npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Mai 2016


Notre Pain Quotidien - Mai 2016 - Petit sentier dans la garrigue

1er mai • Lisez > Matthieu 8.1-4

«Si tu le veux»

Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur.
Matthieu 8.1-4

Molly voulait que son père lui vienne en aide, mais elle redoutait de le lui demander. Elle savait que, lorsqu'il travaillait à son ordinateur, il ne voulait pas qu'on l'interrompe. II risque de se fâcher contre moi, s'est-elle dit, si bien qu'elle n'a pas sollicité son aide.

Nous n'avons pas à craindre de nous approcher de Jésus. Dans Matthieu 8.1-4, nous lisons l'histoire d'un lépreux qui n'a pas hésité à interrompre Jésus pour lui faire connaître ses besoins. "Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur". Sa maladie le désespérait - on l'avait mis au ban de la société et la détresse émotionnelle s'était emparée de lui. Jésus était très pris par «une grande foule», mais le lépreux s'est frayé un chemin dans la cohue pour l'aborder.

L'Évangile selon Matthieu raconte que ce lépreux est venu «se [prosterner] devant lui [Jésus]» (v. 2). Il s'est approché de Jésus dans une attitude d'adoration, avec foi en sa puissance et avec humilité, en reconnaissant que la décision de lui prêter secours revenait à Jésus. Il lui a dit. «Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur» (v. 2). Avec compassion, Jésus l'a touché (la lèpre l'avait rendu «intouchable», selon les normes de la loi juive). Résultat. le lépreux a immédiatement été guéri.

À l'instar du lépreux, nous ne devons pas hésiter à nous approcher de Jésus, mus par le désir d'obtenir son aide. En allant à lui avec humilité et adoration, nous pouvons avoir la certitude qu'il fera les meilleurs choix pour nous. —A.M.C.

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde.
Hébreux 4.16

*****

2 mai • Lisez > Esdras 9.5-9

Arbre de repos

De même aussi dans le temps présent, il y a un reste selon l'élection de la grâce.
Romains 11.5

L'arbre solitaire dans le champ en face de mon bureau restait un mystère pour moi. On avait abattu des hectares de forêt pour permettre à un agriculteur d'y faire pousser du maïs. Un seul arbre avait été épargné, avec les branches tendues vers le ciel. Ce mystère a été percé lorsque j'ai appris qu'on l'avait épargné pour une raison précise.

Il y a longtemps, les fermiers avaient pour habitude de garder un arbre vivant dans leur champ pour qu'eux-mêmes et leurs animaux puissent s'y reposer au frais, à l'abri des rayons d'un soleil d'été cuisant. Il arrive parfois que l'on soit seul à survivre à quelque chose, et qu'on en ignore la raison. Les soldats qui rentrent de la guerre et les patients qui survivent à une maladie pouvant être fatale cherchent par tous les moyens à savoir pourquoi leur vie a été épargnée, alors que d'autres sont morts.

L 'Ancien Testament parle d'un reste d'Israël que Dieu a épargné lorsque la nation a été envoyée en exil. Le reste a conservé la loi de Dieu et a rebâti ultérieurement le Temple
(Esd 9.9). L'apôtre Paul s'est lui-même présenté comme faisant partie du reste de Dieu
(Ro 11.1,5). Dieu a épargné sa vie pour faire de lui son messager auprès des païens (v. 13).

Si nous restons debout là où d'autres sont tombés, c'est pour que nous levions les mains vers le ciel dans la louange et que nous étendions les bras afin de procurer de l'ombre à ceux qui sont fatigués. Le Seigneur nous permet d'être ainsi un arbre de repos pour les autres. —J.A.L.

Une étincelle d'encouragement peut enflammer l'espoir.

*****

3 mai • Lisez > Psaume 107.1-16

Il a transformé ma vie.

Qu'ainsi disent les rachetés de l'Eternel, ceux qu'il a délivrés de la main de l'ennemi.
Psaume 107.2

A près la mort du pionnier de l'informatique Steve Jobs, en 2011, plus d'un million de personnes du monde entier ont affiché sur Internet un mot élogieux à son sujet. Leurs hommages avaient pour thème commun la façon dont Jobs avait transformé leur vie. Ces internautes disaient qu'ils menaient une vie différente en raison de ses innovations créatives et qu'ils tenaient donc à exprimer leur reconnaissance et leur chagrin. À l'écran d'une certaine tablette électronique, on pouvait lire en grands caractères iSad (iTriste).

L'expression se nourrit de gratitude, comme le Psaume 107 le précise: «Qu'ainsi disent les rachetés de l'Éternel, ceux qu'il a délivrés de la main de l'ennemi» (v. 2). Ce psaume porte sur des gens que le Seigneur a délivrés de grandes difficultés. Certains étaient sans domicile et dans le besoin (v. 4,5); d'autres s'étaient révoltés contre les paroles de Dieu (v. 10,11); d'autres encore étaient saisis de vertige et criaient à Dieu (v. 26,27). Dieu les a tous secourus. « Qu'ils louent l'Éternel pour sa bonté, et pour ses merveilles en faveur des fils de l'homme !» (v. 8,15,21,31.)

Lorsque nous réfléchissons à la grandeur de l'amour de Dieu, à la grâce dont il a fait preuve en envoyant Jésus-Christ mourir et ressusciter pour nous, ainsi qu'à ce dont il nous a délivrés, comment pourrions-nous ne pas le louer et ne pas vouloir raconter aux autres comment il a transformé notre vie ? —D.C.M.

Notre gratitude envers Dieu pour le salut alimente notre témoignage auprès des autres.

*****

4 mai • Lisez > 1 Corinthiens 11.23-32

Des larmes de gratitude

[Vous] annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne
1 Corinthiens 11.26

Lors d'un culte d'adoration auquel ma femme et moi avons assisté, on a invité les gens de l'assemblée à s'avancer pour recevoir le pain et la coupe de la main d'un des pasteurs ou des anciens. Ceux-ci ont parlé à chacun personnellement du sacrifice que Jésus a fait pour lui ou elle. On a ainsi transformé en une expérience particulièrement émouvante ce que l'on réduit souvent à une simple routine. Après que nous sommes retournés à notre place, j'ai regardé les gens s'avancer lentement en passant à côté de nous en silence. J'ai été frappé de constater combien ils étaient nombreux à s'avancer avec les larmes aux yeux. Dans mon cas, et celui d'autres avec qui je me suis entretenu par la suite, c'étaient des larmes de gratitude.

On verse des larmes de gratitude pour la même raison que l'on prend le repas du Seigneur. Après avoir révélé à l'Église de Corinthe la signification de ce repas commémoratif, Paul a prononcé de puissantes paroles: «Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne» (1 Co 11.26). La communion, dont les éléments évoquent précisément la croix et le sacrifice de Christ pour nous, constitue tellement plus qu'un simple rituel - elle met Christ à l'honneur. Son amour. Son sacrifice. Sa croix. Pour nous.

Comment mettre en mots la valeur extraordinaire de Christ ? Les larmes de gratitude expriment parfois ce que les mots ne sauraient exprimer pleinement. —W.E.C.

Les mots ne suffiraient pas pour exprimer l'amour que Christ nous a témoigné sur la croix.

*****

5 mai • Lisez > Jérémie 9.23-26

À qui en revient le mérite ?

Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître.
Jérémie 9.24

Chris Langan a un QI supérieur à celui d'Albert Einstein. Moustafa Ismail a des biceps de 79 cm et peut lever 272 kilos. On estime la valeur nette de Bill Gates à plusieurs milliards. Ceux qui ont des aptitudes ou des biens matériels extraordinaires peuvent être tentés d'avoir une trop haute opinion d'eux-mêmes. Nul besoin, toutefois, d'être étonnamment intelligent, fort ou riche pour désirer s'approprier le mérite de ses réalisations. Toute réalisation, quelle qu'en soit l'importance, comporte en elle-même une question : À qui en reviendra le mérite ?

Durant une période de jugement, Dieu a parlé aux Israélites par la bouche du prophète Jérémie «Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le fort ne se glorifie pas de sa force, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse» (Jé 9.23). Voici plutôt ce qu'ils devaient faire: «Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître» (v. 24). Dieu voulait que son peuple accorde plus de prix que tout à sa personne et à son excellence.

Si nous permettons aux éloges de gonfler notre ego, nous oublions que «toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père» (Ja 1.17). Il vaut mieux rendre la gloire à Dieu - non seulement parce que cela protégera notre cœur contre l'orgueil, mais aussi parce qu'elle lui revient de droit. Il est Dieu, celui qui «fait des choses grandes [...] des merveilles sans nombre» (Job 5.9). —J.B.S.

Nous avons été créés pour que Dieu en soit glorifié.

*****

6 mai • Lisez > Proverbes 4.20-27

Le coeur compte

Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.
Proverbes 4.23

Notre rythme cardiaque est de 70 à 75 battements par minute. Même s'il ne pèse en moyenne que 300 g, le cœur en bonne santé pompe chaque jour 7600 litres de sang au moyen de 97 000 kilomètres de vaisseaux sanguins. Au cours d'une journée, le cœur génère suffisamment d'énergie pour faire parcourir 32 kilomètres à un camion. Sur la durée d'une vie, cela équivaut à un aller-retour sur la lune. Le cœur en bonne santé peut accomplir des choses étonnantes. A l'inverse, si notre cœur fonctionne mal, tout notre corps tombe en panne.

On pourrait en dire autant de notre «cœur spirituel». Dans la Bible, le mot cœur représente le centre de nos émotions, de nos pensées et de notre raison. Il s'agit du «centre du commandement» de notre vie.

Les paroles «Garde ton cœur plus que toute autre chose» (Pr 4.23) sont donc très sensées. Reste que ce conseil est difficile à suivre. La vie réclamera toujours à tue-tête du temps et de l'énergie pour les urgences. Par comparaison, il se peut que la nécessité de prendre le temps d'écouter la Parole de Dieu et de lui obéir ne crie pas autant. Il se peut que nous ne remarquions pas dans l'immédiat les conséquences de notre négligence, mais qu'au fil du temps elle entraîne un infarctus spirituel.

Je suis reconnaissante à Dieu de nous avoir donné sa Parole. Nous avons besoin de son aide pour ne pas la négliger, ainsi que pour l'utiliser afin d'aligner chaque jour notre cœur sur le sien. —P.F.C.

Pour garder la forme spirituelle, consultez le Grand Médecin.

*****

7 mai • Lisez > 1 Corinthiens 6.9-11

Mon genre de personnes

Et c'est là que vous étiez, quelques-uns d'entre vous.
Mais vous avez été lavés [...] sanctifiés [...] justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ.
1 Corinthiens 6.11

Durant un culte auquel j'ai assisté il y a quelques années, le pasteur Ray Stedman s'est avancé en chaire et a lu le passage du jour: « Ne vous y trompez pas: ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns d'entre vous» (1Co 6.9-11).

Puis, ayant levé les yeux, il a affirmé en arborant un sourire perplexe: «Je serais curieux de savoir combien d'entre vous ont un ou plusieurs de ces péchés dans leurs antécédents. Si c'est votre cas, veuillez vous lever.»

Il y avait ce jour-là un jeune homme qui n'était jamais entré dans une église auparavant. Il venait de se convertir à Christ lors d'une croisade de Billy Graham et s'était rendu dans une église avec crainte et tremblement ce dimanche-là, sans savoir ce qu'il y trouverait. Il m'a dit plus tard que, lorsqu'il avait entendu le pasteur poser cette question, il avait regardé autour de lui pour voir si d'autres personnes se levaient. Au début, personne ne l'avait fait, mais ensuite la plupart des gens de l'assemblée s'étaient levés. Il s'était alors dit : Voilà mon genre de personnes ! Nous pouvons tous nous identifier aux gens que Paul énumère dans 1 Corinthiens. Par contre, si nous confessons nos péchés et nous acceptons le don de la vie éternelle que Jésus a payé de sa vie, nous devenons une nouvelle création sauvée par grâce (Ro 6.23,2 Co 5.17). —D.H.R.

Sans rien avoir en main à t'apporter, sur ta croix seule je veux m'appuyer.

*****

8 mai • Lisez > 2 Corinthiens 4.1-6

Parler de Jésus

Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié.
1 Corinthiens 2.2

L'ancien joueur de baseball de la ligue majeure Tony Graffanino parle d'un ministère ayant cours dans un certain pays d'Europe. Chaque année, son organisation tient un camp de baseball d'une semaine durant lequel elle offre également une étude biblique quotidienne. Dans les années antérieures, le leader avait cherché à convaincre les campeurs de l'existence de Dieu par la raison afin de les amener à mettre leur foi en lui. Au bout d'environ treize ans, seules trois personnes avaient décidé de suivre Jésus.

C'est alors que les dirigeants de l'organisation ont modifié leur approche, nous dit Graffanino. Au lieu «d'essayer de présenter les faits ou d'avoir le dernier mot dans un débat», ils se sont contentés de parler « de la vie et des enseignements étonnants de Jésus ». Résultat plus de campeurs sont venus les écouter et plusieurs d'entre eux ont choisi de suivre Christ.

L'apôtre Paul a dit qu'en propageant l'Évangile de Jésus-Christ, nous devrions «[publier] la vérité [...] Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes; c'est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons» (2 Co 4.2,5). Voici la norme que Paul respectait dans son évangélisation: «Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié» (1 Co 2.2).

Nous devrions bien connaître la Bible et les raisons de notre foi, que nous sommes parfois appelés à expliquer. L'histoire la plus inspirante et la plus efficace que nous puissions raconter met Christ au centre. -J.P B.

Le Christ ressuscité est la raison de notre témoignage.

*****

9 mai • Lisez > Genèse 15.5-21

Promesses encore gardées

Quand le soleil fut couché il y eut [...] une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés.
Genèse 15.17

Dans le Proche-Orient de l 'Antiquité, le traité conclu entre un supérieur (un seigneur ou un roi) et un inférieur (un de ses sujets) portait le nom de traité suzerain. La cérémonie de sa ratification exigeait que l'on sacrifie des animaux et qu'on les coupe en deux. On plaçait alors au sol les moitiés d'animaux en rangées, pour former une allée. En marchant entre les moitiés, le suzerain déclarait publiquement qu'il garderait l'alliance et que, s'il négligeait de tenir parole, il deviendrait semblable aux animaux sacrifiés.

Lorsque Abram a demandé à Dieu comment avoir l'assurance que ses promesses se réaliseraient, Dieu s'est servi du symbolisme culturellement significatif du traité du suzerain pour confirmer ses promesses (Ge 15). Lorsque les flammes sont passées entre les animaux partagés, Abram a compris que Dieu déclarait qu'il lui revenait de garder son alliance divine.

L'alliance de Dieu avec Abram et l'assurance que Dieu donnait de l'accomplir s'étendent aux disciples de Christ. Voilà pourquoi Paul désigne souvent les croyants comme les fils d'Abraham dans ses écrits néotestamentaires (Ro 4.11-18; Ga 3.29). Une fois que nous acceptons Jésus-Christ comme notre Sauveur, Dieu devient le gardien de notre alliance par la foi (voir Jean 10.28,29).

Comme Dieu est le gardien de notre salut, nous lui remettons notre vie avec une confiance renouvelée en lui. —R.K.

Notre salut est assuré parce qu'il est dans la sûre main de Dieu.

*****

10 mai • Lisez > 1 Corinthiens 10.1-13

Vers la sortie

Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir.

1 Corinthiens 10.13

Alors que je me trouvais à Londres dernièrement, j'ai décidé de prendre le métro pour me rendre à ma destination. J'ai donc payé mon ticket, puis je suis descendu dans les profondeurs souterraines de Londres pour accéder à ma rame de métro. Sortir de la station peut toutefois se révéler être une expérience affolante pour quelqu'un qui ne connaît pas bien le système. Si l'on ne trouve pas la sortie, on risque de vite se perdre dans les tunnels.

Se trouver seul dans un tunnel souterrain peu fréquenté s'avère troublant, alors croyez-moi quand je vous dis que l'on a intérêt à ne pas s'y perdre. Nul besoin de préciser que j'étais heureux de repérer un panneau indiquant «WAY OUT» (PAR ICI LA SORTIE) et de le suivre jusqu'en lieu sûr.

Si nous risquons de tomber dans le péché, Paul nous rappelle ceci: «Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces , mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir » ( 1 Co 10.13). Il est facile de présumer que Dieu n'est pas là quand on est tenté de pécher, mais ce verset nous assure qu'il est présent et qu'il ne se contente pas de rester là les bras croisés. Il veille plutôt à nous procurer le moyen d'en sortir, afin que nous puissions surmonter cette tentation. Ainsi, la prochaine fois que vous serez soumis à une tentation, rappelez-vous que votre situation n'est pas désespérée. Dieu vous procure «le moyen d'en sortir» ! Cherchez à repérer son panneau divin et suivez-le jusqu'en lieu sûr. —J.M.S.

Dieu travaille activement à vous protéger contre le danger de vous perdre dans le péché.

*****

11 mai • Lisez > 2 Timothée 4.1 -8

Le fil d'arrivée de maman

J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi.
2 Timothée 4.7

Lorsque Jeff a découvert que la santé de sa mère déclinait rapidement, il a immédiatement pris l'avion pour se rendre auprès d'elle. Il s'est assis à son chevet, lui a tenu la main, lui a chanté des cantiques, l'a consolée et lui a exprimé son amour. Elle est morte et, lors de ses funérailles, beaucoup de gens ont dit à Jeff que sa mère avait été une grande source de bénédictions. Elle était douée pour enseigner la Bible, prodiguer des conseils et diriger des groupes de prière. Toutes ces responsabilités ont constitué des éléments essentiels de son service envers Christ jusque vers la fin de sa vie. Elle a terminé sa course en force pour Christ.

Afin d'honorer la vie de sa mère, Jeff a participé à une course de 42,5 km. Durant celle-ci, il a remercié Dieu pour la vie de sa mère et il a pleuré sa perte. En franchissant le fil d'arrivée, Jeff a désigné le ciel du doigt en disant: «Là où maman se trouve.» Elle avait honoré Christ jusqu'à la fin, ce qui lui rappelait les paroles de l'apôtre Paul: «J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais, la couronne de justice m'est réservée , le Seigneur [...] me la donnera dans ce jour-là» (2 Ti 4.7,8).

Nous prenons part à une «course de fond». Courons donc de manière à remporter le prix d'une «couronne incorruptible» (1 Co 9.25). Que pourrions-nous désirer plus ardemment que de terminer la course en force pour Christ et de passer l'éternité à ses côtés ? —H.D.F.

La course du chrétien n'est pas un sprint, c'est un marathon.

*****

12 mai • Lisez > Deutéronome 4.1-9

Paroles à mettre en pratique

Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances [...] afin que vous les mettiez en pratique.
Deutéronome 4.5

Je conserve depuis des années un dossier bien garni intitulé «Speaking» (Paroles). Il est rempli d'articles, de citations et d'illustrations susceptibles de m'être utiles. Dernièrement, j'en ai vérifié le contenu pour jeter ce qui était dépassé. J'ai eu du mal à jeter un grand nombre d'éléments, non parce que je ne les avais pas utilisés dans mes présentations, mais parce que je ne les avais pas mis en pratique. J'ai refermé le dossier en me disant Ce ne sont pas là des paroles dont il faut parler, mais des paroles selon lesquelles il faut vivre.

Après avoir passé quarante ans dans le désert, Moïse s'est adressé au peuple qui était sur le point d'entrer en Terre promise: «Maintenant, Israël, écoute les lois et les ordonnances que je vous enseigne. Mettez-les en pratique, afin que vous viviez, et que vous entriez en possession du pays que vous donne l'Éternel, le Dieu de vos pères» (De 4.1). Moïse n'a cessé de revenir sur la nécessité (v. 1,2,5,6,9) d'observer les commandements de Dieu. Il a bien dit les choses: «Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances [...] afin que vous les mettiez en pratique» (v. 5).

