npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Avril 2016


Notre Pain Quotidien - Avril 2016 - Trace de tracteur brun dans un champ vert, lumière jaune,

1er avril • Lisez > Exode 35.20-29

Des tomates gratuites

Tous ceux qui furent [...] animés de bonne volonté vinrent et apportèrent une offrande à l'Éternel pour l'œuvre de la Tente d'assignation.
Exode 35.21

En mettant les sacs d'épicerie dans le coffre de ma voiture, j'ai jeté un coup d'œil à celle d'à côté. Par la vitre arrière, j'y ai vu des paniers remplis de tomates bien mûres - reluisantes, pulpeuses et plus belles que celles du marché. Lorsque la propriétaire du véhicule est apparue peu après, je lui ai dit: «Quelles superbes tomates vous avez là !» Elle m'a répondu: «La récolte a été bonne cette année. Aimeriez-vous en avoir quelques-unes ?» Surprise par sa générosité, j'ai accepté avec plaisir. Elle m'en a donné plusieurs, qui se sont révélées être aussi bonnes au goût que belles à voir !

Nous constatons une générosité encore plus grande chez les Israélites qui ont financé la construction de la Tente d'assignation du Seigneur. Lorsqu'on leur a demandé de fournir des matériaux pour le sanctuaire, «tous ceux qui furent animés de bonne volonté vinrent et apportèrent une offrande à l'Eternel pour l'œuvre de la Tente d'assignation» (Ex 35.21). Les Israélites ont volontiers fait don de bijoux, de fils teints, de fin lin, d'argent, de bronze, de pierres précieuses et d'épices. Certains ont également fait don de leur temps et de leurs talents (v. 25,26).

Si nous suivons l'exemple des Israélites en donnant de bon cœur de nos ressources, nous plaisons à Dieu et l'honorons par notre attitude et nos offrandes. Le Seigneur, qui connaît nos pensées et notre cœur, aime ceux qui donnent avec joie. Il est lui-même l'exemple par excellence de la générosité (Jn 3.16). —J.B.S.

L'état de notre cœur compte plus que la taille de notre cadeau.

*****

2 avril • Lisez > Psaume 23

Vous avez un ami

Jésus vous a appelés amis.
Jean 15.15

La croissance effrénée des médias sociaux compte parmi ses conséquences ironiques celle de nous faire souvent l'effet d'être plus isolés que jamais. Voici la mise en garde qu'un certain article en ligne fait à ce sujet: «Ceux qui refusent de vivre leur vie principalement ou exclusivement en ligne sont d'avis que les amis virtuels ne remplacent pas bien les amis dans la réalité concrète, et les gens qui remplacent leurs amis en chair et en os par amis virtuels en viennent à se sentir encore plus seuls et plus déprimés qu'auparavant.»

Technologie à part, il nous arrive à tous de traverser des périodes où nous nous sentons seuls et nous nous demandons si même quelqu'un connaît ou comprend les fardeaux que nous portons et les luttes que nous menons, ou s'en soucie. Les disciples de Christ démontrent toutefois une assurance capable de consoler notre cœur fatigué. La présence réconfortante du Sauveur nous est promise de manière indéniable, car le psalmiste David a écrit: «Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ta houlette et ton bâton me rassurent» (Ps 23.4).

Que ce soient nos choix personnels, les tendances culturelles de notre entourage ou les deuils douloureux de la vie qui nous isolent, nous tous qui connaissons Christ pouvons nous reposer dans la présence du Berger qui paît notre cœur. Quel ami nous avons en Jésus ! —W.E.C.

Ceux qui connaissent Jésus comme ami ne sont jamais seuls.

*****

3 avril • Lisez > Jean 1.35-42

Que comporte un nom ?

Tu es Pierre, et sur ce roc je bâtirai mon Église.
Matthieu 16.18

Mon ami a écrit une lettre à son nouveau-né, pour qu'il la lise lorsqu'il sera plus vieux: «Mon cher garçon, papa et maman espèrent que tu trouveras la Lumière et que tu resteras centré sur elle. Ton nom chinois est Xin Xuan. Xin désigne la fidélité, le contentement et l'intégrité, Xuan désigne la chaleur et la lumière». Sa femme et lui ont soigneusement choisi un nom fondé sur les espoirs qu'ils nourrissaient pour leur fils.

En choisissant pour Simon le nom de Pierre ou Céphas (Jn 1.42), Jésus n'a pas agi au hasard. Pierre signifie «le rocher». Cet apôtre a toutefois mis du temps à se montrer à la hauteur de son nouveau nom. Le récit de sa vie nous révèle que ce pêcheur était connu pour son impétuosité - du genre inconstant. Pierre a contredit Jésus (Mt 16.22,23), il a blessé une personne de son épée (Jn 18.10,11), il a même nié connaître Jésus (Jn 18.15-27). Dans le livre des Actes, en revanche, on lit que Dieu a œuvré en lui et par lui pour bâtir son Église. Pierre est réellement devenu un rocher.

Si, comme Pierre, vous êtes également disciple de Jésus, vous possédez une nouvelle identité. Dans Actes 11.26, on lit: «Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens». Le nom «chrétien» signifie «ceux de Christ». Vous êtes donc maintenant l'un de ceux de Christ. Ce titre vous élève et vous appelle à devenir ce que vous n'êtes pas encore. Dieu est fidèle, et il rendra parfaite la bonne œuvre qu'il a commencée en vous (Ph 1.6). —P.F.C.

Nous honorons le nom de Dieu en l'appelant Père et en vivant comme ses enfants.

*****

4 avril • Lisez > Psaume 5

Vérifiez l'huile

Éternel! Le matin tu entends ma voix; le matin je me tourne vers toi, et je regarde.
Psaume 5.4

Quand j'ai aidé mes filles à apprendre à conduire, je leur ai donné du même coup une petite leçon d'entretien de l'automobile. Nous nous sommes rendus dans une station-service du quartier, où elles ont appris à vérifier le niveau d'huile chaque fois qu'elles faisaient le plein d'essence. Aujourd'hui, des années plus tard, elles me rappellent souvent mon petit slogan: «L'huile est bon marché, mais les moteurs sont chers». L'ajout d'un litre d'huile n'est en rien comparable au remplacement d'un moteur.

L'entretien s'impose aussi dans notre vie spirituelle. Chaque jour, il est primordial de lire la Bible, de prier et d'écouter Dieu pour éviter de tomber en panne. Dans le Psaume 5, David écrit: «Éternel! Le matin tu entends ma voix, le matin je me tourne vers toi, et je regarde» (v. 4). Puis il répand son cœur en louanges, en actions de grâces et en requêtes adressées à Dieu.

Beaucoup de gens trouvent essentiel d'entamer leur journée avec le Seigneur. Avant de vérifier leurs courriels, d'écouter les actualités et de prendre leur petit-déjeuner, ils passent quelques instants seuls à lire un passage de la Parole de Dieu, à le louer pour sa grandeur, à le remercier de son amour et à chercher à connaître sa volonté. D'autres passent du temps à lire et à prier à divers moments de la journée. Il n'y a rien de magique dans tout cela - c'est une question d'entretien. Nous demandons au Seigneur chaque jour de remplir notre cœur de sa présence sur le chemin de la vie. —D.C.M.

Les racines de la stabilité poussent dans la méditation de la Parole de Dieu et la prière.

*****

5 avril • Lisez > Matthieu 20.1-16

Sans calcul

Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.
Matthieu 20.16

La pièce intitulée Amadeus raconte l'histoire d'un compositeur du XVIIIe siècle qui cherche à comprendre la pensée de Dieu. Antonio Salieri, un homme pieux, désire ardemment composer une musique immortelle, mais sans en avoir le talent. Il est furieux que Dieu ait accordé le plus grand des génies musicaux jamais connus à l'impie Wolfgang Amadeus Mozart.

Cette pièce soulève la même question que dans le livre de Job, mais à l'inverse. L'auteur du livre de Job se demande pourquoi Dieu punirait l'homme le plus intègre de toute la terre; l'auteur d'Amadeus, pour sa part, se demande pourquoi Dieu récompenserait quelqu'un d'aussi indigne que Mozart.

La parabole que Jésus raconte au sujet des ouvriers et des employeurs horriblement injustes dénonce carrément ce scandale. Le maître de maison embauche, «vers la onzième heure» (Mt 20.6,7), certains des hommes qui sont restés là à ne rien faire. Les autres ouvriers, qui l'ont servi toute la journée, sont déconcertés de le voir leur verser le même salaire qu'à eux. Quel employeur ayant toute sa tête paierait le même montant pour une seule heure de travail que pour douze heures de travail !

L'histoire de Jésus est illogique sur le plan économique, et il a agi de la sorte à dessein. Il nous a donné une parabole au sujet de la grâce, qui est impossible à calculer sous forme de salaire journalier. Dieu accorde des dons, et non des salaires. —P.D.Y.

Dans le domaine de la grâce, le mot «mérite» n'a pas sa place.

*****

6 avril • Lisez > Deutéronome 30.11-20

Choisis la vie

Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, pour aimer l'Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix.
Deutéronome. 30.19,20

Quelle est la volonté de Dieu pour ma vie ? Cette question m'a hantée toute ma jeunesse. Et si je ne la découvrais jamais ? Et si je ne la reconnaissais pas ? La volonté de Dieu me semblait être une aiguille dans une botte de foin. Cachée. Obscurcie par de pâles copies, éclipsée par des contrefaçons.

Ma perception de la volonté de Dieu était faussée parce que ma perception de Dieu l'était. Dieu n'éprouve aucun plaisir à nous voir nous perdre, errer et chercher. Il veut que nous connaissions sa volonté. Il nous l'indique clairement et simplement. Il n'en fait même pas un choix multiple. Il ne nous donne que deux options: «la vie et le bien» ou «la mort et le mal» (De 30.15). Au cas où la meilleure option ne serait pas évidente, il précise même laquelle choisir: «Choisis la vie» (v. 19). Choisir la vie, c'est choisir Dieu lui-même et obéir à sa Parole.

Lorsque Moïse s'est adressé aux Israélites pour la dernière fois, il les a suppliés de faire le bon choix en observant «toutes les paroles de cette loi. Car c'est [leur] vie» (32.46,47). La volonté de Dieu pour nous, c'est la vie. Sa Parole est la vie. Et Jésus est la Parole. Il se peut que Dieu ne donne pas d'instruction pour toutes les décisions à prendre, mais il nous a donné un exemple parfait à suivre Jésus. Il se peut que le bon choix ne soit pas facile, mais si nous avons la Parole pour guide et l'adoration pour but. Dieu nous accordera la sagesse nécessaire pour faire des choix qui affermiront les assises de notre vie. —J.A.L.

La preuve que Dieu nous guide se voit plus nettement en regardant derrière soi
qu'en regardant devant soi.

*****

7 avril • Lisez > Philippiens 4.1-5

Un dégât de fraises

J'exhorte à être d'un même sentiment dans le Seigneur.
Philippiens 4.2

Mon mari et moi venions d'emménager dans notre maison lorsqu'un homme a déposé un grand panier de fraises sur notre trottoir. Il nous a laissé une note nous disant qu'il désirait que nous les partagions avec nos voisins. Il voulait bien faire, mais quelques enfants ont découvert ce panier avant les adultes et se sont amusés à jeter les fraises contre notre maison blanche. À notre retour à la maison, nous avons vu des enfants que nous connaissions nous observer derrière une clôture. Ils étaient «revenus sur la scène du crime» pour voir comment nous réagirions aux dégâts. Nous aurions pu tout nettoyer nous-mêmes, mais pour restaurer notre relation, nous avons cru important de leur parler et de requérir leur aide pour nettoyer notre maison éclaboussée de fraises.

Des conflits relationnels peuvent nous gâcher la vie. C'était le cas dans l'Église de Philippes. Deux fidèles servantes, Évodie et Syntyche, ne s'entendaient pas du tout. L'apôtre Paul a écrit à l'Église pour les encourager à surmonter leurs problèmes (Ph 4.2). Il voulait également qu'une autre personne les accompagne avec douceur dans leur réconciliation. À ce sujet, il écrit: «Et toi aussi, fidèle collègue, oui, je te prie de les aider, elles qui ont combattu pour l'Évangile avec moi» (v. 3).

Si nous comprenons qu'il nous arrive à tous de faire des dégâts dans la vie, nous comprenons aussi que nous pouvons compter sur le Seigneur pour nous traiter avec bonté. —A.M.C.

L'amour vrai appelle à affronter comme à restaurer.

*****

8 avril • Lisez > 2 Corinthiens 3.7-18

Se surpasser

Nous tous dont le visage découvert reflète la gloire du Seigneur, nous sommes transformés.
2 Corinthiens 3.18

J'ai un ami à qui presque tout semble mieux réussir qu'à moi. Il est plus intelligent, il réfléchit avec plus de profondeur, et il sait où trouver les meilleurs livres à lire. Il est même meilleur golfeur que moi. Le fait de passer du temps en sa compagnie me pousse à devenir quelqu'un de meilleur et de plus attentionné. Sa norme d'excellence m'incite à accomplir de plus grandes choses.

Cette réalité met en lumière un principe spirituel: il est primordial de passer du temps avec la Parole de Dieu pour parvenir à communier avec Christ. Le fait de lire un texte au sujet de l'incidence que l'amour inconditionnel de Jésus exerce sur nous m'incite à aimer sans rien exiger en retour. Sa miséricorde et la générosité avec laquelle il accorde gratuitement sa grâce, même à la personne qui en est la plus indigne, me font avoir honte de ma tendance à refuser de pardonner et à chercher vengeance.

Lorsque je prends conscience du fait que, malgré ma nature déchue et honteuse, le Seigneur me revêt de la beauté de sa justice parfaite, je deviens plus reconnaissant. Ses voies merveilleuses et sa sagesse insurpassable me motivent et me transforment. J'ai du mal à me satisfaire de ma vie telle qu'elle est alors que sa présence me pousse à lui ressembler davantage.

L'apôtre Paul nous appelle à nous réjouir en contemplant Christ. Ce faisant, «nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire» (2 Co 3.18). —J.M.S.

Restez près de Dieu et vous ne serez plus jamais le même.

*****

9 avril • Lisez > Deutéronome 10.12-22

Aimé pour aimer

Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte.
Deutéronome 10.19

Même s'il risquait sa vie chaque jour qu'il passait dans l'Allemagne d'Hitler, Dietrich Bonhoeffer y est resté. J'imagine qu'il désirait aller au ciel autant que l'apôtre Paul l'avait désiré, mais il savait que Dieu préférait pour l'instant qu'il reste là où l'on avait besoin de lui (Ph 1.21). C'est ce qu'il a fait. En tant que pasteur, il a tenu des cultes d'adoration clandestins et il a résisté au régime machiavélique d'Hitler. En dépit des dangers quotidiens qu'il courait, Bonhoeffer a écrit «De la vie communautaire», un livre portant sur le ministère de l'hospitalité. Il a mis ce principe à l'épreuve en vivant et en travaillant au sein d'une communauté monastique et en prison. Bonhoeffer profitait de chaque repas, de chaque tâche, de chaque conversation pour enseigner et montrer la façon d'être de Christ, même en situation de grand stress et d'épuisement.

Nous lisons dans le livre de Deutéronome que, comme Dieu a œuvré auprès des Israélites qui quittaient l'Egypte, il leur a demandé de l'imiter en aimant et en accueillant les étrangers et les veuves sous leur toit (10.18,19; Ex 22.21,22). Nous aussi sommes aimés de Dieu et avons par son Esprit le pouvoir de le servir en servant les autres chaque jour d'innombrables façons au moyen de paroles et de gestes empreints de bonté.

Qui, sur notre chemin quotidien, nous semble seul ou perdu ? Nous pouvons compter sur le Seigneur pour nous aider à leur apporter espoir et compassion en vivant et en œuvrant ensemble pour lui. —R.K.

Plus nous comprenons l'amour que Dieu nous porte,
plus nous témoignerons d'amour envers les autres.

*****

10 avril • Lisez > Galates 5.1-14

Voie de gauche

Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Galates 5.14

Comme j'ai grandi aux États-Unis, j'ai toujours trouvé intéressant que l'on conduise à gauche plutôt qu'à droite dans certains pays. Or, quand je suis allé en Angleterre, j'ai entendu un guide touristique londonien fournir une raison possible à cela: «Dans les années 1800, les piétons et les calèches empruntaient les mêmes routes. Lorsqu'une calèche circulait du côté droit de la route, il arrivait que son cocher atteigne un passant en fouettant ses chevaux. Pour l'éviter et veiller à la sécurité des piétons, on a fait adopter une loi obligeant toutes les calèches à circuler du côté gauche de la route.»

Comme dans le cas de la réglementation routière, les commandements de Dieu servent à notre bien et à notre protection. Etant donné que Dieu nous aime, il nous les a donnés pour nous avantager. Paul le confirme en écrivant : « Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par amour, serviteurs les uns des autres. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Ga 5.13,14).

En mettant la Parole de Dieu en pratique dans notre cœur, n'oublions pas que le Dieu de grâce nous a donné ces directives afin de nous aider à croître dans notre amour pour lui et notre intérêt les uns pour les autres. —H.D.F.

Il y a des trésors de sagesse à extraire de la Bible.

*****


11 avril • Lisez > Psaume 29

«Il est fort, Dieu !»

Rendez à l'Éternel gloire pour son nom !
Psaume 29.2

Un jour, ma petite-fille de 3 ans, Katie, a étonné sa mère et son père par un éclair de génie théologique. Elle leur a dit: «Vous avez tous les deux des sœurs qui sont mortes. Et Dieu les a amenées au Ciel pour qu'elles soient avec lui. Il est fort, Dieu !»

L'immense pouvoir de Dieu est un mystère, mais il est assez simple pour que même un enfant le comprenne. Malgré son jeune esprit, Katie savait que, pour que Dieu fasse quelque chose d'aussi miraculeux, il fallait qu'il soit puissant. Sans en comprendre tous les détails, elle savait que Dieu avait accompli une chose merveilleuse en emmenant ses deux tantes au Ciel.

Nous arrive-t-il souvent, dans notre monde plus sophistiqué, de nous émerveiller en nous disant: II est fort, Dieu ? Probablement pas assez souvent. Nous ignorons comment Dieu s'y est pris pour donner vie au monde par sa voix (Job 38 - 39, Ps 33.9; Hé 11.3), pas plus que nous ne savons comment il parvient à rester maître de tout (Né 9.6). Il nous est impossible de savoir comment il a planifié et accompli l'incarnation de Jésus, pas plus qu'il nous est possible de comprendre comment il peut faire en sorte que le sacrifice de Christ suffise à notre salut. Nous savons néanmoins que ces choses sont vraies.

La puissance de Dieu: d'une nature incommensurablement merveilleuse, mais suffisamment claire pour que nous la comprenions. Voilà une raison de plus pour le louer ! —J.D.B.

Tout ce que Dieu fait porte le sceau de la simplicité et de la puissance. —Tertullien

*****

12 avril • Lisez > Ésaïe 43.14-21

De nouveaux commencements

Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'arriver: ne la connaîtrez-vous pas ?
Ésaïe 43.19

De nouveaux commencements sont possibles. Brayan, un jeune homme qui s'est joint à un gang dans une école primaire, en sait quelque chose. Il s'est enfui de chez lui à 12 ans, et s'est perdu en menant une vie de gang et de drogue pendant trois ans. Bien qu'il soit sorti du gang et soit retourné à la maison, les choses n'ont pas été faciles pour lui, car il s'était fait expulser de l'école pour y avoir vendu de la drogue. Lorsqu'il s'est inscrit dans un nouveau lycée, un enseignant l'a cependant inspiré et l'a encouragé à mettre ses expériences par écrit plutôt que de les répéter. Il a relevé le défi et prend maintenant un nouveau départ dans la vie.

Par le prophète Ésaïe, Dieu a encouragé les Juifs en exil à réfléchir, eux aussi, à un nouveau commencement, en leur disant: «Ne pensez plus aux événements passés, et ne considérez plus ce qui est ancien» (Es 43.18). Il leur a demandé d'arrêter d'insister sur leur châtiment et même sur la puissance qu'il a déployée en les faisant sortir d'Egypte. Il voulait qu'ils se concentrent sur le Dieu qui allait leur accorder un nouveau commencement en les ramenant au bercail depuis Babylone au moyen d'un nouvel exode (v. 19).

Avec Dieu, de nouveaux commencements peuvent se concrétiser dans notre cœur. Il peut nous aider à renoncer aux choses passées pour nous attacher à lui. Jouir d'une relation avec lui procure un nouvel espoir à tous ceux qui mettent leur foi en lui. —M.L.W.

Dieu nous accorde de nouveaux commencements intérieurs qui s'expriment à l'extérieur.

*****

13 avril • Lisez > Ruth 1.6,11-18; Luc 9.51-53

Détermination

Ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu.
Ruth 1.16

Lors d'un reportage télévisé portant sur le sort réservé aux réfugiés ayant quitté un pays déchiré par la guerre, les propos d'une jeune fille de 10 ans m'ont frappé. Même si sa famille avait peu de chance de retourner dans son pays, elle faisait preuve de résilience. «Quand nous retournerons chez nous, j'irai rendre visite à mes voisins; je jouerai avec mes amis», disait-elle sur un ton très déterminé. «Mon père dit que nous n'avons plus de maison. Et je lui ai dit qu'on allait la réparer».

La ténacité a sa place dans la vie, surtout si elle est ancrée dans notre foi en Dieu et notre amour les uns pour les autres. Le livre de Ruth commence en nous présentant trois femmes liées entre elles par une tragédie. Après que son mari et ses deux fils sont morts, Naomi a décidé de rentrer chez elle à Bethlehem et d'inciter ses belles-filles, devenues veuves, à rester dans leur pays, Moab. Orpa est retournée auprès des siens, mais Ruth a fait le serment de partir avec Naomi: «Ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu» (Ru 1.16). Lorsque Naomi a vu que Ruth était «décidée à aller avec elle» (v. 18), elles ont pris la route ensemble.

L'entêtement tire parfois ses racines de l'orgueil, mais l'engagement naît de l'amour. Lorsque Jésus est allé à la croix, il «prit la résolution de se rendre à Jérusalem» (Lu 9.51). Dans sa détermination à mourir pour nous, nous puisons celle de vivre pour lui. —D.C.M.

L'amour appelle à l'engagement.

*****

14 avril • Lisez > Matthieu 16.13-20

Erreur sur la personne

Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ?
Matthieu 16.15

Mon frère cadet, Scott, est né durant ma dernière année de lycée. À son entrée à l'université, notre différence d'âge nous a plongés dans une situation intéressante. La première fois qu'il s'est rendu sur le campus, je l'y ai accompagné avec notre mère. À notre arrivée, les gens ont que nous étions Scott Crowder avec son père et sa grand-mère. Peu importe ce que nous disions ou faisions, leur erreur sur la personne, qui était plutôt amusante, éclipsait la réalité de nos relations. Nous avons donc fini par arrêter de corriger tout le monde.

Jésus a questionné les pharisiens au sujet de son identité: «Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il le fils ?» Ils lui ont répondu: «De David» (Mt 22.42). L'identité du Messie était cruciale, et leur réponse était exacte, les Écritures avaient affirmé que le Messie viendrait régner sur le trône de son père, David. Jésus leur a toutefois rappelé que, même si David était l'ancêtre de Christ, celui-ci était plus que cela, car David a parlé de lui comme du «Seigneur».

Se faisant poser une question similaire, Pierre a bien répondu: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant» (Mt 16.16). Encore aujourd'hui, la question relative à l'identité de Jésus supplante toutes les autres en importance - et il est d'une importance éternelle que nous ne nous trompions pas dans notre compréhension de son identité. —W.E.C.

Aucune erreur n'est plus dangereuse que de se méprendre sur la personne de Jésus.

*****

15 avril • Lisez > Psaume 19.7-14

Un morceau de sucre

Les jugements de l'Éternel sont vrais, ils sont tous justes. Ils sont [...] plus doux que le miel, que celui qui coule des rayons.
Psaume 19.9,10

Où est Mary Poppins quand on a besoin d'elle ? Je sais que j'ai l'air de m'ennuyer du bon vieux temps où des films humoristiques et irréalistes nous présentaient des personnages comme cette nounou fictive, mais ce qui me manque vraiment, ce sont des gens ayant une vision de l'avenir empreinte d'un optimisme réaliste. Des gens joyeux, créatifs et capables de faire ressortir le côté positif dans ce qui semble négatif. Des gens qui nous rappellent qu'un «simple morceau de sucre aide à avaler la pilule».

David a exprimé une vérité similaire: «Les jugements de l'Éternel sont plus doux que le miel» (Ps 19.9,10). On entend rarement dire que la vérité est douce. Le plus souvent, on nous la présente comme amère au goût ou difficile à avaler. Mais elle est beaucoup plus qu'une pilule pour enrayer un mal. Il s'agit du régime qui préviendra la maladie. Ce n'est pas une inoculation ou une injection, mais un repas gastronomique que l'on devrait présenter comme un festin culinaire, incitant celui qui a faim à faire ceci: «Sentez et voyez combien l'Éternel est bon !» (34.9.)

Nous chantons: «Jésus est le nom le plus doux que je connaisse», mais certains d'entre nous le présentent comme s'il était devenu amer au goût. La pure vérité, que l'orgueil n'a pas entachée, a pourtant le goût le plus doux et le plus rafraîchissant de tous pour ceux qui ont faim d'une nourriture spirituelle substantielle. Une nourriture que nous avons justement le privilège de servir à un monde affamé. —J.A.L.

Sa fidélité dure à toujours. —Psaume 117.2

*****

16 avril • Lisez > Galates 3.26 - 4.7

Se joindre à la famille

Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ.
Galates 3.26

Maurice Griffin s'est fait adopter à l'âge de 32 ans. Il avait vécu les vingt années précédentes sous le toit de Lisa et Charles Godbold, un foyer d'accueil. Même si Maurice, devenu adulte, vivait maintenant seul, sa famille d'accueil et lui avaient toujours désiré ardemment qu'il soit adopté. Une fois qu'ils ont été réunis et que l'adoption a été officialisée, Maurice a fait la remarque suivante: «C'est probablement le moment le plus heureux de toute ma vie. [...] Je suis content d'être chez moi.»

Il se peut que, si nous nous sommes joints à la famille de Dieu, nous considérions ce moment comme le plus heureux de notre vie. En mettant notre foi en Christ à salut, nous devenons enfants de Dieu, et il devient notre Père céleste. La Bible nous assure d'une chose: «Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ» (Ga 3.26).

À titre d'enfants adoptifs de Dieu, nous intégrons une famille spirituelle - nos frères et sœurs en Christ - et nous partageons tous un héritage éternel (Col 1.12). De plus, l'Esprit de Jésus habite notre cœur et nous rend capables de prier en employant le nom Abba, qui signifie Père (Ga 4.6) - comme un enfant disant: «Papa».

Être enfant de Dieu revient à vivre l'intimité et la sécurité auprès d'un Père qui nous aime, nous accepte et souhaite nous connaître. Notre adoption dans sa famille constitue un merveilleux retour au bercail. —J.B.S.

Dieu a toujours les bras ouverts pour accueillir tout le monde.

*****

17 avril • Lisez > Genèse 41.46-57

Toutes sortes d'aides

Et Pharaon dit à Joseph: «Puisque Dieu t'a fait connaître toutes ces choses, il n'y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi».
Genèse 41.39

A la suite de la tuerie qui s'est produite dans une école primaire de Newtown, Connecticut, beaucoup de gens se sont sentis fortement appelés à apporter leur aide. Certaines personnes ont donné de leur sang pour les blessés, d'autres ont fourni aux ouvriers des repas et du café gratuits dans leurs restaurants. D'autres encore ont écrit des lettres de réconfort ou ont simplement donné des accolades. Certaines ont envoyé des dons en argent et des oursons en peluche pour les enfants; d'autres ont offert un accompagnement approprié. Les gens trouvaient des moyens de se mettre au service des affligés selon leur personnalité, leurs aptitudes et leurs ressources.

Joseph s'est servi de ses compétences pour aider des gens à survivre à sept années de famine (Ge 41.53,54). Il a pu s'y préparer parce qu'il a su d'avance que des temps difficiles s'annonçaient. Après que Joseph a prévenu Pharaon des années de vaches maigres à venir, ce roi d'Egypte l'a mis aux commandes des efforts déployés pendant sept ans pour y préparer le pays. Joseph a alors puisé dans la sagesse et le discernement de Dieu (41.39). Puis, lorsque «la famine régnait dans tout le pays [...] Joseph ouvrit tous les lieux d'approvisionnement» (v. 56). Il a même pu secourir sa propre famille (45.16-18).

Ces récits démontrent l'amour que Dieu porte au monde. En faisant de nous qui nous sommes, il nous a préparés à prendre soin des autres par tous les moyens qu'il met à notre disposition. —A.M.C.

La compassion offre tout le nécessaire à la guérison.

*****

18 avril • Lisez > Éphésiens 2.1-10

Je vis

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés.
Éphésiens 2.1

Laura Brooks, âgée de 52 ans et mère de deux enfants, l'ignorait alors, mais elle comptait parmi les quatorze mille personnes dont le nom avait été entré par erreur en 2011 dans la banque de données gouvernementale des personnes décédées. Elle s'est demandée ce qui n'allait pas lorsqu'elle a cessé de recevoir ses chèques d'invalidité, et que la banque a commencé à refuser ses chèques de remboursement d'emprunt et de loyer. Elle s'est donc rendue dans sa succursale pour régler la question, mais son représentant lui a dit que ses comptes avaient été fermés parce qu'elle était décédée ! De toute évidence, on s'était trompé.

L'apôtre Paul ne faisait pas erreur en disant que les croyants d'Ephèse étaient morts à un certain moment - spirituellement morts. Ils l'étaient en ce sens qu'ils étaient séparés de Dieu, esclaves du péché (Ep 2.5) et condamnés à subir la colère de Dieu. Quelle situation désespérée !

Dans sa bonté, Dieu a cependant fait le nécessaire pour tourner les choses à leur avantage et au nôtre. Le Dieu vivant, «qui donne la vie aux morts» (Ro 4.17), a répandu sa riche miséricorde et son grand amour en envoyant son Fils Jésus sur la terre. Par la mort et la résurrection de Christ, Dieu nous rend vivants (Ép 2.4,5).

Si nous croyons à la mort et à la résurrection de Jésus-Christ, nous passons de la mort à la vie. Nous vivons maintenant pour nous réjouir de sa bonté ! —M.L.W.

Accepter la mort de Jésus me procure la vie.

*****

19 avril • Lisez > Romains 5.1-11

Le projecteur

Nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ.
Romains 5.11

Je n'oublierai jamais le dimanche de Pâques de 1993, lorsque le golfeur Bernhard Langer a remporté le Tournoi des Maîtres. En quittant le dix-huitième vert pour recevoir le veston vert - l'un des prix les plus prisés par les golfeurs - un reporter lui a dit: «Ce doit être le plus grand jour de votre vie !» Du tac au tac, Langer lui a répondu: «C'est merveilleux de remporter le plus grand tournoi au monde, mais c'est encore plus merveilleux de le remporter un dimanche de Pâques - en célébrant la résurrection de mon Seigneur et Sauveur».

Même s'il avait l'occasion de vanter ses mérites, Langer a choisi de braquer les projecteurs sur Jésus-Christ. C'est précisément ce dont Paul parlait lorsqu'il a dit: «Nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation» (Ro 5.11).

Il est facile de chercher des moyens d'attirer l'attention sur nos propres réalisations, en énumérant mentalement tout ce qu'il y a de «cool» en nous. Même Paul a reconnu qu'il aurait bien des raisons de se glorifier, mais il regardait tout cela comme «une perte» à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ (Ph 3.8). Nous aurions avantage à l'imiter.

Si vous désirez vraiment vous glorifier d'une chose, glorifiez-vous donc en Jésus de ce qu'il a fait pour vous. Recherchez des occasions de braquer les projecteurs sur lui. —J.M.S.

On ne peut pas se glorifier en Jésus tout en se préoccupant de soi-même.

*****

20 avril • Lisez > Hébreux 10.11-18

Pâques tous les jours

Il n'est point ici; il est ressuscité, comme il l'avait dit.
Matthieu 28.6

Une de mes amies, qui est institutrice à la maternelle, a entendu une conversation animée entre ses élèves. La petite Maria a lancé la question: «Qui aime Dieu ?» Tous ont répondu: «Moi ! Moi ! Moi !» Billy a dit: «J'aime Jésus.» Kelly a protesté en disant: «Mais il est mort.» Billy a affirmé «Oui, mais chaque jour de Pâques il revient à la vie !»

Évidemment, la compréhension qu'a le jeune Billy de la signification de Pâques n'est pas encore au point. Nous savons que Jésus est mort une fois pour toutes (Ro 6.10 , Hé 10.12) et que, bien entendu, il est ressuscité des morts une seule fois. Trois jours après avoir payé le prix de nos péchés sur la croix, Jésus, celui qui n'a pas connu le péché, a vaincu la mort en sortant du tombeau et en triomphant du pouvoir du péché. C'est par ce sacrifice final de son sang qu'il a ouvert la seule voie conduisant à une relation avec Dieu maintenant et à une demeure avec lui pour l'éternité.

«Christ est mort pour nos péchés [...] il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour» (1 Co 15.3,4). Il a promis de nous préparer une place au Ciel (Jn 14.1-4) et qu'il reviendrait un jour. Nous serons donc auprès de notre Sauveur ressuscité. Voilà pourquoi, à Pâques - en fait, tous les jours de l'année - nous avons raison de célébrer la résurrection de notre Sauveur. «Je bénirai l'Éternel en tout temps, sa louange sera toujours dans ma bouche» (Ps 34.2). —C.H.K

La résurrection de Christ est un sujet de réjouissances.

*****

21 avril • Lisez > Jean 5.24-30

La victoire sur la mort !

L'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront.
Jean 5.28,29

Une toile ancienne que j'ai vue dernièrement m'a fait grande impression. Son titre, Anastasis, signifie «résurrection». Cette œuvre illustre de manière saisissante la victoire de Christ sur la mort. Le Seigneur Jésus, qui vient de sortir du tombeau, retire Adam et Eve de leurs tombes pour les faire entrer dans la vie éternelle. Ce qu'il y a de si étonnant au sujet de cette œuvre d'art, c'est sa façon de démontrer avec quel éclat le Christ ressuscité a renversé la mort spirituelle et physique, qui résulte de la chute de l'homme.

Avant de mourir sur la croix, le Seigneur Jésus a parlé du jour à venir où il appellerait les croyants à une nouvelle existence glorifiée: «L'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront» (Jn 5.28,29).

En raison de la victoire que Christ a remportée sur la mort, la tombe n'est pas notre destination finale. Nous éprouverons, bien naturellement, du chagrin et de la douleur lorsque ceux que nous aimons mourront et que nous serons séparés d'eux ici-bas. Reste que le croyant ne s'afflige pas comme celui qui est sans espoir ( 1 Th 4.13). La résurrection de Jésus atteste que tous les chrétiens sortiront un jour de leur tombe pour revêtir leur corps ressuscité et glorifié (1 Co 15.42-44). Et ainsi «nous serons toujours avec le Seigneur» (1 Th 4.17). —H.D.F.

Étant donné que Christ est vivant, nous vivrons nous aussi.

*****

22 avril • Lisez > Actes 4.1-13

Gestes de bonté

C'est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.
Actes 4.10

Je voyageais avec quelques hommes lorsque nous avons remarqué une famille en panne au bord de la route. Mes amis se sont immédiatement arrêtés pour leur prêter main-forte. Ils ont redémarré la voiture et ont discuté avec les parents de la famille et ils leur ont remis de quoi acheter de l'essence. Comme la mère ne cessait de les remercier, ils lui ont dit: «Nous avons été heureux de vous être utiles, et nous le faisons au nom de Jésus». Tandis que nous nous éloignions, je me suis dit combien c'était naturel pour ces amis de venir en aide aux gens en reconnaissant le Seigneur comme la source de leur générosité.

Pierre et Jean ont démontré la même générosité en guérissant avec joie un boiteux qui mendiait hors du Temple de Jérusalem (Ac 3.1-10). Ce geste a mené à leur arrestation et à leur comparution devant les autorités, qui leur ont demandé: «Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela ?» Pierre leur a répondu : «Puisque nous sommes interrogés aujourd'hui sur un bienfait accordé à un homme malade [...] sachez-le tous, et que tout le peuple d'Israël le sache ! C'est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c'est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous» (Ac 4.7-10).

La bonté, qui entre dans la composition du fruit de l'Esprit (Ga 5.22), est un excellent contexte dans lequel parler sincèrement du Seigneur aux autres. —D.C.M.

Un geste de bonté peut en enseigner plus sur l'amour de Dieu que de nombreux sermons.

*****

23 avril • Lisez > 1 Corinthiens 15.50-58

Je crierais: Alléluia !

Ô mort, où est ta victoire ?
1 Corinthiens 15

Il y a quelques jours, j'ai observé mon vieil ami Bob en train de pédaler avec vigueur sur un vélo stationnaire de la salle de gym de notre quartier en fixant du regard le moniteur de tension artérielle qu'il portait au doigt.

«Qu'est-ce que tu fais ?» lui ai-je demandé.
«Je vérifie pour voir si je suis vivant», m'a-t-il grommelé.
«Que ferais-tu si tu découvrais que tu es mort ?» lui ai-je répliqué.
«Je crierais Alléluia !» m'a-t-il lancé avec un sourire radieux.

Au fil des ans, j'ai eu des occasions d'apercevoir une grande force intérieure chez Bob: une persévérance empreinte de patience devant le déclin et le malaise physiques, ainsi que la foi et l'espérance à l'approche de la fin de son voyage de vie. En effet, non seulement a-t-il trouvé l'espoir, mais aussi la mort a perdu le pouvoir de le tyranniser.

Qui saurait trouver la paix et l'espoir - et même la joie - dans la mort ? Seuls ceux qui sont unis par la foi au Dieu de l'éternité et qui savent posséder la vie éternelle (1 Co 15.52,54). Comme c'est le cas de mon ami Bob, la mort a perdu le pouvoir de terroriser ceux qui ont cette assurance. Ils peuvent parler avec une joie immense de la perspective de voir Christ face à face.

Pourquoi craindre la mort ? Pourquoi ne pas s'en réjouir ? A ce sujet, le poète John Donne (1572-1631) a écrit «Un court sommeil écoulé, nous nous réveillons pour l'éternité.» —D.H.R.

Pour le chrétien, la mort est la dernière ombre de la nuit de la terre avant l'aube des cieux.

*****

24 avril • Lisez > Lamentations 3.13-26

Jamais abandonné

Ses compassions [celles du Seigneur] ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin.
Lamentations 3.22,23

Lorsque j'étais enfant, j'avais parmi mes passe-temps préférés celui de m'amuser sur la bascule d'un parc situé à proximité de chez moi. Un enfant s'assoyait à chaque extrémité de la planche et les deux se faisaient rebondir à tour de rôle. Il arrivait que celui qui était au sol y reste et retienne son compagnon de jeu dans les airs à crier avec insistance pour que l'autre le fasse redescendre. En revanche, le truc le plus cruel consistait à quitter la bascule à la course en laissant dans les airs son ami, qui retombait douloureusement et brusquement au sol.

Il se peut que l'on ait parfois le sentiment que c'est ce que Jésus nous fait. Nous comptons sur lui pour être à nos côtés dans les hauts et les bas de la vie. Cependant, lorsque la vie prend un virage inattendu, nous laissant meurtris et couverts d'ecchymoses, il se peut que nous ayons l'impression qu'il s'est éloigné en laissant notre vie retomber douloureusement et brusquement au sol.

Lamentations 3 nous rappelle toutefois que «ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin» (v. 22,23) et que Dieu nous sera fidèle jusqu'à la fin, même lorsque tout semblera perdu. Cela signifie que, malgré notre souffrance, même s'il se peut que nous nous sentions seuls, nous ne le sommes pas. Et même s'il est possible que nous ne ressentions pas sa présence, il est là, comme un compagnon fiable qui ne s'éloignera jamais de nous et qui ne nous abandonnera jamais ! —J.M.S.

Lorsque tout le reste échoue, Jésus se révèle être votre ami le plus fiable.

*****

25 avril • Lisez > Jean 1.6-14

Poissons peureux

Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous [...]; et nous avons contemplé sa gloire.
1 Jean 1.14

En m'occupant d'un aquarium d'eau salée, j'ai compris que ce n'était pas une mince affaire. Je devais utiliser un laboratoire de chimie portable pour en suivre de près le niveau de nitrate et la teneur en ammoniaque. À l'aide d'une pompe, j'injectais vitamines, antibiotiques, sulfamide et enzymes dans l'eau, que je passais au filtre de fibre de verre et de charbon.

On aurait pu penser que mes poissons m'en seraient reconnaissants, mais ce n'était pas le cas. Lorsque mon ombre se profilait au-dessus de l'aquarium au moment de les nourrir, ils plongeaient se mettre à l'abri dans le coquillage le plus près. J'étais trop grand pour eux; mes gestes leur étaient incompréhensibles. Ils ignoraient que mes actions étaient empreintes de miséricorde. La transformation de leur perception des choses exigerait une forme de réincarnation. Il me faudrait devenir poisson et leur «parler» dans un langage qu'ils comprendraient, ce qui m'était impossible.

Selon la Bible, Dieu, le Créateur de l'Univers, a fait une chose paraissant impossible. Il est venu sur Terre sous la forme humaine d'un bébé. À ce sujet, Jean a écrit que «le monde a été fait par» Jésus et que «le monde ne l'a point connu» (Jn 1.10). Ainsi, le Dieu qui a créé la matière s'est incarné en elle, comme un dramaturge devenant un personnage de sa propre pièce. Se servant de vrais personnages, Dieu a écrit une histoire sur les pages de la vraie Histoire. «Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous» (v. 14). —P.D.Y.

Dieu est entré dans l'histoire de l'humanité pour nous faire don de la vie éternelle.

*****

26 avril • Lisez > 2 Chroniques 12.1-8

Redescendre

Si mon peuple [...] s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché.
2 Chroniques 7.14

Au début de la vidéo, on peut voir au haut d'un escalier un chiot craignant de le descendre. Même si des gens au bas de l'escalier l'y encouragent fortement et joyeusement, Daisy ne parvient pas à découvrir comment s'y prendre. Elle désire ardemment aller les retrouver, mais la peur l'en empêche. Puis un chien plus gros vient l'aider. Simon gravit et redescend les escaliers à la course, pour montrer à Daisy combien c'est facile. Celle-ci n'en est toutefois pas convaincue. Simon tente le coup de nouveau, mais plus lentement cette fois-ci. Puis il regarde Daisy essayer une fois de plus, mais celle-ci est encore trop craintive. Simon remonte l'escalier et lui fait la démonstration de sa technique. Daisy finit par oser laisser ses pattes arrière suivre ses pattes avant. Simon reste derrière elle. Elle réussit. Tout le monde célèbre l'événement !

Quelle superbe image de la formation de disciples ! Nous passons une grande partie de notre temps à essayer d'enseigner aux autres à monter, mais la chose la plus importante, et la plus difficile, à apprendre, c'est de «descendre». Partout dans la Bible, nous lisons que Dieu désire que nous usions d'humilité. Comme le peuple de Juda s'est humilié, le Seigneur lui a dit: «Je ne les détruirai pas» (2 Ch 12.7).

À de nombreuses occasions, Dieu s'est humilié en descendant (Ex 3.7,8; 19.10-12; Mi 1.3). Dieu a fini par nous envoyer Jésus, qui a passé sa vie à nous enseigner la technique à employer (Ph 2.5-11). —J.A.L.

À moins d'apprendre d'abord l'humilité, personne n'apprendra quoi que ce soit.

*****

27 avril • Lisez > 1 Corinthiens 13.4-13

Apprendre à aimer

L'amour est patient, il est plein de bonté.
1 Corinthiens 13.4

Lorsque Hans Egede est allé au Groenland comme missionnaire en 1721, il ne connaissait pas l'Inuit. Il se montrait souvent dominant, et il ne lui était pas facile de traiter les gens avec douceur.

En 1733, une épidémie de variole a balayé le Groenland, emportant près des deux tiers des Inuits - y compris la femme d'Egede. Cette souffrance commune a eu pour effet d'adoucir ses manières, si bien qu'il s'est mis à prendre soin inlassablement des besoins physiques et spirituels des Inuits. Etant donné que sa vie illustrait mieux maintenant les récits qu'il leur racontait au sujet de l'amour de Dieu, les Inuits ont enfin pu comprendre le désir de celui-ci de les aimer à son tour. Même dans la souffrance, leur cœur s'est tourné vers Dieu.

Il se peut que vous soyez comme les Inuits de cette histoire et que vous ne parveniez pas à voir Dieu dans les gens qui vous entourent. Ou peut-être êtes-vous comme Hans Egede, qui avait du mal à exprimer son amour de façon à faire connaître Dieu aux gens. Nous sachant faibles et dans le besoin, Dieu nous a montré à quoi ressemble l'amour. Il a envoyé son Fils, Jésus-Christ, mourir pour expier nos péchés (Jn 3.16). Voilà à quel point Dieu nous aime, vous et moi.

Jésus est l'exemple parfait de l'amour décrit dans 1 Corinthiens 13. En gardant les yeux fixés sur lui, nous découvrons que nous sommes aimés et nous apprenons à aimer à notre tour. —R.K.

Je souhaite ne jamais être celui qui en empêche un autre de voir Dieu.

*****

28 avril • Lisez > 1 Pierre 3.8-17

Questions

«Sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous»
1 Pi 3.15

A bord d'un train, quelques années après la guerre de Sécession, le général unioniste Lewis Wallace a rencontré un officier de son armée, le colonel Robert Ingersoll. Ce dernier comptait parmi les grands agnostiques du XIXe siècle, alors que Wallace était un homme de foi. Lorsque leur conversation s'est avancée sur le terrain de leurs différences spirituelles, Wallace a conscience qu'il était incapable de répondre aux questions et aux doutes d'Ingersoll. Gêné de comprendre aussi mal sa propre foi, Wallace s'est mis à fouiller dans la Bible pour y trouver des réponses. Il en a résulté sa proclamation ferme de la personne du Sauveur dans son roman historique classique intitulé Ben-Hur: A Tale of the Christ (Ben-Hur raconte le Christ).

Les questions pénétrantes des sceptiques n'ont pas à constituer une menace pour notre foi. Elles devraient plutôt nous inciter à en approfondir notre compréhension, ainsi que nous rendre aptes à répondre avec sagesse et amour à ceux qui pourraient nous questionner sur notre foi. L'apôtre Pierre nous encourage à puiser la sagesse de Dieu dans la Bible: «Soyez toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous» (1 Pi 3.15).

Nous ne sommes pas tenus d'avoir réponse à tout, mais il nous faut avoir le courage, l'assurance et la conviction nécessaires afin de partager notre amour pour Christ et l'espoir qui nous habite. —W.E.C.

Christ est la réponse ultime aux plus grandes questions de la vie.

*****

29 avril • Lisez > Marc 4.33-41

Christ dans la tempête

Pourquoi avez-vous si peur ? Comment n'avez-vous point de foi ?
Marc 4.40

A l'âge de 27 ans, Rembrandt a peint le paysage marin intitulé «Le Christ dans la tempête» d'après l'histoire racontée dans Marc 4. Avec sa technique distinctive opposant la lumière aux ombres, Rembrandt illustre par cette toile un petit bateau menacé de destruction sur une mer déchainée. Alors que les disciples luttent contre les vents et le vagues, Jésus reste imperturbable. Ce qu'il y a de plus inhabituel dans cette toile, c'est toutefois la présence à bord du bateau d'un treizième disciple qui, selon des spécialiste en arts, ne ressemble à nul autre que Rembrandt.

L'Evangile selon Marc décrit la leçon percutante que les disciples ont reçu ce jour-là: qui est Jésus et ce dont il est capable. Tandis qu'ils cherchaient par tous les moyens à éviter de couler, Jésus dormait. Ne se souciait-il pas du fait qu'ils étaient tous sur le point de mourir ? (v. 38.) Après avoir apaisé la tempête (v. 39), Jésus a posé la question percutante: Pourquoi avez-vous si peur ? Comment n'avez-vous point de foi ?» (v. 40.) Ils ont eu alors encore plus peur, se disant les uns aux autres: « Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? » (v. 41.)

Nous pourrions nous aussi intégrer ce récit et découvrir, comme les disciples de Jésus l'ont fait, qu'à toutes les personnes qui mettent leur foi en Jésus-Christ, celui-ci révèle sa présence, sa compassion et sa tenue des commandes durant toutes les tempêtes de la vie. —D.C.M.

Dieu est un refuge sûr dans les tempêtes de la vie.

*****

30 avril • Lisez > Hébreux 4.1-11

Trop tard

Craignons donc, tandis que la promesse d'entrer dans son repos subsiste encore, qu'aucun de vous ne paraisse être venu trop tard.
Hébreux 4.1

Cela se produit presque chaque semestre. Je dis souvent aux étudiants de première année d'université qui suivent mon cours d'écriture qu'ils doivent faire leurs nombreux travaux d'écriture sans tarder s'ils veulent réussir mon cours. Presque chaque semestre, il y en a néanmoins qui ne me croient pas. Ce sont eux qui m'envoient des courriels en catastrophe après le dernier jour de classe afin de m'expliquer pourquoi ils n'ont pas pu faire ce qu'ils avaient à faire. Même si j'ai du mal à m'y résoudre, je dois leur dire: «Je suis désolé, mais c'est trop tard. Vous avez échoué au cours».

C'est terrible de découvrir durant sa première année d'université que l'on vient de gaspiller quelques milliers de dollars. C'est pire encore de découvrir à la fin de sa vie que l'on n'a pas fait ce que l'on avait à faire devant Dieu par rapport au péché, car l'échec est permanent. Dans ces cas-là, si les gens meurent sans avoir mis leur foi en Jésus-Christ comme leur Sauveur, ils récolteront une éternité sans lui.

Quel affreux moment nous passerions devant le Seigneur s'il nous disait: «Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi» (Mt 7.23) ! L'auteur de l'épître aux Hébreux nous exhorte à veiller à ne pas arriver «trop tard» (4.1) à la porte du repos éternel que Dieu nous offre. La bonne nouvelle, c'est qu'il est encore temps de faire le nécessaire. Aujourd'hui même, Dieu nous offre gratuitement le salut et le pardon en la personne de Jésus. —J.D.B.

Le Calvaire révèle la gravité de nos péchés et l'immensité de l'amour de Dieu.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris