bandeau 2photo 900w

Un sacrifice vivant

I. Introduction

Qu'avez-vous remarqué lorsque vous vous êtes regardé dans la glace ce matin? Le miroir vous a-t-il rappelé telle imperfection de votre visage? Quelqu'un souffre-t-il parce qu'il perd ses cheveux ou qu'il a de grandes oreilles? C'est pourtant ce corps imparfait que l'apôtre nous exhorte à offrir, comme un sacrifice vivant: “Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable” (Romains 12:1).

Avant d'aller plus avant, il est bon de rappeler que la psychologie et l'anthropologie au sens biblique, ne décrivent pas l'homme de manière simpliste. L'apôtre Paul emploie sept termes différents pour caractériser l'être humain: – l'âme (psyché) – l'esprit (pneuma) – la chair (sarx) – le corps (soma) – le coeur (kardia) – l'intelligence (nous) – la conscience (suneidesis) Toutefois à eux seuls ces termes ne permettent pas d'établir un schéma simple à comprendre.

Dans l'Ancien Testament, l'homme est surtout entrevu comme une monade, un tout, toutefois déchiré par le dualisme de la matière et de l'esprit (corps et âme). Dans le Nouveau Testament, un seul passage ajoute l'esprit au corps et à l'âme, en quelque sorte une trinité (1 Thessaloniciens 5:23).

En tout état de cause, soulignons que le Seigneur voit la créature dans son intégralité et que le corps n'en est qu'une partie, si importante qu'elle soit. Le corps n'est pas, comme Platon le pensait, la prison de l'âme; au contraire, aux yeux du Créateur, le corps a une valeur si grande que Dieu désire que nous le lui offrions comme un sacrifice vivant.

Est-ce une raison de penser, comme certains, que le corps mentionné en Romains 12:1 représente tout l'être humain? Quoiqu'une bonne traduction moderne traduise corps par vie, beaucoup de théologiens n'y voient que notre être physique.

Qu'en est-il de l'expression un sacrifice vivant? N'est-elle pas une contradiction en soi?

L'Ancien Testament nous aide à comprendre le sens profond des sacrifices. L'holocauste, par exemple, exprimait la consécration totale de la victime (Nouveau Dictionnaire Biblique). Cette expression mérite d'être relevée. Christ le premier l'a vécue jusqu'au bout lorsque, sur la croix, il a été dépouillé de tout, brisé, anéanti.

Par conséquent, le sacrifice impliquant une consécration totale, s'offrir comme un sacrifice signifie bien se livrer sans réserve à Dieu.

  • evangile-sans-frontiere-1w
  • evangile-sans-frontiere-2w
  • evangile-sans-frontiere-1w

 

orange-care-w Archives
Signets bo

pink-etoile-2w  … :)