Il est si facile de parler, d'en faire plus que ce qu'on fait en réalité et de parler de vérités selon lesquelles on ne vit pas. On peut se farcir l'esprit de paroles, sans toutefois que la réalité y pénètre, oubliant que tous les commandements de Dieu proviennent de son cœur rempli d'amour pour nous. —D.C.M.

La force de nos actions devrait correspondre à la force de nos paroles.

*****

13 mai • Lisez > Psaume 139.7-16

Nouvelle Naissance

C'est toi qui as formé mes reins, qui m'a tissé dans le sein de ma mère.
Psaume 139.13

Qu'y a-t-il chez les bébés qui nous fait sourire ? Beaucoup de gens sourient tout en voyant ou en entendant un bébé et s'attroupent pour regarder le poupon. Je l'ai remarqué lorsque je rendais visite à mon père en maison de santé. Même si la plupart des résidents étaient en fauteuil roulant et souffraient de démence, la visite d'une famille comportant un bébé mettait presque infailliblement un rayon de joie dans leurs yeux qui - avec hésitation au début, mais avec conviction par la suite - se changeait en sourire. C'était formidable à voir.

Il se peut que les bébés nous fassent sourire en raison du côté merveilleux d'une nouvelle vie - ils sont si précieux, minuscules et riches en promesses. La vue d'un poupon peut nous rappeler notre Dieu extraordinaire et le grand amour qu'il nous porte. Il nous a tant aimés qu'il a donné sa vie pour nous et nous a formés dans le ventre de notre mère, comme le psalmiste le dit: «C'est toi qui as formé mes reins, qui m'a tissé dans le sein de ma mère»
(Ps 139.13).

Non seulement nous procure-t-il la vie physique, mais encore il nous offre de renaître spirituellement en la personne de Jésus (Jn 3.3-8). Dieu promet de donner aux croyants un nouveau corps et la vie éternelle lorsque Jésus reviendra (1 Co 15.50-52).

La vie physique et la renaissance spirituelle - des dons à célébrer provenant de la main de notre Père. —Alyson Kieda, rédactrice de RBC

Je te loue [...] Tes oeuvres sont admirables.
Psaume 139.14

*****

14 mai • Lisez > Matthieu 23.23-31

Fière allure

[Nettoie] premièrement l'intérieur.
Matthieu 23.26

Ma coiffeuse m'a dit, après me les avoir coupés «Vos cheveux sont vraiment en bonne santé. J'espère que le vous devez à l'utilisation de nos produits.» «Non, désolée, lui ai-je répondu, j'emploie n'importe quel produit bon marché qui sent bon.» Puis j'ai ajouté. «J'essaie également de bien m'alimenter. Je crois que ça fait une grande différence.»

Quand je pense à ce qu'on fait pour bien paraître physiquement, je me rappelle certaines des choses qu'on fait pour bien paraître spirituellement. Jésus a abordé cette question avec les chefs religieux de Jérusalem (Mt 23). Ils suivaient un ensemble de règles religieuses élaborées allant bien au delà de celles que Dieu leur avait données. Ils s'efforçaient de bien paraître aux yeux de leurs pairs, afin de prouver qu'ils valaient mieux que les autres. Reste que leurs efforts acharnés n'impressionnaient pas Dieu. Jésus leur a dit « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu'au-dedans [vous êtes] pleins de rapine et d'intempérance » (v. 25). Ce que les pharisiens faisaient pour bien paraître aux yeux des autres révèle qu'ils ne valaient rien en réalité.

Chaque culture accorde de la valeur à divers comportements religieux et à diverses traditions religieuses, mais les valeurs de Dieu transcendent les cultures. Or, ce à quoi il accorde du prix ne se mesure pas à l'œil. Pour Dieu, le cœur pur et les motifs louables comptent. La santé spirituelle s'exprime de l'intérieur vers l'extérieur. —J.A.L.

On peut avoir fière allure à l'extérieur sans avoir vraiment bon cœur.

*****

15 mai • Lisez > Apocalypse 21.1-8

Lent processus de guérison

Il essuiera toute larme de leurs yeux [...] il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
Apocalypse 21.4

A peine quatre semaines après que notre fils Mark s'est joint à l'armée américaine, il s'est gravement blessé au genou lors d'un exercice d'entraînement. Résultat: il a dû quitter l'armée. À l'âge de 19 ans, il a donc été contraint de marcher avec une canne pendant un certain temps , et à cause de la gravité de sa blessure, il a subi deux années de convalescence, de repos et de réadaptation. Puis Mark a fini par pouvoir mettre de côté l'attelle de genou qu'il avait été obligé de porter depuis l'accident. Bien qu'il lui arrive encore de ressentir des douleurs résiduelles, le processus de guérison lent et long lui a rendu l'usage complet de sa jambe.

La guérison physique est souvent beaucoup plus lente qu'on l'anticipait. Il en va de même pour la guérison spirituelle. Les conséquences de mauvais choix ou des actions de gens blessants peuvent causer des fardeaux ou des blessures susceptibles de durer toute la vie. Par contre, pour l'enfant de Dieu, il y a de quoi espérer. Bien que nous ne jouissions pas toujours d'une restauration entière ici-bas, la promesse d'une guérison nous est assurée. L'apôtre Jean a dit que Dieu «essuiera toute larme de [nos] yeux, et la mort ne sera plus , il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu» (Ap 21.4).

Durant les périodes douloureuses de la vie, il est réconfortant de savoir qu'en sa merveilleuse présence, nous serons enfin pleinement restaurés. —W.E.C.

Christ restaure celui qui se présente à lui brisé.

*****

16 mai • Lisez > Proverbes 15.16-23

De nombreux conseillers

Les projets échouent, faute d'une assemblée qui délibère; mais ils réussissent quand il y a de nombreux conseillers.
Proverbes 15.22

Thomas à Kempis, théologien du XVe siècle, a dit «Qui est sage au point de connaître parfaitement toutes choses ? Ainsi, ne te fie pas trop à ta propre opinion, sois également disposé à entendre l'opinion d'autrui. Même si ton opinion est bonne, si par amour pour Dieu tu y renonces afin d'adhérer à celle d'un autre, celle-ci te sera encore plus profitable.» Thomas a reconnu l'importance de chercher à connaître l'opinion de conseillers fiables au moment de faire des projets de vie.

Pour déterminer quelle voie Dieu a choisi de lui faire suivre dans la vie, la personne sage devrait envisager de consulter plusieurs conseillers par qui Dieu lui procurera la sagesse qui guidera ses pas. Lorsque quelqu'un sollicite de sages conseils auprès d'autres personnes, il démontre qu'il a compris qu'il risque autrement de négliger de tenir compte de certains facteurs importants dans ses décisions.

Salomon, l'homme le plus sage d'Israël, a écrit combien il importe de chercher conseil auprès d'autres personnes: «Les projets échouent, faute d'une assemblée qui délibère; mais ils réussissent quand il y a de nombreux conseillers» (Pr 15.22).

Le Seigneur est l'Admirable, le Conseiller (Es 9.6), qui désire nous protéger par l'intermédiaire de gens sages. Cherchez conseil auprès d'eux et remerciez Dieu pour eux. Permettez-leur de vous aider à vous représenter plus clairement les projets qu'il a pour votre vie. —M.L.W.

En recherchant de sages conseils, vous multipliez
vos chances de prendre de bonnes décisions.

*****

17 mai • Lisez > Colossiens 1.15-23

Faire surface

Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les deux et sur la terre, les visibles et les invisibles.
Colossiens 1.16

Les êtres humains chevauchent des réalités visibles et d'autres invisibles, le naturel et le surnaturel. J'ai réfléchi à ces deux mondes en prenant la mer à bord d'un bateau d'observation des baleines en Nouvelle-Zélande. Une baleine se reposait à la surface pendant un moment, puis prenait quelques grandes respirations, créant un jet d'eau spectaculaire en exhalant, avant de plonger à un kilomètre et demi de profondeur pour se nourrir de calmars.

Même si elle a son propre habitat vivant et riche en plantes et en créatures marines, la baleine doit faire surface de temps à autre pour s'oxygéner, sans quoi elle mourra. Bien qu'elle ignore presque tout du monde extérieur à l'océan, il lui faut être en contact avec lui pour survivre. Je m'identifie parfois à cette baleine. je dois faire surface à intervalles réguliers pour respirer spirituellement afin d'assurer ma survie. Il n'existe toutefois pas de division nette entre le naturel et le surnaturel.

Le monde que nous habitons n'est jamais tout l' un ou tout l'autre. Ce que je fais en tant que chrétien - prier, adorer, démontrer l'amour de Dieu envers les malades, les gens dans le besoin et les détenus - est à la fois surnaturel et naturel. Le même Dieu qui a créé le monde visible le soutient activement et nous procure le moyen de nous approcher de lui qui est invisible, pour respirer spirituellement. Paul a écrit: « Et vous, qui étiez autrefois étrangers, et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair » (Col 1.21). —P.D.Y.

Les enfants de Dieu ont toujours accès à son trône. Faire surface.

*****

18 mai • Lisez > Romains 12.6-21

Une nouvelle liste du coeur

Par amour fraternel, soyez pleins d'affection les uns pour les autres; par honneur, usez de prévenances réciproques.
Romains 12.10

Un ami m'a dit qu'il avait récemment accompli une des choses apparaissant sur sa «liste du cœur» (une liste de choses à faire avant de mourir) en amenant sa sœur en Europe. Il s'y était rendu plusieurs fois déjà, mais elle n'y était jamais allée. Ce qui m'a frappé, c'est la nature altruiste dont témoigne le fait qu'il avait mis cet objectif sur sa «liste du cœur». Cela m'a amené à me demander combien de mes rêves et de mes objectifs sont centrés sur les autres, et non sur moi-même.

Romains 12.6-21 parle des dons que Dieu nous accorde en tant que membres du corps de Christ et de la manière dont nous devrions les employer dans notre vie de tous les jours. Ils sont tous axés sur l'extérieur. L'enseignement, par exemple, n'a pas pour but de servir à la satisfaction de l'enseignant, mais de profiter aux autres. Il en va de même pour les autres dons mentionnés dans les versets 6 à 8.

Paul a résumé cet altruisme en nous exhortant ainsi «Par amour fraternel, soyez pleins d'affection les uns pour les autres , par honneur, usez de prévenances réciproques» (v. 10). Paul a montré l'exemple en arborant cette attitude: il a inclus d'autres personnes dans son ministère et il a investi sa vie dans la génération de croyants suivante. Générosité, hospitalité, pardon et compassion ont guidé son comportement. Nos objectifs de vie devraient inclure celui de transmettre aux autres les dons que Dieu nous a accordés. —D.C.M.

Pour une vie spirituelle plus saine, usez d'humilité et prenez soin des autres.

*****

19 mai • Lisez > Marc 5.21-34

Interruptions

Les desseins de l'Éternel subsistent à toujours, et les projets de son cœur, de génération en génération.
Psaume 33.11

Ma sœur et moi anticipions avec hâte nos vacances à Taïwan. Nous avions acheté nos billets d'avion et avions réservé nos chambres d'hôtel. Deux semaines avant notre voyage, cependant, ma sœur a appris qu'elle devait rester chez elle à Singapour pour s'occuper d'une urgence. Nous étions déçues de voir la réalisation de nos projets être interrompue.

Les disciples de Jésus l'accompagnaient lors d'une mission urgente lorsque leur voyage a été interrompu (Mc 5.21-42). La fille de Jaïrus, un chef de la synagogue, était mourante. L'heure était grave, et Jésus était en route vers leur maison, quand il s'est soudain arrêté pour demander «Qui a touché mes vêtements ?» (v. 30.)

Les disciples, qui semblaient en être contrariés, lui ont alors dit: «Tu vois la foule qui te presse, et tu dis: Qui m'a touché ?» (v. 31.) Jésus y a toutefois vu l'occasion d'œuvrer auprès d'une femme qui souffrait. Sa maladie l'avait rendue impure sur le plan cérémoniel et donc inapte à participer à la vie communautaire depuis douze ans (voir Lé 15.25-27) !

Tandis que Jésus s'entretenait avec cette femme, la fille de Jaïrus a rendu l'âme. C'était trop tard, du moins c'est ce qu'il en semblait. Par contre, le retard a permis à Jaïrus d'en venir à mieux connaître Jésus et sa puissance - même son pouvoir sur la mort !

Il arrive parfois que notre déception constitue un rendez-vous avec Dieu. —P.F.C.

Cherchez à voir les desseins de Dieu dans votre prochaine interruption.

*****

20 mai • Lisez > Matthieu 24.32-44

Il était une fois

L'Éternel fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits.
Jonas 2.1

Certains disent que la Bible n'est qu'un recueil de contes de fées. Un garçon qui tue un géant. Un homme qui se fait avaler par un grand poisson. Noé qui construit l'arche. Il y a même des gens religieux qui croient que ces événements ne sont que de belles histoires comportant une bonne morale.

Jésus a pourtant lui-même parlé de Jonas et de l'énorme poisson, ainsi que de Noé et du déluge, en les présentant comme des faits vécus «Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vienne et les emporte tous. Il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme» (Mt 24.37-39). Il reviendra sans que l'on s'y attende.

Jésus a comparé les trois jours que Jonas a passés dans le ventre d'un grand poisson aux trois jours qu'il allait passer dans le tombeau avant sa résurrection (Mt 12.40). Et Pierre a parlé de Noé et du déluge en les faisant correspondre au jour où Jésus reviendra (2 Pi 2.4-9).

Dieu nous a donné sa Parole, qui est remplie de vérité, et non de contes de fées. Et un jour, nous en viendrons à vivre heureux jusqu'à la fin des temps avec Jésus, lorsqu'il reviendra nous prendre, ses enfants, avec lui. —C.H.K.

Si nous attendons le retour de Christ, nous avons tout lieu d'être optimistes.

*****

21 mai • Lisez > Josué 1.1-9

Des ancres dans une tempête

[L'Éternel], ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.
Josué 1.9

Lorsque Matt et Jessica ont tenté de faire entrer leur voilier dans une anse de la Floride durant l'ouragan Sandy, le bateau s'y est échoué. Tandis que les vagues s'écrasaient contre lui, ils se sont empressés de jeter l'ancre. Celle-ci a maintenu le voilier en place jusqu'à l'arrivée des secours. Ils ont dit que, s'ils n'avaient pas jeté l'ancre, ils auraient assurément perdu leur bateau. Sans cette ancre, les vagues impitoyables auraient poussé le voilier avec force sur la rive et ce dernier s'y serait abîmé.

Nous avons besoin également d'ancres pour nous garder en sécurité dans notre vie spirituelle. Lorsque Dieu a appelé Josué à diriger son peuple après la mort de Moïse, il lui a procuré des ancres sous forme de promesses auxquelles se fier en période difficile. Le Seigneur lui a dit «[Je] ne te délaisserai point, je ne t'abandonnerai point [...] l'Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras» (Jos 1.5,9). Dieu a également donné à Josué et à son peuple le « Livre de la Loi » à étudier et à observer (v. 7,8). Celui-ci et la présence de Dieu constituaient des ancres auxquelles les Israélites pouvaient se fier quand les défis abondaient.

Lorsque nous sommes au pire de la souffrance ou que le doute se met à menacer notre foi, quelles sont nos ancres ? Nous pourrions commencer par Josué 1.5. Même s'il se peut que notre foi nous semble faible, si elle est ancrée dans les promesses et la présence de Dieu, celui-ci nous gardera en sécurité. —A.M.C.

Quand on ressent la force de la tempête, on découvre la force de l'ancre.

*****

22 mai • Lisez > Job 2.11-13

À l'écoute

Oh ! qui me fera trouver quelqu'un qui m'écoute ?
Job 31.35

Dans son livre intitulé «Listening to Others» (Écouter les autres), Joyce Huggett précise l'importance d'apprendre à écouter et à répondre avec efficacité à ceux qui vivent une situation difficile. En relatant certaines de ses expériences d'écoute de gens dans la douleur, elle mentionne le fait qu'ils la remercient souvent de tout ce qu'elle a fait pour eux. Elle écrit ceci: «À de nombreuses occasions, je n'ai rien «fait». Je me suis contentée «d'écouter» .J'en suis vite venue à la conclusion que «la simple écoute» constituait en réalité un moyen efficace de venir en aide aux autres.»

Voilà le genre d'aide que Job espérait recevoir de ses amis. Même s'il est vrai qu'ils sont restés assis avec lui en silence pendant sept jours, «car ils voyaient combien sa douleur était grande» (2.13), ils ne l'ont pas écouté quand il a pris la parole. Ils l'ont soûlé sans le consoler (16.2), l'amenant à s'écrier: «Oh ! qui me fera trouver quelqu'un qui m'écoute ?» (31.35.)

L'écoute revient à dire: «Ce qui compte pour toi compte pour moi.» Il arrive parfois qu'une personne souhaite se faire conseiller, mais le plus souvent, elle veut simplement trouver une oreille attentive chez ceux qui l'aiment et qui se soucient d'elle.

L'écoute exige des efforts acharnés et du temps. Afin d'entendre le vrai cœur d'une personne, il faut l'écouter assez longtemps pour que, si nous prenons la parole, nous le fassions avec sagesse et douceur.

Mon Dieu, donne-moi un cœur aimant et une oreille attentive ! —D.H.R.

Si je réfléchis à ce que je répondrai à la personne qui me parle,
je ne suis pas en train de l'écouter.

*****

23 mai • Lisez > Psaume 103.6-18

Plus que ce que l'on mérite

Il ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous punit pas selon nos iniquités.
Psaume 103.10

Il arrive parfois que, lorsque les gens me demandent comment je vais, je leur réponde «Mieux que je le mérite.» Je me rappelle qu'une personne bien intentionnée m'a répliqué un jour «Oh ! non, Joe, tu mérites beaucoup», ce à quoi j'ai répondu «Pas vraiment.» Je pensais alors à ce que je mérite véritablement le jugement de Dieu.

Nous oublions souvent que nous sommes pécheurs jusque dans les fibres de notre être. Avoir de nous-mêmes une trop haute opinion a pour effet de réduire notre reconnaissance envers Dieu, qui devrait être profonde, pour sa grâce. Une telle suffisance fait fi du prix qu'il a payé pour nous sauver.

L'heure est venue de voir les choses en face ! Le psalmiste nous rappelle que Dieu «ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous punit pas selon nos iniquités» (Ps 103.10). Si l'on considère qui l'on est à la lumière d'un Dieu saint et juste, la seule chose que l'on mérite véritablement, c'est l'enfer. Et le ciel est une impossibilité totale - exception faite du don du sacrifice de Christ sur la croix. Seulement en nous rachetant, Dieu a déjà fait beaucoup plus que ce que nous méritons. Rien d'étonnant à ce que le psalmiste ait dit: «Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent» (v. 11 ).

Sachant qui nous sommes exactement, comment nous empêcher de chanter la grandeur de la grâce de Dieu ? Il nous en donne tellement plus que ce que nous méritons. —J.M.S.

Seulement en nous rachetant, Dieu a déjà fait beaucoup plus que ce que nous méritons.

*****

24 mai • Lisez > Matthieu 1.18-25

Un nom bien choisi

[Tu] lui donneras le nom de Jésus.
Mathieu 1.21

Le nom Indonésie, cette nation de l'Asie du Sud-Est, est formé de la combinaison de deux mots grecs qui, mis ensemble, signifient «île». Ce nom est bien choisi, puisque l'Indonésie se compose de plus de 17 500 îles répandues sur presque 2 000 000 km2. Indonésie, voilà un nom qui convient bien à une nation constituée d'îles.

Dans la Bible, on découvre que, [Tu] lui donneras le nom, l'on donnait souvent aux gens, un nom - parfois à la naissance, et d'autres fois plus tard - qui affirmait quelque chose à leur sujet ou au sujet d'un trait de leur personnalité. Bamabas, dont le nom signifie «fils d'encouragement», ne cessait d'encourager les gens dont il croisait la route. Jacob, nom qui veut dire «intrigant», a manipulé les gens et les situations à maintes reprises pour parvenir à ses propres fins égoïstes.

Et personne n'a jamais reçu de nom lui convenant mieux que Jésus. Lorsque l'ange du Seigneur a parlé à Joseph au sujet du Fils que Marie allait bientôt mettre au monde, il lui a dit «[Tu] lui donneras le nom de Jésus , c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés» (Mt 1.21).

Jésus signifie «le Seigneur sauve» et définit à la fois qui est Jésus et pourquoi il est venu. On lui a également donné le nom d'Emmanuel, qui veut dire . «Dieu avec nous» (1.23). Son nom nous révèle donc quelle est notre espérance éternelle ! —W.E.C.

Le nom de Jésus est au cœur de notre foi et de notre espérance.

*****

25 mai • Lisez > Marc 6.30-36

Ménagez votre monture

Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu.
Marc 6.31

Il y a peu de temps, j'ai commencé à souffrir d'un problème physique. J'avais mal à l'épaule et au bras gauches, une démangeaison douloureuse m'a envahi l'avant-bras et le pouce, et je me suis mis à me sentir fatigué jour après jour. Lorsque j'ai fini par consulter un médecin, j'ai appris que je souffrais du zona. Le docteur m'a prescrit des médicaments antiviraux et m'a dit qu'il faudrait plusieurs semaines avant que le zona disparaisse .

À cause de cette maladie, j'ai dû me forcer à adopter une nouvelle routine. Une courte sieste en matinée et une autre en après midi ont été nécessaires pour me procurer la force d'être productif. Jusqu'à la fin de ma convalescence, j'ai dû apprendre à ménager ma monture.

A un moment donné, lorsque Jésus a envoyé ses représentants enseigner en son nom, ils ont œuvré avec un tel empressement qu'ils ont négligé de prendre le temps de manger et de se reposer convenablement. À leur retour, Christ leur a donc dit: «Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu » (Mc 6.31).

Tout le monde a besoin de repos, et si nous nous en privons trop longtemps, notre corps et nos émotions finiront par s'en ressentir. Nous ne parviendrons pas non plus à assumer nos responsabilités aussi bien que nous le devrions. Le Seigneur est-il en train de vous encourager à venir à l'écart et à vous reposer un peu ? Il arrive parfois qu'il nous faille faire quelques arrêts de plus pour nous reposer avec lui. —H.D.F.

Pour éviter l'épuisement, prenez le temps de vous reposer et de prier.

*****

26 mai • Lisez > 2 Corinthiens 1.3-11

Un appel à la consolation

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricorde et le Dieu de toute consolation.
2 Corinthiens 1.3

Dans leur livre intitulé «Dear Mrs. Kennedy» (Chère Madame Kennedy), Jay Mulvaney et Paul De Angelis indiquent qu'au cours des semaines qui ont suivi l'assassinat du président John Kennedy, sa veuve, Jacqueline, a reçu près d'un million de lettres des quatre coins du monde. Certaines venaient de chefs d'État, de célébrités et d'amis intimes. D'autres venaient de gens ordinaires les ayant adressées à «Madame Kennedy, Washington» et à «Madame la présidente, Amérique». Tous lui écrivaient pour lui exprimer leur chagrin et leur sympathie en raison de son grand deuil.

Lorsque les gens souffrent et qu'on souhaite vraiment leur venir en aide, il convient de se rappeler la parole imagée de Paul, par laquelle il présente «Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ», comme «le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation» (2 Co 1.3). Notre Père céleste est la source ultime de tout geste miséricordieux et tendre, de toute parole gentille et de toute aide qui procure encouragement et guérison. Selon W. E. Vine, paraklesis - le mot grec ici rendu par «consolation» - désigne «l'appel à venir à ses côtés». Les mots consolation et réconfort reviennent souvent dans les lectures bibliques de nos jours pour nous rappeler que Dieu nous tient près de lui et nous invite à nous appuyer fermement sur lui.

En nous enveloppant de ses tendres bras, le Seigneur nous rend capables d'apporter aux autres «la consolation dont nous sommes l'objet de la part de Dieu» (v. 4). —D.C.M.

Dieu nous console pour que nous puissions en consoler d'autres.

*****

27 mai • Lisez > Jean 10.1-10

Un oubli béni

Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé.
Jean 10.9

Mon bureau est en bas, mais je monte souvent les escaliers pour aller chercher une chose ou l'autre dans diverses pièces de la maison. Malheureusement, quand j'arrive en haut, j'ai souvent oublié ce que j'avais l'intention d'y faire une fois rendu. Le chercheur Gabriel Radvansky a trouvé une explication à donner à ce phénomène. Il suggère l'idée selon laquelle le seuil de porte sert de «limite à un événement».

Après avoir effectué trois expériences différentes, il en est venu à la conclusion que le seuil de porte indique au cerveau que l'information qu'il garde en mémoire peut maintenant être archivée - mais c'est contrariant quand je me tiens là à essayer de me remémorer pourquoi je suis montée. Reste que l'oubli peut être une bénédiction. Lorsque je ferme la porte de notre chambre à coucher, le soir, et que je m'apprête à dormir, c'est une bénédiction pour moi d'oublier les soucis de la journée.

Quand je réfléchis au fait que Jésus s'est désigné lui-même par l'appellation «la porte»
(Jn 10.7,9), j'en viens à accorder plus d'importance à cette métaphore. Lorsque les moutons entrent dans l'enclos, ils entrent en lieu sûr, à l'abri des voleurs et des prédateurs. Pour nous, les croyants, le Grand Berger est la porte entre nous et nos ennemis. Lorsque nous entrons dans la bergerie, nous pouvons «oublier» tous les dangers et toutes les menaces. Il nous est possible de jouir de l'oubli et du repos divins grâce à la protection du Grand Berger. —J.A.L.

Christ est la porte qui nous garde à l'intérieur et qui garde les dangers à l'extérieur.

*****

28 mai • Lisez > Michée 7.8,9,18-20

Le krash

[II] me conduira à la lumière, et je contemplerai sa justice.
Michée 7.9

Après la Crise de 1929, le marché boursier a mis de nombreuses années à regagner la confiance des investisseurs. Puis en 1952, Harry Markowitz a suggéré à ces derniers de diversifier leur portefeuille en achetant des actions dans plusieurs sociétés et industries. Il a élaboré une théorie de composition de portefeuille venant en aide aux investisseurs en période d'incertitude. En 1990, cette théorie a valu à Markowitz et à deux autres personnes le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel.

À l'instar de ces investisseurs frileux, nous qui suivons Jésus risquons nous aussi de laisser la peur nous paralyser après avoir subi un «krash» dans notre vie privée, incertains de savoir comment recoller les morceaux et aller de l'avant. Il se peut même que nous passions le reste de notre vie à attendre «un moment Markowitz», où une grande idée ou action pourrait nous aider à nous remettre d'un échec passé.

Nous oublions que Jésus l'a déjà fait à notre place. Il a couvert notre honte, et il nous en a affranchis pour que nous puissions communier avec Dieu et le servir au quotidien. Comme Christ a donné sa vie et qu'il est ressuscité des morts, lorsque nous tombons, nous pouvons nous relever avec lui, car «il prend plaisir à la miséricorde» (Mi 7.8,18).

Dès l'instant où nous trouvons Jésus, notre éternité avec lui s'amorce. Il marche à nos côtés en faisant de nous la personne que nous désirons ardemment devenir et qu'il nous destine à devenir. —R.K.

Quittez votre échec du regard et vous verrez Dieu se tenant prêt à vous accueillir.

*****

29 mai • Lisez > Matthieu 4.18-22

En quête d'un trésor volé

[Jésus] leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes.
Matthieu 4.19

Dans le roman de J. R. R. Tolkien intitulé «Le Hobbit», les nains unissent leurs forces pour combattre Smaug, le dragon redoutable, afin de récupérer le trésor qu'il leur a volé. Malgré la quête dangereusement affolante qu'il doit entreprendre, Balin, le commandant en second des nains, exprime sa confiance en Thorin: «Il y en a un que je pourrais suivre. Il y en a un que je pourrais appeler Roi.» Pour maintenir son engagement envers la mission, aussi dangereuse soit-elle, Balin puisait sa force dans sa confiance en son chef.

Au début du ministère terrestre de Jésus, celui-ci s'est entouré d'un groupe d'hommes qui allaient se joindre à lui dans l'œuvre du royaume consistant à arracher le trésor des âmes perdues aux mains de notre ennemi, Satan. Jésus les a appelés en leur disant: «Suivez-moi» (Mt 4.19). Pour eux, suivre Jésus leur imposerait de subir une transition radicale entre leur métier de pêcheur de poissons et celui de pêcheur d'hommes et de femmes captifs du péché. Ils n'allaient toutefois pas toujours avoir la tâche facile, puisque Jésus a décrit leur quête comme le fait de prendre leur croix et de le suivre (voir Mt 16.24; Mc 8.34 , Lu 9.23).

Comment demeurer engagés dans le combat consistant à réclamer les trésors perdus de Christ lorsque la tâche nous semble intimidante ou malaisée ? En gardant les yeux sur notre Chef. Il en est effectivement digne. C'en est un que l'on peut suivre, que l'on peut appeler
Roi ! —J.M.S.

Entrez dans la vie des gens de votre entourage à la suite de votre Chef.

*****

30 mai • Lisez > Philippiens 4.10-13

Le parcours de vie de Jordyn

Je puis tout par celui qui me fortifie.
Philippiens 4.13

Jordyn Castor est née aveugle. Cela ne l'empêche toutefois pas de mener une vie riche et productive. Le documentaire intitulé "Can You See How I See ?" (Pouvez-vous voir comme je vois ?) raconte son histoire. Elle excelle dans ses études et, avec un peu d'aide, elle aime faire du vélo et du ski alpin.

Au sujet de sa cécité, Jordyn déclare «Si je pouvais rendre ma cécité, je ne le ferais pas. Je crois que Dieu nous a tous créés tels que nous sommes pour une raison [. .] et je crois que ma cécité fait partie de ce que je vais faire de ma vie. » Elle étudie maintenant à l'université, se spécialisant en informatique. Elle caresse le rêve de contribuer à créer un nouveau logiciel permettant de venir en aide aux aveugles.

Comment Jordyn peut-elle entretenir une perspective aussi optimiste de la vie ? En tant que disciple de Christ, elle sait que Dieu est aux commandes de sa vie. Cela lui procure l'assurance nécessaire pour saisir des opportunités que d'autres n'auraient peut-être pas crues possibles. Il ne fait aucun doute que la vie de Jordyn illustre la vérité décrite dans l'épître aux Philippiens: «Je puis tout par celui qui me fortifie» (4.13).

Quelles que soient nos forces et nos faiblesses, la main providentielle de Dieu peut nous procurer le nécessaire pour faire la différence en son nom dans notre monde. Puisez en lui la force de faire un pas de foi. —H.D.F.

Quand Dieu nous appelle à accomplir une tâche, il nous en donne également la force.

*****

31 mai • Lisez > Ésaïe 1.1-4,12-18

Aussi blanc que la neige

[Vos] péchés [...] deviendront blancs comme la neige.
Ésaïe 1.18

Je ramenais mon fils à la maison un jour après l'école lorsque la neige s'est mise à tomber. Les flocons cotonneux descendaient abondamment et rapidement. Nous avons ralenti jusqu'à nous arrêter à un stop, pris entre d'autres voitures. De l'intérieur de notre véhicule, nous avons regardé une transformation s'opérer. De grandes plaques de sol ont blanchi. La neige a adouci les contours bien définis des immeubles , elle a couvert les voitures qui nous entouraient et s'est accumulée sur tous les arbres en vue.

Cette averse de neige m'a rappelé une vérité spirituelle: comme cette neige couvrait tout ce qui s'offrait à notre vue, la grâce de Dieu couvre nos péchés. La grâce ne fait toutefois pas que les couvrir, elle les efface aussi. Par le prophète Esaïe, Dieu a dit aux Israélites «Venez et plaidons ! [...] Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige» (És 1.18). Lorsque Dieu leur a fait cette promesse, ses enfants se sont retrouvés devant un problème de péché pénible. Dieu les a comparés à un corps physique n'étant «que blessures, contusions et plaies vives, qui n'ont été ni pansées, ni bandées, ni adoucies par l'huile» (v. 6).

Quelle qu'ait été la gravité de leurs péchés, Dieu était prêt à leur accorder sa grâce. En tant que ses enfants, nous avons aujourd'hui la même assurance. Il se peut que notre vie soit entachée par le péché, mais si nous nous en repentons et le confessons, nous avons «le pardon des péchés, selon la richesse de [la] grâce» de Dieu (Ep 1.7). —J.B.S.

Seul le sang de Christ peut contrebalancer le poids du péché.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris