Pensée du mois  •  janvier 2015

Une nouvelle vie

Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là.
2 Corinthiens 5.17

Élodie se regarda dans le miroir, satisfaite, les hématomes de l’opération sur son visage étaient pratiquement résorbés, son nez était parfait, le menton redessiné, les pommettes légèrement rehaussées, elle avait enfin le visage idéal dont elle avait toujours rêvé... Le prix avait été élevé, financièrement et en douleur, mais c’était fait, elle allait enfin pouvoir commencer une nouvelle vie...

Adrian, ne put s’empêcher de retourner pour la centième fois regarder par la fenêtre. Bien en vue dans l’allée qui menait à sa maison, les chromes étincelants et la carrosserie rutilante, les lignes épurées, son nouveau bolide était d’une beauté à couper le souffle. Il faudrait, bien sûr, le rentrer au garage, mais pour l’instant il préférait le laisser là, pour pouvoir à tout instant le contempler. Il se l’était offert pour fêter sa promotion professionnelle. Il soupira de bien aise, une nouvelle vie s’offrait à lui...

***

Semblables à l’âne qui court pour saisir la carotte, nous allons d’une étape à l’autre, motivés par l’idée de pouvoir enfin commencer une nouvelle vie, prendre un nouveau départ, être enfin satisfaits.

Et pourtant la déception nous rattrape toujours, ce que nous poursuivions avec détermination n’a pas la saveur que nous imaginions et nous cherchons désespérément une autre montagne à gravir, un nouveau défi à relever, une autre étape à atteindre.

Si nous sommes honnêtes, même notre vie spirituelle nous laisse ce goût d’insatisfaction dans la bouche. On nous avait dit qu’en devenant chrétien nous aurions une nouvelle vie, un nouveau départ, mais nous sommes forcés de reconnaitre que nous n’avons pas autant changé que ce que nous l’espérions. Toujours les vieilles luttes qui reviennent, les mêmes échecs cuisants qui nous humilient. Oui, nous avons fait quelques progrès, mais tellement éparpillés dans le temps qu’ils se remarquent à peine. Alors, comment comprendre ces paroles si belles et si fortes ? «Ce qui est ancien a disparu: ce qui est nouveau est déjà là».

L’explication se trouve dans les mots qui commencent la phrase: «Ainsi, celui qui est uni au Christ...»

Nous espérions que de nouvelles conditions de vie nous seraient données, que les circonstances ou nous-mêmes deviendrions différents. Nous n’avons pas compris que ce qui est nouveau, c’est la vie que le Christ nous insuffle, une vie d’une nature et d’une origine divine. En se mélangeant à la nôtre elle est effectivement à l’origine d’une nouvelle création, mais les effets n’agissent en nous que lorsque nous sommes en communion avec lui, nous ne pouvons posséder ce changement comme nous possédons une voiture ou une maison, cela agit en nous, mais cela vient toujours de lui.

Au seuil d’une nouvelle année, économisons les frais des bonnes résolutions inutiles ainsi que les vaines tentatives pour changer le «décor» de nos vies. Demandons plutôt la grâce d’être unis à Lui le plus souvent possible, afin d’expérimenter cette nouveauté de vie.
Bonne nouvelle année dans Sa présence !

Philip

© Tous droits réservés.
Philip Ribe: www.philip-ribe.com