faq questions réponses nous sommes à votre écoute w

 

Pourquoi et comment obéir à une autorité d’Église ?

Question:

Faire croître ma foi pour Jésus.

Pourquoi et comment obéir à une autorité d'Église

FAQ 312 - Pourquoi et comment obéir à une autorité d’Église

Réponse:

Votre question comporte deux aspects:
 
1) Faire croître ma foi en Jésus, à savoir le but de tout chrétien qui est de ressembler de plus en plus à Christ, en laissant le Saint-Esprit faire son œuvre en nous et ainsi permettre à notre foi personnelle de grandir.

2)  La question plus pratique de la relation du chrétien à l’Église et sa soumission aux autorités de celle-ci.

Ces deux aspects sont liés. Réfléchissons au premier aspect, à savoir «Faire croître ma foi pour Jésus».

Faire croître ma foi pour Jésus

Que veut dire la foi ? Relire Hébreux 11 est certainement un bon début pour répondre à cette question. La foi, c’est donc le fait d’admettre que ce que dit la Bible est vrai. C’est croire que Dieu nous aime et veut nous offrir la possibilité de nous rapprocher de Lui, malgré notre indignité et nos péchés, alors qu’Il est parfaitement Saint et Juste et qu’Il ne supporte pas le péché. (Romains 3.23-24)

C’est aussi faire confiance à Dieu lorsqu’Il nous promet certaines choses ou qu’Il nous interpelle dans certains aspects de nos vies.  
Il s’agit d’écouter ce que Dieu nous dit, de croire qu’Il nous veut du bien et d’agir en conséquence.

Il s’agit donc d’accepter de se soumettre aux commandements de Dieu, d’accepter ses exigences, de Lui faire confiance malgré les difficultés et d’entrer dans les plans qu’Il a préparés d’avance pour nous, comme Jésus l’a fait parfaitement durant sa vie terrestre. 
Augmenter notre foi consiste donc à aimer Jésus de plus en plus, à Lui ressembler toujours plus dans sa pensée, ses convictions, ses motivations, sa proximité à Dieu le Père. (1 Corinthiens 11.1, Romains 8.18-19, Jean 13.14-15, Ephésiens 4.11-13, et bien d’autres encore). De cette proximité découle des actes en accord avec la volonté de Dieu et ces actes engendrent une plus grande ressemblance au Christ nous permettant d’entrer ainsi dans le cercle vertueux de la sanctification.

Pourquoi et comment obéir à une autorité d'Église ?

La deuxième partie est une conséquence de la première: Si nous cherchons à plaire à Dieu, si nous l’aimons, nous suivons ses commandements: «Si vous m’aimez, gardez mes commandements» (Jean 14.15). Or, Jésus nous dit qu’il est celui qui nous montre le Père, ses ordres sont donc des ordres venant du Père.
 
L’Eglise a été instituée par Jésus (Matthieu 16.18) et confirmée à la Pentecôte par le Saint-Esprit (Actes 2, 42-47). L’Eglise n’est pas une option dans la vie chrétienne. Jésus nous le rappelle: «C’est par l’amour que vous avez les uns pour les autres que le monde saura que vous êtes mes disciples.» (Jean 13.15, traduction libre). La véracité du message biblique passe donc par les liens d’amour fraternel que les chrétiens développent entre eux. Ceci ne peut se faire si les chrétiens n’ont pas de contact entre eux, et c’est au sein de l’Église locale que ces contacts sont appelés à se développer. De plus, le plan de salut de Dieu pour l’Humanité passe par la constitution de l’épouse de l’agneau, l’Église universelle dont les Églises locales sont les prémisses et les constituants. L’Église est comparée à un corps (1 Colossiens 1.18, 1 Corinthiens 12.7-28) et de la même manière que les organes d’un corps répondent et obéissent aux ordres du cerveau, les membres d’une assemblée locale sont appelés à se soumettre au collège d’anciens de celle-ci. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il faut accepter des actes répréhensibles de la part des responsables, ni les couvrir. Mais comme le rappelle l’Ecriture (Matthieu 18.15): «Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère».

En effet, les autorités de l’Église sont constituées d’êtres humains faillibles. C’est d’ailleurs pour éviter, autant que faire se peut, le risque d’abus d’autorité de la part des pasteurs, des anciens et des diacres que les critères pour les choisir sont si exigeants et portent surtout sur les qualités spirituelles des personnes plutôt que sur les compétences techniques ou relationnelles (1 Timothée 3.1-13).

Mais comment, pratiquement, faire pour accepter cette autorité ? Tout d’abord, il s’agit de faire confiance à ces frères qui ont été désignés pour accomplir cette tâche. Nous sommes appelés à être bienveillants les uns avec les autres, à nous aimer (je l’ai déjà dit). Je crois que ce merveilleux texte de 1 Corinthiens 13 sur l’amour donne des pistes sur notre manière de nous comporter pratiquement avec ceux qui nous entourent et plus particulièrement avec ceux qui dirigent l’Église. 
L’amour ne soupçonne pas le mal. Dans nos relations, surtout en cas de tensions, ne donnons pas à l’autre une intention mauvaise. Une parole déplacée ou mal comprise, un énervement peut nous faire croire que l’autre nous en veut. Satan n’aura ensuite qu’à nous accentuer notre ressenti non pas vis-à-vis du fait, mais sur les mauvaises dispositions supposées de l’autre à mon égard. Restons factuels et essayons de voir si l’action de l’autre peut se comprendre de son point de vue, mais évitons de tout de suite penser que ce dernier nous en veut.

L’amour est patient. Vous avez peut-être demandé quelque chose à vos anciens et ce changement tarde à venir, ne vous aigrissez pas, n’exigez pas, mais interpellez avec gentillesse l’un ou l’autre pour savoir où en est la question.
L’amour pardonne tout. Si quelqu’un nous a blessé, nous sommes appelés à pardonner. Redire le «Notre Père» peut nous aider à entrer dans cette démarche. En effet, Jésus nous a pardonnés alors qu’Il était sur la croix. Le pardon devrait être la marque de fabrique du chrétien. Nous aurons des conflits (même si nous devons nous efforcer de les éviter), mais être capables de pardonner après avoir été blessé est ce qui devrait nous différencier des gens qui nous entourent. De plus, le risque d’être blessé est d’autant plus grand, si une relation d’autorité existe entre les personnes impliquées, ce qui est le cas avec les anciens d’Église.
A mon avis, ces aspects de l’amour sont parmi les plus importants, mais aussi les plus difficiles et sans l’aide du Saint-Esprit, nous ne pourrons vivre cela pleinement. Mais nous avons cette promesse que le Saint-Esprit vient vivre en nous pour nous aider à accomplir une tâche qui, sans son aide, nous serait impossible à accomplir.

En conclusion: augmenter sa foi en Jésus consiste à L’aimer de plus en plus, à Lui faire de plus en plus confiance et à Lui ressembler de plus en plus. Et cela passe par le cadre de l’Église locale (structure voulue par Dieu) par une obéissance à l’autorité instituée dans le cadre de l’Église, comme Jésus s’est soumis à son Père.

Pierre-Alain C,

pour le team bible-ouverte.ch

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris