messages et etudes bibliques pour grandir dans la foi w

 

Mon âme se réjouit en Dieu mon Sauveur!

Un texte tiré du "Berger d'Israël"

"Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu'll a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici: désormais toutes les générations me diront bienheureuse, parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras, il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. Il a fait descendre les puissants de leurs trônes, élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés, et renvoyé les riches les mains vides. Il est venu au secours d'Israël son serviteur et il n'a pas oublié de manifester sa bonté envers Abraham et sa descendance pour toujours, comme il en avait fait la promesse à nos pères." Luc 1:46-55

Les leçons de Myriam

Le cantique de Marie

Ce merveilleux cantique a jailli du coeur d'une Jeune fille juive, Myriam. Comme Anne la mère du prophète Samuel, comme David, comme Zacharie le père de Jean le baptiste, et tant d'autres, Marie honora l'ETERNEL le Dieu de ses pères et le nomme: "Dieu mon Sauveur". Ce chant témoigne qu'elle fut consciente de la grâce qui lui a été faite: "... Il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante". Les traductions Crampon, Osty, Segond, Synodale, Godet, traduisent "la bassesse", Tob, Kuen, Jérusalem: par "son humble servante". Paul affirme: "Nous sommes tous sous l'emprise du péché, Juifs et non-Juifs, selon qu'iI est écrit: il n'y a pas de juste, pas même un seul". Marie est au bénéfice de la prophétie donnée par Joël: "Alors quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé".

Ensemble apprenons ce que nous révèle la Bible concernant Marie qui porta, pendant neuf mois, le Fils de Dieu, le Messie d'Israël, le Sauveur de tous ceux qui viennent à Lui. C'est à travers elle que la promesse faite à Adam et Eve s'est accomplie. Dieu a envoyé, au temps fixé, celui qui devait nous délivrer du pouvoir des ténèbres par la victoire qu'il a remportée à la Croix. Les générations peuvent proclamer avec Elisabeth: "Tu es bénie plus que toutes les femmes et l'enfant que tu portes est béni... car tu as cru que Sa promesse s'accomplira". (Luc 1:42-45; 67-79; Joël 2:32; Act 2:21; 1 Sam 1 et 2; Ps 14:3-4; Rom 3:9-20; Gen 3:15; Col 1:12-23; 2:4-15)

C'est lui qui sauvera son peuple

Six mois après la conception de Jean le baptiste, l'ange Gabriel (celui qui se tient devant Dieu et dont le nom signifie: Dieu est puissant, fut envoyé auprès d'une jeune vierge fiancée à un charpentier nommé Joseph, descendant du roi David. L'ange lui dit: "N'ale pas peur, Marie, car Dieu t'a accordé sa faveur. Voici, bientôt tu seras enceinte et tu mettras au monde un fils, tu le nommeras Jésus. Il sera grand. Il sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père. Il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin" (Luc 1:30-33). Comment cet enfant peut-il être à la fois le Fils de Dieu et le Fils de David? Comme Moïse devant le buisson ardent "ôtons les sandales de nos pieds", car nous sommes en présence d'un acte qui contient la sainteté, la gloire, la puissance, et l'amour de Dieu (Ex. 3:1-6). Retenons que c'est Dieu qui révèle le nom que doit porter cet enfant: YESHOUA, qui en hébreu, signifie l'ETERNEL EST CELUI QUI SAUVE. Ce sont les promesses de Dieu qui s'incarnent, qui s'accomplissent en cet enfant, afin de sauver les hommes perdus.

Dans Matthieu figure un texte complémentaire: "Voici comment le Messie vint au monde. Marie sa mère était fiancée à Joseph; avant leur union elle se trouva encelnte par l'action du Saint-Esprit. Joseph son époux qui était un homme droit ne voulut pas l'exposer à la honte et résolut de rompre sans faire de scandale. Comme il y pensait, un ange du Seigneur lui apparut dans un songe et lui dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre Marie comme épouse, car c'est par la puissance du Saint-Esprit qu'elle attend un enfant. Elle donnera naissance à un fils que tu nommeras Jésus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés". Et Matthieu ajoute: "Tout cela arriva afin que se réalise ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: "Voici, la jeune fille vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils que l'on appellera Emmanuel, ce qui signifie: Dieu avec nous". A son réveil, Joseph fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné. Mais il n'eut pas de relations conjugales avec elle jusqu'à ce qu'elle ait mis au monde un fils auquel il donna le nom de Jésus.

Nombreux sont ceux qui pensent que Joseph et Marie eurent, par la suite, des enfants dans les conditions naturelles d'un couple. Les Evangiles nous font connaître leurs noms: Jacob (Jacques), Joses (Joseph), Simon, Jude, et il est aussi question des soeurs. Cela n'enlève rien à la stature de Marie et de son fils premier-né. Dans cette étude nous ne tiendrons compte que de la révélation des Ecritures. (Es 7:14; Matt 1:18-25; 13:55-56; Mc 6:3)

Dieu est le Maître de l'Histoire

En ces jours-là parut un décret de l'empereur Auguste ordonnant le recensement de tous les habitants de l'empire romain. Joseph dut ainsi se rendre à Bethéhem, ville de Juda d'où il était originaire, et Marie enceinte l'accompagnait. C'est dans une étable que l'enfant vint au monde, il n'y avait pas de place pour eux dans le bâtiment réservé aux voyageurs. Dieu est le Maître de l'Histoire : au temps fixé, au coeur de l'humanité, au sein du peuple Juif, dans la ville désignée par le prophète, est né le Messie d'Israël, le Fils de Dieu, le Sauveur des hommes.

Des bergers furent visités par un ange qui leur annonça une heureuse nouvelle: "Aujourd'hui, dans la ville de David, un Sauveur est né pour vous, c'est le Messie, le Seigneur!.." Les bergers virent l'enfant emmailloté et couché dans une crèche. Son berceau fut une mangeoire pour les animaux! Ils se réjouirent et bénirent Dieu pour l'accomplissement de ses promesses. Le huitième jour, l'enfant fut circoncis et reçut le nom de Jésus. Puis, quarante jours après la naissance, Joseph et Marie en Juifs respectueux de la Loi de Dieu donnée à Israël, montèrent à Jérusalem pour présenter l'enfant dans le Temple, et offrir deux jeunes pigeons, holocauste de purification. Il est significatif que ce sacrifice fut celui des pauvres. (Luc 2:21-24; Ex 13:2; Lév 12:1-8; Mich 5:1; Gen 17:9 -14)

Gloire d'Israël, peuple de Dieu

Siméon était un Juif droit et pieux. Il vint au Temple, poussé par l'Esprit, au moment où les parents y amenèrent le petit enfant. Siméon le prit dans ses bras et bénit Dleu par ces mots: "... mes yeux ont vu le Sauveur que tu as suscité en faveur de tous les peuples. Il est la lumière pour éclairer les Nations. Il est la gloire d'Israël ton peuple!" Son père et sa mère étaient émerveillés, Siméon les bénit et dit à Marie: "Voici, cet enfant est destiné à être, pour beaucoup en Israël, une occasion de chute ou de rétablissement. Il sera un signe qui provoquera la contradiction: ainsi seront dévoilées les pensées des hommes... Quant à toi, ton coeur sera transpercé comme par une épée". (Luc 2:25-40; Es 8:14-16; 28:16; 42:1-9)

Les mages d'Orient

Et voici, des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem conduits par une étoile. Nous ne pensons pas que ce sont des rois, ou des hommes pratiquant la magie, les sciences occultes. Leur origine exacte et leur nombre nous sont inconnus. Ces hommes observaient Ie ciel et la nature, ils recherchaient la sagesse. Peut-être connaissaient-ils la prophétie prononcée par Balaam: "Voici l'oracle de celui qui entend la parole du Très-Haut, et dont les yeux s'ouvrent lorsqu'il se prosterne: oui, je le vois mais il n'est pas encore présent, je le contemple mais il est encore à venir... un astre sort de Jacob et un sceptre (un roi) s'élève en Israël.. il régnera avec puissance absolue".

Ils rencontrèrent le roi Hérode et lui demandèrent: "où se trouve le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui". Les principaux prêtres et les interprètes de la Loi affirmèrent à Hérode que le Messie devait naître à Bethléhem en Judée. Et les mages se remirent en route, l'étoile qui les précédait depuis leur départ en Orient les conduisit jusqu'au lieu où se trouvait le petit enfant avec sa mère. Ils se prosternèrent et l'adorèrent.

Puis ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens, et de la myrrhe, accomplissant une première partie de plusieurs prophéties: "Les trésors des nations viendront à toi... ils t'apporteront de l'or et de l'encens... ils te béniront chaque jour". Puis, divinement avertis de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Alors un ange donna l'ordre à Joseph de prendre l'enfant et sa mère, et de fuir en Egypte. Il partit la nuit même et ne revint qu'après la mort d'Hérode. Celui-ci fit tuer tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléhem.

A son retour Jésus accomplit une prophétie d'Osée le prophète qui associe Israël et Jésus: "Quand Israël était enfant je l'ai aimé, et j'ai appelé mon fils à sortir d'Egypte". Joseph, Marie, et le petit enfant, s'établirent à Nazareth dans la province de Galilée. Ainsi, se réalisa cette autre prophétie: "Il sera appelé Nazaréen". Ce nom hébreu contient la racine - netzer - qui signifie: le rameau, le rejeton. (Nb 24:15-19; Matt 2; Ps 72:8-19; Es 49:1-7; Os 11:1; Ap 22:16)

Bar-mitzva, fils de la Loi

Les parents de Jésus allaient tous les ans à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Lorsque l'enfant eut douze ans, ils l'emmenèrent avec eux car Jésus devenait un Bar-Mitzva, un fils responsable pour l'observance de la Loi. Les jours de la Pâque étant écoulés ils s'en retournèrent, mais le jeune Jésus resta à Jérusalem. Ses parents ne s'en aperçurent pas, pensant qu'il cheminait avec leurs amis et leurs parents. L'ayant cherché ils revinrent, et au bout de trois jours ils le trouvèrent dans le Temple assis au milieu des docteurs... Tous ceux qui l'entendaient étaient émerveillés de son intelligence, et de ses réponses.

Quand ses parents le virent, ils furent étonnés et sa mère lui fit une réprimande: "Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi nous te cherchions avec angoisse". Avec majesté Jésus leur répondit: "Mais vous ne saviez donc pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père!" Et Luc poursuit le récit: "Mais ils ne comprirent pas". Que se serait- il passé s'ils avaient compris? Ils auraient dû se souvenir de tout ce qu'ils avaient vécu treize ans auparavant. Il descendit donc avec eux à Nazareth, et il grandit en stature et en sagesse devant Dieu et les hommes. (Dt 16:1-8; Ex 23:14-15; Luc 2:41-52)

Jésus, Marie, Joseph: des Juifs!

Ce qui précède nous apprend que Joseph et Marie, Juifs tous les deux, élevèrent Jésus dans le respect de l'Alliance et de la Loi que Dieu donna à Israël. Il est effrayant de penser que des hommes et des femmes se disant disciples du Messie d'Israël puissent mépriser, haïr, et commettre tant de violences et de crimes envers le peuple dans lequel le Messie est né. Certes, comme d'autres peuples, les Juifs ont commis de graves fautes. Mais Jésus est venu premièrement chercher et sauver les brebis perdues de la Maison d'Israël. Quant au Jugement, l'ETERNEL seul a le droit de l'exercer! (Dt 32:35-36; Mtt 15:24: 16:27; Rom 12:15-21; 14:10-12; Heb 10:30-31)

Concernant ses disciples Jésus enseigne: "Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux: c'est là tout l'enseignement de la Loi et des Prophètes", et encore: "... Entrez par la porte étroite... gardez-vous des faux prophètes, vous les reconnaîtrez à leurs fruits... Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. Il ne suffit pas de me dire Seigneur! Seigneur!... Il faut accomplir la volonté de mon Père qui est dans les cieux".

Les violences et les crimes commis par ceux qui se disent "religieux" nous font penser à la vision de Jean dans l'Apocalypse: "La grande prostituée est assise sur le bord des grandes eaux... Ces eaux représentent des peuples, des foules, des nations et des langues. Cette femme représenta la grande ville qui exerce son pouvoir sur tous les souverains du monde... Par ses sortilèges elle a séduit toutes les Nations. C'est en elle qu'on a trouvé le sang des prophètes, de ceux qui sont consacrés à Dieu, et de ceux qui ont été égorgés sur la terre". C'est aux fruits que l'on connaît un arbre que Dieu a planté. (Mtt 7:1-29; Ap 17 et 18; Es 10:1-27)

Faites tout ce qu'il vous dira

Jésus, accompagné de sa mère et de ses disciples, honora de sa présence des noces à Cana. C'est là qu'il accomplit son premier miracle. Le vin manqua et Marie lui en fit la remarque. Jésus lui répondit: "Femme, (mère), est-ce à toi de me dire ce que je dois faire? Mon heure n'est pas encore venue." Marie dit aux serviteurs: "Faites tout ce qu'il vous dira". Et Jésus changea l'eau des jarres en vin excellent. Il révéla sa puissance glorieuse, et ses disciples crurent en lui. (Jn 2:1-11)

Les générations disent que par la grâce que Dieu lui a accordée, Marie fut comblée, bienheureuse. Elle a porté pendant neuf mois et mis au monde le Fils de Dieu, non pour que les hommes se tournent vers elle pour trouver le salut, mais pour que nous nous tournions vers Jésus: "Faites tout ce qu'il vous dira!"
Elle n'est ni la porte, ni le chemin, ni le seul Nom qui ait été donné par Dieu aux hommes par lequel nous devions être sauvés. Et elle n'est pas non plus la "reine du ciel" dénoncée avec une grande vigueur par Jérémie le prophète! L'apôtre Jean nous avertit: "Petits enfants, gardez-vous des idoles!" (Jn 10:1-2; 10:1-2; 14:1-6; Act 4:12; Jér 44:15)

Sa mère et ses frères

"La mère et les frères de Jésus ne pouvant le joindre à cause de la foule, ils envoyèrent quelqu'un pour l'informer: ta mère et tes frères sont dehors, et ils veulent que tu ailles vers eux. Mais il répondit: ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et lui obéissent". Et aussi: "Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Puis il désigna de la main ses disciples: voyez, ma mère et mes frères sont ici. Car celui qui fait la volonté de mon Père céleste est pour moi un frère, une soeur, une mère".
"Tandis que Jésus enseignait au milieu de la foule, une femme s'écria: Heureuse est la femme qui t'a mis au monde et qui t'a nourri avec son sein. Mais Il dit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui lui obéissent". (Luc 8:19-21; 11:27-28; Mtt 12:46-50; Mc 3:31-35)

Le prophète dans sa patrie

Très tôt, les textes ne nous parlent plus de joseph. La dernière mention se rapporte au moment où Jésus se trouve dans la Synagogue de Nazareth: "N'est-il pas le fils de Joseph?" Les quatre Evangiles soulignent cette parole de Jésus: "c'est premièrement dans sa ville natale (sa patrie), dans sa parenté, et dans sa maison (sa famille), qu'un prophète est méprisé (ne reçoit aucune estime, que l'on refuse de l'honorer". Ce n'est qu'après un certain temps que le Messie fut mieux accueilli par les habitants de la Galilée. (Mtt 13:54-56; Mc 6:2-3; Luc 4:22; Jn 6:42)

A l'heure dramatique du supplice de la crucifixion, Marie sa mère se tenait à proximité, avec Salomé que l'on pense être la soeur de Marie et la mère de Jacques et de Jean. Il y avait aussi Marie femme de Clopas, et Marie de Magdala. En voyant sa mère, et à côté d'elle Jean, le Messie lui dit: "Femme (mère), voici ton fils", et à Jean: "Voici ta mère". A partir de ce moment le disciple prit Marie dans sa maison; il est naturel que Jésus ait confié sa mère à un ami et un parent digne de prendre soin d'elle (Jn 19:25-27).

Ce que la Bible ne dit pas

La dernière référence à Marie nous la trouvons Juste après le texte de la résurrection et de l'ascension du Messie auprès de son Père: "... alors ils retournèrent à Jérusalem et montèrent dans la chambre haute où iIs se réunissaient habituellement pour prier. C'étaient les onze apôtres... avec quelques femmes, et Marie la mère de Jésus, et aussi les frères de Jésus". Nous ne connaissons ni la date de sa mort, ni avec certitude où elle fut enterrée. Ensuite les Ecritures ne contiennent absolument rien sur sa résurrection et son ascension. Alors que la Bible mentionne clairement l'ascension d'Enoch, et celle d'Elie. Le livre de la Nouvelle Alliance, le Nouveau Testament, et en particulier les trois épîtres de Jean, ainsi que celles de Jacques et de Jude frères de Jésus, n'en font aucune mention. (Act 1:12-14; Gen 3:22-24; II Rois 2:1-12; Mtt 27:52-53; Jude 9)

Marie est l'une des grandes figures de la Bible, elle est digne d'être citée parmi les "héros de la foi" aux côtés de Noé, d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, de Joseph, de Moïse... Mais elle n'est pas la "mère de l'Eglise". Ce titre est donné à la nouvelle Jérusalem, ville magnifique et vivante dont Dieu est l'architecte et le bâtisseur. Cette cité à venir est "notre mère", nous sommes dans l'attente de sa venue. (Héb 11; Ps 87; Es 12:1-3; 35:10; 54:1)

Elle n'est pas non plus, dans le sens où beaucoup l'affirment, la "mère de Dieu". Certes elle a donné au Messie, au Christ, sa nature humaine, mais non sa nature divine. Jésus puis les apôtres ont veillé à ce que les hommes ne lui donnent pas ce titre, ni une place à part, supérieure, dans l'humanité. L'Ecriture nous met aussi en garde de ne pas l'appeler "reine du ciel" La place manque ici pour citer et commenter tous les textes concernant Marie. Elle a dit à l'ange: "Je suis la servante du Seigneur. Qu'il me soit fait selon ta parole". Retenons aussi qu'elle appelle Dieu: "mon Sauveur" et qu'elle nous enseigne: "Faites tout ce qu'll vous dira". (Gal 3 et 4; Ap 21:1-8; 11, 14, 27)

Abba - Père!

Nous conclurons par ce texte de Paul: "... Lorsque le temps fixé par Dleu est arrivé, ll a envoyé son Fils, né d'une femme, et placé par sa naissance sous le régime de la Loi. Ceci afin de nous racheter et de nous permettre d'être adoptés par Dieu comme ses enfants. Puisque vous êtes réellement ses Fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils qui crie: - Abba, c'est-à-dire Père!" (Gal 4:4-7).

Jacques GUGGENHEIM

 


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris