le cap. Voilà ce qui se produit lorsque nous cherchons la face du Seigneur jour après jour d'un cœur ouvert et d'un esprit bien disposé à dire «Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.» — D.C.M.

Avec Dieu pour navigateur, vous avancez dans la bonne direction.

*****

27 août • Lisez > 1 Rois 19.1-8

Moments les plus sombres

Et voici, un ange le toucha [Élie], et lui dit: Lève-toi, mange.
1 Rois 19.5.

Charles Whittlesey était le héros d'un héros. On a remis la Médaille d'honneur à ce chef du prétendu
« Bataillon perdu» de la Première Guerre mondiale pour la bravoure dont il a fait preuve lorsque son unité s'est retrouvée captive derrière les lignes ennemies. À la consécration de la tombe du Soldat inconnu, on a choisi Charles parmi les porteurs du premier soldat à y être enterré. Deux semaines plus tard, on présume qu'il a mis fin à ses jours en se jetant d'un bateau de croisière au beau milieu de l'océan.

Comme Élie (1 R 19.1-7), Charles se montrait fort en public, mais son sentiment de désespoir s'est intensifié pendant les instants de silence qui ont suivi son apparition publique. De nos jours, les gens affrontent souvent des situations plus grandes que ce qu'ils peuvent supporter. Il s'agit parfois d'un désespoir temporaire issu de l'épuisement, comme c'était le cas d'Elie. Il avait pris part à une grande victoire sur les prophètes de Baal (18.20-40), mais il avait ensuite craint pour sa vie et s'était enfui dans le désert (19.1-3). Il arrive toutefois souvent qu'il ne s'agisse pas d'un simple épisode de désespoir passager. Voilà pourquoi il est crucial que l'on parle de dépression avec ouverture d'esprit et compassion.

Dieu nous offre sa présence dans les moments sombres de la vie, ce qui nous aide en retour à le représenter auprès de ceux qui souffrent. Un appel à l'aide - auprès des autres ou auprès de Dieu - pourrait marquer le moment le plus fort de notre vie. — R.K.

L'espoir nous vient de l'aide que Dieu et les autres nous procurent.

*****

28 août • Lisez > Jean 13.1-11

L'image même de l'humilité

Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles.
Jacques 4.6

Pendant la période de Pâques, ma femme et moi avons assisté à un culte d'adoration durant lequel les participants ont cherché à illustrer les événements que Jésus et ses disciples ont vécus la veille de sa crucifixion. Les membres du personnel de l'Église ont alors lavé les pieds de certains des bénévoles de leur Église. En les regardant faire, je me suis demandé ce qui démontrerait le plus d'humilité de nos jours: laver les pieds d'une personne ou se faire laver les pieds par quelqu'un. Tant ceux qui servaient que ceux qui se faisaient servir manifestaient de l'humilité.

Lorsque Jésus et ses disciples étaient rassemblés pour le dernier repas (Jn 13.1-20), Jésus, en serviteur humble, a lavé les pieds de ses disciples. Simon Pierre lui a toutefois résisté «Non, jamais tu ne me laveras les pieds», ce à quoi Jésus a répondu: «Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi» (13.8). Le lavement de leurs pieds ne se résumait pas à un simple rituel. On peut y voir également l'image de notre besoin d'être purifié par Christ - une purification qui n'aura jamais lieu à moins que nous acceptions de nous humilier devant le Sauveur. Jacques a écrit «Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles» (Ja 4.6). Nous recevons la grâce de Dieu lorsque nous reconnaissons la grandeur de celui-ci, qui s'est humilié lui-même à la croix (Ph 2.5-11). — W.E.C.

La position la plus puissante sur la terre est à genoux devant le Seigneur de l'univers.

*****

29 août • Lisez > Luc 6.27-37

Conditions de service

[Absolvez], et vous serez absous.
Luc 6.37

Si vous êtes comme moi, vous devez rarement lire tout le texte des ententes de services en ligne avant de les accepter. Leur longueur et la majeure partie de leur jargon n'ont aucun sens pour les gens ordinaires comme moi.

Quelle ne fut donc pas ma surprise lorsqu'un ami d'Afrique m'a fait prendre connaissance d'une certaine entente de services relative à un logiciel en ligne. Au lieu d'une licence au style verbeux expliquant aux gens comment ne pas l'utiliser, le concepteur de ce logiciel offre une simple bénédiction exhortant les gens à l'utiliser pour faire le bien: «Puissiez-vous faire le bien, et non le mal. Puissiez-vous trouver le pardon pour vous-même et pardonner aux autres. Puissiez-vous partager librement, sans jamais en prendre plus que vous n'en donnez.»

Je me suis d'abord dit: Ça alors ! Imagine si on écrivait plus d'ententes de services sous forme de bénédictions plutôt que de documents juridiques. Puis: L'entente que Jésus conclut avec nous y est comparable. Il nous offre le pardon des péchés, la paix avec Dieu et la présence du Saint-Esprit. En retour, tout ce qu'il nous demande, c'est que nous fassions le bien (Ga 6.10), que nous pardonnions aux autres comme il nous a pardonné (Lu 6.37) et que nous aimions les autres comme il nous aime (Jn 13.34).

La beauté de l'entente qui nous lie à Jésus, c'est qu'elle nous assure que, même si nous négligeons d'en respecter les conditions, nous en recevons malgré tout les bénédictions. — J.A.L.

Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous. — Galates 6.10

*****

30 août • Lisez > 2 Chroniques 15.1-12

Action !

Asa se fortifia et fit disparaître les abominations de tout le pays [...] et il restaura l'autel de l'Éternel.
2 Chroniques 15.8

Lorsqu'un pic s'est mis à picorer les bords de notre garage, j'ai acheté un piège pour le capturer vivant et lui faire ensuite élire domicile dans un parc. J'ai appâté le piège avec un assortiment de friandises et j'en ai ouvert la porte. Le lendemain matin, j'étais ravi d'y voir une petite créature, jusqu'à ce que je constate qu'il s'agissait en réalité d'une mouffette. Je suis allé voir sur Internet comment la libérer sans me faire... enfin, vous voyez ce que je veux dire. Les moyens suggérés pour se protéger soi-même tout en libérant l'animal rivalisaient de prudence. Des sacs de plastique. Des gants. Des toiles. Des couvertures. Des lunettes de protection. La tâche me semblait décourageante et périlleuse.

C'est alors que Ewing, mon gendre, est intervenu. Il s'est contenté de se rendre au piège, d'en ouvrir la porte et d'inciter notre petite amie rayée à en sortir à l'aide de quelques jets de tuyau d'arrosage.

Il arrive parfois que nos craintes nous conduisent à l'inaction. Nous nous préoccupons de notre protection à tel point que nous négligeons de simplement passer à l'action. Lorsque le roi Asa a appris que le Seigneur désirait qu'il retire les idoles d'Israël, il «se fortifia» (2 Ch 15.8). Il aurait pu se retrouver avec une rébellion sur les bras en agissant de la sorte, mais il est intervenu. Résultat la nation s'en est réjouie (v. 15).

Affrontez-vous un défi spirituel ? Dieu vous aidera à passer à l'action avec courage et confiance en lui pour obtenir un bon résultat. — J.D.B.

Le courage, c'est la peur qui a fait ses prières.

*****

31 août • Lisez > 1 Jean 3.16-23

Le sacrifice ultime

Nous avons connu l'amour, en ce qu'il [Jésus] a donné sa vie pour nous.
1 Jean 3.16

Lorsque Deng Jinjie a vu les gens se débattre dans la rivière Sunshui de la province chinoise du Hunan, il n'a pas passé outre son chemin. Dans un geste d'héroïsme, il s'est jeté à l'eau pour prêter secours à quatre membres d'une même famille. Malheureusement, cette famille a quitté l'endroit alors qu'il était encore dans l'eau. Épuisé par les efforts qu'il avait fournis pour secourir ces gens, Jinjie n'a pu résister plus longtemps aux courants de la rivière et s'y est malheureusement noyé.

Tandis que nous nous noyions dans nos péchés, Jésus-Christ a donné sa vie pour nous sauver. C'est nous qu'il est venu secourir. Il est descendu du ciel et nous a arrachés au péché pour nous mettre en sécurité. Il a agi de la sorte en prenant sur lui le châtiment de toutes nos fautes en mourant sur la croix (1 Pi 2.24) et, trois jours plus tard, il est ressuscité comme la Bible le dit: «Nous avons connu l'amour, en ce qu'il [Jésus] a donné sa vie pour nous» (1 Jn 3.16). L'amour sacrificiel que Jésus nous manifeste nous incite maintenant à user d'un amour sincère «en actions et avec vérité» (v. 18) envers les gens que nous côtoyons.

Si nous fermons les yeux sur le sacrifice ultime que Jésus a consenti pour nous, nous négligerons de voir et de vivre son amour. Aujourd'hui, réfléchissez au lien qui existe entre son sacrifice et son amour pour vous. Il est venu pour vous secourir. — J.B.S.

Jésus a donné sa vie pour nous manifester son amour.

*****

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris