npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

  Imprimer E-mail

Notre Pain Quotidien - Février 2016


Notre Pain Quotidien - Février 2016 - Embarcadère, lac et montagnes

1 février • Lisez > 1 Samuel 1.9-20

Ecouté de Dieu

Anne parlait dans son cœur[...] mais on n'entendait point sa voix.
1 Samuel 1.13

Après avoir lu plusieurs livres pour enfants à ma fille, je lui ai dit que j'allais lire un livre écrit pour les grands pendant un moment et qu'on se remettrait ensuite à regarder des livres ensemble. J'ai tourné la page de couverture du livre de mon choix et je me suis mise à le lire en silence. Quelques minutes plus tard, l'air incrédule, ma fille m'a dit «Maman, tu ne lis pas vraiment.» Elle a présumé que, parce que je ne parlais pas, je ne faisais que survoler les mots.

Comme la lecture, la prière peut se faire en silence. Anne, qui espérait avoir son propre enfant, s'est rendue au Temple, où elle a prié en «[parlant] dans son cœur». Ses lèvres remuaient, «mais on n'entendait point sa voix» (1 S 1.13). Éli, le sacrificateur, l'a vu faire, mais a mal interprété ce qui se passait. Elle s'est donc expliquée ainsi «[Je] répandais mon âme devant l'Éternel» (v. 15). Résultat: Dieu a entendu la requête silencieuse d'Anne et a accordé un fils à celle-ci (v. 20).

Étant donné que Dieu sonde notre cœur et notre esprit (Jé 17.10), il voit et entend chacune de nos prières - même celles qui ne franchissent jamais nos lèvres. Sa nature omnisciente nous permet de le prier avec la pleine assurance qu'il nous entendra et nous exaucera
(Mt 6.8,32). Voilà pourquoi nous pouvons sans cesse louer Dieu, lui demander son aide et le remercier pour ses bénédictions - même lorsque personne d'autre ne peut nous entendre. —J.B.S.

Lorsque nous répandons notre cœur devant lui. Dieu le remplit de paix

*****

2 février • Lisez > Jacques 4.11-17

Besoin d'être guidé

Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité
Jean 16.13

La St. Nicholas Church à Galway, en Irlande, est dotée à la fois d'une longue histoire et d'un présent actif. Cette église, qui est la plus vieille de l'Irlande, procure une direction des plus pratiques. Ses tours dépassent en hauteur tous les autres bâtiments de la ville, si bien que son clocher sert à orienter les capitaines de bateau pour leur permettre d'entrer en toute sûreté dans la baie Galway. Depuis des siècles, cette église indique avec fiabilité aux marins comment arriver à bon port.

Nous comprenons assurément tous la nécessité d'être guidés. En fait, Jésus a précisément parlé de ce besoin durant son discours de la chambre haute. Il a promis qu'après son départ, le Saint-Esprit jouerait un rôle crucial dans la vie des croyants « Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité » (Jn 16.13).

Quel don merveilleux ! Dans un monde où règnent la confusion et la crainte, nous avons souvent besoin d'être guidés. Il est facile de laisser la culture environnante et notre chagrin intérieur nous conduire sur la mauvaise voie (1 Jn 2.15-17). Par contre, l'Esprit de Dieu est là pour nous aider, nous diriger et nous guider. Nous devrions lui être reconnaissants de nous avoir envoyé l'Esprit de vérité pour nous procurer la direction dont nous avons si souvent désespérément besoin. Mettez le cap sur la vie de l'Esprit, et vous parviendrez à bon port. —W.E.C.

L'Esprit est celui qui nous guide avec fiabilité sur toutes les mers de la vie.

*****

3 février • Lisez > Romains 14.1-13

Se résoudre à le résoudre

[Pensez] plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute.
Romains 14.13

Je n'ai pris aucune résolution du Nouvel An depuis 1975, car je travaille encore à mes anciennes résolutions, dont celles-ci écrire au moins un mot dans mon journal intime chaque jour, m'efforcer de lire la Bible et de prier chaque jour, organiser mon temps , essayer de garder ma chambre rangée (c'était avant d'avoir une maison entière à maintenir en ordre).

Cette année, j'y ajoute toutefois une nouvelle résolution que j'ai trouvée dans la Bible «Ne nous jugeons donc plus les uns les autres, mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute» (Ro 14.13). Même si cette résolution est vieille (datant d'environ 2 000 ans), on devrait la renouveler chaque année. À l'instar des croyants de Rome d'il y a des siècles, les croyants d'aujourd'hui imposent parfois aux autres des règles de leur propre cru, en insistant pour que ceux-ci adoptent certaines croyances et certains comportements au sujet desquels la Bible ne dit presque rien ou rien du tout. Or, ce genre de «pierre d'achoppement» entrave le cheminement des disciples de Jésus dans la foi que ce dernier est venu nous démontrer, et selon laquelle le salut s'obtient par la grâce et non par les œuvres (Ga 2.16). Pour obtenir le pardon de Christ, il nous suffit de croire en sa mort et en sa résurrection.

Nous pouvons célébrer cette bonne nouvelle de Christ au cours de toute l'année en résolvant de ne jamais mettre, sur le chemin des gens, de pierre d'achoppement qui risquerait de les faire tomber. —J.A.L.

La foi, ce sont les mains qui reçoivent le don de Dieu et les pieds qui marchent avec Dieu.

*****

4 février • Lisez > Marc 12.28-34

Un important commandement

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
Marc 12.30

Lorsqu'un scribe lui a demandé de lui indiquer quelle était la règle de vie la plus importante à suivre, Jésus lui a répondu . «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force» (Mc 12.30). Par ces paroles, Jésus a résumé ce que Dieu désire le plus ardemment pour nous.

Je me demande comment je pourrais bien apprendre à aimer Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma pensée. Neal Plantinga nous fait remarquer un changement subtil dans ce commandement tel que rapporté dans le Nouveau Testament. Le livre du Deutéronome nous exhorte à aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force (6.5). À ce verset, Jésus a ajouté le mot «pensée». Plantinga nous l'explique ainsi: «Tu aimeras Dieu avec tout ce que tu as et tout ce que tu es. Tout.»

Cela nous aide à modifier notre perspective. Apprendre à aimer Dieu pleinement nous permet, comme Paul, de voir dans nos difficultés de «légères afflictions du moment présent». C'est qu'il avait à l'esprit «un poids éternel de gloire» (2 Co 4.17).

À l'école supérieure de la prière, où l'on aime Dieu de toute son âme, les doutes et les combats ne disparaissent pas, mais leur effet s'atténue. «Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier» (1 Jn 4.19), et nos questions urgentes perdent de leur importance à mesure que nous apprenons à croire à son ultime bonté envers nous. —P.D.Y.

Le don le plus précieux à offrir à Dieu est celui qu'il ne peut nous forcer à offrir: l'amour.

*****

5 février • Lisez > 1 Jean 3.16-24

Le révélateur du coeur

[Si] notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses.
1 Jean 3.20

Un enquêteur privé, aux États-Unis, avait pour habitude de frapper aux portes, de montrer son insigne et déclarer «J'imagine que vous n'avez pas besoin qu'on vous dise pourquoi je suis là.» Il n'est pas rare que la personne qui lui ouvrait, déconcertée, lui demande «Comment avez-vous su ?» avant d'avouer avoir commis, longtemps auparavant, un acte criminel jamais revendiqué. Dans la revue Smithsonian, Ron Rosenbaum décrit cette réaction comme «l'expression de la force primale de la conscience, le monologue intérieur de la lampe témoin du cœur».

Nous savons tous des choses sur nous-mêmes que personne d'autre ne sait - échecs, fautes, péchés - et qui, même si nous les avons confessées à Dieu et qu'il nous les a pardonnées, risquent de revenir nous accuser encore et toujours. Jean, un des intimes de Jésus, a écrit au sujet de l'amour de Dieu pour nous et de l'appel à suivre ses commandements «Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos cœurs devant lui , car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses» (1 Jn 3.19,20).

Notre confiance en Dieu tient à l'amour et au pardon qu'il nous accorde par l'intermédiaire de Christ, et non à notre réussite dans la vie. «[Nous] connaissons qu'il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné» (v. 24).

Dieu, qui sait tout de nous, est plus grand que notre auto-condamnation. —D.C.M.

Celui qui reçoit Christ ne recevra jamais la condamnation de Dieu.

*****

6 février • Lisez > Psaume 55.2-9, 17, 18

Avant et après

Ô Dieu ! prête l'oreille à ma prière [...] Mon cœur tremble au-dedans de moi, et les terreurs de la mort me surprennent.
Psaume 55.2,5

Quels changements s'opèrent dans la vie de foi d'une personne ayant été durement éprouvée ? J'y ai réfléchi en lisant l'histoire tragique d'un père jamaïcain qui avait accidentellement fait feu sur sa fille de 18 ans et l'avait tuée en tentant de protéger sa famille contre des intrus.

On raconte qu'il est allé à l'église, comme toujours, le lendemain - affolé, mais demandant encore l'aide de Dieu. Sa foi en Dieu l'avait guidé par le passé, et il savait que Dieu pouvait le soutenir encore.

J'y ai réfléchi par rapport à ma propre vie, car j'ai également perdu une adolescente. Pour vérifier comment je percevais la vie et la foi avant la mort de Melissa, j'ai consulté les archives de mon ordinateur pour lire la dernière méditation que j'avais écrite avant son décès en juin 2002. En quoi ce que j'y disais alors correspond-il à ce que je sais maintenant ? Cette dure épreuve avait-elle modifié ma perception de la foi en Dieu ? Au mois de mai de cette année-là, voici ce que j'avais écrit: «David avait le courage de se présenter devant Dieu pour lui dire ce qu'il pensait vraiment. [...] Inutile de craindre de dire à Dieu ce que l'on pense réellement.»

Avant de traverser des temps difficiles, je me présentais devant Dieu et il m'écoutait. Par la suite, je me suis rendu compte qu'il m'écoutait, me consolait et me soutenait encore. Je continue donc de prier avec foi. Notre foi ne demeure pas simplement intacte, mais en sort grandie, car Dieu est le Dieu d'avant et d'après. —J.D.B.

Ce que nous savons de Dieu nous encourage à lui faire confiance pour ce que nous ignorons.

*****

7 février • Lisez > Juges 3.7-11

Qui est ce héros ?

Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.
Matthieu 5.16

La lecture du livre des Juges, avec ses batailles et ses puissants guerriers, peut parfois nous rappeler les super héros de livres comiques. On y trouve Débora, Barak, Gédéon et Samson. Dans la lignée des juges (ou libérateurs), nous trouvons toutefois aussi Othniel.

Le récit de sa vie est concis (Jg 3.7-11). Aucun drame. Aucune prouesse. Par contre, on y voit ce que Dieu a accompli par l'intermédiaire d'Othniel : «[L'Éternel] leur suscita un libérateur» (v. 9) , «L'Esprit de l'Éternel fut sur lui» (v. 10), «L'Éternel livra entre ses mains Cuschan-Rischeathaïm, roi de Mésopotamie» (v. 10).

Le récit relatif à Othniel nous aide à nous centrer sur le plus important, l'activité divine. Des histoires intéressantes et des gens fascinants risquent de l'occulter. Nous en venons effectivement à nous centrer sur ceux-ci et, par conséquent, à ne plus voir ce que le Seigneur est en train d'accomplir.

Lorsque j'étais jeune, j'aurais aimé être plus douée pour amener des gens à Christ. C'est que je regardais les choses sous le mauvais angle. Dieu se sert souvent de gens ordinaires pour accomplir son œuvre extraordinaire. C'est sa lumière, brillant à travers notre vie, qui glorifie Dieu et qui attire les gens à lui (Mt 5.16).

Lorsque les autres regardent notre vie, il est préférable qu'ils y voient Dieu, plutôt que nous. —P.F.C.

Nos capacités limitées mettent en évidence la puissance illimitée de Dieu.

*****

8 février • Lisez > Lévitique 4.1-3; Romains 3.21-26

Involontaire

Lorsque quelqu'un péchera involontairement [...] il offrira à l'Éternel [...] un jeune taureau sans défaut.
Lévitique 4.2,3

Tandis que je reconduisais Alex, notre petit-fils, chez sa famille après son séjour sous notre toit, la circulation semblait particulièrement pénible. Des conducteurs aux manœuvres rapides m'empêchaient d'accéder à la voie réservée au péage exact, me forçant à emprunter une voie réservée exclusivement aux détenteurs d'un laissez-passer prépayé, que je ne possédais pas. Alex m'a dit que ma plaque minéralogique serait photographiée et qu'une contravention me serait peut-être postée. Cela me contrariait, car j'aurais à payer une pénalité même si mon infraction était involontaire.

Chez les Juifs de l'Antiquité, on prenait très au sérieux toute transgression des lois de Dieu, même si elle avait été commise par ignorance. L' Ancien Testament a reconnu et prévu des sacrifices convenant aux péchés involontaires. «Lorsque quelqu'un péchera involontairement [...] il offrira à l'Éternel [...] un jeune taureau sans défaut» (Lé 4.2,3).

Les sacrifices de l' Ancien Testament ne servaient pas uniquement à rappeler que les fautes accidentelles entraînent des conséquences. Dieu s'en est servi pour nous faire comprendre qu'en faisant mourir Jésus à notre place, sa grâce permettrait d'expier même les fautes que nous serions inconscients de commettre. La grâce de Dieu surpasse de beaucoup tout ce que nous pourrions imaginer ! —H.D.F.

La grâce nous obtient ce que nous ne méritons pas.
La miséricorde nous évite ce que nous méritons.

*****

9 février • Lisez > Ephésiens 4.1-6

Conserver l'unité

[Vous] efforçant de conserver l'unité de l'Esprit par le lien de la paix.
Ephésiens 4.3

Un homme abandonné seul sur une île a fini par être découvert. Ses sauveteurs l'ont questionné au sujet des trois huttes qu'ils y ont vues. En désignant ces huttes du doigt, il a déclaré «Celle-ci est ma maison et celle-là est mon église.» Puis en désignant la troisième du doigt, il a dit «Cette autre était mon ancienne église.» Même s'il se peut que le caractère humoristique de cette histoire nous fasse rire, il souligne l'intérêt que les croyants devraient porter à leur unité.

À l'époque de l'apôtre Paul, l'Église d'Éphèse se composait de riches et de pauvres, de Juifs et de non-Juifs, d'hommes et de femmes, de maîtres et d'esclaves. Et là où il y a des différences, là se produisent également des frictions. La question de l'unité comptait parmi les choses dont Paul se souciait, mais remarquez ce qu'il en a dit dans Éphésiens 4.3. Il ne les a pas exhortés à «chercher ardemment à créer ou à organiser l'unité ». Il leur a demandé de s'efforcer de « conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix». L'unité existe déjà, car les croyants ont en partage un même corps, un même Esprit, une même espérance, un même Seigneur, une même foi, un même baptême et un même Dieu et Père de tous (v. 4-6).

Comment «conserver l'unité» ? En exprimant nos diverses opinions et convictions avec humilité, douceur et patience (v. 2). L'Esprit nous accordera le pouvoir de traiter avec amour ceux qui ne voient pas les choses du même œil que nous. —A.L.

L'unité entre croyants naît de leur union à Christ.

*****

10 février • Lisez > Psaume 59.7-17

Le pouvoir de la musique

Et moi, je chanterai ta force; dès le matin, je célébrerai ta bonté. Car tu es pour moi une haute retraite, un refuge au jour de ma détresse.
Psaume 59.17

Au pays de Galles, la musique des chorales masculines est profondément ancrée dans la culture. Avant la Première Guerre mondiale, une certaine petite chorale galloise entretenait une rivalité amicale avec une certaine autre petite chorale allemande, mais ce lien a fait place à l'animosité durant et après la guerre. Elles ont toutefois progressivement surmonté la tension qui les divisait grâce au message que portait le trophée que les deux chorales avaient en commun: «Si tu parles avec moi, tu es mon ami. Si tu chantes avec moi, tu es mon frère.»

La musique est un don de Dieu ayant le pouvoir de guérir et d'aider beaucoup de gens. Voilà qui explique peut-être pourquoi les Psaumes nous interpellent autant. Certaines de ces paroles nous vont droit au cœur et nous permettent de parler à Dieu du plus profond de notre esprit. «Et moi, je chanterai ta force, dès le matin, je célébrerai ta bonté. Car tu es pour moi une haute retraite, un refuge au jour de ma détresse» (Ps 59.17). Étonnamment, David a composé ce cantique tandis que des hommes le pourchassaient afin de le tuer ! David s'est souvenu malgré tout de la puissance et de la miséricorde de Dieu, et le fait de les chanter l'a encouragé à continuer d'aller de l'avant.

Puisse notre Dieu nous donner aujourd'hui une chanson qui nous rappellera sa bonté et sa grandeur, quelle que soit la situation que nous devons affronter. —W.E.C.

«Je chanterai, oui, je chanterai à l'Éternel [...] le Dieu d'Israël.» —Juges 5.4

*****

11 février • Lisez > 1 Rois 17.17-24

Où résident nos craintes

Quand je suis dans la crainte, en toi je me confie.
Psaume 56.4

Après douze années de mariage, ma femme et moi étions découragés de vivre les montagnes russes émotionnelles des espoirs naissants et mourants relatifs à nos tentatives pour avoir des enfants. Un de nos amis a cherché à «expliquer» ainsi la pensée de Dieu «Peut-être que Dieu sait que tu serais un mauvais père.» Il savait que ma mère avait été d'un tempérament épouvantable.

Puis, à Noël 1988, nous avons appris que nous attendions notre premier enfant ! Cette peur de l'échec en était toutefois venue à me hanter.

En août suivant, Kathryn s'est jointe à notre famille. Tandis qu'infirmières et médecins s'occupaient de ma femme, Kathryn pleurait sous la lampe chauffante. Je lui ai offert ma main pour la consoler, et ses petits doigts ont agrippé l'un des miens. À l'instant même, le Saint-Esprit m'a traversé, me rassurant quant à ce dont je venais récemment encore de douter - j'allais manifester de l'amour à cette petite !

La veuve de Sarepta entretenait elle aussi des doutes. Son fils était atteint d'une maladie mortelle. Au désespoir, elle s'est écriée «Es-tu venu chez moi pour rappeler le souvenir de mon iniquité, et pour faire mourir mon fils ?» (1 R 17.18.) Dieu avait toutefois d'autres projets pour elle.

Nous servons un Dieu plus puissant que les épreuves dont nous héritons et qui ne demande qu'à nous pardonner, à nous aimer et à guérir la cassure qui nous sépare de lui. Dieu est là où nos craintes résident. —R.K.

L'amour nage à contre-courant des fausses craintes de la vie.

*****

12 février • Lisez > 1 Rois 17.17-24

L'ultra-vision

[Lorsqu'il] paraîtra, nous serons semblables à lui.
1 Jean 3.2

Les sculpteurs ont un terme pour désigner la capacité qu'a l'artiste de regarder une pierre brute et de la voir dans sa forme finale et parfaite. On parle d'«ultra-vision».

Le sculpteur Gutzon Borglum (1867-1941) a créé de nombreuses œuvres d'art bien connues du grand public, dont la plus célèbre est probablement le mémorial national du mont Rushmore, dans le Dakota du Sud. La femme de chambre de Borglum a bien rendu le concept de l'ultra-vision lorsqu'elle a vu pour la première fois les visages gigantesques des quatre présidents des États-Unis sculptés à même ce mont. Le souffle coupé, elle s'est exclamée «M. Borglum, comment saviez-vous que Monsieur Lincoln était dans ce rocher ?»

L'ultra-vision sert également à bien décrire notre Dieu, qui voit toute chose. Il voit tout ce que nous sommes, et plus encore. Il voit ce que nous serons devenus lorsqu'il aura achevé son œuvre et que nous nous tiendrons devant lui, saints et sans tache à l'image parfaite de Jésus. Le Dieu qui a commencé cette grande œuvre en vous continuera de s'y consacrer jusqu'à ce qu'il la termine le jour même où Jésus-Christ paraîtra (voir Ph 1.6).

Dieu parviendra à ses fins ! Il désire notre perfection à tel point que rien ne l'empêchera d'achever l'œuvre qu'il a commencée il y a si longtemps.

Si seulement... oui, si seulement nous nous en remettions au Maître-Sculpteur ! —D.H.R.

Dieu œuvre en nous afin que nous devenions ce qu'il veut que nous soyons.

*****

13 février • Lisez > Apocalypse 3.1-6

Caractère ou réputation ?

Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort.
Apocalypse 3.1

Le légendaire entraîneur de basketball John Wooden (1910-2010) était d'avis que le caractère importe beaucoup plus que la réputation, comme le confirme ce qu'il disait souvent à ses joueurs «Votre réputation, c'est la perception que les autres ont de vous, mais votre caractère, c'est ce que vous êtes en réalité. Vous êtes seul à connaître votre caractère. On peut duper les autres, mais il est impossible de se duper soi-même.»

Dans le livre de l'Apocalypse, on trouve les paroles que le Christ ressuscité a adressées aux sept Églises de l'Asie. À l'ange de l'Église de Sardes, Jésus a dit «Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour [réputation] être vivant, et tu es mort» (Ap 3.1). Le Seigneur connaissait la vérité au sujet de ses enfants, qui la connaissaient aussi en leur for intérieur. Jésus leur a demandé de se réveiller et d'affermir leur vie spirituelle, qui était sur le point de s'éteindre (v. 2). Il les a exhortés à se rappeler la vérité qu'ils avaient reçue, à y obéir, puis à se repentir et à repartir dans une nouvelle direction (v. 3).

Lorsque le Seigneur nous montre ce qui ne va pas dans notre vie, il nous fournit toujours le nécessaire pour changer. Lorsque nous nous repentons de nos péchés, il nous pardonne et nous donne la force de repartir à neuf.

Combien il est libérateur d'échanger une fausse réputation spirituelle contre le vrai caractère empreint de vie que procure le fait de connaître Christ notre Seigneur ! —D.C.M.

Ce que nous faisons lorsque personne ne regarde, voilà le véritable test de notre caractère.

*****

14 février • Lisez > Jean 15.9-17

L'amour vrai

Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
Jean 15.13

Au cours de la répétition de la cérémonie de mariage de mon frère, mon mari a photographié les futurs mariés tandis qu'ils se faisaient face devant le pasteur. En regardant la photo par la suite, nous avons remarqué que le flash de l'appareil avait illuminé une croix de métal en arrière-plan, qui apparaissait comme une image brillante au-dessus du couple.

Cette photo m'a rappelé que le mariage illustre l'amour de Christ pour l'Église, comme démontré sur la croix. En demandant dans sa Parole aux maris d'aimer leurs femmes
(Ép 5.25), Dieu compare ce genre d'affection empreinte de fidélité et d'altruisme à l'amour de Christ pour ses disciples. Étant donné que Christ a sacrifié sa vie par amour, nous devons tous nous aimer les uns les autres (1 Jn 4.10,11). Il est mort à notre place, afin que notre péché ne nous garde pas séparés de Dieu pour l'éternité. Il a mis en pratique les paroles qu'il a adressées aux disciples «Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis» (Jn 15.13).

Nombreux sont ceux d'entre nous qui ont souffert de l'abandon, du rejet et de la trahison. En dépit de tout cela, par Christ nous pouvons comprendre la nature sacrificielle, compatissante et durable du véritable amour. Aujourd'hui, rappelez-vous que Dieu vous aime. Jésus l'a affirmé en sacrifiant sa vie. —J.B.S.

Rien ne parle plus clairement de l'amour de Dieu que la croix de Jésus.

*****

15 février • Lisez > Psaume 139.1-16

Grand créateur et guérisseur

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse.
Psaume 139.14

Il y a quelques années, dans un accident de ski plutôt grave, je me suis grièvement déchiré les muscles d'une jambe. En fait, mon médecin m'a dit que la déchirure avait abondamment saigné. Ma convalescence a été lente, mais durant toute cette attente, je me suis émerveillé de la grandeur de notre Créateur (voir Col 1.16).

Au cours de ma vie, j'ai froissé quelques ailes d'automobile et j'ai laissé tomber plus d'un morceau de vaisselle. Ils sont toujours restés cassés. Il n'en a toutefois pas été de même pour ma jambe. Dès que mes muscles se sont déchirés, les mécanismes de guérison interne dont Christ a doté mon corps se sont enclenchés. Dans l'invisible, au plus profond de ma jambe endolorie, les aides soignants que Dieu a si merveilleusement créés en moi s'affairaient à réparer la déchirure. Je n'ai pas tardé à reprendre le cours normal de ma vie, avec une toute nouvelle compréhension de ce que le psalmiste voulait dire par «une créature si merveilleuse», ce qui m'a rempli le cœur de louanges (Ps 139.14).

Il faut parfois se blesser ou tomber malade pour se rappeler la composition extraordinaire de son corps. Ainsi, la prochaine fois que vous affronterez un obstacle indésirable - quelle que soit sa cause -, fixez votre attention sur le merveilleux amour de Jésus et permettez-lui d'élever votre cœur vers lui dans une adoration empreinte de gratitude en dépit de la douleur ! —J.M.S.

L'adoration du Maître-Créateur commence par un cœur reconnaissant.

*****

16 février • Lisez > Hébreux 13.17-19

Pourquoi donc l'attrister ?

Obéissez à vos conducteurs [...] car ils veillent sur vos âmes.
Hébreux 13.17

Les pasteurs sont la cible facile des critiques. Chaque semaine, ils se présentent devant nous pour nous expliquer soigneusement la Parole de Dieu et nous mettre au défi de vivre en imitant Christ. Or, il arrive parfois que nous leur cherchions des défauts. Pour nous camper dans nos opinions personnelles, il nous est facile de faire fi de toutes les bonnes choses que le pasteur fait.

Comme c'est notre cas à tous, nos pasteurs ne sont pas parfaits. Je ne dis donc pas que nous devrions les suivre aveuglément sans jamais leur indiquer en quoi ils ont tort, selon la bonne façon de faire les choses. Certains propos de l'auteur de l'épître aux Hébreux peuvent nous aider à découvrir la bonne perception à entretenir au sujet des leaders qui nous présentent la vérité de Dieu et qui nous donnent l'exemple par leur service et leur leadership. Cet auteur dit « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes dont ils devront rendre compte » (Hé 13.17).

Réfléchissez-y. Devant Dieu, notre pasteur est responsable de nous diriger spirituellement. Nous devrions souhaiter que ce fardeau lui soit agréable à porter, et non le contraire. Ce verset indique que le fait d'attrister notre pasteur «ne [nous] serait d'aucun avantage» (v. 17).

Nous honorons Dieu et améliorons les choses pour notre Église en honorant ceux qu'il a placés en autorité sur nous. —J.D.B.

Le pasteur qui prêche la Parole de Dieu a besoin que les enfants de Dieu l'encouragent.

*****

17 février • Lisez > Exode 16.1-8

L'écoute

[Que] ton cœur ne se hâte pas d'exprimer une parole devant Dieu.
Ecclésiaste 5.1

Comme le dit le dicton «Dieu nous a donné deux oreilles et une bouche pour une raison.» L'écoute constitue une capacité essentielle à posséder. On nous conseille de nous écouter réciproquement. Les chefs spirituels nous exhortent à écouter Dieu. Par contre, presque personne ne nous dit: «Écoutez-vous vous-même.» Je ne veux pas dire par là que nous avons une voix intérieure qui nous indique toujours la bonne chose à dire ou que nous devrions nous écouter nous-même plutôt que d'écouter Dieu et les autres. Je veux dire que nous devons nous écouter nous-même pour découvrir comment les autres reçoivent peut-être nos paroles.

Les Israélites auraient pu suivre ce conseil lorsque Moïse les conduisait hors d'Égypte. Quelques jours à peine après leur libération miraculeuse, ils se plaignaient déjà (Ëx 16.2). Même si leur besoin de nourriture était légitime, leur façon d'exprimer ce besoin ne l'était pas (v. 3).

Chaque fois que nous laissons parler la peur, la colère, l'ignorance ou l'orgueil - même si nous disons vrai -, ceux qui nous écoutent entendent plus que nos paroles. Ils entendent aussi nos émotions. Ils ne savent toutefois pas si nos émotions sont mues par l'amour et l'intérêt ou par le mépris et le manque de respect, si bien que nous risquons de mal nous faire comprendre. Or, si nous nous écoutons avant de nous exprimer à voix haute, nous pourrons juger préalablement notre cœur pour éviter de blesser les autres et d'attrister notre Dieu par nos propos désobligeants. —J.A.L.

Les paroles hâtives nuisent plus qu'autre chose.

*****

18 février • Lisez > Romains 16.1-16

Aides recherchés

Mais le consolateur, l'Esprit-Saint [...] vous enseignera toutes choses.
Jean 14.26

Pour certaines personnes, le mot aide comporte des connotations négatives. En classe, les aides assistent les professeurs qualifiés. Les aides assistent les électriciens, les plombiers et les avocats de formation. Étant donné qu'ils ne sont pas aussi compétents dans le métier, il se peut qu'on les perçoive comme ayant moins de valeur. Par contre, tout le monde a son rôle à jouer dans l'accomplissement de la tâche.

L'apôtre Paul a pu compter sur de nombreux aides dans son ministère. Il les a d'ailleurs nommés dans son épître aux Romains (ch. 16). Il évoque tout particulièrement Phœbé, qui «en a aidé beaucoup ainsi que [lui même]» (v. 2). Prisca et Aquilas ont risqué leur vie pour Paul (v. 3,4). Et Paul a dit que Marie «a pris beaucoup de peine pour [eux]» (v.6).

Selon 1 Corinthiens 12.28, l'apport d'une aide est un don spirituel. Paul l'a mis au nombre des dons du Saint-Esprit que Christ accorde aux croyants qui composent son corps, l'Église. Le don des «aides» est tout aussi nécessaire que les autres qui sont énumérés dans ce verset.

Même le Saint-Esprit est qualifié d'aide (ce que signifie «consolateur»), comme le confirment les paroles de Jésus « Mais le consolateur [aide], l'Esprit-Saint [...] vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jn 14.26).

Peu importe quels dons le Saint-Esprit, votre aide, vous a accordés, permettez-lui de se servir de vous pour honorer Dieu. —A.M.C.

Vous êtes un élément nécessaire au tout.

*****

19 février • Lisez > Matthieu 24.3-14

La onzième heure

Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on n'apprendra plus la guerre.
Ésaïe 2.4

La Première Guerre mondiale compte au nombre des conflits armés les plus meurtriers de toute l'Histoire. Des millions de gens y ont perdu la vie. Le 11 novembre 1918, on a observé un cessez-le-feu à la onzième heure de ce onzième jour du onzième mois. En cet instant historique, des millions de gens partout dans le monde ont observé un moment de silence pour réfléchir au coût exorbitant de la guerre, en matière de vies perdues et de souffrances. On espérait que «la Grande Guerre», comme on l'appelait, soit véritablement «celle qui mettrait fin à toutes les guerres».

Malgré les nombreux conflits militaires meurtriers qui l'ont suivie, l'espoir d'une paix durable n'a pas disparu. La Bible offre d'ailleurs une promesse pleine d'espoir et de réalisme quant au fait qu'un jour il n'y aura plus de guerres. Lorsque Christ reviendra, la prophétie d'Ésaïe se réalisera «Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on n'apprendra plus la guerre» (És 2.4). Ce jour-là, la onzième heure passera et s'amorcera alors la première heure des nouveaux cieux et de la nouvelle terre, empreints d'une paix éternelle.

D'ici ce jour, ceux qui suivent Christ doivent représenter le Prince de la paix dans leur comportement et dans leur façon de faire toute la différence ici-bas. —H.D.F.

La paix véritable ne peut s'obtenir qu'en Christ.

*****

20 février • Lisez > Psaume 32.1-6

Recouvrir les gouffres

Heureux l'homme à qui l'Éternel n'impute pas l'iniquité.
Psaume 32.2

Vers la fin de 2010, la tempête tropicale Agatha a frappé l'Amérique centrale, entraînant des pluies torrentielles et des glissements de terrain. Après son passage, un gouffre de 48 m s'est creusé au cœur de Guatemala City. Ce gouffre a résulté d'un affaissement soudain du sol, engloutissant terre, poteaux électriques et un immeuble de trois étages.

Bien que les gouffres puissent être dévastateurs, le plus universel et dommageable d'entre tous est celui qui se produit dans le cœur humain. Le roi David en est un bon exemple.

En surface, la vie de David semblait stable. Sa vie intérieure reposait toutefois sur un fondement fragile. Après qu'il ait commis l'adultère et un meurtre, David a cru être parvenu à dissimuler ses agissements déloyaux (2 S 11-12). Par contre, en lui donnant une conviction profonde après que Nathan l'ait affronté à ce sujet, Dieu lui a permis de comprendre que de nier la présence du péché dans sa vie avait pour effet d'affaiblir le fondement de sa vie spirituelle. Pour éviter que son gouffre spirituel ne s'aggrave, David a reconnu son péché devant Dieu avec repentance (Ps 32.5). Résultat: Dieu a recouvert son péché, en ne lui imputant pas son iniquité, et lui a fait la joie d'obtenir le pardon.

Nous ferons nous aussi l'expérience de la grâce de Dieu en lui confessant nos péchés. Il nous pardonnera et recouvrira entièrement nos gouffres spirituels. —M.L.W.

Si nous découvrons nos péchés avec repentance. Dieu les recouvrira.

*****

21 février • Lisez > Marc 3.1-15

Criez-le sur la montagne

Il monta ensuite sur la montagne; il appela ceux qu' il voulut, et ils vinrent auprès de lui.
Marc 3.13

J'ai été étonné d'apprendre, en lisant un article élogieux du quotidien national Summit Daily News, qu'un groupe d'adolescents surfeurs des neiges tenait des services religieux hebdomadaires sur une pente de ski du Colorado. Dans cet article, Kimberly Nicoletti a captivé un grand nombre de lecteurs en relatant l'histoire d'adolescents qui se passionnent pour le surf des neiges et le récit de la façon dont Jésus s'y est pris pour transformer leur vie. Une organisation chrétienne pour jeunes les soutient en leur enseignant à démontrer l'amour de Dieu.

Il est plus facile de faire les choses soi-même que de former les autres. Jésus s'est malgré tout investi dans une douzaine de disciples par qui son œuvre s'étendrait au monde entier. Au cœur d'une foule de gens le pressant de les guérir, il est monté sur une montagne, où «il en établit douze, pour les avoir avec lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons» (Mc 3.14,15).

L'une des surfeuses des neiges au Colorado a dit ceci au sujet de sa formation de disciples . «Je ne suis jamais parvenue à bâtir des liens avec ma famille ou des amis; je les gardais à distance. [Le programme] m'a démontré l'amour de Dieu. Il m'a amenée à tendre la main aux autres.»

En goûtant à l'amour de Jésus et en communiant avec lui et ses disciples, on trouve le courage d'agir et de parler de manière à honorer le Seigneur. —D.C.M.

Le témoignage n'est pas un travail à faire, mais une vie à vivre.

*****

22 février • Lisez > Hébreux 10.19-25

Bolt contre Blake

Veillons les uns sur les autres, pour nous inciter à l'amour et aux bonnes œuvres.
Hébreux 10.24

Les coureurs jamaïcains Usain Bolt Yohan Blake sont passés à l'Histoire en arrivant respectivement aux premier et deuxième rangs dans le 100 mètres et le 200 mètres aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Malgré leur rivalité sur la piste, Bolt a rendu hommage à Blake à titre de partenaire d'entraînement «Au fil des ans, Yohan a fait de moi un meilleur athlète. Il m'a vraiment poussé et m'a gardé alerte.» Il est clair que ces deux hommes se sont incités à rechercher l'excellence sur la piste.

En tant que croyants en Christ, nous avons le privilège et la responsabilité de nous encourager les uns les autres dans notre foi. L'auteur de l'épître aux Hébreux a dit «Veillons les uns sur les autres, pour nous inciter à l'amour et aux bonnes œuvres» (Hé 10.24).

L'Église n'est pas qu'une institution ou un simple club social. C'est là où nous, qui nous sommes approchés de Dieu et que Dieu a lavés de nos péchés, pouvons nous aider réciproquement à grandir dans la ressemblance avec Christ. Le fait de nous rassembler en un même groupe a pour but de nous exhorter et de nous encourager les uns les autres
(v. 19-25).

Aucun croyant ne peut fonctionner seul. Pour vivre comme le Seigneur Jésus le veut, il nous faut la communauté des croyants. En communiant avec eux, demandez-vous auprès de qui vous pouvez marcher et qui vous pouvez encourager par vos paroles et vos actions à ressembler davantage au Christ que nous aimons et servons. —C.P.H.

L'Église en bonne santé constitue le meilleur témoignage auprès d'un monde qui souffre.

*****

23 février • Lisez > Psaume 36

Amour infini

Éternel ! ta bonté atteint jusqu'aux cieux, ta fidélité jusqu'aux nues.
Psaume 36.5

Dernièrement, un ami m'a envoyé l'histoire d'un cantique que j'avais souvent entendu durant l'enfance:
Versez de l'encre dans les ondes; changez le ciel en parchemin, tendez la plume à tout le monde, et que chacun soit écrivain. Vous dire tout l'amour du Père, ferait tarir les eaux, et remplirait la place entière, sur ces divins rouleaux.

On a trouvé un jour ces paroles, faisant partie d'un poème juif ancien, sur le mur de la chambre d'un patient interné.

De plus, ce poème a touché Frederick M. Lehman à tel point que ce dernier a souhaité en développer le contenu. En 1917, assis sur une boîte de citrons à sa pause du midi, cet ouvrier y a donc ajouté les deux premières strophes et le refrain, faisant ainsi de ce poème un cantique qu'il a intitulé « L'amour de Dieu ».

Dans le Psaume 36, le psalmiste décrit l'assurance réconfortante que nous procure l'amour de Dieu « Éternel ! ta bonté atteint jusqu'aux cieux, ta fidélité jusqu'aux nues » (v. 5). Malgré les circonstances de la vie - que nous ayons un instant de lucidité malgré un esprit en proie à la confusion ou que nous soyons très éprouvés -, l'amour de Dieu est pour nous un rayon d'espoir, une source de force et de confiance éternelle et inépuisable. —J.M.S.

Vous êtes aimé d'un amour éternel.

*****

24 février • Lisez > Juges 7.2-8

La stratégie du fort vide

Voici, je suis l'Éternel, le Dieu de toute chair. Y a-t-il rien qui soit étonnant de ma part ?
Jérémie 32.27

Dans le roman historique chinois intitulé Les Trois Royaumes, l'auteur Luo Guanzhong décrit, selon la stratégie du fort vide, l'emploi de la psychologie inversée pour leurrer l'ennemi. À leur arrivée à Xicheng, qui comptait moins de 2 500 soldats, les troupes de 150 000 hommes issues du Royaume Wei ont découvert que la porte de la ville était ouverte et que le célèbre tacticien militaire Zhuge Liang y jouait calmement de la cithare avec deux enfants à ses côtés. Le général Wei, bouche bée devant la scène et croyant à une embuscade, a ordonné que l'on batte en retraite complète.

La Bible offre un autre exemple de stratégie militaire déconcertante: Dieu a demandé à Gédéon d'utiliser trois cents hommes, trompettes, cruches et flambeaux contre des soldats aussi nombreux qu'une multitude de sauterelles et dont les chameaux étaient innombrables (Jg 7 12).

Le peuple d'Israël pouvait-il vaincre une telle opposition ? C'était humainement impossible ! Il n'avait ni le nombre de soldats ni l'armement militaire nécessaires. Il disposait toutefois d'une chose en sa faveur, et qui lui suffisait. Dieu lui avait fait une promesse «C'est par les trois cents hommes qui ont lapé, que je vous sauverai et que je livrerai Madian entre tes mains» (v. 7). Résultat ? Sa victoire !

Avez-vous un défi de taille à relever ? Le Seigneur a dit « Voici, je suis l'Éternel, le Dieu de toute chair. Y a-t il rien qui soit étonnant de ma part ?» (Jé 32.27.) —P.F.C.

Avec Dieu, tout est possible.

*****

25 février • Lisez > Exode 20.8-11

«Couche-toi !»

Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme.
Psaume 23.2,3

Notre golden retriever est parfois surexcité au point d'en faire une crise. Pour le lui éviter, nous tentons de le calmer. Nous le caressons, nous lui parlons d'une voix apaisante et nous lui demandons de se coucher. En entendant «Couche-toi !» il évite de nous regarder dans les yeux et se met à gémir. Pour terminer, dans un soupir de résignation théâtral, il renonce à avoir gain de cause et se laisse tomber par terre. Il nous arrive aussi d'avoir parfois besoin de nous faire dire de nous coucher. Dans le Psaume 23, nous apprenons que notre bon Berger nous «fait reposer dans de verts pâturages» et nous «dirige près des eaux paisibles».

Il sait que nous avons besoin de la tranquillité et du repos que ceux-ci nous procurent, même si nous ne nous en rendons pas compte.

Notre corps a besoin d'un repos occasionnel. Dieu s'est lui-même reposé le septième jour de la création (Ge 2.2,3 , Ex 20.9-11). Jésus savait qu'il y avait un temps pour œuvrer auprès des foules et un autre pour se reposer. Il a donc exhorté ses disciples ainsi : «Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu» (Mc 6.31). En nous reposant, nous nous recentrons sur Christ et il nous restaure. En période de surmenage - même si nos activités sont louables - Dieu capte souvent notre attention dans le repos.

Le repos est un bon cadeau de notre Créateur, qui sait exactement de quoi nous avons besoin. Dieu soit loué de ce qu'il nous fait parfois nous «reposer dans de verts pâturages». —C.H.K.

Si l'on ne s'arrête pas un moment pour se reposer, on risque de s'arrêter pour toujours ! —Havner

*****

26 février • Lisez > 1 Jean 4.7-10

Le pouvoir de l'amour

Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés.
1 Jean 4.10

Les livres portant sur le leadership, qui apparaissent souvent sur les listes de best sellers, indiquent pour la plupart comment devenir un leader puissant et efficace. Par contre, Henri Nouwen a écrit "Au nom de Jésus .Réflexions sur le leadership chrétien selon une perspective différente". Cet ancien professeur d'université, qui a passé de nombreuses années à servir au sein d'une collectivité d'adultes déficients, a dit «La question n'est pas de savoir combien de gens vous prennent au sérieux, combien de choses vous accomplirez et si vous pouvez démontrer quelques résultats. Elle est plutôt de savoir si vous aimez vraiment Jésus. [...] Notre monde marqué par la solitude et le désespoir a terriblement besoin d'hommes et de femmes qui connaissent le cœur de Dieu, un cœur qui pardonne, qui se soucie d'autrui, qui se met au service des autres et qui désire les guérir.»

Jean a écrit «L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés» (1 Jn 4.9,10).

Nouwen a dit «Le leader chrétien de l'avenir est celui qui connaît véritablement le cœur de Dieu devenu chair [...] en Jésus.» En lui, nous découvrons et vivons l'amour inconditionnel et illimité de Dieu. —D.C.M.

L'amour de Dieu en nous tourne notre cœur vers les autres.

*****

27 février • Lisez > Psaume 19.2-7

Considérez les lis des champs

Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'étendue manifeste l'oeuvre de ses mains
Psaume 19.2

J'aime jouir de la nature et en louer son Créateur, mais je me sens parfois coupable de trop l'admirer. Puis je me rappelle que Jésus s'est servi de la nature comme outil d'enseignement. Pour encourager les gens à ne pas s'inquiéter, Christ s'est servi de simples fleurs sauvages en exemples «Considérez comment croissent les lis des champs», et leur a rappelé que, même si les fleurs ne travaillent pas du tout, Dieu les habille de splendeur. Conclusion: Si Dieu habille quelque chose de temporaire d'une telle gloire, il en fera assurément beaucoup plus pour nous (Mt 6.28-34).

D'autres passages de la Bible nous indiquent que la création constitue l'un des moyens dont Dieu se sert pour nous parler de lui-même.

Selon David: «Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains. Le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne connaissance à une autre nuit»
(Ps 19.2,3).

«Et les cieux publieront sa justice, car c'est Dieu qui est juge» nous dit Asaph (Ps 50.6).

Paul a écrit «En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables» (Ro 1.20).

Dieu nous aime et désire que nous le connaissions, à tel point qu'il a établi la preuve de son existence partout autour de nous. —J.A.L.

Dans le livre divin des modèles de la nature se trouvent de nombreuses leçons précieuses.

*****

28 février • Lisez > Jean 4.7-14

Grande Source

[L'eau] que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.
Jean 4.14

Dans la Haute Péninsule du Michigan se trouve une merveille naturelle remarquable: une source d'eau douce d'environ 12 m de profondeur et 91 m de largeur que les Amérindiens appelaient «Kitch-iti-kipi» ou «Grandes eaux froides». De nos jours, elle est connue sous le nom de «Grande Source». Elle est alimentée par des sources souterraines qui forcent 10 000 gallons d'eau la minute à travers les rochers situés en dessous jusqu'à la surface. De plus, la température de l'eau y reste constamment à 7 degrés Celsius, ce qui signifie que, même durant les hivers glaciaux de la Haute Péninsule, elle ne gèle jamais. Les touristes peuvent donc admirer les eaux de la Grande Source en toute saison.

À la femme qu'il a rencontrée au puits de Jacob, Jésus a parlé d'une autre eau qui la désaltérerait pour toujours. Par contre, il ne lui parlait pas d'une fontaine, d'une source, d'une rivière ou d'un lac. Il lui a dit. «[Mais] celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle» (Jn 4.14).

Christ nous a offert en sa propre personne un rafraîchissement bien meilleur que toute source d'eau naturelle. Il nous est possible d'être désaltérés en allant à Jésus, l'eau vive, qui est le seul à pouvoir étancher notre soif. Dieu soit loué, car Jésus est la source qui ne tarit jamais. —W.E.C.

Le seul à pouvoir étancher notre soif est Jésus, l'eau vive.

*****

29 février • Lisez > Ézéchiel 36.26-31

Obtenir un nouveau coeur

Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau.
Ézéchiel 36.26

Un ami cardiologue spécialisé en greffes du cœur perçoit Ézéchiel 36.26 d'une manière que peu d'entre nous peuvent comprendre. Mike dirige les soins pré et postopératoires prodigués aux greffés du cœur. Il est souvent en salle d'opération lorsque les chirurgiens retirent un cœur malade et décoloré et le remplacent par le «nouveau» cœur bien vivant et rose du donneur.

Mike explique que le processus par lequel on choisit qui recevra un «nouveau» cœur physique est semblable à celui que Dieu emploie pour choisir qui recevra un «nouveau cœur» (Éz 36.26) spirituel. Dans les deux cas, le besoin est l'unique critère dont il faut tenir compte.

En précisant que le peuple d'Israël recevra un jour un «nouveau cœur», Ézéchiel laisse prévoir le changement qui s'opère au moment du salut. Éphésiens 4.24 et 2 Corinthiens 5.17 le désignent par les expressions «homme nouveau» et «nouvelle création». Pour les Israélites de l'époque d'Ézéchiel et pour nous actuellement, il suffit de répondre à un seul critère pour obtenir une «greffe». Nous devons en avoir besoin. Peu importe que nous soyons riches ou pauvres, respectés ou méprisés. La citoyenneté, le statut social et technicité n'ont pas la moindre importance. Si nous avons besoin d'un nouveau cœur de la part de Dieu, nous pouvons en recevoir un par la foi dans la mort et la résurrection de Christ.

En tant que pécheurs, nous avons tous besoin d'un nouveau cœur. Avez-vous reçu une greffe du cœur spirituel ? —J.D.B.

Nous avons besoin de plus qu'un nouveau départ;
nous avons aussi besoin d'un nouveau cœur.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
tampon 5x5 gris